Produire des statistiques : pour quoi faire?

Publié par

Histoire & Mesure, 2007, XXIII-1, pp. xx-xx
1Pierre-Cyrille Hautcoeur
Produire des statistiques : pour quoi faire?
eL’échec de la statistique des faillites en France au siècle.
Résumé. Certaines statistiques sont développées dans un mouvement cohérent, qui
inclut à la fois des objectifs de gestion administrative, un projet politique et un projet
intellectuel. Ce fut le cas en particulier de la statistique de la justice criminelle, qui se
développa en France dès les années 1820 et évolua avec la criminologie et la politique
epénitentiaire tout au long du   siècle.  Nous  étudions  la  statistique  officielle de  la 
justice civile et commerciale, en particulier sa partie consacrée aux faillites, et montrons
que, malgré sa qualité technique, cette statistique déclina parce qu’aucun usage réel
n’en fut fait : son utilisation à des fins de gestion administrative fut rapidement remise 
en cause, probablement non sans lien avec l’absence de véritable usage politique
(c’est-à-dire législatif), lui-même affaibli par le manque de théories économiques
ou  sociologiques  capables  d’utiliser  efficacement ces  statistiques  pour  expliquer  des 
phénomènes significatifs. 
thAbstract. Origins and Uses of Bankruptcy Statistics in 19 -century France. The
History of a Failure.
Some statistics are developed as part of a consistent intellectual, political and administrative
project, as was the case of criminal statistics which appeared and developed with criminology ...
Voir plus Voir moins
H o re & Me re, 007, XXIII-1, pp -
C P H          
P q p q L q F             
R  Cer es s s q es so ve opp es s o ve e o re , q              o s  es o je    s  e  es  o        s r   ve,    proje  po    q e e     proje   e e e Ce e s e p r er e s s q e e j s e r e e, q se  ve opp e Fr e s es es 1820 e vo ve r o e p e re o o    e  siècle. Nous étudions la statist o e c  i  e p ll o e     d  e q   l e a   jq  se  ,  e      v  r  e  se     qo       e r    e    e,   eq   pe r   e    e   es r  s   s  p  qr   ee    o    s      r pe  r   e   q i  q    u    e      o e f s,   e    s  o  e  rro  es   , ( n   e e n s   f -u  t s- e f , a r it pe  r : o s   o   n    s u e ti   l  i e s ), a   t  i  o    n o-  à     d s e   s e  s   n    s e   d    e     g v e e s  t  io   n   e a s d e m   i   n e i q s  t  r ee a  t  i v v e e r    f   u   t   o r re a e p s i  de   m eo e   n po t o r  e  q m q i e s s e e   e s p r ou sociologiques capables d’utiliser efficacement ces statistiques pour expliquer des phénomènes significatifs.  O U p S   F T                   H F Sproo jee s   e  s1  9  s  s       ree     esev eo  o  pre       s  p   sr     o  s       so w s   s  e      p p  ee  r ee          ,   peov  e   o p  e     w         i r a   l   s  t s a   t ro i   s  t o i v c  s e     , s w  r century, particularly in France and Belgium. We examine the offic o  Fre  e s e  s    v    s      s ,    o   o  e r  s       ej   sr     e ,  e  s ps e      s       s     o  s e  e  os        e e    kpo re  r  p or       (,      wes  e1 r 8s ,3  0ews )e  r eeWp   e r  eso  r  oe w      e s e s r       e   rr           see        o r  es oj   s    o  sew   e ev  e  r  s  w s e s    rs   e o    o s    er   s  ,   ep    r ,ow  p or   o   v    ee        eev  e       seeev e    eee    N   ee        eoer        e ee        e e resv  eor    e e   P    or er  o   swer   eq   e q es  o s       op heless p d r e o v v e  l  o e p  i  n   g e  r s e ci s e  n  ti    c   s f  r  a  m s e   w  o o r  k  .  T e h F i r s e l  e  d  t  o 1  9 a    -d  e e c  li  n  e r   o s f o t  h  e e s  e    s  t  at  i  s e ti  c o s  . o T  he   y nevert
1    -     , C p s Jo r , 48 o ev r Jo r , 5 014 P r s E- : -oe r@pse e s r Je re er e es p r p s s re s o re es pro - s e e s s q e e      e s re « L re o e r e  c , e e p r- er r r , e-Sop e r o, C re Le er er e ess ro S po r e rs e o r e e s, e rs s es o s e e rs re rq es Ce r e es pro o e e r v e p o es s s q es es Co p e r , r v e ve N e Levr o, o es o se s o e e pr e 1
H o re & Me re, 007, XXIII-1
L s s q e e j s e v e e o er e es e e 1830 s  o e e s s q e r e e ; e e se e p e p r es es  s o s e es es perso es Po r , e rs es es re : r o o e e se o e, q e e r s o s e so o o e -se ss po r er v e, s e e D rk e S o e majeur, Gabriel Tarde passe directement en 1900 du Bureau de statistique  s re e J s e Co e e Fr e 1         verse,     r    e  e e e e s s q e o er e es re v s e r rospe ve-e , r e po s po q e « o er e e e o es o o s es po r es res So or e es o s re : j pos e s s q e e j s e v e, e e pp r o e p re p vre N o s, e e o - e r p e e e o o e e e p e s s e es s es Co p-e r e r o e j e v e e o er e e es pro e e re so e pe p s s e M s s q e Comment sont définis ses objectifs ? Surtout : quels sont ses usages réels ? Contribuent-ils à son évolution ? Modifient-ils notre compréhension de la conflictualité commerciale et de la vie des entreprises ? I o s se e e e r er es q es o s jo r , e e e    e s e q vo re re e e es o o s es o s or e s  r p r o s po r e ro o o q e, o j so ve ve e attitude excessive (d’hostilité ou de confiance) envers la statistique. Nous es e ero s e o s o e r p r re e s r s s q e es  es, r e s s q e o er e e s je e por e o-o q e, s ss so e e po q e r e 2  No s pr se ero s e pre er e se e p e e s s q e o er e, s o o o- e e so o e , e o s pp s r o s r es r ppor s ro s  es Co p e r 3  No s s ero s e s e ro s s es re s (q o q e p r o s s) e e e s s q e Le pre er es s r : r e o e o p e e v es r , s s q e es e pre- er e s r e e es o s r ve po r e s re e J s   e  Le  e     e  s  e es      s      :    s    s  q e per e    o server, pensent les contemporains, les sujets soulevant des conflits fréquents, ce qui justifierait des améliorations législatives. Le troisième usage est savant : la s s q e es s r e e o ss e q o o s es o or s es pe ve ser e o pre re e o e o er No s o rero s o e es s es s r e , s ss e s r o q e es es s 1       , M &       , P , 1989 2       , J -C , 1980 ;   c , L , 1989  3 D sor s, o s o s o e o s e r v o Co p e r po r re r -re e s s q e e j s e v e e o er e 2
P erre-C r e H r
re o re e o e , pr s pre er e ps e erves e e pe eq e s s q e se e o vr r es perspe ves o re ses, v e e ps e rep e e s r q e o s e ero s e p q er No s -ero s o re e e    e  s e, p r o e q vo e ve oppe e e  po e e e e s s q e  O pp q                          O e Co e s o re res o es, R vo o r se unifie l’organisation de la justice et le droit plus qu’elle ne les transfor -e r e e Ce e r o s o es po r e o p, ve vo o  o serv o s s q e q e Fr e ep s R vo o 4 , s  ss e e s s q e e j s e 5  Le r ppor ro pre er Co p e r e r o e j e v e e o er e (q porte sur les années 1820-1830 et est publié en 1831) s’ouvre en affirmant q e « s r o , e Fr e, ro ve s pr p e p ss e s so unité ». L’unification en matière judiciaire est déjà triplement assurée par une organisation judiciaire homogène, par des codes unifiés et par une ju -risprudence à la fois diffusée par des publications spécialisées et unifiée par es r s p r e rs 6  E e es e e p r r e o serv o e so o o e e p r s r o e r e, o serv o q req er
4       , J -C , 19 ;         , M -N , 1988 ;       , I , 1991 5        , E , 2004 6 Les o e por s so e q e « j r spr e e, po r vo r or e o , o re e pre e e e r re or e q es pre re o o de toute législation », ce qui justifie le rôle central de la Cour de cassation en la matière (C       -c        , E e, 1845, r « J r spr e e ) Les p o s e j r spr e e o e e v R vo o Le R per o re  e J -N      (1 5-1 83) e 64 vo es es e rs re e e e P -      (180 , 1808), q - e ser e o e    J r pr e e r e  e D       (p e p r r e 1824) Ce e er re, q ( ve ses « produits dérivés ») domine ensuite jusqu’à la fin du siècle, tire plus directement son or e Jo r e e e e Co r e o , p p r r e 1 91 p r e série de juristes éminents, en particulier Denevers, Sirey, puis Dalloz et Tournemine. D’autres re e s e s e , q o e e e or o e es rr s e Co r e ss o e es o rs  ppe : s e e F -N       & J -S        ( r ), 1814, - e ss e s o  ve      o q e rre  e F        e         , r e e 1812 No s vo s p s ro v o vr e sp s e j r spr e e o er e v e e G sse (      , 1851), dont l’auteur n’est pas un jurisconsulte ou un avocat, mais le secrétaire du Tribunal e o er e e Se e, o se e vre r e re se e re M e e j e e o er e (      , 1833) p s e rs o s r j sq e 1866 3
H o re & Me re, 007, XXIII-1
 e or o o o e, s e e s q e, q ev e p q e  orsq   pp r     e Co p e r   L j s e o er e e p s e ep o E 1 90, es r e o er e so e s r o o pr e e es pr v es ;  e o e e rs s r s p r « e o er e ( o r e v r e   ) s rv r s o p s s ppress o e e o p r e pe p e es res j es L r o s o es ressor s es r e o er e e es r v s, s q e e r s or o es o rs p-pel, simplifient l’observation de la justice commerciale par le ministère. D     e rs,    s  es  rro   sse e  s q    e   spose   p s       r        e o er e, e r e pre re s e s e so s or e o er- e e e e L s or o j e o er j e v (e ppe e e ss o ) e p e p s e or e o o e e , e s e  e es   rosse  e  e s o s   r   es 8  Le pre er Co p e r e r o e j e v e e o er e  es p q s pr s e e j s e r e e, q  pp r       o  re      r s  o  e so   o   e  L    e r, Je    rro  e  , es e e ; r e e re e s s q e s re e J s e e 1830 1862 e e e p e e se e e s s q e j re 9  pr s  Co e e o re p r e e p e s or q e r p r       -      , 1912,  p 1 8. À la fin du    e s e, e s e e s s e j re o er o o e es e p s e p s so ve re se e se, e p r er re r e e j r o q o e or v r er ( p r e e p e Y       &   c  ( r ), 1901, p 129 ;        , E -E , 188 )        -      , 1912, p. 104, affirme radicalement que « la juridiction commerciale ne se justifie plus aujourd’hui ni théoriquement ni pr -q e e C r es L o -C e o s re q e es j es pro ess o e s evr e s jo er aux commerçants dans les tribunaux de commerce, mais note leur efficacité et affirme que es es re ve or e , o q e es o rs p es e evr e p s pro o er e q ero es e se e e e r e p r r e o er e (L    -   , C , 1886, p 5 6 ;     -c    , C &        , L , 189 )  Le ev e p s v c o rs e s ss o e o s r es es e 1889 E 1880, propos o e o S -M r e v s e q e e e o so pp e o o er s ; e e e os du Tribunal de commerce de la Seine (Tribunal de commerce de la Seine, s.d.), mais aussi de  Co r e ss o Les r e o er e reve q e e v e o o- e : es se s s e o r se s r es es re o s s r po se e C re e o er e e P r s e e e or o e e e e L verpoo es o - o r q e e e p sser p r e j r o s, so p r e q e es r e o er e e pe ve p s j er e er er ressor po r es res o e je p sse 2 500 r s, so q e es r s o ers o ve p sser ev es r v s ( e re 16 j v er 186 , cc ,    3-80(1)) S r es r ppor s e re j r s es e r e o er e pe o re p r o e, vo r ss C   c , 200 9 L s s q e r e e res e o s « pr r e es e s re e    s    s  q e,  o  e e     o   e    r    e       e Yver  s q    o e  e       s e    r-4
P erre-C r e H r
q e q es s o s, p o ev e e e e pre e or e s e p r r e 1840  se e s s q e v e e o er e, p e e se o e,  r e, ro r p e e E p r er, es es e o initialement pas l’objet d’un recensement spécifique au sein des Co p e   De e q e es e r re e o r es s es vo es e s s- q e r e p r e e e e E p re, e es so se es es pre ers Co p e r , ou plutôt fondues dans l’ensemble des décisions des r e o er e o es r v s s e o er e e E 1840 e rev e, s s o e e o r e e o e 1838, es or- o s o er es es e es s ev e e so r s r es, o p 22 p es s e vo e e E es e e s e q -  ve e    orsq e (po r p r  e   s 1841, p  s e  1846)   o  re o  e    o  er o es es o s ve e q e r : es s pp r s-se p s q ve r p r e e o e o r ppe , vo re  e e o e Ce r r sse e e p e p s s er s s es e r sse e s q s : r o re e p es p s r (e v ro q re o s r es e s ve e es, e e e es o p s ve e q e r ), o pe o s rer q e e e statistique connaît son apogée vers 1875, avant un déclin significatif.  e L e r s o C e er e or o s s s q es e pro-ve e es r es e r e re e r or s o e e r p - o s es Co p e r , p sq e e es e p r re 30 1808 Le re e se e es es es ss e o e ps v  se e p e es Co p e  Po r o s e e r o ve e re o ver e p r e Co e e o er e e 1808, p s e rs e ves so es e e se s  v 1830 D s 1811, e r re s re e I r e r 10  e e  e r o e s e e es es q po r e s e, e o , s pro ess o , so o e, e « o p ss es -es ep s 50,000 r s e e es , e « r re e e, es - e e  e s p e, e q ero e o e q ero e r e se e es o serv o s ve e es o o re e es r o s so o serv es,
ro e e s p ov o , s e p r e o r e e q e e j s e r e e (        , , 1882) 10  Une lettre du président du Tribunal de commerce d’Abbeville au ministre de l’In - r e r, e 20 e re 1811, re vo e e e e e e - e 26 ove re ( r ves o es (   ), F12 86 « ev e ) 5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.