AntianÉco 66 - Année économique et sociale 2005 en Guadeloupe

De
Publié par

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 16 Agriculture Année sombre pour la banane, stabilité pour le sucre Par rapport aux comptes économiquesn 2005, la production agricole tota-En 2005, la banane perd régionaux (Insee comptes rapidesE lise 261 millions d’euros (y compris encore un quart de ses 2005), le poids de cette valeur ajoutéeles subventions liées aux produits) représente 2,8% de la VAB totale de lacontre 254 en 2004, soit une augmen-exportations. La production Guadeloupe, soit un point de plus quetation de 2,6%. L’ensemble de la pro- de sucre se maintient au des- dans la valeur ajoutée nationale.duction végétale en représente 82%. La part de la banane et de la cannesus des 70 000 tonnes. Le atteint 40% en valeur de la production Chute des expéditions sucre, le rhum et le melon végétale, soit une régression de 9 de bananes points par rapport à 2004. La valeurs’exportent bien. ajoutée brute (VAB) ainsi dégagée Le tonnage de bananes exporté vers s’élève à 180 millions d’euros contre l’Union européenne est tombé à 171 l’année précédente. Cela 50 000 tonnes, ce qui représente seule- s’explique par une climatologie qui a ment le tiers du quota alloué à la permis de retrouver des rendements Guadeloupe, malgré une meilleure normaux notamment pour les fruits et qualité des bananes puisque la part de les légumes, donc un accroissement de la catégorie extra atteint 86% . Les la production accompagnée de prix à conflits sociaux et les intempéries de la hausse sur le marché.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 16
Agriculture
Année sombre pour la banane,
stabilité pour le sucre
Par rapport aux comptes économiquesn 2005, la production agricole tota-En 2005, la banane perd
régionaux (Insee comptes rapidesE lise 261 millions d’euros (y compris
encore un quart de ses 2005), le poids de cette valeur ajoutéeles subventions liées aux produits)
représente 2,8% de la VAB totale de lacontre 254 en 2004, soit une augmen-exportations. La production
Guadeloupe, soit un point de plus quetation de 2,6%. L’ensemble de la pro-
de sucre se maintient au des- dans la valeur ajoutée nationale.duction végétale en représente 82%.
La part de la banane et de la cannesus des 70 000 tonnes. Le
atteint 40% en valeur de la production Chute des expéditions sucre, le rhum et le melon végétale, soit une régression de 9 de bananes
points par rapport à 2004. La valeurs’exportent bien.
ajoutée brute (VAB) ainsi dégagée Le tonnage de bananes exporté vers
s’élève à 180 millions d’euros contre l’Union européenne est tombé à
171 l’année précédente. Cela 50 000 tonnes, ce qui représente seule-
s’explique par une climatologie qui a ment le tiers du quota alloué à la
permis de retrouver des rendements Guadeloupe, malgré une meilleure
normaux notamment pour les fruits et qualité des bananes puisque la part de
les légumes, donc un accroissement de la catégorie extra atteint 86% . Les
la production accompagnée de prix à conflits sociaux et les intempéries de
la hausse sur le marché. l’année 2004 ont déstabilisé ce secteur
déjà fragile ; les conséquences se sont
répercutées en 2005, notamment avec
le développement de la cercosporiose
Le dernier mois de l’année pénalise les résultats sur les bananiers. Une centaine de pro-
Évolution des exportations de bananes vers l’Union européenne (catégorie extra) ducteurs-exportateurs ont dû déposer
le bilan suite à de grosses difficultés de
En million d’euros
trésorerie, entraînant avec eux une
perte des surfaces plantées. Pour
redonner une vitalité au marché de la
banane, les deux groupes existants,
Karubana et Banagua, se sont regroupés
en fin d’année, en une seule unité
«Les producteurs de Guadeloupe».
Le prix moyen «départ quai Le Havre»
s’améliore nettement : 0,68e/kg pour
la banane guadeloupéenne en 2005,
contre 0,49e/kg l’année précédente.
Il se situe toujours en dessous, de
13 centimes d’euros, des tarifs appli-
qués à la banane africaine.
Source : Direction départementale de la concurrence, de la consommation
et de la répression des fraudes
16
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 17
Agriculture
Les exportations progressentSucre et richesse
Les chiffres clés de la filière canne moindres
En nombre et %
ÉvolutionUne superficie cannière de 12 320
2004 2005 2005/2004
hectares a été récoltée par 4 248 plan-
Canne à sucre
teurs. Les deux unités sucrières ont Livraisons de canne (tonne)
•Usines 841 621 841 059 -0,1%maintenu leur activité avec une pro-
•Distilleries 51 081 50 964 -0,2%duction de sucre quasiment identique
Prix payés planteurs (¤/tonne)
à celle de 2004 : 72 830 tonnes, soit • Part usines 32,20 29,30 -9,3%
• Part État 23,60 24,44 3,6%1,6% de moins. Le volume de canne
• Distilleries 56,36 54,24 -3,8%broyée (841 059 tonnes) est resté stable
Sucre produit (tonne) 74 041 72 830 -1,6%
avec une richesse saccharine moindre Sucre exporté (tonne) 66 339 67 922 2,4%
Richesse en saccharine 8,13 7,96 -2,1%(7,96% au lieu de 8,13%). Le prix payé
Mélasse (tonne) 35 270 36 184 2,6% par les usines reste à la baisse :
Rhum agricole et sucrerie (HAP)
29,30e/tonne contre 32,20e/tonne. • Production 55 530 58 832 5,9%
• Marché local 17 672 18 327 3,6%La quantité de cannes livrées aux
• Exportation 37 801 41 753 10,5%distilleries, en légère régression,
dépasse les 50 000 tonnes. La com- Source : Direction de l’agriculture et de la forêt, Syndicat des producteurs-exportateurs de sucre
et de rhum, Direction Régionale des Douanesmercialisation de rhum sur le marché
local s’est amélioré de 3,6% et le
volume exporté gagne encore du Canne, Banane, Légumes frais
terrain (+10,5%) comparé à 2004. Principales productions végétales en 2005
En nombre et %
Une année favorable Produits végétaux Surface brute (ha.) Production (tonnes)
Légumes 2 650 54 950pour le melon
dont
• Tubercules 770 9 520Avec plus de 9 000 tonnes vendues, le
• Légumes frais 1 810 45 400
marché du melon connaît une embellie • Fruits 3 460 78 540
dont :par rapport à l’année 2004 : +38 % .
• Banane 2 510 61 980Les exportations progressent de 41 %,
• Ananas, maracudjas 360 7 680
et représentent près des trois quarts de • Melon 370 10 540
• Agrumes 400 5 930la production, le reste est écoulé sur le
Plantes industrielles 15 000 902 230marché local. Le prix moyen payé au
dont :
producteur se situe à 1,14e/kg en • Canne 14 800 902 230
Fleurs et plantes (1 000 tiges) 200 27 3002005, soit 2 centimes d’euros de moins
qu’en 2004. Le melon a été récolté sur
450 hectares de superficie développée.
Bovins, porcins et pouletsL’ensemble des animaux abattus en
Principales productions animales en 2005 (chiffres provisoires)2005 régresse de 4,4 %, chute moins
En nombre et %importante que celle de 2004. Avec
Produits animaux Effectifs (têtes) Production 7 700 têtes, le nombre de bovins abat-
(tonnes équivalent carcasse)tus en 2005 est inférieur de 4,5 % à
Bétail 137 750 4 160celui de 2004. L’abattage des porcins
dontperd 130 têtes et celui des caprins 150
Bovins 76 800 2 680têtes. La baisse des abattages résulte des
Porcins 24 400 1 190difficultés techniques de l’abattoir du
Caprins et ovins 36 550 180Moule et de la lassitude des usagers de
l’ancien abattoir de Baillif dont le projet
Volailles et lapins 320 650 -
de rénovation est bloqué depuis 2004.
dont
La production locale de la viande est Poulets chair 110 000 1 120
calculée à partir des abattages contrô- Lapins (lapine mère) 2 500 100
lés auxquels un coefficient estimé de
Œufs (poule pondeuse et nombre) 170 000 44 300 000l’abattage clandestin est appliqué et
Miel (ruche et tonnes) 4 600 90qui varie selon les espèces animales.
Source : Direction de l’agriculture et de la forêt
Francine Dubuc
Direction de l’agriculture et de la forêt
17
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.