Médecins généralistes libéraux : densité plus forte, à louest de la région

De
Publié par

Au 31 mars 2001, le Centre compte 2 254 médecins généralistes libéraux. La moitié exercent en Indre-et-Loire ou dans le Loiret. En moyenne, trois habitants de la région sur quatre peuvent consulter un médecin dans la commune où ils résident. La densité de praticiens pour 100 000 personnes varie de moins de 87 (dans le Cher ou le Loiret) à plus de 102 (en Indre-et-Loire). Elle est particulièrement faible dans les franges franciliennes. Dans le Centre, un patient affilié au régime général de la Sécurité sociale consulte en moyenne 4,81 fois par an un généraliste. La consommation médicale est plus élevée dans les départements du sud de la région (Cher et Indre notamment), où la population est plus âgée, que dans ceux situés sur l’axe ligérien ou plus au nord (Loiret, Indre-et-Loire, Eure-et-Loir).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 63
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE CENTRE INFO n° 113 juillet 2002
n° 113
juillet 2002
2,20 €
Données non actualisables :
COMMUNES.XLS pour la base communale
PAYS.XLS pour la base pays
EPCI.XLS pour la base EPCI
Médecins généralistes libéraux :
densité plus forte, à l’ouest de la région
Fabien Gimenez
Au 31 mars 2001, le Centre compte 2 254 médecins généralistes libéraux. La moitié exercent
en Indre-et-Loire ou dans le Loiret. En moyenne, trois habitants de la région sur quatre peuvent
consulter un médecin dans la commune où ils résident. La densité de praticiens pour 100 000
personnes varie de moins de 87 (dans le Cher ou le Loiret) à plus de 102 (en Indre-et-Loire).
Elle est particulièrement faible dans les franges franciliennes.
Dans le Centre, un patient affilié au régime général de la Sécurité sociale consulte en moyenne
4,81 fois par an un généraliste. La consommation médicale est plus élevée dans les départements
du sud de la région (Cher et Indre notamment), où la population est plus âgée, que dans ceux
situés sur l’axe ligérien ou plus au nord (Loiret, Indre-et-Loire, Eure-et-Loir).
néralistes pour 100 000Au 31 mars 2001,
habitants, la densité mé-2 254 médecins généralis-
dicale s’établit à 87 pourtes libéraux sont en acti-
100 000 dans le Loiret, etvité dans le Centre. Ils
à 102 en Indre-et-Loire.exercent dans 514 com-
En Loir-et-Cher, on enmunes de la région. Ainsi,
dénombre 96,5 pourprès de 80 % des habitants
100 000 habitants.du Centre peuvent consul-
ter un généraliste dans leur Avec une densité mé-
commune de résidence. dicale régionale de 92,4
La médecine généraliste généralistes pour 100 000
reste donc un service de habitants, le Centre se
proximité. place au dernier rang des
régions de métropole, ac-La moitié des généra-
cusant ainsi un retraitlistes libéraux du Centre
d’environ 20 points sur lasont installés en Indre-et-
moyenne nationale. (PourLoire ou dans le Loiret, où
les résultats détaillés par région, voirenviron 85 % des habitants peuvent con- Les deux départements les plus peuplés
« Projections médecins 2002-2020 » Do-sulter leur médecin dans leur commune de la région présentent des situations bien
cument de travail, série statistiques n° 30,de résidence. En Eure-et-Loir, c’est le cas différentes en terme d’offre de soins. Si
février 2002, DREES).pour seulement 69 % de la population. cette offre est mesurée en nombre de gé-
MOTS-CLES du THESAURUS INSEE médecin, médecine libérale, disparité régionale
INSEE Centre - Service Etudes et DiffusionDirecteur de la publication : Marie-Claude DUTERIEZ
ISSN : 0986-976X - Code SAGE : ICI11348 43, avenue de Paris - BP 6719 - 45067 Orléans Cedex 2
1Abonnement : contacter le 02.38.69.53.64 Tél : 02.38.69.52.52 - fax : 02.38.69.53.00 - Internet : http://www.insee.frINSEE CENTRE INFO n° 113 juillet 2002
régionale de l’espace rural). L’espace ru-Franges franciliennes : part des cantons du département présen-
ral du Loiret et plus encore celui du Cherdes densités de praticiens tent des densités au moins égales ou su-
paraissent les bien moins dotés (82,9très faibles périeures à la densité régionale (92,4).
et 81,9).Les densités médicales des territoi- L’offre de soins dans les espaces ur-
res limitrophes d’Ile-de-France sont fai- bains, qui regroupent 67,1 % de la popu-
bles. Divers résultats ressortent de l’ob- lation régionale, contraste avec celle des L’offre de soins n’influence pas
servation des franges franciliennes de la espaces ruraux : elle y atteint 94,2 géné- directement la « consommation »
région : les zones d’emploi de Pithiviers, ralistes pour 100 000 habitants contre médicale
Montargis, Dreux, ont en commun des 88,5. Seul le rural de l’Indre affiche une Parmi les personnes de la région Cen-
densités de généralistes particulièrement offre supérieure à celle de l’espace urbain, tre affiliées au régime général de la Sé-
faibles. On compte 77 généralistes pour par ailleurs le moins bien loti de la région ; curité sociale, six bénéficiaires sur dix ont
100 000 habitants dans la zone d’emploi
consulté un médecin au moins une
de Pithiviers, et moins de 86
fois durant l’année 2000. Les ha-
dans celle de Montargis. La
bitants du Loir-et-Cher, de l’Indre
zone d’emploi de Chartres
et du Cher ont été plus nombreux
fait exception puisqu’on y
que la moyenne à le faire (respec-
dénombre 161 généralistes
tivement 62,8, 62,6 et 60,7 %).
pour 100 000 habitants.
Dans le même temps, 58,4 % des
L’Eure-et-Loir conjugue une
habitants de l’Indre-et-Loire,
densité proche de la
58,6 % de l’Eure-et-Loir et
moyenne régionale et de for-
59,4 % du Loiret ont consulté leur
tes disparités cantonales.
généraliste.
Le Cher, l’Eure-et-Loir
Offre de soins et recours aux
et le Loiret sont les départe-
professions de santé ne semblent
ments de métropole où le
donc pas directement liés. Les ha-
nombre de médecins généra-
bitants d’Indre-et-Loire par exem-
listes pour 100 000 person-
ple ne recourent pas plus à un gé-
nes est le plus faible.
néraliste que ceux des autres départe-
on y compte moins de 84 généralistes pourL’implantation d’une faculté de mé- ments, alors que la densité médicale y est
100 000 habitants. Les espaces urbains dudecine dans un département place géné- la plus forte de la région. A l’inverse, le
Cher, du Loiret et d’Eure-et-Loir présen-ralement ce dernier en tête des départe- Loir-et-Cher présente à la fois une offre
tent également des densités plus faiblesments de la région en terme de densité de soins élevée et une consommation
que la région Centre (90,4 et 88,8).médicale. Ce phénomène s’observe dans d’actes soutenue.
l’ensemble des régions françaises, à l’ex- En Indre-et-Loire, l’espace rural (93,3
D’autres facteurs seraient à prendre
ception de Provence-Alpes-Côte d’Azur. généralistes pour 100 000 habitants), cer-
en compte pour expliquer ces disparités
L’Indre-et-Loire avec Tours ne fait pas tes moins bien doté que l’espace urbain,
départementales en terme de comporte-
exception : on y dénombre 102 généra- se situe cependant bien au-dessus de la
ments de consultation de médecins : si
listes pour 100 000 personnes. La plu- moyenne régionale (88,5 pour la moyenne
les effets des « habitudes culturelles »
semblent difficiles à appréhender,
d’autres paramètres, tels l’âge, le sexe,
la catégorie socioprofessionnelle des po-Densité de médecins généralistes libéraux
pulations, pourraient l’être plus aisément.
Si l’on restreint l’observation aux
seuls salariés du régime général ayant
consulté un généraliste au moins une fois
en 2000, le nombre moyen de consulta-
tions par patient et par an diffère peu d’un
département à l’autre. En effet, en un an,
un patient du Cher va 4,69 fois chez le
médecin durant l’année ; celui du Loiret
consulte 4,66 fois. Pour la même période,
les patients du Loir-et-Cher se rendent un
peu plus souvent chez leur médecin
(4,98 actes).
En moyenne régionale, les patients
résidant dans des communes rurales vont
chez le médecin 4,95 fois par an, contre
4,74 fois pour ceux résidant dans l’espace
Sources : INSEE, recensement de la population 1999, urbain. Hormis les départements du Loi-
CNAMTS, Service Médical de la région Centre, fichier ERASME
2INSEE CENTRE INFO n° 113 juillet 2002
ret et d’Indre-et-Loire dans lesquels les
Méthode
consommations médicales sont sensible-
ment équivalentes entre les espaces ru- Sur un territoire géographique donné, on peut mesurer l’offre de soins par le taux
raux et urbains, il existe de légères dis- d’équipement de la population en généralistes libéraux, et également par la densité
parités de consommation médicale entre de praticiens (exprimée pour 100 000 personnes). L’offre de soins la plus élevée se
le rural et l’urbain dans les autres dépar- traduit par une valeur absolue élevée des deux indicateurs. Les territoires où l’offre de
tements de la région. soins est la plus forte cumule taux d’équipement de la population élevé et densité
médicale forte.Si la propension à consulter un mé-
decin au moins une fois par an s’accroît
Nombre d’actes par patient Densité des médecinsavec l’âge, il semble que l’influence de
du régime général ayant consulté généralistes libéraux
ce facteur soit encore plus déterminante
un médecin généraliste libéral
lorsque l’on s’intéresse à la fréquence des dans l’année
rendez-vous. Au sein d’un même dépar-
tement, on constate que plus la popula-
tion est âgée plus le nombre de visites
chez le médecin généraliste augmente.
Dans l’espace rural de l’Indre, où plus
d’un habitant sur cinq est âgé de plus de
70 ans, les malades vont en moyenne 5,34
fois chez le médecin généraliste alors que
dans l’espace urbain de ce département
dans lequel les plus de 70 ans ne dépas-
sent pas 15 % de l’ensemble des mala-
des, les patients ne s’y rendent en
moyenne que 4,66 fois par an. Le nom-
bre moyen de visites par an augmente
ainsi avec l’âge. Ce phénomène peut s’ex-
pliquer en partie par le suivi médical né-
cessairement plus régulier des personnes
âgées, public en général plus exposé aux
problèmes de santé que les plus jeunes.
Nombre
de 5,09 à 5,90
Densité pour 100 000 habitantsde 4,90 à 5,09Les patients privilégient de 4,76 à 4,90 plus de 99
de 4,60 à 4,76 de 92,36 à 99la proximité
de 4,09 à 4,60 de 87 à 92,36
Dans les communes dotées d’au de 82 à 87
moins de 82moins un généraliste, ces médecins ef-
Moyenne régionale : 92,36fectuent les deux tiers des actes médicaux
Actes effectués
des habitants. Cette proportion est di- à l’extérieur du canton
rectement liée à l’offre de soins. Ainsi, de résidence du patient
dans les communes où deux médecins au
plus officient, moins de 40 % des actes
des habitants y sont effectués. A l’inverse,
dans certaines communes comme Vier-
zon, Dun-sur-Auron, Aubigny-sur-Nère,
Argenton-sur-Creuse, Issoudun,
Senonches, Dreux, Gien et Sermaise…,
environ neuf actes médicaux sur dix des
habitants de ces communes sont pratiqués
sur le territoire communal. En effet, l’of-
fre de soins de ces communes compte
un nombre de médecins suffisant pour
offrir un choix relativement élevé aux
patients. Dans les six villes préfectures,
En % du nombre d’actesoù la porosité inter-communale semble consommés par les patients
résidant dans le cantonnaturellement plus forte, environ trois
59,4actes médicaux sur quatre sont réalisés
30,7
sur le territoire communal.
2,0
Dans les deux tiers des communes
n’ayant qu’un seul médecin, le nombre
Sources : INSEE, recensement de la population 1999,Limite de département
CNAMTS, Service Médical de la région Centre, fichier ERASMEannuel d’actes effectués est supérieur Limite de canton © IGN, INSEE 2001
3INSEE CENTRE INFO n° 113 juillet 2002
à la moyenne régionale (6 920 actes con- ils vont généralement dans le canton li-soins de l’Indre est supérieure à celle du
tre 5 300). Dans certaines communes, mitrophe ou vers l’une des villes les plusCher, qui cumule une faible densité mé-
l’offre de soins peut paraître restreinte no- importantes du département.dicale et une forte activité des généralis-
tamment quand le médecin effectue beau- tes. En Eure-et-Loir et dans le Loiret, Ceux qui consultent dans une autre
coup de visites à domicile. Ainsi dans le le taux de visite à domicile est respecti- commune que celle de leur résidence, par-
Cher et l’Indre, plus de 20 % des actes vement de 11,6 et 13,2 %. courent en moyenne 13 kilomètres. Les
effectués par les généralistes sont des vi- habitants de l’espace rural rajoutent enGlobalement, sept actes sur dix sont
sites à domicile alors que la moyenne ré- moyenne deux à trois kilomètres.pratiqués par des médecins généralistes
gionale ne dépasse pas 15 %.
du canton de résidence des malades. Dans le Cher et dans l’Indre, les ha-
La situation de ces deux départements Quand les patients consultent dans un bitants qui se déplacent le plus loin sont
n’est toutefois pas identique. L’offre de autre canton que celui de leur résidence, ceux de l’espace urbain.
respectivement 19, 21 et 22. Comme pour la médecine gé-On dénombre dans le Centre au 31 mars 2001, 3 868 mé-
nérale, la présence de la faculté de médecine à Tours expli-decins libéraux dont quatre sur dix sont des spécialistes.
que que les spécialistes soient plus nombreux en Indre-et-36 spécialités sont exercées dans la région par des spécialistes
Loire : un spécialiste sur trois de la région y exerce, pour unlibéraux. Un huitième d’entre eux pratiquent la « radiodiagnos-
sur quatre dans le Loiret.tic et imagerie médicale », un dixième la « psychiatrie
générale ». La troisième spécialité la plus représentée est l’« En région Centre, les 1 614 médecins spécialistes exer-
ophtalmologie ». cent dans les chefs-lieux de canton.
Dans les communes périphériques des chefs-lieux de dé-On ne retrouve pas toutes les spécialités dans les différents
partement, la présence d’une clinique privée augmente ledépartements de la région. Dans le Loiret, on en compte 32
nombre de spécialistes, voire de spécialités. Dans ces com-différentes (dont 25 à Orléans) contre 31 en Indre-et-Loire (et à
munes, la densité de médecins spécialistes est supérieure.Tours). Dans l’Indre, le Cher et en Eure-et-Loir on en dénombre
Spécialistes : radiologues et psychiatres en tête
Spécialité Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loir-et-Cher Loiret Total
Radiodiagnostic et imagerie médicale 22 39 13 64 21 43 202
Psychiatrie générale 18 12 11 66 27 44 178
Ophtalmologie 12 20 10 45 20 34 141
Gynécologie obstétrique 12 25 10 27 16 32 122
Pathologie cardio-vasculaire 10 18 7 39 15 30 119
Anesthésiologie - Réanimation chirurgicale 11 11 6 39 14 24 105
Dermatologie et vénérologie 8 13 6 39 12 25 103
Pédiatrie 8 10 5 33 7 22 85
Chirurgie générale 13 17 5 20 9 13 77
Gastro-entérologie et hépatologie 7 11 5 18 8 16 65
Oto-rhino-laryngologie 9 10 6 17 7 16 65
Autres disciplines (25 spécialités dont rhumatologie, stomatologie,
33 42 19 113 41 104 352
pneumologie, ...)
Total des spécialistes libéraux 163 228 103 520 197 403 1 614
% des spécialistes 10,1 14,1 6,4 32,2 12,2 25,0 100,0
Nombre de généralistes libéraux 273 359 210 568 304 540 2 254
% des généralistes 12,1 15,9 9,3 25,2 13,5 24,0 100,0
Source : CNAMTS, Service médical de la région Centre, Fichier ERASME au 31-03-2001
Source :
Fichier ERASME (Extractions, Recherches, et Analyses pour un Suivi Médico-Economique) : c’est le système d’infor-
mation de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés.
Les données alimentant la base ERASME sont issues du système informatique de production. Ce système repose sur :
- la gestion des flux internes issus des Caisses Primaires d’Assurance Maladie (CPAM) : remboursements pour
l’ensemble des prestations en nature et en espèces ;
- la gestion des flux externes qui concernent la saisie à la source par les professionnels de santé et les établissements
(feuilles de soins électroniques par Vitale, bordereaux des cliniques privées notamment) ;
- les données permanentes qui concernent les informations relatives aux assurés et leurs ayants droits, et l’offre de
soins (professionnels de santé, établissements, ...).
l'Assurance MaladieCette publication a été réalisée en collaboration avec
sécurité socialela Caisse Nationale d’Assurances Maladies des Tra-
caisse nationale
vailleurs Salariés du Centre
service médical-région Centre
4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.