Zone euro - Des différences structurelles, des conjonctures parallèles

De
Publié par

Après six années de gestation, la zone euro est venue au monde le 1er janvier 1999. Onze pays de l'Union européenne disposent désormais de la même monnaie, l'euro. Si des différences structurelles importantes demeurent entre les États membres, leurs économies présentent des évolutions conjoncturelles voisines. En ce début d'année, la zone est affectée par la dégradation de son environnement international, mais l'activité bénéficie du dynamisme de la demande intérieure. La zone euro partage avec les États-Unis la prééminence économique mondiale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 625 JANVIER 1999
Prix : 15 F
Zone uro
Différences structurelles, conjonctures parallèles
Sophie Buffeteau et Raymond de Pastor, division Synthèse conjoncturelle,
Françoise Maurel, département des Études économiques d’ensemble, Insee
En décidant d’adopter la même monnaie,près six années de gestation, la
l’euro, onze pays du vieux continent vien
zone euro est venue au monde lenent de franchir une étape historique dans la
erA 1 janvier 1999. Onze pays de construction européenne. Pour y parvenir,
les fondateurs de l’euro carte( ) — l’Allema l’Union européenne disposent désormais
gne, l’Autriche, la Belgique, l’Espagne, la
de la même monnaie, l’euro. Si des diffé Finlande, la France, l’Irlande, l’Italie, le Luxem
rences structurelles importantes demeu bourg, les Pays-Bas et le Portugal — se
sont assignés des objectifs communs derent entre les États membres, leurs
politique économique.
économies présentent des évolutions
conjoncturelles voisines. En ce début d’an Des pays
née, la zone est affectée par la dégradation de tailles très inégales
de son environnement international, mais Les onze États de la zone euro ont des poids
l’activité bénéficie du dynamisme de la très différents, tant en ce qui concerne la su
perficie, la population que le Produit intérieurdemande intérieure.
brut (PIB) ( tableau 1). Selon chacun de ces
La zone euro partage avec les États Uniscritères, quatre pays, l’Allemagne, la France,
la prééminence économique mondiale. l’Italie et l’Espagne, représentent largement
plus des deux tiers de la zone : 72 % de la
La zone uro
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
INSEE
PREMIEREsuperficie et 82 % de la population et maine financier, avec l’entrée dans la La demande intérieure continue
du PIB (plus de 90 % si l’on ajoute les première phase de l’Union économi à soutenir l’activité
Pays Bas et la Belgique). La France que et monétaire en 1993. de la zone euro
est le pays le plus vaste de laone. z
Elle arrive en deuxième posit ion, L’environnement international deDes économies en phase
après l’Allemagne, en ce qui con- l’« Eurolande » s’est nettement dété
cerne le PIB et la populaion, t pour Le parallélisme des conjonctures, par rioré, en raison de la crise financière
lesquels elle pèse un inquième en c ticulièrement net dans l’industrie ma en Asie du Sud Est au second semes
viron de la zone euro. nufacturière, est mis en évidence par tre 1997 et de son extension l’été der
À l’hétérogénéité de taille s’ajoutent les enquêtes réalisées auprès des nier à l’Améri que latine et à la
d’autres différences structurelles. chefs d’entreprises. Il s’explique large Russie. Au Japon, la récession s’est
En particulier, les parts de l’agricul ment par l’importance des échanges aggravée. De plus, le premier parte
ture, de l’industrie et des services intra zone. A contrario, le Royaume naire commercial de la zone euro, le
dans le PIB varient selon les pays. Par Uni, qui n’a pas adopté la monnaie uni Royaume Uni, est entré dans une
ailleurs, le taux de chômage est très que, est en décalage conjoncturel phase de net ralentissement. Dans ce
variable d’un pays à l’autre. Quasi nul avec la zone euro ( graphique 1). contexte, les exportations de la zone
au Luxembourg, il est de l’ordre de La convergence industrielle au sein deont été durablement comprimées et la
19 % en Espagne en 1998. Les écartsla zone s’est accompagnée d’un rap contribution du commerce extérieur à
sont également importants en termes prochement des grandeurs financiè- la croissance du PIB est passée de
de taux d’activité. Dans les pays latinsres : déficits budgétaires sous contrôle + 0,5 point en 1997 à -0,3 point en
(Espagne, Italie), moins d’une per dans l’ensemble des pays de la zone, 1998. La dégradation de la demande
sonne en âge de travailler sur deux est stabilisation des taux de change entre extérieure a mis un terme cet été au
active ; dans le nord de l’Europe, ce les monnaies nationales et réduction dynamisme de la production indus
taux se situe à un niveau proche de des écarts de taux d’intérêt, à court trielle observé tout aulong de 1997 et
60 %. Ce contraste est largement dû àterme comme à long terme (graphi au premier semestre de 1998. Le ralen
des taux d’activité féminins très dis ques 2 et 3). En décembre, les ban tissement industriel et le pessimisme
semblables. ques centrales des onze pays ont des chefs d’entreprises, visible depuis
Si on rapporte la richesse créée au décidé d’abaisser leurs taux direc cet automne dans les enquêtes de
nombre d’habitants, les différences teurs à 3 %, niveau du principal taux conjoncture, devraient entraîner un
entre les pays s’estompent. Mis à partdirecteur de la Banque centrale euro tassement de l’investissement produc
certaines régions méditerranéennes péenne. tif (graphique 5).
au développement industriel plus tar La réduction générale des taux d’inté Toutefois, la vigueur de l’industrie jus
dif et, à l’opposé, le Grand Duché du rêt a été favorisée par l’absence de qu’au printemps s’est diffusée aux
Luxembourg, le PIB avoisine les toute tension sur les prix dans la zoneautres secteurs de l’économie, en pre
21 000 euros par habitant. euro (graphique 4). La baisse conjointe mier lieu aux services et, avec retard,
Ces onze économies, aux structures des prix et des taux a bénéficié à l’in à la construction. Les créations d’em
différentes, évoluent cependant de vestissement et à la consommation : plois ont permis de faire reculer le taux
façon parallèle depuis la fin des an en 1998, la demande intérieure a pris de chômage et l’indicateur de confiance
nées quatre vingt. La convergence le relais de la demande extérieure des ménages a aeint un niveau histo tt
s’est accrue, notamment dans le do comme moteur de la croissance. riquement élevé, poussant à la baisse
Les onze pays fondateurs de l’euro
Superficie PIB Population PIB/hab Taux d’activité Chômage (%) Rappel** (données
2
(milliers de km) (milliards d’euros*) (millions) (en euros*) féminins (%) (taux standardisés) 1 euro = de 1997)
Allemagne 357 15,1 % 1 854 33,4 % 82,1 28,1 % 22 592 48,2 10,0 1,955830 mark
Autriche 84 3,6 % 182 3,3 % 8,1 2,8 % 22 525 48,7 4,4 13,760300 schillings
Belgique 31 1,3 % 214 3,9 % 10,2 3,5 % 20 998 41,0 9,2 40,339900 francs belges
Espagne 505 21,4 % 472 8,5 % 39,7 13,6 % 11 888 36,7 20,8 166,386000 pesetas
Finlande 338 14,3 % 105 1,9 % 5,1 1,8 % 20 450 54,9 13,1 5,945730 markkaa
France 544 23,0 % 1 224 22,1 % 58,6 20,1 % 20 891 48,2 12,4 6,559570 francs
Irlande 69 2,9 % 65 1,2 % 3,7 1,3 % 17 768 42,7 10,1 0,787564 livre irlandaise
Italie 301 12,7 % 1 011 18,2 % 58,6 20,1 % 17 264 34,8 12,1 1936,270000 lires
Luxembourg 3 0,1 % 14 0,3 % 0,4 0,1 % 33 038 38,1 2,6 40,3399000 francs
luxembourgeois
Pays Bas 41 1,7 % 316 5,7 % 15,6 5,3 % 20 222 50,6 5,2 2,203710 florins
Portugal 92 3,9 % 89 1,6 % 9,9 3,4 % 8 998 49,4 6,8 200,482000 escudos
Zone euro 2 363 100 % 5 546 100 % 291 100 %99618 43,9 11,7 1 euro
Le chiffre en italique représente le poids du pays dans l’ensemble de la zone euro.
*1 euro = 1 Écu **Valeur de l’euro dans les monnaies nationales.
Sources : Eurostat, Ined
˚leur taux d’épargne graphique 6( ). Le mande intérieure a été particulièrement La similitude est assez nette avec les
pouvoir d’achat des ménages a été vigoureuse de 1992 à 1998, mais elle États Unis. Si ce pays est quatre fois
conforté par le recul de l’inflation grâcesemble entrer dans une phase de ra plus étendu que l’ensemble des onze
à la chute des cours du pétrole et deslentissement cet hiver. États européens, il abrite à peu près le
matières premières. Ainsi, la consom- même nombre d’habitants, soit un
mation des ménages a sensiblement vingtième de la population mondiale.La zone euro promue
accéléré tout au long de l’année, béné Autre point commun, l’hétérogénéitéau deuxième rang
ficiant par ailleurs de l’assouplisse entre les différents États américainsde l’économie mondiale
ment des politiques économiques se retrouve au sein de la zone euro : il
(suppression de l’eurotaxe en Italie La zone euro et les États Unis sont n’y a pas moins de différences entre
par exemple). Elle devrait rester sou désormais comparables au regard l’Allemagne et le Portugal qu’entre la
tenue cet hiver. de leurs poids dans l’économie mon Californie et le Vermont. Cependant,
La zone euro présente une conjonc diale. Derrière ces deux poids le poids des États Unis dans le monde
ture en décalage par rapport à celle lourds, le Japon s’inscrit légèrement en termes de PIB demeure sensiblement
des États Unis. Dans ce pays, la de en retrait. plus élevé que celui de la zone euro.
Le Royaume Uni en décalage conjoncturel Taux d’intérêt au jour le jour
avec la zone euro
Séries de « production passée » (enquête de conjoncture) corrigées des variations saison Source : Eurostat
nières (données centrées et réduites les séries ont été lissées par des moyennes mobiles).
Sources : Insee, DGII, IFO (Allemagne), ISCO (Italie)
Taux d’intérêt à long terme Taux d’inflation*
Source : OCDE * Indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH)
Source : Eurostat
Perspectives de production et indice de production Confiance des consommateurs
industriel (IPI) dans la zone euro et taux de chômage dans la zone euro
Sources : Insee, DGII, Eurostat, IFO (Allemagne), ISCO (Italie) Sources : DGII, Eurostat
`˜¯?´ˆAvec le Japon, les différences sont Les trois premières puissances économiques mondiales
plus importantes : la superficie de l’ar
Zone euro États Unis Japon(données de 1997)
chipel ne représente que 16 % de celle
PIB (milliards d’euros) 5 546 6 848 3 712de la zone euro et sa population 43 %.
Population (millions) 291 269 126
Le poids de l’économie nippone dans 2Superficie (milliers de km) 2 363 9 364 373
le monde est moitié moindre de celui
PIB / habitant * 19 182 27 561 22 371
de la zone euro. Par ailleurs, si le degré
PIB / PIB mondial 15,0 % 20,2 % 7,7 %
d’ouverture de l’économie (tableau 2) Degré d’ouverture** 13 % 12,5 % 8 %
est le même des deux côtés de llan ’At Part des services dans le PIB 68 % 73 % 62 %
tique, entre 12 % et 13 %, il est de 8 %* En Standard du pouvoir d’achat (SPA). Ces taux de conversion monétaire éliminent les différences de niveaux de prix entre
les pays.au Japon. Néanmoins, en t ermes
** Le degré d’ouverture est ici défini comme le rapport, exprimé en %, entre : la somme des échanges extérieurs d’un paysd’excédent commercial, le Ja pon reste
ou d’une zone (exports + imports) divisée par 2, et le PIB. Étant données les difficultés de mesure du commmerce extérieur
leader loin devant la zone euro et, a agrégé de la zone euro (cencf. adré), le chiffre relatif à la zone euro doit être interprété avec précaution.
Sources : Eurostat, OCDEfortiori, les États Unis, lourdement
déficitaires. Enfin, les Japonais sont
en moyenne plus riches (en produit
Pour en savoir plus
intérieur brut par habitant) que les
habitants de la zone euro, mais demeu
« Les régions françaises dans l’Union euro « La France dans la zone euro », Insee
rent loin derrière les Américains.
péenne », Insee première n° 602, août 1998 . première n° 582, avril 1998.
Forces et faiblesses des statistiques de la zone euro
Les progrès accomplis ces dernières années reusement des réalités différentes selon les ce qui permet à Eurostat d’estimer les principaux
dans l’harmonisation et la comparabilité des don pays. Les efforts d’harmonisation d’Eurostat, l’of agrégats des comptes trimestriels pour la zone
nées des différents pays membres de l’Union fice statistique européen, par exemple le calcul euro. Toutefois, les comptes nationaux s’ap
européenne permettent dans plusieurs domaines de taux de chômage standardisés, ne peuvent y puient sur les statistiques nationales d’échanges
de disposer d’informations fiables sur la zone euro.remédier que partiellement. Quant aux données extérieurs et leur agrégation conduit à surestimer
de salaires, les différences de champ (industrie, le solde extérieur de la zone euro, sans que l’on
Les enquêtes de conjoncture sont un des secteur marchand,...) ou de concept (salaire sache précisément sur quels autres postes se
points forts de la statistique européenne. Effec conventionnel, réel, avec ou sans primes,...) ren reporte l’erreur.
tuées depuis 1962 dans les États membres de dent l’exercice d’agrégation risqué, même sur un
l’Union européenne, sous la coordination étroite nombre limité de pays. Enfin, le suivi conjoncturel des finances publi
de la Commission, elles concernent l’activité des ques est quasi inexistant au niveau européen :
entreprises dans les différents secteurs écono En ce qui concerne les échanges extérieurs, la l’attention s’est focalisée jusqu’à présent sur la
miques et les ménages. À côté des enquêtes disparition des barrières douanières en 1992 mesure du besoin de financement annuel des
d’opinion, un indicateur quantitatif mensuel per s’est accompagnée d’une détérioration de la administrations publiques.
met des comparaisons entre pays, l’ indice de la qualité des statistiques d’échanges de marchan
production industrielle. dises entre les pays de l’Union européenne. De plus, l’utilisation de séries historiques à prix
Alors que la somme des exportations des pays àcourants suppose le choix d’un taux de change
Dans le cadre du Traité de Maastricht, de gros l’intérieur de la zone euro doit, par construction, de l’euro sur le passé.
efforts ont été entrepris pour la mise en place être égale à la somme de leurs importations, on
dans tous les pays de l’indice des prix à la mesure un écart qui atteint 0,8 % du PIB de L’interprétation des séries longues nominales de
consommation harmonisé (IPCH) , dont l’agré l’Union européenne, soit 48 milliards d’Écus, en 1996.la zone euro (agrégats monétaires, montants à
gat relatif à la zone euro est publié depuis mai prix courants des comptes nationaux) avant 1999
1998. Sous l’égide de la Banque centrale euro Une harmonisation poussée des méthodes de la sera délicate, du fait des changements de parité
péenne, des agrégats monétaires pour la zone comptabilité nationale , sous l’égide d’Eurostat, qui ont pu se produire au cours des années
euro sont publiés dans des délais rapides. a conduit à l’adoption par tous les pays membrespassées entre les monnaies européennes. Le
d’un unique système comptable, le SEC 95, ce choix du taux de change à utiliser pour rétropoler
Néanmoins, les systèmes statistiques nationaux qui constituera à moyen terme un net progrès. les séries nominales en euros avant 1999 n’est
présentent des différences importantes dans cer Néanmoins, du fait des délais de mise en place pas indifférent : suivant que l’on prend le taux de
tains domaines : marché du travail, échanges des séries longues dans le nouveau système, la change courant de l’Écu ou un taux de change
erextérieurs, comptabilité nationale et finances publi réforme conduira en pratique à une certaine per fixe (euro/franc du 1 janvier 1999 par exemple)
ques. turbation cette année et l’année prochaine. L’ef les indices implicites d’inflation qui en sont issus
fort d’harmonisation a surtout porté sur les sont différents. Le taux de change fixe assure la
Des séries conjoncturelles d’ emploi et de chô comptes annuels mais on dispose aussi de cohérence avec les données d’inflation calculées
mage sont disponibles pour la plupart des pays comptes trimestriels pour six pays (Allemagne, à partir des indices de prix à la consommation ou
de la zone, mais les données recouvrent malheu Espagne, Finlande, France, Italie et Pays Bas), de salaires sur le passé.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J W Angel,Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : P. Landais
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
Code Sage IP98625
Date : _______________________________ Sgnaturei ISSN 0997 3192
© INSEE 1999
qq¸q

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.