L'année économique et sociale 2004 - Agriculture

Publié par

Après la série d'accidents climatiques de l'année 2003, la campagne 2004 a profité de bonnes conditions météorologiques. Ainsi, les rendements des grandes cultures se sont nettement redressés. Le retour à des niveaux de production plus élevés s'accompagne toutefois de baisse de prix. La mise en place de la mesure rotationnelle (mesure environnementale visant à réduire la monoculture du maïs ou du blé) a favorisé la hausse des surfaces cultivées en oléagineux et protéagineux en 2004 alors que les surfaces céréalières ont légèrement reculé. Grâce à des rendements exceptionnels, les récoltes de blé tendre et d'orge de printemps sont proches de leurs niveaux record. La récolte de colza est aussi très abondante.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

28
Agriculture
Des rendements
exceptionnels
’agriculture francilienne est 20 % des surfaces concernées soient grâceàdesrendementsmoyensetune
trèsorientéeverslesgrandescul- semées en oléoprotéagineux. nette reprise des surfaces. La féveroleLtures, en particulier les céréales. poursuit son développement avec une
Lemaraîchage,l’horticultureetl’arbori- La progression des surfaces en colza est production en hausse de 40 %.
culture fruitière se maintiennent plus aussi liée à la baisse du taux de jachère.
difficilement. Ce dernier est passé de 10 % en 2003 à Le rendement des betteraves industrielles
5 % en 2004, afin de reconstituer des estundesmeilleursdepuis1994,maisne
stocks après les très faibles récoltes de suffit pas à compenser la baisse des sur-Après la série d’accidents climatiques de
2003.Cettemesureaétéannoncéetardi- faces, enregistrée depuis 1997.l’année 2003 (gel hivernal, printemps
vement alors que les cultures d’hiversec,étécaniculaire),lacampagne2004a
étaient déjà implantées. Ainsi, les exploi-profitédebonnesconditionsmétéorolo- Sophie CHOKOMIAN
tationsontpudéclarerducolzaprévuengiques.Lessemis desculturesd’hiver, SRSA Ile-de-France
gel industriel en colza alimentaire pourcomme desculturesdeprintemps se
ramenerleurtauxdejachèreà5%.sont déroulés dans un contexte favo-
rable. Plusieurs fois au cours de la cam-
pagne, la crainte d’une nouvelle es récoltes qui approchent a tendance à l’agrandisse-D Lsécheresse s’est fait jour, mais la pluie a
les niveaux recordstoujours fait son apparition au bon mo- ment se poursuit
ment.Seuleslesmoissonsontétéunpeu
L’enquête sur la structure des exploitationsLe blé tendre et l’orge de printemps ontperturbéesparunexcèsdeprécipitations
2003 a permis de dénombrer en Ile-de-Franceenregistrédesrendementsexceptionnelsau mois de juillet, sans que cela n’ait de
5 930 exploitations agricoles, soit une diminu-(respectivement 87 et 70 quintaux parconséquences sur le niveau des rende-
tion de 9 % par rapport au recensement agri-hectare). La production de blé affiche lements. Les récoltes de betteraves sucriè- cole de 2000. La Seine-et-Marne confirme sadeuxième meilleur résultat de ces dixresetdemaïs,plustardives,ontbénéficié vocation agricole : c’est en effet le département
dernières années et celle d’orge de prin-de conditions sèches. qui a perdu le moins d’exploitations (- 8 %). Le
temps atteint un niveau record (3 mil- Val-d’Oise et l’Essonne cèdent 11 % de leurs
lions de quintaux) malgré des surfacesLa situation météorologique avantageuse unités et comptent désormais 650 et 990 ex-
plus faibles. Les rendements en orge ploitations. Les Yvelines présentent la mêmede la campagne 2004 a permis d’enregis-
d’hiversontégalementélevés,maisn’ont évolution que l’ensemble régional, soit un replitrerdes rendements enhausseparrapport
pas permis de compenser la baisse des de 9 %. La baisse du nombre des exploitationsà la campagne catastrophique de 2003.
est bien plus marquée dans la petite couronnesurfaces.L’augmentation de rendement dépasse
avec - 18 %.toujours 10 %, excepté en tournesol. Le
Sans surprise, la récolte de maïs est Le constat est identique à celui du recense-retour à des niveaux de production plus
ment agricole 2000 : les exploitations sontsupérieure à celle, très médiocre, de laélevés,dépassantceuxde2002,s’accom-
moins nombreuses mais de plus en plus gran-campagne 2003, mais reste dans lapagne toutefois de baisses de prix.
des. Ainsi, leur superficie agricole utilisée estmoyenne des quinze dernières années.
en moyenne de 98 hectares, soit une progres-Les rendements ont été bons : 93 quin-
sion de 9 hectares depuis 2000.es mesures favorables à la taux par hectare, à seulement 3 quintauxD
culture des oléoprotéagineux durecordde2000.Cependant,lessurfa-
ces ne cessent de diminuer depuis 2001.
Les surfaces cultivées en oléagineux et Le maïs souffre d’un contexte défavo- our en savoir plusPprotéagineux ont nettement progressé rableaveclaprésencedelachrysomèle
en2004(respectivement9,5%et5,8%), (insecte ravageur) en Ile-de-France de- « La campagne agricole 2004 sous des cieux
alors que les surfaces céréalières ont lé- puis 2002 et la découverte d’un nouveau plus cléments - Bilan agricole 2004 », Agreste
gèrement reculé (- 0,5 %). La mise en foyer en 2004. Ile-de-France, n° 71, février 2005.
place de la mesure rotationnelle en
« La tendance à l’agrandissement se poursuit -
Ile-de-Franceen2004afavorisélesasso- La récolte de colza frôle son niveau Enquête sur la structure des exploitations
lements de colza, de pois et de féverole. record de 1999. Ce bon résultat est le agricoles 2003 », Agreste Ile-de-France, n° 69,
Cettemesureenvironnementale,visantà fruit de la hausse conjointe des rende- novembre 2004.
réduire la monoculture du maïs ou du ments et des surfaces. La récolte de pois
http://draf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr
blé, impose notamment qu’au moins seredresseaprèsquatreannéesmoroses,
Insee Ile-de-France 2005 Regards sur... l'année économique et sociale 2004Desrendementsexceptionnels 29
Les principales grandes cultures en Ile-de-France
Superficie (ha) Rendement (q/ha)
Evolution (%) Evolution (%)
2003 2004 2003 20042004/2003 2004/2003
Céréales, dont : 361 716 360 024 -0,5 66 84 27,3
Blé tendre 239 019 245 894 2,9 67 87 29,9
Orge et escourgeon 75 402 69 390 -8,0 60 73 21,7
Avoine 3 538 2 906 -17,9 55 66 20,0
Maïs 39 530 37 808 -4,4 70 93 32,9
Oléagineux, dont : 51 250 56 134 9,5 33 39 18,2
Colza 46 726 52 219 11,8 33 40 21,2
Protéagineux, dont : 41 949 44 383 5,8 46 54 17,4
Pois protéagineux 31 289 32 553 4,0 48 55 14,6
Féveroles 10 620 11 770 10,8 41 52 26,8
Betteraves industrielles 41 171 40 371 -1,9 634 764 20,5
Source : ministère de l'Agriculture, Agreste, Statistique agricole annuelle
Production végétale en 2004 (en milliers de quintaux)
Petite couronne Seine-et-Marne Yvelines Essonne Val-d'Oise Ile-de-France
Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution EvolutionProduction Production Production Production Production Production
(%) (%) (%) (%) (%) (%)2004 2004 2004 2004 2004 2004
2004/2003 2004/2003 2004/2003 2004/2003 2004/2003 2004/2003
Blé tendre 65,2 12,4 12 825,0 35,2 3 160,0 28,5 3 145,7 35,8 2 115,1 25,3 21 311,1 33,1
Orge et escourgeon 9,2 33,6 3 138,1 12,4 622,1 13,4 981,6 8,3 280,0 9,2 5 031,0 11,6
Maïs grain 4,1 -26,0 2 178,8 28,5 584,5 23,8 249,7 25,2 511,0 31,6 3 528,1 27,8
Colza 4,9 22,9 980,0 35,0 451,4 25,4 444,6 35,6 185,9 46,1 2 066,8 33,8
Poissecs(y .c.protéagineux) 2,2 57,5 1 120,0 22,8 176,4 -4,1 286,2 21,7 193,1 19,7 1 777,8 19,0
Betteraves industrielles 168,7 7,7 21 660,0 16,7 712,5 15,3 3 268,0 19,1 5 040,2 25,0 30 849,4 18,1
Source : ministère de l'Agriculture, Agreste, Statistique agricole annuelle
Nombre d'exploitations agricoles en 2003
Nombre Evolution
d'exploitations* 2003/2000 (%)
Petite couronne 150 -18
Seine-et-Marne 2 990 -8
Yvelines 1 150 -9
Essonne 990 -11
Val-d'Oise 650 -11
Ile-de-France 5 930 -9
*arrondi à la dizaine.
Source : Agreste, Recensement agricole 2000 et Enquête structure 2003
Insee Ile-de-France 2005 Regards sur... l'année économique et sociale 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.