L'agriculture en Haute-Normandie en 2004 : D'excellents résultats en Seine-Maritime

De
Publié par

En 2004, les conditions climatiques ont permis des récoltes exceptionnelles pour les productions végétales notamment pour les blés. Les surfaces cultivées n'ont pas augmenté mais ce sont les rendements qui sont particulièrement élevés, notamment en Seine-Maritime. Les productions animales enregistrent pour leur part des résultats plus mitigés alors même que les prix du lait ont chuté. La production régionale de biocarburants occupe déjà une place importante dans la production nationale. Elle pourrait progresser notablement dans les toutes prochaines années pour répondre à la demande supplémentaire générée par les nouvelles normes européennes.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

L’AGRICULTURE EN HAUTE-NORMANDIE EN 2004
D’excellents résultats en Seine-Maritime
Francis COUVOUT
n 2004, les productions végétalesEn 2004, les conditions progressent de +6% et les rendements
Eaffichent de très bons résultats et sont les meilleurs des cinq dernièresclimatiques ont permis des
les rendements sont quasiment tous ex- années à 38 qx/ha. Les pois protéagi-
récoltes exceptionnelles pour les
cellents, surtout en Seine-Maritime. La neux progressent en surfaces et en ren-
productions végétales satisfaction vient d’abord des céréales. dement à 53 qx/ha, encore assez loin
La Seine-Maritime enregistre des rende- des résultats de 1999. Les conditions cli-notamment pour les blés. Les
ments records de blé avec 94 quin- matiques de fin d’année ont favorisé la
surfaces cultivées n’ont pas
taux/hectare (qx/ha). L’Eure qui avait eu à récolte des betteraves avec des rende-
augmenté mais ce sont les souffrir de la sécheresse en 2003 re- ments élevés de 730 qx/ha et une ri-
trouve un de ses meilleurs rendementsrendements qui sont chesse moyenne de 17 à 18% de teneur
avec 86 qx/ha. Les disparités locales en sucre (soit un peu moins de 800 qx/haparticulièrement élevés,
subsistent (le plateau du Neubourg reste ramenés à la norme des 16%). L’abon-
notamment en Seine-Maritime. ainsi le plus productif dans l’Eure). Les dance des récoltes a cependant un in-
Les productions animales surfaces ensemencées en blé sont en convénient : elle a fait baisser les cours.
augmentation de +3% et représentent Malgré des qualités reconnues pourenregistrent pour leur part des
près de 80% des surfaces cultivées en la sauvegarde de l’environnement et l’uti-
résultats plus mitigés alors
céréales en Haute-Normandie, et plus lisation d’une partie des jachères impo-
même que les prix du lait ont encore dans l’Eure. Cette augmentation sées par la politique agricole commune,
a lieu au détriment des autres céréales l’avenir des biocarburants demeurechuté. La production régionale
car les surfaces totales de céréales sont encore en suspens. Le Gouvernement ade biocarburants occupe déjà
quasi stables. Les rendements annoncé en septembre 2004 son inten-
une place importante dans la d’orge-escourgeon culminent à des re- tion de poursuivre une politique dyna-
production nationale. Elle cords en Seine-Maritime avec 83 qx/ha mique : incorporer, d’ici 2010, 5,75% de
et sont à leur meilleur niveau dans l’Eure biocarburants dans les carburants contrepourrait progresser
(76 qx/ha), par contre les surfaces ense- 1 à 2% en 2005. Actuellement, la produc-
notablement dans les toutes
mencées reculent de6à7% dans les tion nationale de biocarburants est quasi
prochaines années pour deux départements. Les rendements des contingentée par les quotas partielle-
maïs grain sont également excellents ment exonérés de TIPP : 100 000 Trépondre à la demande
avec 85 qx/ha dans les deux départe- d’éthanol (ETBE ajouté à l’essence) etsupplémentaire générée par les
ments, mais les surfaces ensemencées 320 000 T de biodesel (EMHV : ester mé-
nouvelles normes européennes. ne totalisent guère plus de 3% des terres thylique d’huile végétale, encore appelé
céréalières. Les surfaces liées au colza Diester dans le gazole). La Haute-Nor-
mandie possède à Grand-Couronne, la
première unité nationale de production
PRINCIPALES PRODUCTIONS EN HAUTE-NORMANDIE EN 2003
de Diester, d’une capacité de
Surface utilisée (milliers d’hectares) Rendement (qx/ha)
250 000 T/an et à Gonfreville-l’Orcher,
Évolution Évolution
2003 2004 2003-2004 (%) 2003 2004 2003-2004 (%) l’une des trois unités de production de
Céréales 315,7 314,1 -0,5 78 87 11,5 bioéthanol d’une capacité de
dont : Blé tendre 241,0 248,5 3,1 80 89 11,3
70 000 T/an. Il est proposé dans un pre-Orge-escourgeon 57,2 53,3 -6,8 68 80 17,6
Maïs grain 12,6 10,0 -20,6 61 85 39,3 mier temps de tripler d’ici 2007 la pro-
Colza 55,7 59,0 5,9 35 38 8,6
duction de biocarburants, soitPois protéagineux 30,0 33,2 10,5 50 53 6,0
Betteraves industrielles 22,5 20,8 -7,6 720 737 2,4 800 000 T/an supplémentaires réparties
Maïs fourrage 51,0 54,5 6,9 137 130 -5,1
à raison de 3/5 de Diester et 2/5 d’étha-
Jachères 29,9 23,5 -21,6 /// /// ///
nol avec la création de quatre unités nou-Source : Ministère de l’agriculture - Agreste Normandie, infos rapides
velles de production d’une capacité
CAHIER D’AVAL n° 69 - Juin 2005 23
ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUESCOTATION NORMANDIE GROS BOVINS individuelle de 200 000 ductions animales enregistrent des ré-
T/an. Ce supplément de sultats mitigés. Les cours de la viande
3,5
production bénéficierait bovine se sont maintenus continuelle-
aussi d’une exonération ment à des niveaux supérieurs à ceux
partielle de TIPP et né- de l’année précédente, tout comme3
Boeufs qualité R cessiterait l’utilisation ceux de la viande porcine. Après avoir
d’un million d’hectares commencé la campagne 2004/2005 en
2,5 de surface agricole sup- baisse sur un an, les livraisons de lait
plémentaire. La France ont vite rattrapé en cumul le manque du
reprendrait ainsi à l’Alle- 2e trimestre et terminent la campagne
2
magne la première place sur un léger excédent. Par contre, les
dans l’Union Euro-Vaches qualité 0 prix du lait sont en recul assez net sur
péenne en matière de1,5 un an. Le manque à gagner se trouve
Mars Sept Mars Sept Mars Sept Mars Sept Mars production de biocarbu- en partie réduit par la mise en place2001 2002 2003 2004 2005
rants qu’elle a longtemps dès 2004 d’une aide directe laitière quiSource : DRAF (statistique agricole de Normandie) Unité : euro/kilogramme
occupée. n’évite pas cependant un décalage
De leur côté, les pro- dans les encaissements
L’Insee Haute-Normandie a mis en ligne une publication électronique :
Les zones d’emploi en Haute-Normandie
L’internaute trouvera une photographie de chacune
des treize zones de la région. Une analyse du
territoire illustrée par des tableaux et des graphiques
est déclinée en 8 thèmes :
- Population - Formation
- active - Emploi
- Appareil productif - Main d’oeuvre
- Chômage - Revenus fiscaux
Une comparaison des zones par
indicateur, le tout introduit par une
présentation des grandes évolutions
régionales.
www.insee.fr/haute-normandie
24 CAHIER D’AVAL n° 69 - Juin 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.