L'agriculture dans les Hautes-Pyrénées

De
Publié par

Ce numéro vous propose pour chaque département de la région : - une synthèse conjoncturelle sur l'emploi salarié - des données de cadrage sur la répartition de la population active par catégorie socioprofessionnelle - une analyse sur l'agriculture

Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

numéro 7- 65 : janvier 2002
SYNTHESE CONJONCTURELLE BREVES
Pause dans la croissance de l'emploi • La fréquentation s’annonce bonne
pour les stations de ski, grâce à une
Dans les Hautes-Pyrénées,
neige précoce. La saison a débuté tôt,Evolution du taux de chômagel’emploi salarié (hors agriculture,
et de l'emploi salarié le 17 novembre 2001, avec l’ouverture
éducation, administration, santé et Emploi (base100 au 4 T 94) Taux de chômage (%) de Cauterets. Le froid intense a permis
112 12,5action sociale) en très légère progres- la production de neige artificielle.Emploi
12,0110sion au premier trimestre 2001
11,5
108 Plus de 80 000 personnes ont visité(+ 0,3 %) se stabilise au deuxième
11,0
106 l’Observatoire du Pic du Midi durant lestrimestre. En glissement annuel,
10,5
104 quatre mois d’été 2001. Pour lacette croissance atteint un rythme de
10,0
première fois, il sera ouvert au public102+ 2,2 % à la mi-2001 (contre 9,5
pendant l’hiver. Le téléphérique pourra100+ 4,4 % à la mi-2000). Elle est 9,0
Chômage également être utilisé par les skieurs.98 8,5inférieure à celle de Midi-Pyrénées
4T94 4T95 4T96 4T97 4T98 4T99 4T00 3T01
Emploi salarié Taux de chômage(+ 4,9 %) et de la France (+ 3,1 %).
e e Investissement de 23 millions d’euros2 trimestre 2001 3 trimestre 2001
Au troisième trimestre 2001, la (en milliers) (%) par la station de ski Saint-Lary-Soulan
Hautes-Pyrénées 47,5 8,9situation de l’emploi ne devrait guère qui accueille la deuxième coupe duMidi-Pyrénées 587,6 9,4
évoluer. Dans l’industrie, seul le France 14 943,7 8,9 monde de ski à bosses en janvier 2002.
secteur agroalimentaire se montre Source : Insee, estimations trimestrielles cvs La capacité d’accueil de la station
dynamique. L’activité est stable dans devrait être doublée d’ici 2005.
les biens d’équipement et se ralentit bien orientée.
En octobre 2001 la société FABRICA-dans les biens intermédiaires. Elle Le taux de chômage des Hautes-
TIONS ELECTRIQUES et ELECTRO-marque le pas dans le commerce Pyrénées s’établit à 8,9 % à la fin du
NIQUES (à Tarbes) annonce 35 licen-tandis qu’elle chute dans les services troisième trimestre 2001. Il est en
ciements sur 70 salariés.
aux entreprises (notamment dans hausse de 0,3 point par rapport au
l’intérim). Dans le secteur de la trimestre précédent alors qu'il baisse Le nombre de journées indemnisa-
construction, le nombre des mises dans la plupart des départements de bles a augmenté de 61 % dans les
en chantiers de logements neufs Midi-Pyrénées. Il a tout de même Hautes-Pyrénées au cours des neufs
baisse au troisième trimestre 2001 diminué de 0,2 point en un an dans premiers mois de l’année 2001 (par
par rapport au même trimestre 2000. les Hautes-Pyrénées. Il reste inférieur rapport aux neufs premiers mois
Dans les services aux particuliers, au taux régional (9,4 %) et est égal de 2000).
seule l’activité liée au tourisme reste au taux national.
DONNEES DE CADRAGE
Répartition par catégorie socioprofessionnelle de la population active ayant un emploi
Hautes-Pyrénées FranceMidi-Pyrénées
1999 1990 1999 1990 1999 1990
(%) (%) (%) (%) (%) (%)
Agriculteurs exploitants 5 9 6 9 3 5
Artisans, commerçants, chefs d'entreprises 9 11 8 10 6 8
Cadres 9 8 12 11 13 12
Professions intermédiaires 21 18 23 19 23 20
Employés 32 27 29 25 29 26
Ouvriers 24 27 22 26 26 29
Source : Insee Midi-Pyrénées, recensements de la population (au lieu de résidence)
23456789012345678901234567819234567890123456789012345678112345678901234567890123456781234567890123456789012345678192345678901234567890123456781199923456789012345678901234567823456789012345678901234567811992345678901234567890123456782345678901234567890123456781234567890123456789012345678992345678901234567890123456781123456789012345678901234567899234567890123456789012345678112345678901234567890123456789923456789012345678901234567891234567890123456789012345678992345678901234567890123456782345678901234567890123456781991234567890123456789012345678234567890123456789012345678119923456789012345678901234567823456789012345678901234567811992345678901234567890123456782345678901234567890123456781199234567890123456789012345678234567890123456789012345678911923456789012345678901234567823456789012345678901234567891111234567890123456789012345678234567890123456789012345678199923456789012345678901234567811234567890123456789012345678999123456789012345678901234567823456789012345678901234567819912345678901234567890123456782345678901234567890123456781912345678901234567890123456789123456789012345678901234567823456789012345678901234567891192345678901234567890123456789923456789012345678901234567819234567890123456789012345678191123456789012345678901234567823456789012345678901234567899234567890123456789012345678112345678901234567890123456789923456789012345678901234567811234567890123456789012345678992345678901234567890123456781123456789012345678901234567899234567890123456789012345678112345678901234567890123456789923456789012345678901234567811234567890123456789012345678999123456789012345678901234567899111234567890123456789012345678234567890123456789012345678991123456789012345678901234567823456789012345678901234567819912345678901234567890123456782345678901234567890123456781991234567890123456789012345678234567890123456789012345678199234567890123456789012345678234567890123456789012345678112345678901234567890123456789234567890123456789012345678234567890123456789012345678112345678901234567890123456789923456789012345678901234567891112345678901234567890123456781991234567890123456789012345678234567890123456789012345678199123456789012345678901234567823456789012345678901234567819912345678901234567890123456782345678901234567890123456789234567890123456789012345678912345678901234567890123456789L'agriculture dans les Hautes-Pyrénées
Depuis le recensement de 1988, la
Hautes-Pyrénées Midi-Pyrénées
superficie agricole des exploitations a légère-
1988 2000 1988 2000ment diminué et atteint 131 000 hectares.
Le nombre des exploitations mettant en va- Nombre d'exploitations 8 828 6 410 87 898 60 244
leur ce territoire s’est réduit de plus d’un dont professionnelles 4 134 2 961 52 759 36 314
Superficie moyenne des exploitations professionnelles (ha) 24,6 34,8 39,5 57,5quart depuis 1988 pour représenter
aujourd'hui 6 400 unités ; cette diminu-
Part (en %) de la surface agricole utilisée en :tion s'accompagne le plus souvent d'un
ceréales 38,7 38,0 33,2 30,0agrandissement des exploitations restantes.
colza, tournesol, soja 2,6 1,0 10,3 10,3L’activité agricole des Hautes-
surfaces fourragères principales 55,7 54,2 50,5 49,5
Pyrénées, mesurée par la valeur ajoutée,
autres (y.c. jachères) 3,0 6,8 6,1 10,2
provient pour 42 % des exploitations dont Animaux (en milliers de têtes)
l’activité principale est l’élevage, suivies par vaches laitières 17 11 244 179
celles spécialisées en céréales (34 %) et par vaches nourrices 49 53 433 504
les exploitations traditionnelles aux activi- ovins 141 116 2 422 2 355
tés diversifiées en polyculture (24 %). porcins 76 53 604 551
équidés 4 5 27 38Les superficies en blé, orge et celles
nombres de ruches (milliers) 14 14 87 94des cultures industrielles (colza, tournesol)
Nombre d'exploitations pratiquant :chutent de plus de la moitié entre les deux
vente directe aux consommateurs /// 876 /// 8 333recensements. En revanche, le maïs grain
restauration 9 42 117 339voit sa superficie croître de 15 % pour
hébergement 300 267 1 609 1 514
atteindre 42 000 ha. En production bovine,
l’effectif des vaches à viande augmente alors Définition
que l’effectif des vaches laitières diminue
Exploitation professionnelleExploitation professionnelle : exploitation agricole satisfaisant deux critères, atteindre une
de plus d’un tiers. Enfin, les brebis mères
dimension économique d'au moins 8 unités de dimension européenne (U.D.E.) de valeur
avec 83 300 têtes en 2000 perdent 13 % de ajoutée standard (8 U.D.E. équivalent à 12 hectares de blé) et utiliser un volume de travail au
leur effectif. moins égal à 3/4 d'un équivalent temps plein (ETP).
Les exploitants de moins de 40 ans
sont peu nombreux, leur part dans l'ensem-
ble des cantons n’excédant jamais plus de salariés familiaux agricoles travaillent à temps tants est élevée : 44 % des chefs d’exploita-
27 % des exploitants. L’activité agricole plein ou à temps partiel dans les exploita- tion travaillent à temps partiel dans leur
repose principalement sur des exploitants tions des Hautes-Pyrénées, représentant exploitation. Le travail salarié est peu élevé :
âgés de 40 à 50 ans, classe d’âge majoritaire. 5 900 équivalents temps plein (ETP). La il représente 250 ETP pour les salariés
Les membres de la famille conti- moitié des actifs familiaux exerce cette permanents (stabilité entre 1988 et 2000)
nuent de constituer la quasi-totalité de la activité agricole à plein temps. Dans les et 140 ETP pour les salariés occasionnels.
main-d’œuvre agricole : 10 800 non- Hautes-Pyrénées, la pluriactivité des exploi-
Valeur ajoutée agricole par canton en Midi-PyrénéesEmploi total selon l'activité principale des exploitations (en ETP*)
Bovins viande
Ovins, caprins
© Ministère de l'agricultureCéréales et
et de la pêche 2001 - IGN 1999oléoprotéagineux
Grandes cultures
et bovins
Bovins lait
Hautes-Pyrénées
2000Polyélevage à orientation
bovins-ovins 1988
En millions d'euros
Polyculture (année 2000)
de 9 000 à 24 000
de 6 000 à 9 000Cultures-volailles
* en ETP : en équivalent temps plein de 3 000 à 6 000
de 0 à 3 000ETP*
0 200 400 600 800 1 000 1 200 1 400 1 600 1 800 2 000
Source de l'ensemble des données : Recensements agricoles 2000 et 1988
Etude réalisée par le Service Régional de Statistique Agricole (DRAF Midi-Pyrénées)
Insee Midi-Pyrééénnnééées - REGARDS sur Directeur de la publication : Impression : Prix au numéro : 1,5 €éénnéé
36, rue des 36 Ponts - 31054 Toulouse Cedex 4 Benjamin Camus Insee Midi-Pyrénées Abonnement à l'ensemble
Téléphone : 05 61 36 61 13 Rédacteur en chef : Bruno Mura ISSN : 1298-9533 des publications pour l'année 2002
Télécopie : 05 61 36 62 00 © Insee 2002 SAGE : R65070276 France : 70 €
Dépôt légal : janvier 2002 Etranger : 87 €
ZOOM

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.