Chapitre "Agriculture" extrait du bilan économique et social - Picardie 2005

De
Publié par

Le déficit en eau de l'année 2005 a fragilisé les cultures régionales, en particulier les céréales. La hausse du prix de l'énergie a renforcé l'enthousiasme pour les biocarburants dont le colza a été le principal bénéficiaire. Les betteraves à sucre ont atteint un rendement record de 82 t par ha. La production de pommes de terre s'est quant à elle infléchie. Les abattages de porcs charcutiers ont repris et les cotations animales ont connu une embellie, tandis que l'érosion du prix du lait s'est poursuivie.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

AGRICULTURE
Rendement record
pour la betterave à sucre
Le déficit en eau de l'année 2005 a fragilisé
les cultures régionales, en particulier les céréales.
La hausse du prix de l’énergie a renforcé
l’enthousiasme pour les biocarburants dont le colza
a été le principal bénéficiaire. Les betteraves à sucre
ont atteint un rendement record de 82 t par ha.
La production de pommes de terre s’est quant à elle infléchie.
Les abattages de porcs charcutiers ont repris et les cotations
animales ont connu une embellie, tandis que l’érosion du prix
du lait s’est poursuivie.
ntre les campagnes 2004 et 2005, la

, " # ) E superficie picarde en cultures céréaliè-

res perd plus de 15 000 hectares et se limite
à 670 000 hectares. Malgré ces 2 % de sur-
face en moins, elle représente toujours la moi-
tié de la surface agricole utilisée régionale.

La production céréalière se réduit de 750 000
tonnes en Picardie. Elle s’établit à 5,4 mil-
lions de tonnes en 2005, soit une baisse de
12 %.

Coup de chaud
!
( pour le blé tendre " ’
$ %&



)
# En 2005, la superficie en blé tendre d’hi-


ver de la région augmente de plus de 6 000
hectares et dépasse les 520 milliers d’hecta-
res. Comme en moyenne en France, le ren-
dement de cette culture est moins bon qu’en
2004. En Picardie, il chute de 11 q/ha et s’éta-
que 2 € à la tonne, et s’établit à 105 € lablit à 81 q/ha (contre 72 q/ha en moyenne na-
tionale). Le blé tendre a moins souffert du tonne. Selon l’ONIC (Office National Interpro-
manque d’eau que des températures excep- fessionnel des Céréales), en 2005, la qualité
tionnellement élevées de la deuxième quin- de la récolte picarde de blés est très satisfai-
zaine du mois de juin. La baisse des sante : 12 % des blés sont classés en produit
rendements l’emporte sur la hausse de la très haut de gamme (contre 2 % en 2004) et
sole, et la production picarde de blé tendre seul 2 % de la récolte n’est pas panifiable
(contre 6 % en 2004). Cependant, les pluiesd’hiver s’affaisse de 11 %. Elle se chiffre à
4,2 millions de tonnes pour la campagne de l’été ont contraint à retarder la moisson,
2005. La récolte régionale représente 12 % ce qui a nui au poids spécifique des blés qui
est relativement bas sur une partie de la ré-de la production nationale, qui ne diminue que
de 7 %. Sur les six derniers mois de l’année colte. Il diminue en moyenne dans la région
2005, le cours moyen du blé tendre (rendu de 5,6 kg/hl à 74,7 kg/hl. En revanche, la te-
1 ) s’affaiblit en comparaison avec la neur en protéines est élevée (12,6 % enRouen 1Référence de cotation qui intègre un prix de marché auquel
s’ajoute le prix du transport à Rouen (FOB).même période en 2004. Il ne perd toutefois moyenne picarde en 2005 contre 11,4 % en
INSEE PICARDIE - Bilan économique et social 2005 11
* "+%



Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.