AntianÉco 66 - Année économique et sociale 2005 en Guyane

De
Publié par

607089BROGUYOK.qxd 7/09/06 16:03 Page 10 Automobile Moins d’accidents, moins de victimes et pendant près de 15 ans, le nombre manière, la continuité de serviceLes statistiques d’accidento- d’accidents poursuivait son ascension public. Les immatriculations de logie montrent une et la gravité ne faiblissait pas. En 2000, véhicules et la délivrance des permis les premiers signes d’une prise de de conduire, missions régaliennes deamélioration de la sécurité conscience apparaissent : le nombre l’État assurées par les services de la routière en Guyane mais d’accidents diminue et la gravité des préfecture, en sont une illustration. sinistres atteint son niveau moyen. En 2005, 5 567 permis de conduire etle changement du système Depuis 2003, le nombre des accidents 18 004 cartes grises ont été délivrés par de comptage limite les routiers a diminué de 11% et celui des la préfecture de Guyane. victimes (tués et blessés) de 15 %. Les 6 976 premières immatriculations secomparaisons avec 2004. répartissent en 5 667 véhicules neufs et Sur cette même période, la préfecture a 1 309 véhicules d’occasion (véhicules engagé de nombreuses mesures volon- cédés par un professionnel).n 2005, avec près de 700 accidents, taristes de contrôle routier et de répres- Enfin, l’État s’engage dans la lutte contreE44 personnes ont trouvé la mort sur sion de la délinquance routière.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 103
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

607089BROGUYOK.qxd 7/09/06 16:03 Page 10
Automobile
Moins d’accidents, moins de victimes
et pendant près de 15 ans, le nombre manière, la continuité de serviceLes statistiques d’accidento-
d’accidents poursuivait son ascension public. Les immatriculations de
logie montrent une et la gravité ne faiblissait pas. En 2000, véhicules et la délivrance des permis
les premiers signes d’une prise de de conduire, missions régaliennes deamélioration de la sécurité
conscience apparaissent : le nombre l’État assurées par les services de la
routière en Guyane mais d’accidents diminue et la gravité des préfecture, en sont une illustration.
sinistres atteint son niveau moyen. En 2005, 5 567 permis de conduire etle changement du système
Depuis 2003, le nombre des accidents 18 004 cartes grises ont été délivrés par
de comptage limite les routiers a diminué de 11% et celui des la préfecture de Guyane.
victimes (tués et blessés) de 15 %. Les 6 976 premières immatriculations secomparaisons avec 2004.
répartissent en 5 667 véhicules neufs et
Sur cette même période, la préfecture a 1 309 véhicules d’occasion (véhicules
engagé de nombreuses mesures volon- cédés par un professionnel).n 2005, avec près de 700 accidents,
taristes de contrôle routier et de répres- Enfin, l’État s’engage dans la lutte contreE44 personnes ont trouvé la mort sur
sion de la délinquance routière. Un les émissions de dioxyde de carboneles routes de la Guyane, plus qu’en
point noir reste la gravité des accidents dans les transports ; notamment en2004 . Le taux de gravité des accidents,
dont le taux oscille autour des 20% encourageant l’achat de véhicules neufsà 21,6 %, est encore en hausse : un
erdepuis 1998. Les mesures de contrôle dit propres. Depuis le 1 janvier 2006,accident sur cinq est sérieux avec un
routier et de répression de la délin- une taxe à l’immatriculation sur lesmort ou un blessé grave. Le taux de
quance routière diligentées par la cartes grises pour les véhicules particu-gravité des victimes lui aussi enregistre
Préfecture seront poursuivies car si la liers qui émettent plus de 200 grammesune nouvelle hausse et s’établit au
2vigilance des conducteurs se renforce, de CO par km est appliquée.niveau national, soit 4, %.
la vitesse élevée demeure un sujet deDepuis plus de 25 ans, la Guyane enre-
préoccupation. La modernisation de Christophe Lecomtegistre des records dans ces chiffres
l’État en cours n’affecte, en aucune Préfecture de Guyaned’accidentologie. Dans les années 80,
Renversement à la mi 90
Gravité des accidents de la route en Guyane de 1980 à 2005
Unité : nombre Unités : %
Sources : Préfecture de la Guyane
1) Les comparaisons avec l’année 2004 ne sont qu’indicatives. Des modifications dans
le système de comptage ont été mises en application à partir du 1er janvier 2005.
10
N° 66 - Guyane - Septembre 2006607089BROGUYOK.qxd 7/09/06 16:03 Page 11
Automobile
Remarque méthodologique
Les chiffres de 2005 sont donnés à titre indicatif mais les comparaisons avec 2004 restent fragiles. Le système de comp-
ertage de la gravité des accidents a été modifié au 1 janvier 2005 :
er Avant le 1 janvier 2005 ;
- tué : victime déclarée tuée si elle décède sur le coup ou dans les 6 jours
- blessé grave : victime dont l'état nécessite plus de 6 jours d'hospitalisation
- blessé léger : victime dont l'état nécessite moins de 6 jour
er Après le 1 janvier 2005 :
- tué : victime déclarée tuée si elle décède sur le coup ou dans les 30 jours
- blessé grave : victime dont l'état nécessite plus de 24 heures d'hospitalisation
blessé léger : victime dont l'état ne nécessite pas d'hospitalisation
Définitions
Victimes = tués + blessés graves + blessés légers
Taux de gravité des accidents corporels : rapport entre le nombre de tués et de blessés graves et le nombre d’acci-
dents corporels.
Taux de gravité des victimes : rapport entre le nombre de tués et le nombre d’accidents corporels.
Un nouveau système d’immatriculation
Constatant l’expiration prochaine du dispositif d’immatriculation des véhicules datant de 1950, l’État a initié un nou-
veau projet dénommé « Système d'Immatriculation des Véhicules ». Pour simplifier les démarches pour l’obtention
des cartes grises et renforcer de la traçabilité des véhicules, ce projet instaure l’immatriculation unique attribuée au
véhicule depuis sa mise en circulation jusqu’à sa destruction. Cette nouvelle immatriculation ne sera plus liée au
département de résidence mais relèvera d’une série nationale unique valable sur l’ensemble du territoire national.
Ce dispositif entrera en vigueur à partir de 2008 pour les nouveaux véhicules et en 2012 pour les véhicules déjà en
circulation.
Lutte contre les dangers de la route
Des actions de sensibilisation au risque routier en application du plan départemental d’actions de sécurité routière
(PDASR). Ce plan, qui relève de la compétence du préfet et qui associe les collectivités locales, s’inscrit dans une
démarche de communication, de sensibilisation ou de formation à laquelle participent notamment les établisse-
ments scolaires et la cellule Prévention de la caisse guyanaise de sécurité sociale. Son coût s’est élevé à 69 363 ¤ en
2005.
Le programme « Enquête Comprendre Pour Agir » (ECPA) vise à améliorer la connaissance des facteurs déclen-
chants de l’insécurité routière par des enquêtes ciblées à la suite d’accidents graves ou mortels.
Le renforcement des actions de contrôle assorties de sanctions pour chaque infraction au code de la route s’ac-
compagneront de dispositifs de contrôle de vitesse automatisés.
11
N° 66 - Guyane - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.