Agriculture : Une année peu favorable aux cultures végétales

De
Publié par

Avec des résultats mitigés pour l'agriculture, l'an 2000 n'apporte guère de satisfaction aux agriculteurs de la région. L'année restera marquée par des cours de viande bovine en chute mais de meilleurs résultats pour le porc et des rendements en baisse pour le blé, comme pour la plupart des autres cultures. En matière de biocarburants, la France, longtemps en avance dans ce domaine, est progressivement rattrapée par d'autres pays européens.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

AGRICULTURElière avec l’étranger, celle de Londres. Le
trafic global a donc chuté de 15% et ne
s’élève plus qu’à 118 500 passagers com Une année peu favorable-
merciaux sur l’année. Pour sa part l’aéro- aux cultures végétalesport de Boos est obligé de se limiter à une
seule ligne régulière, celle de Lyon qui est
commune avec celle du Havre-Octeville et Max DUBOIS - Direction départementale de l’agriculture et de la forêt de l’Eure
permet ainsi au trafic passager de l’aéro Francis COUVOUT-
port rouennais de remonter à 29 000 pas-
sagers commerciaux.
Avec des résultats mitigés pour grâce aux compléments de prix.
TRANSPORT FERROVIAIRE : Les productions de blé enregistrentl’agriculture, l’an 2000 n’apporte
FORTE BAISSE des rendements moins élevés que ceux
guère de satisfaction auxDU TRAFIC AU 2E SEMESTRE des deux années précédentes. Les résul-
agriculteurs de la région. tats sont cependant meilleurs dans
Après un premier semestre 2000 pro- l’Eure qu’en Seine-Maritime avec 81L’année restera marquée par desmetteur, le trafic ferroviaire de marchan- quintaux par hectare (qx/ha) contre
dises s’effondre au second semestre et cours de viande bovine en chute 77 qx/ha. Les bons résultats de 1998 et
ne s’élève, sur un an, qu’à 12 MT, soit 1999 ont sans doute incité les agriculmais de meilleurs résultats pour -
une baisse de 6% par rapport à 1999. Ce teurs à semer davantage de blé. Les sur-le porc et des rendements enmauvais résultat s’explique en partie par faces ensemencées progressent en effet
les mauvaises conditions climatiques qui baisse pour le blé, comme pour de 2%, soit près de 5 000 hectares. Les
ont nui à la récolte de céréales dont le rendements de l’orge-escourgeon dimi-la plupart des autres cultures.
trafic est en chute de 24%. Les matériaux nuent légèrement (71 qx/ha après 74
En matière de biocarburants, lade construction, deuxième poste par qx/ha) ; en revanche, les surfaces culti-
ordre d’importance, accusent également France, longtemps en avance vées augmentent de 18%, mais restent
un recul de 5%. Il s’agirait plutôt cette fois en dessous du niveau de 1998. Oléagi-dans ce domaine, estd’une déficience des matériels de trac- neux et protéagineux déçoivent. Les ren-
tion qui obligent à restreindre le nombre progressivement rattrapée par dements du colza chutent à 30 qx/ha, en
de wagons par train. Au niveau départe- baisse continue depuis trois ans. Les surd’autres pays européens. -
mental, le trafic de l’Eure diminue plus faces de colza alimentaire diminuent lé-
nettement que celui de la Seine-Maritime gèrement alors que celles de colza
et se trouve ainsi réduit au douzième du industriel sont à peu près stables. CelaL’année 2000 ne restera pas dans latotal régional peut s’expliquer par une décote du pre-mémoire comme un bon millésime : crise
mier par rapport au second. Après deuxde la “vache folle” et conditions climatiques
campagnes favorables, les rendementstrop humides n’ont guère apporté de satis-
des pois protéagineux baissent à nou-faction. Les cours de la viande bovine ont
veau (50 qx/ha). La forte diminution desLES IMMATRICULATIONS chuté au 2ème semestre. La décote est de
surfaces (15%) conduit à une productionDE VOITURES plus de 30% sur un an pour les vaches.
de protéagineux en chute libre, de prèsEN 2000 Les cours du bœuf résistent un peu mieux.
de 40%. Les conditions climatiques n’ontEn revanche, les cours du porc se sontEn 2000, les immatriculations de véhicules parti-
pas facilité la récolte des betteraves dontculiers neufs régressent davantage en ressaisis et terminent l’année en hausse,
Haute-Normandie qu’au niveau national (-2% le rendement redescend en dessous desde plus de 20% par rapport à 1999. Les
contre -1%). Elles dépassent juste les 55 300 70 tonnes/ha.cours du lait sont en augmentationmais ce résultat demeure encore nettement su-
périeur à ceux de 1997 et 1998. Le taux de péné- continue au 2ème semestre, en partie
tration des marques étrangères recule d’un demi
point et reste nettement au-dessous de la LA FRANCE PERD DE SON AVANCE
COTATION BOEUF TOURVILLE LA RIVIÈREmoyenne nationale (36% contre 41%). La part
EN MATIÈRE DE BIOCARBURANTSdes véhicules au gazole représente 53% des im- 24
matriculations neuves régionales. Elle fait un
22bond de +5 points comme dans le reste de la
Boeufs qualité R Longtemps en avance en matière de
France. L’écart demeure ainsi de 4 points en 20
biocarburants, ETBE (éthanol) et diesterfaveur de la région. L’évolution des cours du brut
Boeufs qualité O18et la sous taxation relative du gazole par rapport (colza EMC), la France est progressive-
au super peuvent expliquer ce phénomène. Au
16 ment rattrapée par la Suède et l’Espagneniveau infrarégional, les immatriculations totales
14fléchissent davantage dans l’Eure qu’en et peut-être bientôt par d’autres pays de
VachesSeine-Maritime (-4% contre -1%). Le taux de pé- l’Union européenne. En effet, l’Union eu12 -
nétration des marques étrangères est légère-
ropéenne a fait du respect des accordsment plus faible dans l’Eure qu’en 10
Janvier Juillet Janvier Juillet Janvier Juillet Janvier MaiSeine-Maritime. En revanche, la part de véhicules de Kyoto une de ses priorités afin de ré-1998 1999 2000 2001
au gazole est sensiblement plus élevé dans duire les émissions de gaz à effet de
Source : Ministère de l’agriculture - Agreste - Unité : francs/kilogrammel’Eure qu’en Seine-Maritime.
La statistique agricole serre. Pour le moment, à défaut d’une vo-
24 CAHIER D’AVAL n° 59 - Juillet 2001

ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUESlonté centralisatrice pour harmoniser les ves et un tiers de céréales. La colza (EMC) d’abord comme fournisseur
diverses politiques des états membres, Haute-Normandie n’offre que quelques de la matière première végétale et sur-
les projets ne manquent pas. En France, centaines d’hectares à la culture de bet tout par l’usine de Grand-Couronne.-
trois nouvelles usines d’ETBE ont reçu teraves éthyliques mais possède, à Gon Cette unité a produit plus de 180 000-
l’agrément du gouvernement, ce qui por freville-l’Orcher, en 2000, une des trois tonnes de diester en 2000, soit plus que-
terait à trois millions d’hectolitres d’étha usines opérationnelles en France avec la totalité des trois autres unités actuelle- -
nol les capacités de production annuelle des capacités de production équivalen ment en service et elle compte bien ac- -
au lieu de 1,1 million en 2000. Cet étha tes. En revanche, la région est plus croître prochainement sa production à-
nol est extrait pour deux tiers de bettera concernée par l’ester méthylique de 250 000 tonnes par an-
CAHIER D’AVAL n° 59 - Juillet 2001 25

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.