L'agriculture en 2000 en Europe et en France - Hausse des prix, baisse des volumes

De
Publié par

En Europe, l'année agricole 2000 est marquée par trois évènements : l'Agenda 2000, qui redéfinit les aides aux grandes cultures et à l'élevage, entre en vigueur ; le prix des produits pétroliers augmente fortement, ce qui renchérit les consommations intermédiaires ; en fin d'année, une nouvelle crise de confiance des consommateurs touche l'élevage bovin. Dans l'ensemble des pays européens, le volume de la production agricole baisse, contrairement aux années précédentes, et les prix se relèvent. Le résultat agricole net par actif augmente en termes réels dans onze des quinze pays. Avec un résultat légèrement positif, la France est dans une position intermédiaire.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 43
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
N° 783  JUIN 2001 PRIX : 15 F (2,29)
L’agriculture en 2000 en Europe et en France Hausse des prix, baisse des volumes
François Rageau, division Agriculture, Insee
n Europe, l’année agricole 2000 estPour la plupart des produits animaux aussi, la production recule en volume. C’est le cas marquée par trois événements : Ede surproduction les années précédentes notamment de la branche porcine, en crise l’Agenda 2000, qui redéfinit les aides aux grandes cultures et à l’éle(2,2 %). La production bovine diminue égale ment, surtout en Allemagne et en Espagne. vage, entre en vigueur ; le prix des pro duits pétroliers augmente fortement, ce Hausse globale des prix qui renchérit les consommations inter Dans le cadre de l’Agenda 2000, qui fixe les médiaires ; en fin d’année, une nouvelle orientations de la politique agricole commune crise de confiance des consommateurs jusqu’en 2006, les aides directes sur les céréa touche l’élevage bovin.les et les bovins ont été revalorisées. Ceci con tribue aux variations des prix de base sur ces Dans l’ensemble des pays européens, le produits (cf.Pour comprendre ces résultats). volume de la production agricole baisse, Lesprix de base réels(prix déflatés de l’indice contrairement aux années précédentes,de prix du PIB de chaque pays, cf.Pour com prendre ces résultats) de la production agricole et les prix se relèvent. Le résultat agricole se relèvent en 2000, en raison de la sortie de net par actif augmente en termes réels crise de l’élevage hors sol: les prix des porcins dans onze des quinze pays. Avec un ré(+ 23 % en moyenne annuelle) et des œufs (+ 17 %) sont en forte hausse dans toute l’Union. sultat légèrement positif, la France est En revanche, pour les bovins, la forte baisse de dans une position intermédiaire. la fin 2000 a effacé les hausses du début Évolution du résultat agricole par actif* UNION EUROPÉENNE dans les pays de l'Union européenne En 2000, le volume de laproduction agricole En % européenne diminue (0,7 %). Seule parmi les25 grands pays européens, la production de 20 l’Espagne est en hausse, notamment celle 15 d’orge qui double, après une année 1999 10 marquée par la sécheresse. La production végétale est en retrait par rap5 port à 1999. Celle des produits maraîchers et 0 horticoles et d’huile d’olive diminue en volume, 5 comme celle de vin, en particulier en Italie et au 10 Portugal. Au sein des grandes cultures, en hausse, une réorientation s’opère au profit des15 FIN DK BL DIRL ENL ELA FS IUK P UE céréales (+ 8,5 % en volume). En effet,15 l’Agenda 2000 revalorise les aides aux céréa* Ce graphique présente le taux de croissance entre 1999 et 2000 du résultat agricole net par actif en termes réels (indicateur des comptes les, mais baisse celles sur les oléoprotéagi européens ; cf encadré) dans les quinze pays de l'Union européenne : neux, en vue d’un alignement progressif de Belgique (B), Danemark (DK), Allemagne (D), Grèce (EL), Espagne toutes les aides. Les cultures d’oléagineux(E), France (F), Irlande (IRL), Italie (I), Luxembourg (L), PaysBas (NL), Autriche (A), Portugal (P), Finlande (FIN), Suède (S), (17 % en volume) et de protéagineux (22 %) RoyaumeUni (UK) sont ainsi devenues moins attractives. Elles Source : comptes économiques de l'agriculture (données prévision reculent de 33 % en Allemagne.nelles), Eurostat
d’année. Le prix des céréales a diminuéété stimulée par les reports de consom FRANCE (3 %), tout comme ceux des pommes demation de viande bovine et par une forte Légère baisse des volumes terre, des fruits et de l’huile d’olive.demande en provenance d’Italie, liée à la Au total, dans l’Union la valeur de la proEn France, levolume de la productiongrippe aviaire qui s’est déclenchée au duction reste stable en termes réelsagricolemilieu de 1999. Pour les produits laitiers,se réduit de 0,6 % par rapport à (+ 0,1 %).1999 (tableau 1la reprise de la demande mondiale béné), après six années de hausse. Cette baisse résulte du repli deficie à la production française. La crise de laproduction végétale(1,3 %).confiance des consommateurs entraîne Un résultat agricole en hausseune forte réduction des abattages deComme ailleurs en Europe, les surfaces cultivées d’oléagineux diminuent et lesbovins en fin d’année ; faute de débou dans onze pays sur quinze volumes chutent, les conditions climatichés, le bétail est resté sur l’exploitation. La valeur desconsommations interméIl est comptabilisé dans la production,ques étant en outre peu favorables. Pour diairesde l’agriculture augmente enles betteraves industrielles, la réductiondont le volume augmente de 0,9 %. En 2000, en raison de la hausse des charde la sole et des rendements entraînerevanche, la production de veaux se ges liées à l’énergie et à l’alimentationaussi une baisse du volume. La réductiontasse, de même que la production d’œufs. animale. Alors que les volumes consomdes superficies en oléoprotéagineux s’est més se réduisent (1,3 %), la hausse desfaite au bénéfice des surfaces en céréa prix des produits pétroliers et des aliles : les rendements s’étant stabilisés, laLa valeur de la production ments industriels pour les animauxrécolte de céréales augmente. Cette progresse conduit à une hausse des prix dansaugmentation est la plus sensible pour le l’ensemble de l’Union de 2,6 %.maïs et l’orge. La récolte de pommes deL’année 2000 est marquée par la sortie de Le volume de la maind’œuvre agricoleterre progresse également. Après la fortecrise de l’élevagehorssol. Lesprixdu est de nouveau en baisse (3 %). Lehausse de 1999, les volumes de fruits etporc se redressent de 21,8 % en moyenne résultat agricole net par actifse maintiennent. La productionprogresse légumesannuelle, ce qui toutefois n’efface pas de 1,9 % en termes réels. Onze pays surde vins baisse, mais la récolte de 1999complètement les baisses intervenues quinze sont en hausse ; les pays plus foravait été exceptionnelle.depuis 1998. Les prix des volailles et des tement spécialisés dans l’élevage duLe volume de laproduction animalesont également repartis à la hausse.a œufs porc (Danemark, Belgique) et la Finlandeété stable en 2000. La production deAprès avoir progressé depuis le début de ont cette année les meilleurs résultatsvolailles a légèrement augmenté : elle al’année, les prix des bovins s’effondrent (graphique 1). L’Allemagne, deuxième pays agricole derrière la France et pre France : de la production à la valeur ajoutée mier producteur de porcs, présente éga Évolution 2000/1999 (%)Valeur 2000 lement une assez forte hausse, ainsi que (milliards l’Espagne. En revanche, le résultat Volume PrixValeur 2000 de francs) baisse en Italie et surtout au Production hors subventions (a)0,4 1,8 1,4377,7 RoyaumeUni où l’appréciation de la livre Subventions sur les produits (b)2,5 4,8 2,142,0 par rapport à l’euro pèse sur les prix. La 1 Production au prix de base(c) = (a) + (b)0,6 2,1 1,5419,7 plus forte baisse concerne le Portugal, dont productionde produits végétaux1,3 0,1 1,3242,1 qui avait bénéficié d’une récolte de porto céréales 2,81,9 0,965,1 exceptionnelle en 1999. Avec une faiblefruits et légumes0,0 4,6 4,635,9 2 plantes industrielles11,4 2,69,1 28,4 hausse du résultat agricole net par actif vins 2,41,6 4,059,5 en termes réels, la France se trouve dans 3 produits végétaux divers0,2 0,4 0,253,2 une situation intermédiaire. dont productionde produits animaux0,2 5,6 5,8159,9 4 bétail 0,17,9 7,877,2 5 produits avicoles0,3 5,9 6,226,7 Comptes européens 6 autres produits animaux0,5 2,5 3,056,0 et comptes français 7 dont productionde services1,9 2,0 3,917,7 Les comptes européens de l’agricultureConsommations intermédiaires sont publiés par l’Office statistique des com0,1 2,6 2,7(hors TVA déductible)211,7 munautés européennes (EUROSTAT) sur 8 Valeur ajoutée brute1,4 1,7 0,3208,0 la base de données fournies par les statisti 9 Valeur ajoutée nette2,2 1,70,6 156,7 ciens nationaux. Les résultats présentés 1. Cf.Pour comprendre ces résultats. dans cetInsee premièrepour l’Union euro 2. Plantes industrielles : betteraves industrielles, oléoprotéagineux, tabac et autres plantes industrielles. péenne (y compris pour la France au sein de 3. Produits végétaux divers : plantes fourragères, plantes et fleurs, pommes de terre. l’Union) proviennent du deuxième compte 4. Bétail : gros bovins, veaux, porcins, ovins et caprins, équidés. prévisionnel établi en janvier par les États 5. Produits avicoles : volailles, œufs. membres. Ils sont légèrement différents des 6. Autres produits animaux : lait et produits laitiers, autres produits de l'élevage. résultats présentés dans la seconde partie7. Production de services : production des entreprises de travaux agricoles, des coopératives d’utilisation de matériel agri cole, agri tourisme... relative à l’agriculture française, qui reposent 8. Au prix de base (cf.Pour comprendre ces résultats). sur des informations plus complètes dis 9. Au prix de base, nette de la consommation de capital fixe. ponibles en avril. Source : Insee
INSEE  18, BD ADOLPHE PINARD  PARIS CEDEX 14  TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
en fin d’année en raison de leur méventeidentique durésultat agricole net. Augmentation du coût sur le marché intérieur et à l’exportationComme l’emploi total de la branche agri des charges agricoles (embargo de l’Italie et de l’Espagne, princole baisse (1,8 %), le résultat agricole cipaux clients). Ils sont tout de même enLa valeur desconsommations internet par actif reprend sa progression augmentation de 3,6 % en moyennemédiairesest repartie à la hausse enavec + 1,2 % (tableau 3), ce qui corres annuelle, en raison de la hausse des2000 (+ 2,7 %) ; les volumes consomméspond à une quasistabilité en termes aides communautaires. Sur tous lessont stables (+ 0,1 %), mais les prix augréels : + 0,3 % (graphique 2). autres produits animaux, les prix progresmentent fortement (+ 2,6 %). Le prix deLe revenu net d’entreprise agricole se sent en 2000 en raison des reports del’énergie progresse en effet de 21,4 % endétériore ( 2,1 %) : la baisse des intérêts consommation. 2000,en raison de la hausse du prix desversés par les exploitations ne com Parmi lesproductions végétalespense pas la hausse des rémunérationsproduits pétroliers. Ce pourcentage élevé, les prix des protéagineux augmentent des’explique par le fait que les agriculteurs utides salariés (+ 3,8 % en 2000). La pour 12,1 % ; la production diminue alors quelisent pour leurs machines agricoles du fuelsuite de la réduction du nombre d’actifs les besoins liés à l’alimentation animaledomestique, moins taxé et donc plus sennon salariés (2,7 %) conduit à une augmentent après l’interdiction totalesible au cours du pétrole. Le renchérisselégère hausse du revenu net d’entre des farines carnées. Le prix des fruits etment du prix des aliments industriels pourprise agricole par actif non salarié légumes, en particulier des tomates,animaux et des tourteaux de soja (+ 5,8 %)(+ 0,6 %), soit  0,3 % en termes réels. monte en raison de la modération departicipe aussi à la hausse des coûts. En l’offre. Le cours de la pomme de terre serevanche, le prix des engrais utilisés pour la reprend un peu, après la chute deproduction de 2000 baisse (1,9 %).Un excédent commercial l’année précédente. stabilisé à un haut niveau En revanche, le prix des céréales recule (1,9 %) : la production céréalière augUn résultat agricole par actifAlors que le solde total sur les marchan mente et la qualité de la récolte pâtit d’undises, grevé par la facture pétrolière, en faible hausse été pluvieux au moment des moissons. Ledevient déficitaire pour la première fois prix de base des oléagineux diminue égaLa valeur ajoutée de la branche agriculdepuis 1991, l’excédent des échanges lement, la réduction des aides étant plusture, nette de la consommation de capiextérieurs agroalimentaires atteint 62,7 forte que la hausse des prix du marché.tal fixe (amortissement des matériels,milliards de francs en 2000, contre 62,5 Quant aux vins, courants (5,9 %) ou AOCdes bâtiments…) se dégrade (0,6 %) enmilliards en 1999. Après la forte progres (2,1 % hors champagne), l’abondance2000 (tableau 2), entraînant une baissesion de 1999, il se stabilise ainsi à un haut des stocks issus de la campagne précé dente pèse sur ce marché ; le prix du France : de la valeur ajoutée au revenu d’entreprise agricole champagne produit dans les exploitations En milliards de francs agricoles fait exception, et poursuit sa Évolution hausse en 2000.Valeur 1999Valeur 2000 2000/1999 (%) Globalement, du fait de la hausse des prix Valeur ajoutée nette (a)157,5 0,6156,7 (+ 2,1 %), la valeur de la production agri Subventions d'exploitation (b)9,7 0,39,6 cole aux prix de base progresse (+ 1,5 %)Autres impôts sur la production (c)  Impôts fonciers5,7 1,6 5,8 et reprend ainsi sa hausse interrompue en  Autres2,5 0,7 2,5 1999. Cette hausse inclut la revalorisation Résultat agricole net (d)=(a)+(b)(c)159,0 0,6158,0 des subventions (+ 2,1 %) liée à l’applica Rémunération des salariés (e)33,2 3,834,5 tion de l’Agenda 2000. Intérêts (f)11,8 2,211,6 Charges locatives nettes (g)13,6 0,413,6 Revenu net d'entreprise agricole (h)=(d)(e)(f)(g)100,4 2,198,3 France : résultat agricole netSource : Insee par actif en termes réels Indice base 100 en 1995France : évolution du résultat et du revenu d’entreprise agricoles 110 entre 1999 et 2000 Résultat agricole net par actif en termes réels Moyenne mobile sur 5 ansEn % 100 Résultat agricole net (a)0,6 Résultat agricole net par actif (b)=(a)/(h)1,2 900,3Résultat agricole net par actif en termes réels (c)=(b)/(g) Revenu net d'entreprise agricole (d)2,1 80Revenu net d'entreprise agricole par actif non salarié (e)=(d)/(i)0,6 Revenu net d'entreprise agricole par actif non salarié en termes réels (f)=(e)/(g)0,3 Évolution du prix du produit intérieur brut (g)0,9 70 1 Évolution du nombre d'UTA total (h)1,8 Évolution du nombre d'UTA des actifs non salariés (i)2,7 60 1970 1973 19761979 1982 1985 1988 1991 1994 1997 2000 1. Unités de travail annuel (équivalents temps plein de l'agriculture). Source : InseeSource : Insee
INSEE  18, BD ADOLPHE PINARD  PARIS CEDEX 14  TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
niveau. Le recul de l’excédent sur les pro duits agricoles (17,5 milliards, hors sylvi culture et pêche, contre 18,8 milliards en 1999) est compensé par la hausse du solde sur les produits de l’industrie agroalimentaire et ceux de la forêt. La hausse de la valeur des importations de légumes (notamment de tomates d’Espagne et du Maroc) prend une part importante dans la dégradation du solde agricole. Les achats de caoutchouc naturel, libellés en dollars, s’accroissent également. Symétriquement, les expor tations de céréales augmentent en valeur vers les pays tiers, grâce à des prix mondiaux proches de ceux prati qués sur le marché de l’Union. En volume, elles sont en hausse vers l’Union européenne et le Maghreb. Les exportations de bois progressent de 42 % en valeur, en raison de l’abon dance des stocks disponibles après la tempête de 1999. Un excellent début d’année 2000 permet au solde sur les bovins de progresser légèrement, bien que les exportations aient chuté en fin d’année en raison des embargos décidés par l’Italie et l’Espagne à la suite de la crise de l’ESB. L’excédent sur les produits de l’industrie agroalimentaire (48,2 milliards de francs) s’est accru en 2000. Sur les alco ols, les exportations de cognac et de vins reprennent vers les ÉtatsUnis et l’Asie. A contrario, l’excédent du cham pagne baisse après une année 1999 exceptionnelle. Celui des échanges de sodas, de produits laitiers et de sucre s’améliore. Le déficit du tabac se réduit. L’excédent des viandes est stable. La hausse de l’excédent sur les viandes de volailles est due en partie à l’épizootie de grippe aviaire en Italie ; elle com pense l’augmentation du déficit sur les viandes de boucherie, due à un progrès des importations et à l’arrêt des exporta tions de viandes bovines en fin d’année. La hausse du cours du tourteau de soja, payé en dollars, creuse le déficit de ce poste.
Par zone, la hausse de l’excédent avec les pays tiers compense la réduction de l’excédent avec l’Union européenne.
Pour comprendre ces résultats
Le compte spécifique de la branche agricul ture est établi selon la méthodologie et les concepts de la base 95 de la comptabilité nationale, harmonisés au niveau européen.  La production agricole est valorisée au prix de base, c’estàdire y compris les subventions sur les produits et hors impôts sur les produits. Lessubventions sur les produitscomprennent principalement les aides compensatrices aux grandes cultu res, la prime au maintien du troupeau de va ches allaitantes, la prime spéciale bovin mâle, la prime compensatrice ovine.  L’Agenda 2000, qui définit la Politique agricole commune à moyen terme, renforce la réforme de la PAC de 1992. Elle prévoit de nouvelles baisses des prix de soutien, compensées partiellement par une revalo risation de cesaides directesversées aux agriculteurs. Seules les aides aux oléopro téagineux et à la jachère baissent en vue d’un alignement sur les aides aux céréales.  La valeur ajoutée de la branche agricul ture (production au prix de base – consom mations intermédiaires) est calculée brute, puis nette deconsommation de capital fixe. Celleci mesure la dépréciation an nuelle du stock de capital fixe liée à l’usure du capital et à son obsolescence. Elle est évaluée pour l’ensemble des biens de capi tal fixe de la branche agricole (plantations, matériels et bâtiments), à l’exception des animaux.  Les principaux indicateurs définis à partir des soldes comptables sont calculés en ter mes nominaux : . lerésultat agricole netcorrespond à la valeur ajoutée nette au coût des facteurs (valeur ajoutée nette + subventions d’ex ploitation  autres impôts sur la production (dont fonciers). Les subventions d’exploita tion comprennent principalement l’indem
nité compensatrice de handicap naturel et l’aide au gel des terres. L’évolution du ré sultat agricole net peut être rapportée à celle du nombre d’unités de travail annuel (équivalent temps plein de l’agriculture) : on obtient ainsi l’évolution durésultat agri cole net par actif. . lerevenu net d’entreprise agricoleest calculé à partir du résultat agricole net, dont on déduit la rémunération des salariés (sa laires et cotisations sociales), les intérêts versés et les charges locatives nettes. Son évolution est rapportée à celle du nombre d’unités de travail annuel des non salariés : on obtient ainsi l’évolution durevenu net d’entreprise agricole par actif non sala rié.  Pour les besoins de comparaisons inter nationales ou pour des séries longues, les prix et les différents indicateurs de revenu peuvent être déflatés par l’indice de prix du PIB. Ils sont alors exprimés entermes réels.
Pour en savoir plus
Les rapports de la Commission des comptes de l’agriculture de la Nation (CCAN) sont disponibles auprès d’Insee InfoServices, dans les directions régio nales de l’Insee, ainsi qu’au SCEES et dans les directions régionales et dépar tementales du ministère de l’Agriculture et de la Pêche. « Les comptes de l’agriculture en 2000 », Synthèses, à paraître en juillet 2001. « Les comptes départementaux et par catégories d’exploitations en 2000 », AgrestePrimeur(SCEES), n° 94, juin 2001. « Le compte spécifique de l’agriculture en base 95  séries 19591996 » ; InseeRésultats, n° 658659, mai 1999. « Le compte spécifique de l’agriculture  Méthodologie de la base 95 », InseeMéthodes, n° 91 92 93. « L’agriculture française dans le contexte international »,Économie et Statistique, n° 329330. « Statistiques en bref »,Agriculture et pêchethème 58 / 2001, Eurostat, avril 2001.
INSEE PREMIÈREfigure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee :www.insee.fr
BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE  Tarif 2001 1 an, 60 numéros = 530 F (France)663 F (Europe) 80,80101,07
(Reste du monde)827 F 126,08
Nom ou raison sociale :_____________________ Activité: ____________________________ Adresse :________________________________________________________________ ___________________________________ Tél: _______________________________ Cijoint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE :_______________________________ F. Date :_______________________________ Signature
Direction Générale : 18, Bd AdolphePinard 75675 Paris cedex 14 Directeur de la publication : Paul Champsaur Rédacteur en chef : Daniel Temam Rédacteurs :J.W. Angel, R. Baktavatsalou, C. Dulon, A.C. Morin, B. Ouvré Maquette :P. T. Code Sage IP01783 ISSN 0997  3192 © INSEE 2001
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.