Chapitre "Agriculture" extrait de l' Atlas de l'Aisne - Edition 2004 -

De
Publié par

Exploitations et emplois, une place de choix dans l'agriculture française, une baisse des emplois agricoles parallèle à celle des exploitations Systèmes d'exploitation, des systèmes d'exploitation différents selon les zones d'emploi Production végétales, des productions végétales diversifiées : blè, betteraves, légumes et fruits... sans oubliers le vignoble Productions animales, les productions animales représentent 18% du produit agricole total dans l'Aisne Démarches qualité, les démarches qualité et la protection de l'environnement : des orientation prioritaires pour l'agriculture axonaise ; L'initiative picarde en matière de qualifications des exploitations
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins

AGRICULTUREExploitations et emplois
Une place de choix
N 3 4 2
3 ( + ( ( Une baissedans l’agriculture
8 3 ,---
des emploisfrançaise
0&2 0,
, agricoles parallèle E 6, 0: , : 1 +: , . L’agriculture est l’une ! ,%0 à celle $ .. 0,des cartes maîtresses de ,
& des exploitations ! ,% & , ,
0 % , l’économie du département.
& , , , , & , , 2 , &" , 0,L’Aisne dénombre au total +: &!0, Par rapport à 1988, &% " !0,
0F près de 6 100 exploitations, , l’agriculture de l’Aisne a % !0,
.G , 0B0 . d’une surface moyenne de 1+ perdu 27% de ses exploita- &
&
6, 82 hectares. La production tions (-1 600) et 30% de
C3 : &, agricole se répartit en valeur 0,ses actifs permanents 0,, 0 %
0,entre 80% pour les végé- (-4 880) ; elle a vu sa surface 0&+ . , B . 0, :A & :A & &% &77 D& taux et 20% pour les ani- agricole réduire de 6 500
maux. Elle se caractérise &7+:A . .. hectares ; la surface mo- & , & 0,, 0 0, , + par les cultures de céréales, 0 %yenne par exploitation a pro- &
0 0, , de betteraves, de pommes gressé de 29 hectares 0 0, ,
&%de terre mais aussi de dif- (+36%).
&.+: .. . 0 H férents légumes, alimentant :A & &$ 7 + !0 ,,
en aval une industrie agro- C3 , Les chefs d’exploitation , :
% ,0 & .. alimentaire puissante. La font de plus en plus appel à ,
C 0, ’?)vigne à champagne repré- des salariés occasionnels,
:A & ’>)sente 10% de la production : alors que les conjoints non
’)) 0,%1 agricole finale de l'Aisne. La , exploitants et les autres ac- : . & ;)
, forêt occupe 18% du terri- tifs familiaux participent
toire. moins à l’activité de la
ferme. Les conjoints tra-
"#" " - - " "*+++vaillant sur l’exploitation ont
&"$ ( )$ "*++,4 370 exploitations
le statut de conjoint collabo-1professionnelles rateur.
G/ ( 4A + ( ( 4 370 exploitations oc-
( N 3 8 3 4 2 : ; 5>@> = ,---1 Une exploitation est dite « profession-cupent 10 220 emplois équi- "#" " - - " "*+++
nelle » dès que l’emploi qu’elle génère
valent temps plein et culti- ’<@< ’<== ()))équivaut au moins aux trois quarts d’un
équivalent temps complet sur une an- 0!" %/ J$.0 0, 6 +0. ; <)= ; )’? * >@(vent 481 000 hectares. Tou-
née et que sa dimension économique &$ 7 + 6 +0. !0 ,, , : @’ =’ ’’)tes les données suivantes
atteint au moins 8 UDE (Unités de di-
concernent ces exploita- mension européenne), soit 12 hectares
équivalent-blé.tions professionnelles.
L’Aisne agricole en France
Classement de l’Aisne parmi les départements français
er1 producteur de betteraves sucrières
e2 producteur de blé tendre
e2 producteur d’oignons de couleur
e3 producteur de céréales
e3 producteur de pommes de terre de féculerie
e4 producteur de carottes
e4 producteur d’épinards
e4 producteur de pois protéagineux
e5 producteur de racines d’endives
37
Photo : InseeAGRICULTURE Exploitations et emplois
4 8 3 5>KK ( ,--- P8 30 N & + ( ( ( 3 + ( (
: -"#" "#" " - - " "*+++ + .5 3 4A 5>KK ( ,---
0, E "#" " - - " "*+++
’<== ’<== ()))())) ’))
, T .& % ?? ,
: 7 %/ J$.0 0,
; *?; * =?’ (*Q< +0 J$.0 , =)
0,40 , ,0, J$.0 , ( ((; ’ )*= ?(Q<
??Q? & ! !" =<; ><<
;) 0$&. 0, 7 ! . . 0 . >*Q(< ?@= ; (<= *) # ?? ,
. 1 $ ! , , (<Q<> <*< ( @;<
*) . 1 0,, >*Q’@<’ ’ );’
O’P Q ’>Q<@< <)
O(P
0 . (<Q)’* ><@ ’) (’= ()
0 , % *) ,
’ , $ % 2 &J 6 +0. 00$1 2 %/& . 0, % ! 1 .
6 +0.
)( , 1 % 2 . ,,& .Q D& , 1 % 2 . ,,& . %/&, $ 0,, # !$
’<== ())) $. ,
blesse du nombre d’arri-En 2000,
( (
vées de jeunes.la moitié des chefs 6 8 3 ( ,--,
d’exploitation
L’installation deset coexploitants
jeunes agriculteursont entre 40 et 55 ans
: 1 +: , stagne & , ,En 2000, la moitié des

chefs d’exploitations et Entre 1999 et 2002, la
coexploitants ont entre 40 et tendance est à une soixan-
55 ans, alors que cette tran- taine d’installations an-
2che d’âge représentait un : &, nuelles dans l’Aisne . Cette
6, exploitant sur trois en 1988. moyenne est inférieure à C3 0,,0
Les agriculteurs de plus de celle des années 92-98 (85
55 ans sont moins nom-
installations annuelles en
breux. Les départs en re- moyenne). La Thiérache et
traite et préretraite ont con- le Laonnois sont les zones
tribué au rajeunissement de 0 0, d’emploi qui connaissent le
0!" %/ , .. 0, la population malgré la fai- plus grand nombre d’instal- %1 , ())(
lations recensées de jeunes
agriculteurs.
&!&. % $& ’<<;
Les installations non :A & :
’))aidées représentent un peu
@?
plus de 30% des installa- >)
tions totales dans l’Aisne.
"#" " " %
&"$ ( )$ "*++,
2Source : Adasea de l’Aisne
38
Photo : InseeAGRICULTURESystèmes d'exploitation
Des systèmes
( ( ( 30 3 3 4 ’ d’exploitation
+ ( ( 8 3 N ,--,
différents selon
les zones d'emploi
’T
’*TPlus de 20 systèmes , (>T : 1 +: & , ,d'exploitation différents sont
’T<Tidentifiés dans le départe-
*T
ment : des dominantes éle- ;(T
vage en Thiérache et viti-
A + ( ( ? 5 5E-
=;Tculture dans le sud de
A + ( ( ? I@.l'Aisne. Le Saint-Quentinois,
le Laonnois et le Soisson-
nais se caractérisent quant 0,,0
(T : &, 6, C3 =Tà eux par des systèmes de
>T ’)T
production orientés vers les (*T
cultures générales : céréa- ;)T
’>Tles, betteraves et oléo- =)T A + ( ( ? ,JK
A + ( ( ? KIIprotéagineux.
0 0,
;T@T
(T
=?T
A + ( ( ? E@E
&. & :A & :
-. 2 6
0. +&. & 1. 2 6 >>T
?(T
C. & Q 7 & K0& .16&!
+&. & %/ $$ .. 0,
>T
’)T + +. 0, $ 0$0 0,, . (T
& ,0!" %/ J$.0 0, A + ( ( ? >I5
"#" " - - " "*+++
&"$ ( )$ "*++,
39

Photo : Insee
Photo : InseeAGRICULTURE Productions végétales
des betteraves produitesDes productions
3( / 8 ( ,--,dans le département sontvégétales )
M transformées dans les 4 su- 1 - diversifiées : blé, ’T
creries de l’Aisne. Plus d’une >>Tbetteraves, légumes
’(Texploitation sur deux cultive ?)T
?Tet fruits… sans
?)T>Tla betterave industrielle.
=Toublier le vignoble !
@T()T ’T
? >I 5E5 0
La pomme de terre est ’)TAvec 502 400 ha de ? >K -5@ 0
une spécialité picarde. Ainsi,surface agricole utilisée ?T
*T ’)T20% des pommes de terre(SAU), l’Aisne est le premier (’T
*T*=Tde la région sont produites ?Tdépartement agricole en Pi- ?*T )
’*T’*Tdans le département. 1) =Tcardie et le septième dépar-
"5 ? ,@ @E. 0
’>Ttement français pour sa
? 5,E @JI 0 La production des oléo-3SAU . Cette surface est ;T ;Tprotéagineux et légumes ;Tcomposée notamment de ?>T
secs (colza, tournesol, lin,420 600 ha de terres labou- ()T
pois, etc.) représente 11% <Trées et de 77 800 ha de su-
? @K .5J 0 de la SAU. Ces cultures s’in- 1$ 0,perficie toujours en herbe.
$ & 7 + +&. 21 tègrent facilement aux rota-
1 1 .
tions des grandes exploita- .10 $ 0 1 6 , &J?TTrois exploitations sur ’?T .16&! + tions et leur récolte s’adaptequatre cultivent des céréa- 2 ?T ?(T
au matériel céréalier. ;T X +:3 les. Environ la moitié de la
’@T C0& 6 surface agricole utilisée du ? @- -K. 0
Sur 6 600 ha de cultures & département est consacrée
légumières, les petits pois + +. 0, $ 0$0 0,, . aux cultures céréalières. La N )1 # . arrivent en tête avec 30%Thiérache est plutôt orien-
des surfaces de légumes "#" " - - " "*+++tée vers l’élevage.
&"$ ( )$ "*++,frais, suivis des haricots
verts et des endives avec 15Avec 180 000 ha, le blé
et 14%. Deux autres légu- vergers de la Thiérache et Le vignoble de la Valléeest la principale culture cé-
mes ont pris un essor parti- du sud de l'Aisne sont des- de la Marne, situé dans leréalière (37% de la SAU).
eculier : l’oignon (2 départe- tinés à la fabrication de ci- sud du département, repré-Les autres céréales (orge,
ment français producteur) et dre et de jus de pomme. sente près de 9% de la sur-avoine, maïs, etc.) se parta-
ela carotte (4 producteur). La Une soixantaine de produc- face plantée en appellationgent 56 000 ha.
production du Haricot de teurs de la région (dans un Champagne, soit 2 800 ha.
Soissons est quant à elle re- rayon de 50 km) se sont lan- L’Aisne compte 700 exploita-La culture de la bette-
lancée, l’objectif étant de cés dans la culture des fruits tions viticoles qui produisentrave sucrière est l’autre
l’inscrire dans une démarche rouges et notamment de la environ 20 millions de bou-fleuron de l’agriculture
qualité pour la protéger. framboise. teilles. axonaise. C’est le premier
département producteur de
L’Aisne se diversifiebetteraves sucrières de
aussi dans la production deFrance, avec une couverture
fruits : premier producteur desur 67 200 hectares et une
pommes à couteau de laproduction qui représente en
région et deuxième pro-2000, 17% de la production
ducteur de poires. Lesfrançaise. Les trois quarts
grands vergers industriels
du Valois et du sud de
l’Aisne profitent de la proxi-
3Source : Agreste 2001 mité du marché parisien. Les
40AGRICULTUREProductions animales
Les productions 3 ( 8 & + ( ( / ( 4 + ,--,
animales "#" " % " " %
représentent 18% 0 + *T
du produit agricole 0& 0, ’’T
total dans l’Aisne 0&. % +: ’(T
: 2 &J ’>TBien que n’étant pas
+: .. , ()Tspécialisées dans les pro-
ductions animales, de nom- +: . 3 (*T
breuses exploitations ont un 02 , *(T
complément de revenu
)’) () >) *) ?)
Tgrâce à cette activité. Ainsi,
56% des exploitations du
département détiennent des
animaux.
( ( 3( Les élevages bovins, tamment pour les poulets
N 3( ( 8 ,--,
lait et viande, dominent. Le label Rouge. "#" " % " " %
lait est utilisé pour la con-
0. .. sommation directe, pour la La production de lait re-
fabrication de beurre, mais ’>Tprésente 50% du produit
2 ,
aussi pour la production dégagé par les productions >T
de fromages, dont le Ma- animales, et 30% pour les
roilles, seconde AOC du gros bovins et veaux, tan-
02 , département. dis que le porc et la volaille ;)T(*T
dégagent respectivement 0 +
Les productions bovi- 6% et 5% du produit lié aux
nes se maintiennent, la pro- productions animales. Les
duction de volailles de chair ovins participent à hauteur
.augmente légèrement, no- de 2% du produit animal.
( ( ( 8 8 3(
4 ,--,
"#" " % " " %
,% !, 1 , ! .
2 ,
(T @T
0. .. ?T
;T
0 +
?)T

>)T
0 "02 , 2 &J
41
Photo : InseeAGRICULTURE Démarches qualité
Soissons, culture tradition-Les démarches
H ( 8 3 ( 7 nelle de la Vallée de l’Ailette.qualité
,--,Ainsi, une démarche vaet la protection
0&2 0, commencer dès 2004 pour E 6, , : 1 +: de l’environnement :
0: , $ .. . 0,obtenir un Label rouge et , ! ,%0 des orientations E 6,
.6 $ + une IGP (Indication géogra- & ! ,% ) / &" , 0,prioritaires ( !1phique protégée). X , , % (
+: &!0, pour l’agriculture &, : ! . " !0, & ..
. 0F 0B0 , axonaise % ./ , & 1+ Enfin, une coopérative !0,
&
C3
6, (JBA : Jeunes bovins de
Qualité des produits
: &, l’Aisne) est à l’initiative d’un 0,,
groupement de qualité qui tra- 0&+
, B . :A &Dans l’Aisne, toutes les . :A & &7+:A . vaille à la mise en place d’un 0,, & , démarches officielles de Label rouge sur une viande .. +
& , qualité sont représentées. & , bovine issue de croisements
,
entre deux races très présen-
Ainsi, la production de
&.+: tes dans le département de
.. . :A & C3 Maroilles et de Champagne 0 H , % ,0 l’Aisne : la race Salers et la & .. 0 ..
, C 0, bénéficient d’une Appella- race Charolaise. : !$ 6,
tion d’origine contrôlée 5 &J : !$ ,0 01(
C0 0 0 2 0,%1 1B& (AOC). L’Agriculture biologi- . , : . .
. & Qualitéque rassemble certains ma- ,
raîchers, cultivateurs, pro- des exploitations
ducteurs de lait ou de viande
"#" " % " " %
bovine. De nombreux éle- Longtemps, les démar- &"$ ( )$ "*++,
veurs de volailles se sont ches qualité entreprises en
engagés dans la démarche agriculture n’ont porté que
sur le produit. Maintenant, Démarches officielles de qualitélabel Rouge. La filière por-
cine et la filière ovine pro- elles s’étendent à l’exploita- L’Agriculture biologique (AB) s’interdit l’utili-
sation des produits chimiques de synthèse (engrais,posent à leurs éleveurs de tion elle-même.
pesticides) ainsi que des OGM. Les animaux sont
s’engager dans la Certifica- nourris à plus de 90% avec des aliments issus de
tion de conformité produit. Les Contrats Territo- l’Agriculture biologique. Ils doivent avoir accès à des
parcours en plein air. Les animaux sont traités préfé-riaux d’Exploitation (CTE)
rentiellement à l’aide de thérapeutiques douces (ho-
Des procédures de qua- hier, les Contrats d'Agri- méopathie, phytothérapie, etc.).
lification sont également en- culture Durable (CAD) au-
visagées pour relancer et jourd'hui, concernent 425 Une Appellation d’origine contrôlée (AOC)
identifie un produit qui est réputé unique et inimitablerendre viable le Haricot de exploitations dans l'Aisne.
parce que basé sur les spécificités d’un terroir déli-
mité, sur une longue histoire qui en fait un véritable
patrimoine, et enfin sur un savoir-faire particulier.
Le label Rouge atteste que le produit possède un
niveau de qualité supérieure. En effet, le produit doit
se distinguer des produits courants similaires par ses
qualités gustatives. Il est le résultat d’exigences sé-
vères et contrôlées à tous les stades de production,
d’élaboration et de commercialisation.
La Certification de conformité produit (CCP)
atteste de la conformité du produit à des caractéristi-
ques spécifiques (objectives, mesurables et
traçables) contenues dans un cahier des charges
élaboré par des producteurs ou en référence à des
normes Afnor.
42
Photo : InseeAGRICULTUREDémarches qualité
®L’initiative picarde Gestion du territoire :
+ ( ( 8 ( ’
4 (en matière concilier
,--,
de qualifications sur l’exploitation
des exploitations agricole production
de qualité,
La Picardie a été la pre-
environnement, 2 , , mière région à proposer à
faune sauvage & , ,ses agriculteurs une démar-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.