Année économique et sociale 2008 en Guadeloupe

De
Publié par

Agriculture Production agricole : 2008 dans la moyenne des dix dernières années 2007, la canne à sucre a retrouvé un Avec une production qui se maintient àEn Guadeloupe, la banane niveau proche de la moyenne décen- 46 millions d’euros pour les légumes, (44 000 tonnes à l’export) nale avec 63 452 tonnes de sucre pro- 30 millions d’euros pour les fleurs et 18 et la canne à sucre (63 450 duites pour 622 207 tonnes de cannes millions d’euros pour les tubercules, la broyées. filière maraîchère a connu une bonnetonnes de sucre) ont retrouvé campagne 2008. Ce résultat est cepen- en 2008 des niveaux de production moyens. Les chiffres clé de la filière canne Unités : en tonne, %, euros/tonneLa diversification de la filière Canneagricole se poursuit mais la 2008 2007 2006concurrence internationale Cannes broyées (tonne) est parfois rude (melons, * usines 622 207 732 450 716 895 * distilleries 67 787 54 744 56 655 fleurs). La structuration de la Prix payés planteurs (euros/t) * part usines 33,70 36,65 31,85filière viande départementale * part Etat 24,04 24,87 24,73 porte ses fruits : la viande * distilleries 54,20 57,55 64,49 locale est davantage présente Sucre produit (tonne) 63 452 80 210 68 637 Richesse en saccharine 9,11 9,86 8,83dans les rayons des grandes Mélasse (tonne) 24 406 33 947 29 541 surfaces.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins


Agriculture
Production agricole : 2008 dans la
moyenne des dix dernières années
2007, la canne à sucre a retrouvé un Avec une production qui se maintient àEn Guadeloupe, la banane
niveau proche de la moyenne décen- 46 millions d’euros pour les légumes,
(44 000 tonnes à l’export)
nale avec 63 452 tonnes de sucre pro- 30 millions d’euros pour les fleurs et 18
et la canne à sucre (63 450 duites pour 622 207 tonnes de cannes millions d’euros pour les tubercules, la
broyées. filière maraîchère a connu une bonnetonnes de sucre) ont retrouvé
campagne 2008. Ce résultat est cepen-
en 2008 des niveaux
de production moyens. Les chiffres clé de la filière canne
Unités : en tonne, %, euros/tonneLa diversification de la filière
Canneagricole se poursuit mais la
2008 2007 2006concurrence internationale
Cannes broyées (tonne)
est parfois rude (melons, * usines 622 207 732 450 716 895
* distilleries 67 787 54 744 56 655
fleurs). La structuration de la
Prix payés planteurs (euros/t)
* part usines 33,70 36,65 31,85filière viande départementale
* part Etat 24,04 24,87 24,73
porte ses fruits : la viande * distilleries 54,20 57,55 64,49
locale est davantage présente Sucre produit (tonne) 63 452 80 210 68 637
Richesse en saccharine 9,11 9,86 8,83dans les rayons des grandes
Mélasse (tonne) 24 406 33 947 29 541
surfaces. La signature en
Rhum (HAP)*
décembre 2008 du plan
Agricole
Banane Durable, * production 32 586 29 587 25 717
* marché local 18 371 17 236 17 519visant à limiter l’usage
* exportation 11 787 9 093 7 164
des pesticides, dénote
Sucrerie
l’intérêt du monde agricole * production 42 103 45 311 33 115
* marché local 799 837 808pour la préservation
* exportation 38 457 35 761 34 589
de l’environnement .
Total
* production 74 689 74 898 58 832a production agricole guadelou-
* marché local 19 170 18 073 18 327L péenne reste dynamique en 2008.
* exportation 50 244 44 854 41 753
Les principales productions que sont la
Sources : DAF, DSV, Douanes* HAP : hectolitre d’alcool purbanane et la canne à sucre ont retrouvé
des niveaux correspondants à une
année moyenne. La banane, après le Une filière qui se diversifie dant tempéré par les difficultés des pro-
cyclone DEAN de 2007 a pratique- ducteurs de melons dues à des condi-
ment regagné la totalité de ses surfaces, En Guadeloupe, la richesse de l’agri- tions climatiques peu favorables et à
ce qui a permis d’exporter 44 000 culture repose sur la grande variété de l’accroissement de la concurrence. Les
tonnes pour une valeur de 49 millions ses produits. Les filières de diversifica- prix producteurs ont subi une baisse
d’euros. Après la récolte record de tion sont désormais bien implantées. sensible, principalement à l’export où
18
N° 71 - Guadeloupe - Juin 2009Agriculture
les prix sont passés de 1,20 euro en engrais, les produits de protection des tions de bananes en provenance des
2007 à 0,75 euro en moyenne en cultures, les aliments pour animaux. pays producteurs autres que ACP.
2008. Ceci a conduit à une dégradation des La baisse des droits de douane va accé-
Les fleurs produites en Guadeloupe résultats de la plupart des exploitations lérer l’arrivée sur le marché de
(anthurium, alpinia ) occupent toujours agricoles ainsi qu’à une baisse des «bananes-dollars» en provenance des
une bonne place sur le marché local ce revenus tirés des activités de produc- pays d’Amérique du Sud où les prix
qui permet d’écouler 60 % de la pro- tion. de revient sont nettement moins élevés
duction. Les prix sont restés globale- en raison de pratiques culturales inten-
ment stables, l’export est toujours Produire mieux sives et d’une réglementation sociale
confronté à une vive concurrence. est un objectif majeur inexistante.
Produire local Un engagement a été pris en matière L’élaboration de gammes de fruits
de protection de l’Environnement avec plus performantes d’un point de vue
La production de viande locale est for- la signature en décembre 2008 du plan qualitatif et environnemental, est
tement soutenue par l‘Interprofession Banane Durable. un des aspects par lequel la filière
Iguavie. Cette organisation écono- Cet accord vise le développement de antillaise entend résister. Cette dernière
mique regroupe les producteurs, les pratiques respectueuses de l’environ- constitue avec 10 000 emplois sur les
abatteurs, les transformateurs, et les nement, notamment la réduction de deux îles de la Guadeloupe et de la
distributeurs. Sa structuration plus forte l’usage des pesticides. Le plan Banane Martinique, le premier employeur
a permis en 2008 de pénétrer avec Durable s’inscrit dans le cadre du privé local, avec des salariés bénéfi-
succès les rayons des grandes surfaces Grenelle de l’environnement et dans ciant de conditions de travail relevant
et de proposer au consommateur de le plan «Ecophyto DOM 2008-2018» de la réglementation française et qui
la viande locale. Elle a également encourageant les méthodes agricoles de ce fait bénéficient de la meilleure
favorisé les abattages contrôlés réalisés non chimiques. Cependant, cette protection sociale de la filière mon-
en abattoirs agréés, améliorant ainsi la opération est lancée dans un contexte diale des producteurs de banane.
traçabilité et la qualité sanitaire des difficile. Fin novembre l’Organisation
produits. Cependant, les intrants ont Mondiale du Commerce a condamné
subi une forte hausse en 2008 , notam- l’Union Européenne pour l’existence Gil CHAULET
ment les produits pétroliers, les de droits de douane sur les importa- DDAF
Une utilisation des pesticides nettement moins importante aux Antilles françaises
Consommation de pesticides dans différentes zones de production
En kilo de matière active par hectare et par an
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Belize Cameroun Colombie Costa Rica Antilles Mexique Panama
Françaises
Source: Cirad, Carbap Cameroum, BGA Bélize
19
N° 71 - Guadeloupe - Juin 2009

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.