Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger

exploitants ayant cessé leur ac-
tivité ont quasiment toutes étéL'agriculture
reprises par des agriculteurs déjà
en place.limousine
Pas de déprise agricoleen mutation
La PAC (Politique Agricole Com-
mune) aidant, la déprise agricole,
un instant crainte, n'a pas eu lieu.
Si le nombre des exploitations di-
minue, leur taille ne cesse de s'ac-
croître. Aujourd'hui, la SAU
En 2000, le Limousin compte (Superficie Agricole Utilisée) Catherine Lavaud
(draf limousin) 18 800 exploitations agricoles soit moyenne atteint 46 hectares con-
Emilio Zabaleta environ 10 000 de moins qu'au tre 30 douze ans plus tôt. 12 % des
précédent recensement agricole exploitations ont plus de 100 hec-
de 1988. L'emprise de l'agriculture tares (3 % en 1988) et occupent
sur le territoire
régional n'a
pourtant guère
faibli. Si les dis-
paritions d'ex-
ploitations se
sont accélérées
au cours des
Si plus de 10 000 années quatre-
exploitations vingt-dix par
limousines ont disparu rapport à la dé-
cennie précé-depuis 1988, l'emprise
dente, le terri-de l'agriculture sur le
toire limou-territoire n'a guère
sin consacré àfaibli.
l'agriculture
Agrandissement des
n'a diminué
structures et
que de 2,9 %
amélioration de la sur la période
productivité se 1988 à 2000.
conjuguent pour En effet, les
maintenir la place du superficies li-
bérées par lessecteur.
4 r insee limousin
agriculture36 % de la superficie agricole uti- plus tôt. À l'inverse, le cheptel por- ploitations agricoles emploient au
lisée. L'essentiel du territoire agri- cin s'est légèrement accru sur la moins un salarié permanent. Leur
cole est toujours consacré à la période. Les ateliers porcins, pré- nombre est en baisse depuis 1988
production d'herbe et de fourrage sents dans 2 600 «exploitations alors que le recours aux salariés
pour l'alimentation des cheptels professionnelles» constituent le saisonniers ou occasionnels s'est
des exploitations. Toutefois les plus souvent une production de di- développé. En 2000, 10 700 person-
surfaces toujours en herbe (non versification pour les éleveurs nes ont été embauchées à titre
labourées) reculent au profit bovins. Les autres productions ani- provisoire dans un peu plus de
des prairies semées. De même, les males (caprines, avicoles) sont 3 000 exploitations.
surfaces en céréales sont elles très peu répandues.
aussi en retrait : 42 % des exploi-
60 % des exploitants à Le boom du fermagetations n'en produisent plus du
temps complettout (32 % en 1988). À l'inverse, Un peu plus de la moitié de la
superficie agricole utilisée estles superficies en tournesol et en En 2000, le travail réalisé sur les
aujourd'hui exploitée envergers sont en hausse. Près exploitations agricoles limousines fermage. Cette proportion a
de 500 producteurs exploitent équivaut à 25 800 équivalents augmenté de 15 points en douze
2 800 hectares de pommeraie. ans. La part du fermagetemps plein. Le poids de l'agricul-
augmente avec la taille desture dans l'emploi régional est
Prédominance du bovin exploitations : l'agrandissement
deux fois plus élevé en Limousin se fait le plus souvent avec desà viande
qu'en France entière. Sur les prises de terres en location. Le
fermage facilite égalementLa prédominance de l'élevage de 21 400 chefs d'exploitation et
l'installation des jeunes : pourbovins à viande est très forte dans coexploitants, six sur dix tra-
les 2 500 exploitants de moins
la région :  84 % des «exploitations vaillent à temps complet sur leur de 35 ans, le faire-valoir direct
professionnelles» (*) détiennent ferme. Cette proportion, en hausse ne représente guère plus du tiers
des surfaces exploitées. Le quartdes vaches allaitantes. En 2000, le sur les dernières décennies, tra-
de ces jeunes agriculteurs n'estnombre total de vaches allaitantes duit une professionnalisation
propriétaire d'aucune des
dépasse les 480 000 têtes, en croissante du monde agricole. superficies qu'il exploite.
hausse de 11 % depuis 1988. Dans Les trois-quarts des exploitants
le même temps l'élevage laitier et coexploitants déclarent le tra-
était en perte de vitesse. Le chep- vail agricole comme activité prin-
Les chiffres sont provisoires, les
tel a chuté de 29 % et se situe en cipale. À coté d'eux, ce sont envi- données définitives plus
dessous de 30 000 têtes. L'élevage ron 16 000 personnes qui partici- détaillées seront disponibles à
l'automne 2001.ovin, essentiellement destiné à la pent de façon permanente au tra-
production de viande recule éga- vail agricole. Ces actifs sont pour
lement : 500 000 brebis mères en 88 % d'entre eux des membres de
Pour en savoir plus :2000 au lieu de 780 000 douze ans la famille. Seulement 7 % des ex-
Agreste Limousin, Corrèze,
Creuse, Haute-Vienne - 4 pages
(*) une exploitation est dite «professionnelle» lorsqu'elle a une dimension économique spécial Recensement Agricole
d'au moins 12 hectares équivalent-blé et qu'elle occupe une personne à trois quarts de
Premiers Résultats - mai 2001temps.
insee limousin r 5