L'accueil des très jeunes enfants dans la Manche - Des tensions localisées dans le Sud-Manche (de la page 5 à 8)

De
Publié par

4 500 assistances maternelles offrent 8 800 places d'accueil à la journée dans la Manche. Même si leur nombre tend à diminuer depuis deux ans, elles constituent le mode d'accueil le plus utilisé. Dans neuf cantons de la Manche, la demande potentielle est très supérieure à la capacité de l'offre. On y dénombre quatorze enfants pour dix places offertes alors que la moyenne départementale est de moins de neuf demandes pour dix places. Les crèches collectives représentent à peine 5% des places d'accueil à la journée, mais la capacité globale d'accueil collectif devrait s'accroître de 15 % d'ici à la fin 2007. Dans certains cantons, plus de 37% des assistantes maternelles agréés ont plus de 50 ans. Dans quelques années, la question de leur renouvellement pourrait se poser, même si le nombre de naissances a tendance à diminuer.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Dans huit cantons, la tension est nette- sent parfois d’alternatives difficile-Des tensions localisées pour
ment plus forte que la moyenne ment repérables d’un point de vuela garde d’enfants
départementale, le nombre d’enfants par statistique. Certains confient leurs en-
place offerte y dépasse 1,35. Il s’agit des fants aux grands-parents ou à des amisEn 2003, on estime (cf encadré métho-
cantons de Saint-Malo-de-la-Lande, de la famille. D’autres préfèrent cher-dologie) que le département offre cent
Saint-Jean-de-Daye, Saint- Pois, Quette- cher une solution de garde plus procheplaces d’accueil effectives à la journée
hou, Barenton, Pontorson, La Haye-Pes- de leur lieu de travail que de leur domi-(individuel et collectif confondus)
nel et Percy. Dans trois cantons, ce taux cile. Par exemple, des parents habitant lepour 85 enfants de moins de trois ans
de scolarisation est faible (30 % à canton de Saint-Malo-de-la-Lande, oùayant besoin d’être gardés. Mais cette
Saint-Malo-de-la-Lande et 15 % à Percy l’offre de garde semble saturée, peuventmoyenne recouvre d’importantes dis-
et Saint-Pois), alors que des tensions profiter de l’offre moins tendue du can-parités territoriales (Cf carte).
semblent exister sur les capacités de ton de Coutances où beaucoup vont tra-
Tandis qu’une partie du territoire pré- garde. Dans les cinq autres, le taux de vailler. Certains pourraient donc par
sente un équilibre apparent entre la de- scolarisation des enfants âgés de deux à commodité ou par contrainte confier
mande potentielle et l’offre effective, trois ans est supérieur à la moyenne dé- leurs enfants à des assistantes maternel-
certaines zones disposent de capacités partementale (46 %). En fait, la scolari- les y résidant.
d’accueil nettement plus limitées. sation des plus petits dépend bien sûr des
Le rapprochement entre l’offre et la de-choix parentaux,
mande n’est pas figé. Dans les annéesmais aussi des con-Localisation des tensions
qui viennent, un grand nombre d’assis-traintes règlemen-(nombre d'enfants par place offerte)
tantes maternelles prendront leur re-taires. Actuel-
traite ce qui pourrait accroître lesCherbourg-Octeville lement, l’inscription
tensions ou en faire apparaître de nou-d’enfants de moins
velles. Mais à l’inverse, la diminutionde trois ans n’est pas
probable des naissances et l’augmenta-possible lorsque les
tion des capacités d’accueil collectif,classes sont satu-
fruit des mesures d’aides à l’investisse-rées. L’inscription
ment, devraient limiter les tensions,des plus petits n’estCarentan
voire les réduire. D’autres évolutionsautorisée que lors-
plus incertaines influenceront aussiqu’elle permet de
vrai- semblablement l’équilibre entrerelever les effectifs
l’offre et le besoin. Les conditionsd’une classe, et doncSaint-Lô d’accueil des jeunes enfants à la mater-de favoriser son
nelle sont en effet susceptibles de semaintien.
modifier tout comme le taux d’activité
des mères qui pourrait bien évoluer. LaDans neuf autres
future photographie des tensions dé-cantons Cerisy-Coutances
pendra en partie de ces différents fac-la-Salle, Granville,
teurs qui joueront dans un sens ou dansSourdeval, Lessay,
un autre, et dont le résultat final est au-Saint-Clair- sur-
jourd’hui assez incertain.L’Elle, Mortain,
Canisy, Ducey et
Granville Un quart des assistantesSaint-Sauveur-Len-
maternelles auradelin, la tension est
plus de 60 ans dansaussi palpable, maisAvranches
à un degré moindre. les dix prochaines années
Le nombre d’enfant
plus de 1,4
Les assistantes maternelles agréées depar place de garde yde 1 à 1,4
la Manche ont en moyenne 43 ans. Unoscille entre 1,05 etde 0,85 à 1
moins de 0,85 Saint-Hilaire-du-Harcouët peu plus de 9 % d’entre elles ont passé1,35.
55 ans, et atteindront donc dans lesmoyenne départementale : 0,85 ® Geofla © IGN - Insee 2004
Même lorsque la cinq prochaines années l’âge légal de
Source : Insee, recensement de la population 1999, Etat-civil - tension paraît forte, départ à la retraite. A court terme, ce
Conseil général de la Manche, PMI 50
les parents dispo- mouvement sera donc relativement
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 137. . . . . . . . . . .modéré. Une plus grande vague de dé- retraite prévisionnels. Pour autant,
parts est prévisible sur un horizon un dans les cantons d’Avranches, de Deux autres
peu plus lointain. Elle concerne des as- Granville, de La Haye-Pesnel, et de possibilités :
la famille etsistantes maternelles qui ont aujourd- Saint-Lô (2 cantons), plus de 37 % des
l’employée familiale'hui entre 50 et 55 ans, et qui pourraient assistantes maternelles ont plus de 50
cesser leur travail dans une échéance ans. Leur remplacement pourrait donc D’autres modes de garde indivi-
de cinq à dix ans : près de 17 % des as- être un enjeu local fort. En revanche, le duels existent. Les parents peuvent
sistantes maternelles sont aujourd’hui remplacement sera d’ampleur très li- faire garder leur jeune progéniture à
dans cette situation. Au final, dans les mitée dans une dizaine de cantons, si- domicile, par une employée fami-
dix ans à venir, plus d’un quart de l’ef- tués en majorité à l’Ouest de liale, où la confier à la famille. Au-
cune ne faisant l’objet de procédurefectif départemental actuel aura dépas- Cherbourg-Octeville.
d’agrément ou de contrôle, peu desé l’âge de 60 ans, et sera donc
données sont disponibles pour me-susceptible de cesser son activité. Moins de naissances, donc
surer leur ampleur. Si le recours à
d'enfants à garder
une employée de maison reste rela-
Comparé à d’autres métiers, le vieillis- tivement marginal dans le paysage
sement des assistantes maternelles Mais parallèlement à ces départs en re- de l’accueil de la petite enfance fran-
agréées ne constitue pas un sujet d’in- traite attendus, le nombre d’enfants à çais, la garde assurée par la famille
quiétude majeur au niveau départe- garder devrait baisser. Comme ailleurs, (parents, grands-parents…) occupe
mental compte tenu du relatif la diminution du nombre de femmes en une place importante.
étalement dans le temps des départs en âge de procréer, a entraîné une baisse ré- A titre indicatif, au 31 décembre
gulière du nombre 2003, 4 200 familles manchotes bé-
Part des assistantes maternelles de plus de 50 ans des naissances de- néficient de l’APE (Allocation Paren-
puis dix ans. De tale d’éducation…), dont plus de
Cherbourg-Octeville 6 200 au début de la 3 000 suite à la cessation provisoire
décennie quatre- d’activité complète d’un des deux
parents, les autres ayant cessé par-vingt-dix, il est pas-
tiellement. Mais bien sûr, tous lessé à 5 500 en 2003.
parents qui gardent leurs enfants neSauf arrivée mas-
touchent pas cette aide (il fallait parsive de jeunes adul-
Carentan exemple occuper un emploi avanttes, comme c’est
l’accouchement). Par ailleurs, unarrivé à l’époque
peu plus de 300 familles bénéficient
des grands chantiers
de l’AGED (Allocation de garde
Saint-Lô dans le Cotentin, ce
d’enfants à domicile) suite à l’emploi
nombre devrait
d’une personne à domicile pour gar-
continuer à dimi-
der leur enfant.
nuer dans les pro-
chaines années pour
se rapprocher de
Coutances 5 000 à l’horizon
2015. La baisse de-
Peu de créationsvrait être plus li-
d’équipements collectifsmitée dans le
dans le départementCoutançais où la
Granville frange littorale at-
tire les jeunes adul- L’offre d’accueil collectif devrait
tes, et dans le croître dans les prochaines annéesAvranches
Nord-Cotentin. grâce aux mesures d’aide à l’investis-
Cette baisse de la sement dont l’impact se fera sentir d’i-
plus de 37 %
fécondité contri- ci à 2007. Les premières estimations
de 30 à 37 %
buera à desserrer les laissent présager la création nette dede 20 à 30 % Saint-Hilaire-du-Harcouët
moins de 20 % tensions sur les ca- 150 places (créations et extensions de
® Geofla © IGN - Insee 2004 pacités de garde des structures confondues), soit une aug-
Source : Conseil général de la Manche, PMI 50 plus jeunes enfants. mentation de plus de 15 % de la capaci-
. . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 137. . . . . . . . . . .Pyramides des âges des assistantes maternelles
Création d’un agréées TNP au 31/12/03
observatoire de
l’accueil de la petite 200
enfance
180
dans le département de la
160Manche
140
120Le Conseil général et la Caisse
d’allocations familiales de la 100
80Manche ont signé début 2003, un
Contrat Enfance Expérimental de 60
deux ans (2003-2004). 40
20L’un des axes de la convention
porte sur la création d’un "observa- 0
20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 44 46 48 50 52 54 56 58 60 62 64 66 68 71
toire départemental de l’accueil de Age au 31/12/03
Source : Conseil général de la Manche, PMI 50la petite enfance", ayant vocation à
rassembler, synthétiser et déve-
lopper les informations en matière
d’accueil de la petite enfance sur té globale d’accueil collectif dans le le nombre d’inscriptions atteint à peine
ce département. département (voir carte, l’implantation 30 % des enfants de deux ans. Elle
des projets de structures). Néanmoins, tombe ainsi au niveau de la moyenneL’ambition est d’en faire un véri-
près de la moitié des cantons de la nationale.table outil de pilotage et d’aide à la
Manche ne seront toujours pas équipésdécision, en mettant à la disposi-
de structures d’accueil collectif de jeu- Enfin, une incertitude pèse sur l’évolu-tion des décideurs (Commission
nes enfants. Tous ces cantons se situent tion du taux d’activité des femmesdépartementale de l’Accueil des
en zone rurale, majoritairement dans le ayant un enfant de moins de 3 ans. De-Jeunes enfants, élus, gestionnai-
res, partenaires…) des informa- sud-Manche. Pourtant, l’attractivité puis 1990, ce taux est resté stable à
tions stratégiques contribuant à un des zones rurales constitue un enjeu 65 % dans la Manche, alors que celui
meilleur éclairage des décisions et fort pour le maintien des populations de l’ensemble des femmes âgées de 20
de l’action. jeunes ; elle passe par la mise à disposi- à 40 ans progressait de quatre points
tion d’un ensemble de services amélio- pour atteindre 78 % en 1999. Les fem-
Créé effectivement en novembre
rant le cadre de vie des familles, au mes sont donc de plus en plus présentes
2003, l’Observatoire se compose :
premier rang desquels figurent les sur le marché du travail, mais pas celles
- d’un Comité de pilotage, organe lieux d’accueil de jeunes enfants. Elle qui ont un enfant en bas âge.
"politique" constitué des décideurs implique également la possibilité de
des institutions adhérentes : Con- choix pour les familles, d’opter pour un Dans quelle mesure, le choix de s'arrê-
seil général, caisse d’Allocations mode d’accueil individuel ou collectif. ter de travailler pour s'occuper du bébé
familiales, fédération des MSA des
Côtes normandes, direction dé- L’ école a jusqu’à Projection des naissances de 1999 à 2015 par “pays”partementale Jeunesse et Sports, présent accueilli (base 100 en 1999)
Inspection académique, et direc- un grand nombre 120tion régionale de l'Insee en qualité
d’enfants âgés de
d’expert ;
deux ans dans la 110
- d’un Groupe technique perma- Manche. Prés de la
nent, composé de techniciens des moitié de chaque
100organismes représentés au sein classe d’âge y dé-
de l’Observatoire. butait leur par-
90
Sa première mission consiste en la cours scolaire.
réalisation d’un état des lieux an- Tout récemment,
80
nuel de la situation de l’accueil de le nom- bre d’ins- 1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015
la petite enfance dans le départe- criptions a chuté. PAYS DE LA BAIE DU MONT-SAINT-MICHEL PAYS SAINT-LOIS
ment. PAYS DU COTENTIN PAYS DE COUTANCESPour l’année sco-
laire 2004- 2005, Source : Insee, Omphale
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 137. . . . . . . . . . .
Nombre d'assistantes maternelles TNPBénédicte LECLERCou continuer à travailler est-il lié à la page par page et que la gestion des dé-
PMI-CAF de la Mancheprésence de celui-ci ou à des contrain- séquilibres éventuels ne peut qu'être
Bruno PIVETEAUtes de disponiblité de place de garde ? préparée par l'observation très loca-
Insee de Basse-NormandieQu'en sera-t-il demain ? lisée. Des préoccupations qui finale-
Ces incertitudes montrent que l'avenir ment pourraient incomber à
s'écrira au fur et à mesure des années, l'observatoire qui a été créé.
Les crèches familiales, un mode de garde en perte de vitesse
Une assistante maternelle agréée peut deville). Elles regroupent au total 133 assistantes mater-
choisir d’exercer son activité de façon indépen- nelles agréées, et offrent une capacité d’accueil de 312
dante (elle est alors employée directement par les pa- places à la journée, et 37 en périscolaire (uniquement sur
rents qui confient leur enfant) ou en crèche familiale (les Cherbourg-Octeville). Ce mode de garde recule petit à pe-
conditions d’agrément et de formation initiale par le Con- tit, deux crèches familiales ont en effet disparu récem-
seil général sont dans les deux cas identiques). ment (une fermeture et une fusion).
A la frontière des modes d’accueil collectifs et individuels, Après leur essor dans les années soixante-dix, le dévelop-
pement des crèches familiales a été stoppé en 1992 par lales crèches familiales, désormais appelées ‘’services
er création de l’AFEAMA (Aide à la Famille pour l’Emploid’accueil familial’’ (décret du 1 août 2000), emploient des
assistantes maternelles agréées accueillant à leur domi- d’une Assistante Maternelle Agréée indépendante), pres-
cile des enfants confiés par leurs parents. La structure tation versée par les CAF aux familles employant une as-
prend en charge les formalités administratives ; elle est sistante maternelle indépendante ; cette concurrence faite
aux structures familiales a signé l’amorce de leur déclin.placée sous la responsabilité d’une directrice qui assure
l’encadrement technique, et organise des temps collectifs La récente réforme des prestations d’accueil des jeunes
d’échanges et d’information à l’intention des assistantes enfants, avec la création de la PAJE (Prestation d’Accueil
maternelles et des parents, et d’éveil auprès des enfants des Jeunes Enfants), rend plus attractif encore pour les
accueillis. parents, le choix de l’assistante maternelle agréée indé-
pendante (revalorisation des montants versés aux famil-Au 31 décembre 2003, il existe quatre crèches familiales
les, avance des frais de garde sur un mois au lieu de troisdans la Manche, implantées exclusivement en zone ur-
précédemment…).baine (Saint-Lô, Cherbourg-Octeville, Granville et Equeur-
Les étudiants du supérieur en Basse-Normandie
Caen-Métropole se mesure à d'autres capitales régionales
DIRECTION REGIONALE DE L’INSEE CENT POUR CENT Basse-Normandie
93, rue de Geôle Directeur de la publication : Jean-Louis BORKOWSKI
14052 CAEN CEDEX 4 Rédacteur en Chef : Pascal CAPITAINE
Tél. : 02.31.15.11.00 Fax : 02.31.15.11.80 Secrétaire de Rédaction : Nadine GAUTIER
Site Internet : www.insee.fr/basse-normandie Composition PAO : Colette DE BRITO
Directeur : Jean-Louis BORKOWSKI
Administration des ressources : Colette JOURDAIN Prix de vente : le numéro : 2,2€
Service statistique : Jean-Pierre SERVEL Abonnement un an (12 numéros) :
Service études et diffusion : Laurent DI CARLO - France : 20€
Attaché de presse : Philippe LEMARCHAND - Étranger : 23€
ISSN 1267-2769 Dépôt légal : décembre 2004 Code SAGE : Cent13770 © Insee 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.