Tendances en matière de consommation et de participation dans ...

De
Publié par

Tendances en matière de consommation et de participation
dans le secteur culturel
PROGRAMME DE LA STATISTIQUE CULTURELLE
DE STATISTIQUE CANADA
Rapport rédigé par
Lucie Ogrodnik, analyste recherchiste
Programme de la statistique culturelle
Culture, tourisme et Centre de la statistique de l’éducation
Statistique Canada
Décembre 2000 ENTENTE DE LICENCE POUR L’UTILISATION RESTREINTE D’UN PRODUIT DE
DONNÉES
Le gouvernement du Canada (Statistique Canada) est le propriétaire ou le concessionnaire de tous les
droits de propriété intellectuelle (dont les droits d’auteur) rattachés à ce produit de données. Sur paiement
de la redevance requise, vous ou votre organisme, selon le cas, (appelés ci-après « l’utilisateur ») obtenez
une licence non exclusive, incessible et non transmissible d’utilisation de ce produit de données
conformément aux modalités de la présente entente.
Cette licence ne constitue pas la vente d’une partie ou de la totalité des droits du (des) propriétaire(s). Ce
produit de données peut être utilisé uniquement par vous ou à l’intérieur de votre organisme, selon le cas.
Aucune partie de ce produit de données ni aucun des droits prévus par la présente entente ne doit être
vendu, loué, donné à bail, prêté, accordé en vertu d’une sous-licence, ni transféré à une autre personne
ou un autre organisme. L’utilisateur ne doit utiliser aucune partie de ce produit de données pour élaborer
ou mettre au point tout autre produit, ou service, de données à des fins de diffusion ...
Publié le : mardi 3 mai 2011
Lecture(s) : 89
Nombre de pages : 129
Voir plus Voir moins
Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel PROGRAMME DE LA STATISTIQUE CULTURELLE DE STATISTIQUE CANADA Rapport rédigé par Lucie Ogrodnik, analyste recherchiste Programme de la statistique culturelle Culture, tourisme et Centre de la statistique de l’éducation Statistique Canada Décembre 2000 ENTENTE DE LICENCE POUR L’UTILISATION RESTREINTE D’UN PRODUIT DE DONNÉES Le gouvernement du Canada (Statistique Canada) est le propriétaire ou le concessionnaire de tous les droits de propriété intellectuelle (dont les droits d’auteur) rattachés à ce produit de données. Sur paiement de la redevance requise, vous ou votre organisme, selon le cas, (appelés ci-après « l’utilisateur ») obtenez une licence non exclusive, incessible et non transmissible d’utilisation de ce produit de données conformément aux modalités de la présente entente. Cette licence ne constitue pas la vente d’une partie ou de la totalité des droits du (des) propriétaire(s). Ce produit de données peut être utilisé uniquement par vous ou à l’intérieur de votre organisme, selon le cas. Aucune partie de ce produit de données ni aucun des droits prévus par la présente entente ne doit être vendu, loué, donné à bail, prêté, accordé en vertu d’une sous-licence, ni transféré à une autre personne ou un autre organisme. L’utilisateur ne doit utiliser aucune partie de ce produit de données pour élaborer ou mettre au point tout autre produit, ou service, de données à des fins de diffusion ou de mise en marché, sans une autorisation permettant d’en faire ainsi. L’utilisateur ne peut ni désassembler, ni décompiler, ni décortiquer de quelque façon que ce soit le logiciel qui fait partie de ce produit de données, si tel est le cas. L’utilisateur ne peut transférer ce produit de données, ni l’emmagasiner dans un réseau électronique à l’intention de plusieurs utilisateurs à moins d’obtenir au préalable une permission écrite de Statistique Canada et de payer les frais supplémentaires exigés. Ce produit de données est fourni « tel quel », et Statistique Canada ne donne aucune garantie explicite ou implicite, qui comprend une garantie de commerciabilité et d’adaptation à une fin particulière, mais ne se limite pas à cette garantie. En aucune circonstance, Statistique Canada ne sera tenu responsable des dommages indirects, réels, conséquents ou de tout autre dommage quelle qu’en soit la cause. La présente entente sera automatiquement résiliée, sans préavis, si l’utilisateur ne respecte pas l’une quelconque de ses modalités. Par suite d’une résiliation, l’utilisateur doit immédiatement retourner ce produit de données à Statistique Canada, ou le détruire et certifier sa destruction par écrit à Statistique Canada. Il VOUS INCOMBE de veiller à ce que votre utilisation de ce produit de données soit conforme aux modalités de la présente entente et de demander préalablement à Statistique Canada la permission écrite d’utiliser le produit à des fins qui ne sont pas autorisées ou précisées dans la présente entente. TOUTE UTILISATION QUELLE QU’ELLE SOIT DE CE PRODUIT DE DONNÉES ATTESTE QUE VOUS ACCEPTEZ LES MODALITÉS DE LA PRÉSENTE ENTENTE. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez vous adresser à : Services de concession des droits de licence Tél. : (613) 951-8211 Division de la commercialisation Téléc. : (613 951-1134 Statistique Canada Ottawa (Ontario) Canada, K1A 0T6 Révisée le 11 décembre 1996 Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel Décembre 2000 Signes conventionnels Les signes conventionnels suivants sont employés dans les publications de Statistique Canada : .. nombres indisponibles … nombres n’ayant pas lieu de figurer - néant ou zéro - - nombres infimes x confidentiel en vertu des dispositions de la Loi sur la statistique relatives au secret Nota Les estimations sont arrondies au millier près. Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués. Les estimations pour le Canada inférieures à 35 000 ont un coefficient de variation (c.v.) de 33,4 % ou plus. N’étant pas fiables, ces estimations ont été supprimées. Les estimations pour le Canada se situant entre 35 000 et 150 000 ont un coefficient de variation (c.v.) variant entre 16,6 % et 33,3 % et doivent donc être utilisées avec prudence. Statistique Canada, Programme de la statistique culturelle ii Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel Décembre 2000 Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur de la culture Table des matières page I. 1.0 Introduction 5 2.0 Évaluation de la consommation culturelle 8 3.0 Temps libres 13 4.0 Tendances nationales de la participation à des activités culturelles, 1992 et 1998 16 5.0 Tendances provinciales 22 6.0 Augmentation des dépenses des Canadiens au titre de la culture 26 II. 7.0 Habitudes de lecture des Canadiens 35 8.0 Télévision et radio 47 9.0 Musique enregistrée 56 10.0 Cinéma et vidocassettes 60 11.0 Arts d’interprétation 67 12.0 Établissements du patrimoine 74 13.0 Arts visuels et artisanat 80 14.0 Festivals 85 15.0 Utilisation d’Internet 89 16.0 Contenu canadien 97 III. 17.0 Facteurs ayant une incidence sur la consommation et la participation dans le secteur culturel 101 18.0 Avenir de la consommation et de la participation dans le secteur culturel 103 19.0 Orientations possibles des recherches futures 105 20.0 Méthodologie 106 APPENDICES I. Enquête sociale générale, supplément sur la culture, 1998 Statistique Canada, Programme de la statistique culturelle iii Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel Décembre 2000 Statistique Canada, Programme de la statistique culturelle 4 Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel Décembre 2000 1.0 Introduction Le terme culture fait naître à l’esprit une gamme vaste et complexe d’images, d’événements, d’activités, de lieux et de gens. Un grand nombre d’activités culturelles et patrimoniales s’offrent à nous, qu’il s’agisse de fréquenter des musées ou des galeries d’art, d’assister à des pièces de théâtre ou à des festivals, de lire, d’écouter de la musique ou encore de créer des œuvres artistiques ou artisanales. La plupart des Canadiens prennent part à des activités culturelles soit en tant que participants actifs, que spectateurs ou que donateurs. La culture fait partie de notre vie, d’une manière ou d’une autre. Mais combien de Canadiens participent à des activités et événements culturels? À quel genre d’événements culturels s’intéressent-ils? Leurs préférences changent-elles avec le temps? Des facteurs tels que le sexe, l’âge, la scolarité, le revenu familial, la langue, la taille de la famille ou la présence d’enfants dans le ménage ont-ils une incidence sur le taux de participation des Canadiens? Et en ce qui touche leurs habitudes de dépense : Les dépenses des familles canadiennes au titre des biens et services culturels sont-elles plus élevées ou moins élevées que par le passé? Combien d’argent les familles canadiennes consacrent-elles à la culture, et pour quels types d’activités culturelles? Les consommateurs délaissent-ils les activités culturelles relativement coûteuses pour se tourner vers celles dont les coûts sont moins élevés? La technologie (Internet, télévision payante) a-t-elle modifié la façon dont les Canadiens consomment la culture? C’est à ce genre de questions que le présent rapport vise à fournir des réponses. Le secteur culturel, comme tous les autres secteurs, devra constamment structurer et planifier ses services de façon à répondre aux besoins et aux exigences du marché. Pour ce faire, il devra comprendre les principaux éléments et aspects qui peuvent encourager ou au contraire restreindre la participation. En définitive, la vigueur du secteur culturel repose sur la participation des gens ordinaires. Objectifs Pour avoir une vision globale des tendances en matière de consommation dans le domaine de la culture, il faut tenir compte tant de l’offre que de la demande. En effet, l’offre de produits et services culturels a une incidence directe sur la consommation. De plus, la disponibilité et l’abordabilité des activités et événements culturels se combinent pour influer sur les taux de participation. Jusqu’à maintenant, les données produites et les recherches effectuées par le Programme de la statistique culturelle (PSC) dans le domaine des arts et de la culture ont porté sur l’offre et les fournisseurs de biens et services culturels. Ce qui manque, ce sont des données sur la demande de ces produits et services. Le présent rapport renferme de l’information et des données pertinentes sur l’ampleur de la demande Statistique Canada, Programme de la statistique culturelle 5 Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel Décembre 2000 au titre des produits et services culturels et sur les changements survenus à cet égard. Il permet un examen intégré et approfondi des habitudes de consommation de biens et services culturels au Canada en 1992, par rapport à 1998. On a souvent dit que des facteurs sociaux, économiques et démographiques influent sur les variations observables en ce qui touche la participation et les dépenses dans le domaine de la culture. Divers indicateurs démographiques, sociaux et économiques ayant une incidence sur les niveaux de consommation seront analysés à l’échelle nationale et, si des données sont disponibles, à l’échelle provinciale. Les deux suppléments sur la culture de l’Enquête sociale générale (1992 et 1998) offrent une occasion unique de décrire le degré de participation des Canadiens à une vaste gamme d’activités et événements culturels et d’en suivre l’évolution. Les personnes interrogées devaient répondre à près de 50 questions portant sur leur participation à des activités et événements culturels. Les catégories « Arts d’interprétation » et « Patrimoine » étaient particulièrement détaillées. En outre, l’enquête de 1998 comportait de nouvelles questions sur l’utilisation d’Internet et l’accès à divers produits culturels par le Web. La riche base de données ainsi constituée permet aux chercheurs de déterminer les principales variables socio-démographiques susceptibles d’influer sur le degré de participation, telles que l’âge, le sexe, le niveau de scolarité, le revenu du ménage, la langue maternelle, la situation vis-à-vis de l’activité, etc. Les données de deux enquêtes-ménages, soit l’Enquête sur les dépenses des familles (pour 1992 et 1996) et l’Enquête sur les dépenses des ménages (pour 1997 et 1998), ont été utilisées afin d’évaluer les niveaux de dépenses au titre de la culture. De plus, les données les plus récentes des enquêtes menées dans le cadre du Programme de la statistique culturelle sont incluses à titre d’information contextuelle additionnelle. La présente analyse porte sur les données de l’Enquête sociale générale (ESG) recueillies pour deux années, soit 1992 et 1998, de sorte qu’il est difficile de tirer des conclusions à long terme. Il n’est aucunement supposé que les tendances observables au cours de la période examinée se prolongeront dans les années à venir. Il serait intéressant de voir les tendances émerger au cours d’une période beaucoup plus longue. Quoi qu’il en soit, l’information et les données contenues dans le présent rapport donnent un aperçu du style de vie des Canadiens en ce qui touche leur participation aux activités culturelles et leurs dépenses à cet égard. Structure Le présent rapport renferme cinq principales sections : i) examen, du point de vue conceptuel et analytique, de la façon dont la demande de biens et services culturels sera mesurée; ii) examen du temps libre dont disposent les Canadiens et de ce qu’ils en font; iii) présentation de données nationales et provinciales sur les tendances des consommateurs en ce qui touche la participation et les dépenses au chapitre des arts et de la culture (comparaisons entre 1992 et 1998); Statistique Canada, Programme de la statistique culturelle 6 Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel Décembre 2000 iv) examen de huit grands thèmes culturels : lecture, télévision et radio, musique, cinéma et vidéo, arts d’interprétation, visites d’établissements du patrimoine, arts visuels et artisanat ainsi qu’utilisation d’Internet; v) description de divers facteurs sociaux et économiques susceptibles d’expliquer en partie les changements observables dans les taux de consommation d’activités culturelles; les causes possibles de ces changements sont nombreuses : le vieillissement de la population, l’augmentation des coûts des biens et services culturels attribuable aux pressions financières actuelles, le manque de temps libres et la vitesse à laquelle la technologie évolue. Statistique Canada, Programme de la statistique culturelle 7 Tendances en matière de consommation et de participation dans le secteur culturel Décembre 2000 2.0 Évaluation de la consommation culturelle La consommation signifie l’achat et l’utilisation de biens et services. Mais comment définit-on la ction culturelle? Une définition générale englobe des activités telles que participer ou assister à des événements culturels, regarder, lire ou écouter des produits culturels de même qu’acheter des produits et services culturels. Comme on peut le constater, la consommation comporte deux composantes, l’une liée à la situation financière et l’autre à l’emploi du temps. Ces composantes sont mesurées de façons différentes, à l’aide d’outils différents. L’aspect financier de la consommation peut être mesuré grâce à l’examen des habitudes de dépense. L’Enquête sur les 1 dépenses des ménages (EDM) de Statistique Canada constitue une source essentielle de données sur la composante « demande » de la consommation. En revanche, pour mesurer l’emploi du temps, il faut examiner à quel type d’activités nous consacrons du temps. Participons-nous à des activités ou événements culturels? À quelle fréquence? À quel genre d’activités ou événements culturels assistons-nous ou participons-nous? Statistique Canada a donc ajouté diverses questions à l’Enquête sociale générale (ESG) de 1992 et de 1998 afin d’obtenir des réponses et d’établir ainsi le profil des consommateurs d’activités culturelles. Dans un sens, cet aspect non financier de la consommation culturelle donne une idée plus exacte de l’importance de la culture dans la vie des gens, puisque ce ne sont pas toutes les activités culturelles qui entraînent des dépenses (festivals de musique en plein air, musées dont l’entrée est gratuite, bibliothèques publiques). De plus, les données de l’ESG portent sur les choix d’une personne donnée en matière de culture, alors que celles de l’EDM ont trait aux dépenses d’un groupe de personnes vivant au sein d’un même ménage. Le bénévolat et le mécénat représentent un autre aspect de la participation aux activités culturelles. Qui fait du bénévolat dans le secteur culturel? Quel est le profil des bénévoles de ce secteur par rapport à celui des bénévoles des autres secteurs sans but lucratif? Combien d’argent les organismes culturels sans but lucratif reçoivent-ils? Les bénévoles occupent une place importante et essentielle au sein d’organismes tels que les compagnies d’arts d’interprétation et les établissements du patrimoine; de plus, les mécènes sont à l’origine d’une proportion croissante des revenus des établissements culturels sans but lucratif. Bien qu’il s’agisse d’un aspect important, le bénévolat et le mécénat ne sont pas traités dans le présent rapport. Le lecteur est invité à consulter une autre o publication intitulée La culture canadienne en perspective : aperçu statistique, 2000 (n 87-211 au catalogue), qui renferme un chapitre étoffé sur la philanthropie (chapitre 2.2). Selon la théorie économique, il existe un lien entre l’offre et la demande dans n’importe quel marché. On peut supposer que les lois de l’offre et de la demande s’appliquent aussi au secteur culturel. Les données recueillies et présentées dans le cadre du Programme de la statistique culturelle ont jusqu’à maintenant porté sur l’aspect de l’offre, mais elles ne sont pas reprises dans le présent rapport. Celui-ci renferme certaines données sur l’offre visant à donner au lecteur l’information contextuelle nécessaire, mais il porte principalement sur la demande au chapitre de la culture. 1 En 1997, l’Enquête sur les dépenses des ménages (EDM) a remplacé l’Enquête sur les dépenses des familles (EDF). Statistique Canada, Programme de la statistique culturelle 8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.