Année économique et sociale 2007 en Guyane

De
Publié par

Santé Les patients diabétiques traités en Guyane n France métropolitaine, le taux Si les taux de prévalence par classe La pathologie du dia- Ebrut de prévalence du diabète d’âge, observés pour les assurés du bète constitue un coût traité est de 3,6% en 2005 contre Régime Général, sont appliqués croissant pour la col- 2,9% en 2000. Entre ces deux da- à l’ensemble de la population de tes, le taux d’augmentation annuel Guyane estimée à 210 000 habi-lectivité. Il est important moyen est de +5,7%. Le nombre to- tants au 1er janvier 2007, l’effectif de connaître le nombre tal de diabétiques traités en France total de diabétiques est de 5 254 de patients avec préci- métropolitaine est estimé à 2,3 mil- en Guyane en 2007. A ce nombre sion, afn d’anticiper les lions de personnes au 1er janvier de diabétiques traités, il convient 2006. d’ajouter les patients diabétiques montants de la prise en diagnostiqués non traités, ainsi que charge à venir. En 2007, Aux Antilles, les taux bruts de pré- ceux non encore dépistés. la CGSS Guyane a réalisé valence du diabète traité sont de 10,1% pour la Guadeloupe et 7,9% En 2007, 61% des diabétiques trai-une étude portant sur pour la Martinique, en 2005. On tés sont des femmes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Santé
Les patients diabétiques
traités en Guyane
n France métropolitaine, le taux Si les taux de prévalence par classe La pathologie du dia- Ebrut de prévalence du diabète d’âge, observés pour les assurés du bète constitue un coût
traité est de 3,6% en 2005 contre Régime Général, sont appliqués
croissant pour la col- 2,9% en 2000. Entre ces deux da- à l’ensemble de la population de
tes, le taux d’augmentation annuel Guyane estimée à 210 000 habi-lectivité. Il est important
moyen est de +5,7%. Le nombre to- tants au 1er janvier 2007, l’effectif de connaître le nombre
tal de diabétiques traités en France total de diabétiques est de 5 254
de patients avec préci- métropolitaine est estimé à 2,3 mil- en Guyane en 2007. A ce nombre
sion, afn d’anticiper les lions de personnes au 1er janvier de diabétiques traités, il convient
2006. d’ajouter les patients diabétiques montants de la prise en
diagnostiqués non traités, ainsi que
charge à venir. En 2007, Aux Antilles, les taux bruts de pré- ceux non encore dépistés.
la CGSS Guyane a réalisé valence du diabète traité sont de
10,1% pour la Guadeloupe et 7,9% En 2007, 61% des diabétiques trai-une étude portant sur
pour la Martinique, en 2005. On tés sont des femmes. Cette morbidi-l’évaluation des diabéti-
considère que les facteurs généti- té féminine
ques traités et la préva- ques et une modifcation rapide des élevée est Les femmes plus
habitudes alimentaires sont les prin- également lence de la maladie en nombreuses
cipales raisons de cet écart avec la o b s e r v é e Guyane.
France métropolitaine. en Martinique. En France métropo-
En Guyane, le taux brut de préva- litaine, en 2005, la prédominance
lence du diabète traité est de 1,8% est masculine.
en 2005.
La situation guyanaise, moins préoc- La population diabétique rajeu-
cupante, à travers les chiffres bruts, nit. En Guyane, l’âge moyen des
que celles des diabétiques passe de 61 ans en
Le diabète moins présent Antilles et de 2004 à 59 ans en 2007. En 2005,
la France mé- en France métropolitaine, l’âge en Guyane qu’aux Antilles
tropolitaine, moyen d’un diabétique est de 65
invite à une observation plus pré- ans.
cise des données disponibles. En 2007, 66% des diabétiques ont
Pour en savoir plus
contractualisé un protocole ALD
Pratiques et Organisation des soins Le nombre de diabétiques traités en de prise en charge de leur affec-
volume 38 n°1 / janvier - mars Guyane en 2007, s’établit à 3 885, tion avec l’Assurance Maladie et
2007 : Diabète traité : quelles évo- pour les assurés du Régime Géné- leur médecin traitant.
lutions entre 2000 et 2005 ? ral. Il a augmenté, pour cette popu- Le taux brut de prévalence du
lation de 2 467 en 2004 à 3 885 en diabète traité en Guyane pour les
ARH Guyane - SROS III 2006-2010. 2007, soit +57 % en 3 ans. assurés du Régime Général stricto
Le taux d’accroissement annuel sensu est de 2,7% en 2007. Il va-Prévalence du diabète en Martini-
moyen (16,3 %) est supérieur de rie selon le sexe et l’âge. Les fem-que. Résultats de l’enquête ESCAL
plus de 12 points à celui de la varia- mes de 70 à 79 ans présentent -Martinique, 2003-2004. Journées
tion de la population guyanaise qui un taux de prévalence de 24%. de veille sanitaire,
se situe autour de +3,7%. A titre de comparaison, le taux 29 et 30 novembre 2006, Paris.
0
N° 70 - Guyane - Septembre 2008Santé
de prévalence maximum pour la facteurs de risque car- Progrès dans la prise en charge
France métropolitaine en 2005 est dio-vasculaire fait partie des diabétiques en Guyane
constaté pour les hommes de 70 à du traitement global.
79 ans : 18%. L’étude des prescriptions Évolution de la prise en charge des facteurs
associées de statines, de risques cardio-vasculaires
Afn de tenir compte de la pyramide d’antihypertenseurs et
Unité : %des âges en Guyane, caractérisée d’antiagrégants plaquet-
par sa jeunesse, le taux de préva- taires (AAP) dans la po-
lence est standardisé, sur les critè- pulation diabétique trai-
res d’âge et de sexe, avec comme tée de Guyane montre
population de référence la popula- une amélioration de la
tion métropolitaine. La prévalence prise en charge globale
du diabète en Guyane, à structure du diabétique entre 2004
Source : CGSS de Guyaned’âge et de sexe identique à celle et 2007, conformément
de la France métropolitaine, serait aux recommandations scientifques.
de 5,6%, au lieu de 2,7% en taux Pour les hypolipémiants, l’évolution
brut. En Guyane, le taux de préva- est de plus 8 points en 4 ans, de plus
lence du diabète serait de 2 points 2 points pour les malades sous anti-
supérieur à celui de la France mé- hypertenseurs et de plus 3 points pour Claude CONAN
tropolitaine. les malades sous AAP. Ces progres- Caisse Générale de Sécurité
Les complications potentielles du sions constituent un fait marquant, Sociale de Guyane
diabète sont nombreuses et gra- appuyant l’appropriation par les pro-
Dr Stéphane GARNIERves. Leur réduction est un objectif fessionnels de santé de la dimension
Direction Régionale du Service de primordial. La considération des préventive de ces facteurs de risque.
Contrôle Médical de Guyane
Prévalence plus forte selon le sexe et l’âge Défnitions
Taux bruts de prévalence du diabète en Guyane
Diabète : maladie grave, chronique, caractérisée par une augmen-
selon la classe d’âge
tation anormale du sucre dans le sang, soit une glycémie à jeûn
Unité : % supérieure ou égale à 1,26 g/litre. Il existe deux types de diabète :
Type 1 : appelé insulinodépendant ou juvénile
Type 2 : appelé non insulinodépendant ou diabète gras, touchant
les plus de 40 ans en surpoids.
Prévalence : Nombre de cas de malades du diabète qui survien-
nent dans une population donnée sans distinguer entre les cas
nouveaux (incidence) et les cas anciens.
Standardisation : La standardisation sur l’âge et le sexe permet
d’éliminer les effets induits par les caractéristiques d’âge et de
sexe de la population guyanaise, extrêmement jeune.
Affections Longue Durée (ALD) : Affections caractérisées,
chroniques et coûteuses bénéfciant d’une prise en charge
Source : CGSS de Guyane à100%.
Méthodologie
L’objectif est d’actualiser l’évaluation du nombre de diabétiques traités en Guyane, à partir des sources d’information de l’As-
surance Maladie (CGSS Guyane). Il s’agit d’affner la prévalence du diabète en Guyane, en neutralisant l’effet de la structure
par âge de la Guyane , et en calculant un taux de prévalence du diabète traité standardisé.
Les personnes diabétiques traitées étant identifables par leur consommation de médicaments antidiabétiques oraux et/ou
insuline. Nous retenons comme diabétique tout assuré ayant eu au moins trois prescriptions, délivrées à des dates différentes,
de médicaments antidiabétiques remboursées par l’Assurance Maladie au cours de l’année. Pour la maladie chronique diabé-
tique, trois remboursements à trois dates différentes qualifent un traitement dans la durée.
Limites de l’étude : ne sont dénombrés que les assurés du Régime Général stricto sensu (hors fonctionnaires d’état et territo-
riaux, autres régimes : militaires, professions libérales, commerçants, marins…). Sont exclus les malades traités dans les centres
de santé et pour qui les délivrances de médicaments n’ont pas lieu en offcines.

N° 70 - Guyane - Septembre 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.