Activité hospitalière

De
Publié par

En 2003, plus de 65 000 entrées sont comptabilisées en hospitalisation complète en Corse. Le secteur public accueille davantage en médecine et obstétrique alors que la prise en charge du privé est prépondérante en chirurgie. Pour de nombreux soins, le séjour hospitalier n'excède pas 24 heures, ce type d'accueil se développe de plus en plus.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

07 SANTE
Dé fi ni tion sn Corse, l’ac ti vi té de soins de courte durée to ta -Elise plus de 65 000 en trées en hos pi ta li sa tion Venue : sé jour pro gram mé de moins de 24
com plète (mé de cine, chi rurgie et gy né co logie-obs té - heu res dans l’é ta bli s se ment.
trique) en 2003. Le sec teur pu blic ac cueille plus de la
Chi rurgi e am bu la toire : ac tes chi rur gi cauxmoi tié des pa tients. Il est pré pon dé rant en obs té trique
et/ou d’ex plo ra tions réa li sés sous anes thésieet en mé de cine. La mé de cine cons titue à elle seule 58 %
dans un bloc opé ra toire, per met tant la sortiede son vo lume d’ac ti vi té. En re vanche, la chi rurgie est
du pa tient le jour même de son ad mis sion.plus fré quem ment prise en charge par le pri v é. Elle re -
pré sente ain si deux tiers des en trées de ce sec teur. Inter rup tion vo lon taire de gros sesse (IVG) :
Tous sec teurs confon dus, la mé de cine et la chi rurgie se au to risée par la loi Veil de puis 1975, elle doit
par ta gent à éga li té la ma jo ri té des en trées en courte être dé clarée sous la forme d’un bul le tin sta tis -
durée. La gy né co logie-obs té trique ac cueille 11 % des tique. Deux mé tho des d’IVG exis tent : la
per son nes hos pi ta li sées, dont cel les ad mi ses pour ac - méthode ins tru men ta le ou «chi rur gi cale», ex -
cou che ment. En Corse, 2 700 ac cou che ments ont ain si clu si ve ment pra tiquée en éta blis se ment de
été pra ti qués en 2003. Par mi eux, 21 % ont don né lieu à san té, né ces site une hos pi ta li sa tion dont la
une cé sa rienne. Ce taux est le plus éle vé des ré gions durée peut va rier et la mé thode mé di ca men -
fran çai ses, deux points au-des sus de la moyenne na tio - teuse qui peut être pra tiquée en mé de cine de
nale. De plus, 39 % des gro s ses ses connues ont été in - ville ou en éta blis se ment de san té. Les in ter -
ter rom pues par IVG, contre 22 % na tio na le ment. La rup tions pour mo tif thé ra peu tique sont en vi -
Corse est la ré gion où cette pro por tion est la plus sa gées lorsque la pour suite de la gros sesse
impor tante, de van çant de 10 points Pro vence-Alpes-Côte est dan ge reuse pour la san té de la mère ou
d’Azur, deuxième en ce do maine. Hors in ter ven tion pour quand le fœtus est at teint d’une mal for ma tion
mo tif thé ra peu tique, le nombre d’in ter rup tions vo lon - grave et in cu rable.
tai res de gros sesse pour 1 000 fem mes de 15 à 49 ans est
Enquête SAE : four nit des don nées sur l’é -ain si es ti mé à 21,2 en 2003, soit 7 points au-des sus de la
quipe ment et l’ac ti vi té des éta blis se ments demoyenne na tio nale. Quatre fois sur cinq, el les sont pra ti -
san té : lits ou pla ces ins tal lés, en trées, jour nées,quées en sec teur pu blic. Les IVG par mode mé di ca men -
séan ces , in ter ven tions, équi pe ments lourds, ac -
teux sont les plus nom breu ses : 66 %. Cer tai nes IVG
ti vi tés sou mi ses à au to ri sa tion. Elle re cense
ins tru men ta les sont pra ti quées en am bu la toire.
éga le ment les per son nels mé di caux et non mé -
Dé sor mais, pour de nom breux soins, le re cours à l’hos -
di caux qui y tra vail lent.
pi ta li sa tion com plète n’est plus sys té ma tiqu e. Dif fé -
Gros ses ses connues : ac cou che ments et IVG.ren tes al ter na ti v es à l’hos pi ta li sa tion tra di tion n elle se
sont dé ve lop pées. L’ hos pi ta li sa tion par tielle ain si Hos pi ta li sa tio n com plète : voir dé fi ni tion au
que l’a nes thésie ou la chi rurgie am bu la toire re pré - mot-clé 07.1.
sen tent au to tal 28 000 ve nues en 2003, soit 40 % de plus n par tielle : voir dé fi ni tion auqu ’en 2000. En Corse, la chi rurgie am bu la toire est pra -tiquée seu le ment dans le sec teur pri vé.
Sec teurs pu blic, pri vé : voir dé fi ni tion au
mot-clé 07.1.
Court sé jour : voir dé fi ni tion au mot-clé 07.1.
Voir aus si Sour ces
« Les in ter rup tions vo lon tai res de gros sesse en 2003 » - [1] Sta tis tique an nuelle des éta blis se ments
Col lec tion Etu des et Ré sul tats, n° 431 - Mi nis tère de l’Emploi de san té (SAE) – Di rec tion de la so li da ri té et
de la san té de Corse et de Corse-du-Sudet de la so li da ri té, Drees - Octobre 2005 - www.sante.gouv.fr
« L’ac ti vi té des éta blis se ments de san té en 2003 en
hos pi ta li sa t ion com plète et par tielle » - Col lec tion Etu des
et Ré sul tats, n° 382 - Mi nis tère de l’Emploi et de la so li da ri té,
Drees - Fé vrier 2005 - www.sante.gouv.fr
Site Inter net de l’a gence ré gio nale de l’hos pi ta li sa tio n
de Corse : www.parh tage.sante.fr/re7/cor/site.nsf
TEC 200580





Acti vi té hos pi ta lière 07.3
ACTIVITE HOSPITALIERE - SOINS DE COURTE DUREE EN 2003 [1]
(nombre)
Corse-du-Sud Haute-Corse Corse
pri vé pu blic pri vé pu blic pri vé pu blic en semble
HOSPITALISATION COMPLETE (ENTREES)
Mé de cine 5 179 9 654 3 873 10 515 9 052 20 169 29 221
Chi rur gie 7 356 5 333 12 566 3 400 19 922 8 733 28 655
Gy né co logie- obs té tr ique 759 2 659 682 3 073 1 441 5 732 7 173
ALTERNATIVES A L'HOSPITALISATION* (VENUES)
Mé de cine - 5 233 3 107 1 792 3 107 7 025 10 132
Chi rur gie 9 545 - 7 972 - 17 517 - 17 517
Gy né co logie- obs té tr ique 125 334 188 - 313 334 647
* hos pi ta l i sa ti on par ti elle et en anes thésie ou chi rur gie am bu la toi re
ACCOUCHEMENTS ET IVG ACCUEIL ET TRAITEMENT DES URGENCES
EN 2003 [1] EN 2003 [1]
Corse- Haute- Corse- Haute-
du-Sud Corse Corse du-Sud Corse Corse
Accou che ments 1 236 1 466 2 702 Pas sa ges (nombre) 27 955 37 467 65 422
dont cé sa rien nes 275 304 579 P ro por t ion des hos pi ta l i sés sur l'année* (%) 26 28 27
IVG* 853 843 1 696 * hors unités d'hos pi ta li sa tion de très courte durée
* yc in ter rup ti ons thé ra peu t i ques de gros sesse
EVOLUTION DE L'ACTIVITE HOSPITALIERE - SOINS DE COURTE DUREE EN CORSE [2]
(2000 : indice 100)
150
140
130
Hospitalisation complète
(entrées)120
110 Alternatives à
l'hospitalisation (venues)
100
90
80
2000 2001 2002 2003
TEC 2005 81

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.