Enquête santé en Champagne-Ardenne : un recours au généraliste plus fréquent

De
Publié par

En 2003, 73% des Champardennais se considèrent en bonne santé. Cependant, ils n'en connaissent pas moins des problèmes de santé bien spécifiques. Le sentiment d'être moins bien portant s'accroît fortement avec l'avancement en âge et l'absence de diplôme. Les Champardennais consultent moins souvent les spécialistes et plus souvent les généralistes. L'offre médicale moins importante de spécialistes explique sans doute ce phénomène. Le recours aux professions paramédicales est lui aussi plus faible dans la région. L'offre moindre en est également la cause.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Nº 56 - Octobre 2005 - Prix : 2,20d
Enquête santé en Champagne-Ardenne
Un recours au généraliste plus fréquent
Hommes et femmes ont un regard un peu différent sur leurLes Champardennais se considèrent en bonne
étatdesanté.Cesdernièresportentunjugementplusmodé-santé. Cependant, le sentiment d'être moins bien
ré,déclarantdavantageunétatdesanté"moyen".Avant60
portants'accroîtfortementavecl'avancementen
ans, 77 % se considèrent en bonne santé, contre 81 % des
âge et l'absence de diplôme. Les femmes décla- hommes. Après 60 ans, elles ne sont plus que 49 % dans ce
rentdavantageunétatdesantémoyen.LesCham- cas,contre54%deshommes.Ilestvraicependantqu'elles
sontplusnombreusesauxâgestrèsavancés,cequipeutex-pardennais n'en connaissent pas moins des
pliquerenpartiepourquoil'écartneseréduitpasavecl'âge.problèmesdesanté.Ilsontplussouventdescaries
Aâgeetdiplômeidentique,lesfemmessontmoinspositives
dentaires et des problèmes d'audition.
que les hommes sur leur état de santé, mais cette différence
Le recours au généraliste, sensiblement plus fré- d'appréciation est moins nette en Champagne-Ardenne
quent dans la région, compense en partie une qu'au niveau national.
Le sentiment d'être en bonne santé est quant à lui renforcéoffre de soins de spécialistes plus limitée qu'ail-
par la présence de plusieurs enfants au foyer.leurs.Ledépistagedesprincipauxcancers,dusida
et de l'hépatite C sont aussi fréquents que dans
Une perception de l’état de santé qui se dégradel’ensemble du pays. L'automédication est moins
fortement avec l’âge
pratiquée qu'au plan national.
%En 2003, 73 % des Champardennais de 18 ans ou plus 100
Champagne-Ardenneestimentleurétatdesanté"bon"ou"trèsbon",5%leju-
Métropolegent " mauvais"voire"trèsmauvais";ilenestdemêmeau 80
niveaunational.L'étatdesantéressentisedégradeavecl'âge:
90%despersonnesdemoinsde25anssesententenbonne 60
outrèsbonnesanté,maisseulement35%après75ans.Cette
dégradation de la perception avec l'âge est très régulière et 40
quasi linéaire.
Cetteperceptions'amélioreavecleniveaudediplôme.Eneffet, 20
l'absencedediplômeaccroîtdeneufpointslaprobabilitédene
passeconsidérerbienportantparrapportàunepersonnedeni- 0
18-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-74 75 ou +veaubac,"touteschoseségalesparailleurs".C'estlecaschez ans
% de personnes majeures en bonne ou très bonne santéles seniors : 50 % des pas ou peu diplômés se déclarent en
bonnesantécontre70%pourlesplusdiplômés.Avantcetâge,
lesécartsdeperceptionrestenttrèsmarquésselonquel'onest
Source : INSEE - Enquête décennale de santé 2002-2003
diplômé ou non, mais sont tout de même moins prononcés.
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº56Parmilesadultesdemoinsde60ans,lespersonnesauchô- Les 20-29 ans ont plus de caries non traitées
magesont29%ànepassedéclarerenbonnesanté,contre
19%pourlesautres.L'écartestlemêmeauniveaunational.
%Compte tenu de leurs caractéristiques sociodémographi-
20
ques, les Champardennais jugent plutôt plus positivement
leur état de santé, mais ils n'en connaissent pas moins pour Champagne-Ardenne
15
autant des problèmes de santé bien spécifiques. Métropole
10
Des problèmes d'audition plus fréquents
5
chez les hommes
0 20-29 30-49 50-64 ans0-19 65-74 75 et +
Les Champardennais déclarent plus souvent des problèmes
d'audition,surtoutentre50et64ans,etdès30anspourles
Source : INSEE - Enquête décennale de santé 2002-2003
hommes.Ceux-cisonttoujoursplusatteintsquelesfemmes,
l'écartsecreusantavecl'âge.Après65ans,plusd'unhomme
sur trois déclare un problème d'audition. La plus forte pro-
portion d'ouvriers en Champagne-Ardenne n'explique pas
Le port de lunettes ou de lentillesce phénomène car la catégorie sociale est ici peu discrimi-
nante, en comparaison de l'âge ou du sexe. de contact : davantage chez les femmes,
Par ailleurs, 1,9 % des habitants déclare être équipé d'une
les seniors et les plus diplômésprothèse auditive dans la région contre 1,7 % en France.
UnemajoritédeChampardennais(56,4%)portentdeslunet-
tesoudeslentillesdecontact.Leportdelunettescroîtforte-
Des problèmes d’audition plus souvent chez les hommes ment avec l'âge. En effet, 93 % des personnes de 60 ans ou
plus en portent contre seulement 31 % des moins de trente
% ans.Lesfemmessontplussouventéquipéesqueleshommes
40
(respectivement62%et50%).L'écartestsurtoutsignificatif
30 entre30et50ans:56%desfemmesdéclarentporterdeslu-
nettes contre seulement 40 % des hommes. Passée la cin-
20
quantaine,lesproblèmesdevuetouchentquasimenttousles
10 individus et la différence entre les sexes s'estompe. Les per-
sonnes pas ou peu diplômées de moins de 50 ans n'en por-0
Moins de 30 ans 30-49 ans 50-64 ans 65 ans et + tent que dans 40 % des cas, contre 60 % pour les plus
diplômées.Hommes Champagne-Ardenne Femmes Champagne-Ardenne
Parmi les Champardennais ne portant ni lunettes ni lentilles France France
decontact,13,4%déclarentdesproblèmesdevue(12,5%
auniveaunational).Lesmoinsde30ansontpeudeproblè-
Source : INSEE - Enquête décennale de santé 2002-2003 mesdevue(4%),alorsque21%des30-50ansenont.Parmi
ces derniers, les diplômés sont surreprésentés avec 30 % de
personnesquidéclarentunproblèmedevue.Cettesurrepré-
Lesjeunesadultestraitentmoinsbienleurs sentation ne s'observe pas au niveau national, alors même
quelesdiplôméschampardennaisportentaussisouventdescaries
lunettes qu'ailleurs dans cette tranche d'âge. Entre 30 et 50
ans, les femmes ont un peu plus souvent des problèmes de
Quelle que soit la tranche d'âge, les Champardennais dé- vue.Ellessont25%contre18%pourleshommes(respective-
clarent plus souvent avoir des caries dentaires non traitées ment19%et14%auniveaunational).Iln'estpasexcluque
(8,8%contre6,3%auniveaunational)maisl'écartestsur- les hommes méconnaissent plus fréquemment ce problème
toutsignificatifavanttrenteans.Cesontessentiellementles qui serait ainsi sous-déclaré. Enfin, les seniors déclarent plus
jeunes adultes qui semblent négliger le plus, volontaire- souvent que les autres des problèmes de vue mais rares sont
ment ou non, les soins dentaires. ceux qui ne portent pas de lunettes. Ce constat est donc plus
Ceux-cisontfortementdépendantsduniveauderessources. fragile.
Ainsi, les plus pauvres sont 15 % à déclarer des caries non
traitées, contre 4 % pour les personnes vivant dans le quart
desménagesayantlesressourceslesplusélevées.Auniveau
Moins d'automédication qu'au niveau nationalnational,lespersonnesàfaiblesressourcesnesontque9,4%
àdéclarerdescariesnontraitées.Ladiscriminationparlere-
La population champardennaise consomme moins de médicaments
venu paraît donc plus forte en Champagne-Ardenne.
sansordonnancequel'ensembledesFrançais.Eneffet,7,5%desmédi-
caments achetés en Champagne-Ardenne, dont les deux tiers par des
femmes,nesontpasprescritsparunmédecincontre10,5%auplanna-
tional.Parmilesmédicamentsachetéssansordonnance,48%ontété
conseillés soit par un médecin, soit par un pharmacien.
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº56s'y rendent en moyenne 1,7 fois par an
Plus de recours au généraliste, moins aux spécialistes
contre1,9auniveaunational.L'offremédi-
et aux professions paramédicales
cale moins importante de spécialistes ex-
plique sans doute ce phénomène. LaHommes Femmes EnsembleUnité : nombre de recours
densité de spécialistes est nettement plusannuel moyen
France Région France Région France Région
faible en Champagne-Ardenne (65 spécia-
Médecins 4,7 4,7 6,4 6,7 5,6 5,8 listespourcentmillehabitantscontre90en
France).C'estenpédiatriequeledéficitestdont généralistes 3,3 3,5 4,0 4,6 3,7 4,1
leplusmarqué.Eneffet,parmilesmoinsdedont spécialistes 1,4 1,2 2,4 2,1 1,9 1,7
16 ans, seuls 11 % des recours concernent
Dentistes 1,1 1,0 1,4 1,4 1,3 1,2
une visite chez le pédiatre contre 16 % au
Professions paramédicales 0,8 0,7 1,2 0,9 1,0 0,8 niveau national.
Contrairementaurecoursaugénéralistequi
Source : INSEE - Enquête décennale de santé 2002-2003
va croissant après 40 ans, la fréquence des
visiteschezlespécialistebaisseauxâgesles
plus avancés. La fin des consultations chez
legynécologuepourlesfemmesestloind'expliquerlatotalité
Plus de recours au généraliste de cette baisse.
Lesfemmesfontenmoyennedeuxvisitesdeplusparanchez
un médecin que les hommes. Il en est de même France en-Les Champardennais ont plus souvent recours au médecin
tière. Cet écart important corrobore le fait que les femmes
généraliste : 4,1 fois par an en moyenne contre 3,7 fois en
prennent plus soin de leur santé, le recours spécifique en gy-
France. Cet écart important se traduit par 10 % de recours
nécologie ne représente en moyenne que 0,5 visite supplé-supplémentaires par an. Quand ils souffrent d'une affection
mentaire par an.
delonguedurée,lesChampardennaiss’yrendent deuxfois
Le recours aux professions paramédicales est lui aussiplus souvent.
significativementplusfaibledanslarégion,de20%inférieurà
Si le plus grand nombre de visites chez le généraliste en
cequ'ilestFranceentière.L'offremoindreenestlacause.D’ail-
Champagne-Ardennes'observeàtouslesâges,iln'enestpas
leurs,cemoindrerecourstoucheaussilesplusaisésenCham-demêmepourlerecoursauspécialiste.LesChampardennais
pagne-Ardenne,etpasseulementlespersonnesàbasrevenus.
Les Champardennais voient un peu moins souvent leur
dentistequ'enmétropole.Siladensitédechirurgiens-dentis-Un recours plus fréquent au généraliste chez les seniors
tes dans la région est un peu plus faible qu'au niveau natio-
nal, le moindre recours concerne essentiellement les
personnes à bas revenus.75ou+
65-74
Le niveau des revenus influence
45-64
l'accès aux soins.
25-44
15-24 Les ménages à revenus modestes (inférieursà9000d par
anetparunitédeconsommation)consultentunspécialiste-15ans
1,2foisparantandisquelesménagesàrevenusélevés(su-
0 5 10 15 20%
périeurs à 18 000d) s'y rendent 1,9 fois. A l'opposé, ces
Lecture : les 75 ans et plus en Champagne-Ardenne, consultent
ménagesconsultentungénéralisteenmoyenne4,2foisparle généraliste 11% plus souvent qu’au niveau national
ancontre3,8foispourlesménageslesplusaisés.Lerecours
aux professions paramédicales est également plus faibleSource : INSEE - Enquête décennale de santé 2002-2003
chez les ménages les moins aisés.
38% de recours en moins chez le pédiatre
Un bon dépistage des cancers
Paramédicaux
Parmi les Champardennaises de plus de 40 ans, huit sur dixDentiste
ontbénéficiéd'undépistageducancerdusein.Lamammo-
Autres spécialités
graphiedatedemoinsd'unanpour34%d'entreellesetde
Gynécologue plusdecinqanspourseulement12%.Cependant,entre40
et 50 ans, 34 % des Champardennaises (contre 25 % au ni-Ophtalmologue
veaunational)n'ontencorejamaisétédépistéesd'uncancer
Pédiatre dusein,lapremièremammographieétantréaliséeplustardi-
Généraliste vement dans la région. Les femmes âgées de 50 à 69 ans se
prennentbienenchargepuisqu'ellesnesontplusque7%à
-40% -30% -20% -10% 0% 10% 20%
n'avoirjamaisétédépistées.Après70ans,cettepartremonteRapport du nombre annuel moyen de recours entre la région et la métropole
à 29 % sans doute parce qu'il y a vingt ans les mammogra-
phies étaient moins répandues.Source : INSEE - Enquête décennale de santé 2002-2003
Leplussouventlamammographieestréaliséeàlademande
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº56dumédecindanslecadred’examensderoutine.Cependant
Plus d’une personne sur trois non vaccinéeun tiers des femmes l’ont effectuée dans le cadre d’un pro-
annuellement après 75 ansgramme de dépistage proposé par l’assurance maladie. Le
dépistageducancerduseindépenddesressourcesfinancières.
Unquartdeshabitantsdelarégiondéclareavoirétévaccinéau
La proportion de femmes non dépistées va de 14 % pour les
coursdesdouzederniersmois.C'estunpeuplusqu'auniveaufemmesvivantdanslequartdesménageslesplusaisésà28%
national, en particulier chez les jeunes. Mais la vaccinationpour celles vivant dans le quart le moins fortuné.
concerneessentiellementlesseniors:unsurdeuxaprès60ans,Le dépistage du cancer de l'utérus par frottis gynécologique
etmêmeprèsdedeuxsurtroisaprès75ans.Lavaccinationan-estaussifréquentenChampagne-Ardennequ'auniveauna-
nuellecontrelagrippeexpliqueentrèsgrandepartiecettepro-tional:seules5%desfemmesâgéesde20à70ansn'enont
portion.S'ilsontmoinsrecoursaumédecin,leshommessefontjamais bénéficié.
Danslarégion,27%despersonnesdeplusde50ansdécla- pourtant vacciner autant que les femmes. La vaccination n'est
rent avoir bénéficié d'un test de dépistage du cancer pas affaire de condition sociale, ouvriers ou cadres supérieurs
colo-rectal au moins une fois dans leur vie. Elles sont 25 % étant aussi régulièrement vaccinés.
danscecasauniveaunational.Leshommessontunpeuplus
nombreuxquelesfemmesàêtredépistés(30%contre24%).
Plusdelamoitiédespersonnesontbénéficiéd’untestdansle Des vaccinations un peu plus fréquentes
cadre d’un programme de dépistage systématique. Par ail- en Champagne-Ardenne
leurs,lemédecinapenséqu’ilétaitsouhaitableounécessaire
%defairepratiquerundépistageàprèsd’unquartdespersonnes
60
en dehors de tout signe, symptôme ou maladie digestive. Champagne-Ardenne
50Contrairement au niveau national, les personnes à revenus Métropole
modestes sont presque aussi souvent dépistées que les per- 40
sonnes à revenus plus élevés.
30
20
Dépistage du sida pour plus d’un tiers 10
des Champardennais 0
<30ans 30-59 ans 60 ans ou plus
Proportion de personnes vaccinées au cours des 12 derniers mois
Lesdépistagesaussibiendusidaquedel'hépatiteCsontaus-
sifréquentsenChampagne-Ardennequ'auniveaunational. Source : INSEE - Enquête décennale de santé 2002-2003
Lagrandemajoritédecesdépistagesalieulorsd'undondu
sang ou d'un examen de routine (mariage, grossesse, hospi-
talisation…), dans 77 % des cas pour le sida et 71 % pour
Les enquêtes Santé sont réalisées tous les dix ans par l'Insee depuisl'hépatiteC.Concernantlesida,ledépistageestunpeuplus
1960auprèsdesménagesordinaires.Ellesontpourbutderepéreretdefréquent chez les femmes mais beaucoup moins pratiqué
mesurerlesconsommationsmédicalesetl'étatdesantédesindividus,chezlesseniorspourplusieursraisons:moinsdecomporte-
etcherchentàévaluerlescomportementsindividuelsdansledomainements à risques, plus de don du sang, d'examen de
delasantéetdessoinsmédicaux.Ladernièreenquêteadébutéenoc-routine. Les non ou très peu diplômés sont sensiblement
tobre2002ets'estterminéedébutoctobre2003.Elleabénéficiéd'ex-moins dépistés que les autres. En revanche, le niveau de
tensions régionales en Nord-Pas-de-Calais, Picardie,revenun’influencepaslescomportements,cedépistageétant
Champagne-Ardenne, Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur.
bien pris en charge par l'assurance maladie. Il est surtout af-
Autotal,environ40000personnesontréponduàl'enquête,dont2500
faire d'éducation et de sensibilisation aux risques.
encorrespondantàunpeuplusde1000ména-
ges.L'extensiondel'échantillonenChampagne-Ardenneafaitl'objet
Clarisse Lefèvre - DRASS d'un cofinancement par la Direction Régionale des Affaires Sanitaires
et Sociales (DRASS), l'Union Régionale des Caisses d'Assurance Ma-Edwige Oliviero - URCAM
ladie (URCAM) et l'Agence d'Hospitalisation (ARH).Pierre-Louis Molitor -
Sylvain Monnot - INSEE
Dès sa parution, INSEE FLASH Champagne-Ardenne est disponible
sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr/champagne-ardenne
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.60.00
Directeur de la publication : Michel Gaudey, Directeur régional de l’INSEE
Chef du Service Etudes et Diffusion : Marie-Thérèse Tourneux
Rédacteur en chef : Jeanny Naulot - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Jeanny Naulot - Abonnements : Liliane Decombe
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Lenuméro:2,20euros Abonnement:11numéros19euros(France),23eurospourl’étranger,ou11numéros+dossier“Bilanécono-
mique” : 24 euros (France), 30 euros pour l’étranger
© INSEE-2005 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA055660 Dépot légal : Octobre 2005
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº56

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.