Agriculture : Une année 2001 morose

De
Publié par

La poursuite de la chute des cours de la viande bovine, concomitante aux problèmes que connaissent les agriculteurs avec l'ESB et l'apparition de la fièvre aphteuse début 2001 et les mauvaises conditions climatiques ayant nui aux productions céréalières ont contribué aux résultats médiocres de l'agriculture haut-normande en 2001. De plus, l'avance en matière de biocarburants dont bénéficiait la France, et notamment la Haute-Normandie, n'a plus l'attrait qu'elle avait jusqu'alors. En effet, d'autres pays de l'Union européenne nous ont aujourd'hui rattrapés.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

AGRICULTUREavec des tonnages de l’ordre de trois mil l’effondrement du nombre de passagers-
lions de tonnes. Les postes les plus tou en transit et une baisse de celui des-
Une annéechés sont les produits agroalimentaires. charters. Globalement, le trafic reste
Par contre, les matériaux de construction quasi stable avec un peu plus de 2001 morose
sont en nette augmentation. 35 000 passagers.
Le port de Dieppe se ressaisit avec un
Francis COUVOUT
tonnage total de 900 000 tonnes après le
passage à vide de l’an 2000. Le trafic TRANSPORT FERROVIAIRE :
transmanche de la Gare Maritime remonte FORTE BAISSE DU FRET
La poursuite de la chute desà plus de 330 000 tonnes en dépit d’une
Après une année 2000 en recul, ladéfaillance du Sardinia-Vera en fin de pé- cours de la viande bovine,
baisse du trafic ferroviaire s’aggraveriode. Un deuxième car-ferry sera mis en concomitante aux problèmes
de façon inquiétante en 2001 (-17%service en 2002, ce qui permettrait de pa-
que connaissent les agriculteursaprès -6%) et se situe juste au-dessustienter avant que les investissements
avec l’ESB et l’apparition de lades 10 millions de tonnes. Les arrivaconsentis par le Conseil général de -
ges sont plus sévèrement frappés queSeine-Maritime ne deviennent opération- fièvre aphteuse début 2001 et
les expéditions avec -23% contrenels. Le trafic de marchandises connaît les mauvaises conditions
-10%. Mis à part les produits métallurégalement une amélioration sensible, en --
climatiques ayant nui aux
giques, tous les autres postes sont entraîné par les trafics de fruits et d’oléagi-
productions céréalières ontdiminution, mais les contributions àneux et les graves de mer.
l’évolution globale sont différentes. La contribué aux résultats
baisse provient en grande partie de médiocres de l’agriculture
celle des «produits agricoles et aniAÉROPORTS : RESTRUCTURATION -
haut-normande en 2001.
maux vivants» dont le tonnage estEN COURS
De plus, l’avance en matière dedivisé par deux en un an. Comme les
années précédentes, plus de neuf biocarburants dont bénéficiaitEn 2001, la reprise par Air France ou
dixièmes du trafic est réalisé enses filiales des deux aéroports haut-nor- la France, et notamment la
Seine-Maritime. Le trafic de l’Euremands a entraîné une profonde restruc- Haute-Normandie, n’a plus
connaît néanmoins un recul encoreturation qui n’est sans doute pas
l’attrait qu’elle avait jusqu’alors.plus brutal que celui de la Seine-Mariterminée. Au Havre-Octeville, il ne reste -
En effet, d’autres pays detime avec -27% au lieu de -16%plus qu’une ligne régulière internationale
à destination de Londres qui accuse ce- l’Union européenne nous ont
pendant un recul de -15% avec aujourd’hui rattrapés.
8 440 passagers. Sur le plan national, la
ligne directe Le Havre Clermont-Ferrand
LES IMMATRICULATIONS près un 2e semestre 2000
a été supprimée en octobre 2001 et rem- DE VOITURES EN 2001 Amarqué par l’apparition de l’en-
placée par une ligne régulière directe
céphalopathie spongiforme bovineEn 2001, les immatriculations de véhicules par-pour Lyon après escale à Rouen-Boos.
ticuliers neufs progressent de 3% en (ESB), la fièvre aphteuse fait son appari-
Ce changement de stratégie n’a pas Haute-Normandie et se situent à leur meilleur
tion début 2001 et vient ajouter de nou-niveau depuis 1996 pour la région avec près deréussi à rétablir un trafic lignes régulières
57 000 immatriculations. Néanmoins, ce bon ré- veaux tracas aux éleveurs, semant le
intérieures en baisse de -30% sur un an. sultat doit être relativisé car la progression est
trouble chez les consommateurs. Les
plus rapide au niveau national (+6%) et il faudraitLe trafic des passagers en transit sur les
remonter avant 1993 pour trouver un nombre total cours de la viande bovine chutent de
lignes régulières s’effondre à 11 500, soit supérieur. La part de la Haute-Normandie ne
nouveau et obligent les autorités de tu-
cesse donc de décliner depuis une dizainele tiers de l’effectif 2000. En revanche, les
d’années. La part des gazoles reste supérieure de telle à suspendre les cotations pendant
charters progressent à près de plus de 4 points dans la région par rapport à la deux mois pour protéger les producteurs.
France. De même, la région résiste mieux que la25 000 passagers, ce qui n’empêche pas
Après la reprise des cotations au 2e tri- en général à la pénétration des marques
une chute globale du trafic passager de étrangères avec 34% de voitures neuves étrangè- mestre 2001, la baisse pour les vaches
res contre 40%. Le changement de législationprès de -50%. La seule consolation vient
est de l’ordre de 25% sur un an. En re-concernant le changement de millésime qui
du fret aérien dont le tonnage est multi- passe de juillet à janvier depuis l’année 2000 a vanche, les éleveurs de porcs et de vo-
supprimé le creux des ventes de véhicules quiplié par trois en un an et atteint presque
lailles profitent en partie d’unavait lieu en mai et juin et l’a reporté en période
les 200 tonnes. L’aéropor t de de vacances. Comme en 1999, l’Eure se montre retournement de la demande en leur
un peu plus dynamique que la Seine-Maritime.Rouen-Boos profite nettement du regrou-
faveur. Les cours de la viande porcineLes gazoles y sont plus nombreuses avec 6
pement de sa ligne Rouen - Lyon avec la
points d’écart mais les marques étrangères sont sont montés jusqu’à 13 F/kg en mars
ligne Le Havre - Clermont-Ferrand. Cette un peu moins fréquentes.
2001. Ils ont ensuite suivi une tendance
amélioration suffit tout juste à équilibrer
à la baisse jusqu’au début 2002, néan-
22 CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002

ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUES6
moins supérieurs aux niveaux excep non) reculent de 2 000 hectares (-5%) la plus importante usine de fabrication-
tionnellement bas de 1998 et 1999. Par et les rendements demeurent moyens de diester française avec une capacité
ailleurs, les quotas imposés par l’Union avec 32 qx/ha. A une époque où l’on de 250 000 tonnes, soit davantage que
européenne contribuent fortement à la parle de produits de substitution au soja, les trois autres unités réunies. Chacun
stabilité de la production de lait, bien les pois protéagineux déçoivent beau des sites a droit à un quota de produc- -
que le nombre de vaches laitières aille coup avec des soles en recul et des ren tion défiscalisée qui s‘élève à 180 000-
en déclinant. dements médiocres (41 qx/ha). Les soles tonnes pour Grand-Couronne. Selon
de betteraves industrielles sont quasi l’ONIOL/ONIC, la sole de colza non
COTATION BOEUF TOURVILLE LA RIVIÈRE
stables mais les rendements diminuent alimentaire pour la campagne
22
Boeufs qualité R (65 T/ha). Enfin, pour le maïs fourrager, 2000/2001 s’élèverait à 20 500 hecta-
20 les soles progressent légèrement avec res en Haute-Normandie, soit un peu
18 Boeufs qualité 0 des rendements qui restent stables. moins que la sole de colza alimentaire
Longtemps en avance en matière de et 7% de la sole nationale de colza16
biocarburants, ETBE (éthanol) et diester non alimentaire. Par ailleurs, la
14
(colza EMC), la France est progressive Haute-Normandie possède, à Gonfre- -Vaches
12
ment rattrapée par la Suède et ville-L’Orcher, une des trois principales
10 l’Espagne et peut-être bientôt par usines de transformation de l’éthanol en
Janvier Juillet Janvier Juillet Janvier Juillet Janvier
1999 2000 2001 2002 d’autres pays de l’Union européenne. ETBE, avec une capacité de production
Source : Ministère de l’agriculture - Agreste - Unité : francs/kilogramme En effet, les directives de Bruxelles em de 70 000 tonnes, soit près du tiers du-La statistique agricole
pêchent la France de mettre en place potentiel national. Cette filière semble
Les mauvaises conditions climati une politique fiscale incitative pour com cependant laisser quasi indifférents les- -
ques ont nui aux productions céréalières penser le surcoût de production actuelle agriculteurs haut-normands. La région
aussi bien pour les semis de l’automne de 2,5 à 3F/l pour les biocarburants par ne compte en effet que 300 hectares de
2000 que pour la récolte de l’été 2001. rapport aux carburants fossiles. Depuis betteraves-éthanol et pratiquement
Dans l’ensemble, les surfaces ensemen quatre ans, l’Union européenne n’auto aucune culture de blé-éthanol. En- -
cées diminuent au profit des jachères, en rise la France qu’à défiscaliser près de Haute-Normandie, les jachères indus-
augmentation de 3 000 hectares. Pour le 320 000 tonnes de diester. En tablant sur trielles représentent 21 200 hectares
blé, les résultats sont très contrastés et un mélange de 5% de diester autorisés pour la campagne 2000/2001. Les
parfois catastrophiques. La sole s’est dans le gazole, le marché serait capable Haut-Normands sont ainsi arrivés à réu-
trouvée réduite de 19 000 hectares (-8%) d’absorber une production de diester tiliser les deux tiers des surfaces gelées
et, en moyenne, les rendements baissent cinq fois supérieure. La Haute-Nor par la politique agricole, ce qui est nette- -
à nouveau et s’établissent à 74 qx/ha au mandie dispose, à Grand-Couronne, de ment mieux qu’au niveau national
lieu de 80 qx/ha en 2000.En contrepartie,
les surfaces d’orge escourgeon ensemen-
cées au printemps 2001 augmentent de
3 700 hectares mais les rendements recu- Les Tableaux Economiques de Haute-Normandie
lent de 70 à 67 qx/ha. A ces résultats miti-
C’est l’indispensable document de base, pour tous ceuxgés, s’ajoutent la faible compétitivité des
qui s’intéressent à la vie économique et sociale de la régionprix européens face à la concurrence. En
effet, les accords de Marrakech (1994) et
de Berlin (1999) tendent de plus en plus à TEHN
aligner les cours des céréales européen- C’est aussi l’image en chiffres
nes sur les cours mondiaux, donc à ré- de la Haute-Normandie,
duire les prix d’intervention. Intervention de
avec les résultats
Bruxelles qui paraît souvent bien trop lente
du dernier recensementau niveau local. Ainsi, au cours de la cam-
de la populationpagne 2001/2002, les blés de la Mer Noire
sont devenus plus compétitifs que les 5 grands domaines sont présentés
nôtres et l’Union européenne s’est mise à
Espace - Population,
importer massivement des blés d’Ukraine Société - Modes de vie,
Emploi - Revenus,alors que les stocks de céréales invendues
Economie - Finances,
se gonflent de façon inquiétante dans les Système productif
silos de la région.
Pour plus d’informations adressez-vous à :Pour les oléagineux et protéagi-
INSEE Haute-Normandie 8 quai de la Bourse76037 Rouen cedex 1
neux, les soles de colza (alimentaire ou Tél:0235524994 Fax:0235150632
CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002 23

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.