L'année économique et sociale 2005 - Agriculture

Publié par

Installée sur la moitié de la région, l'agriculture francilienne produit surtout des céréales. La campagne agricole 2005 est qualifiée de bonne grâce aux excellentes récoltes de colza et de betteraves industrielles. L'année 2005 se caractérise par une faible pluviométrie et une dizaine de jours de canicule en juin qui ont altéré les rendements des cultures récoltées pendant l'été. Les espèces récoltées à l'automne (tournesol, maïs et betterave), ainsi que le colza ont enregistré des rendements en hausse par rapport à 2004. La production de blé tendre en baisse se situe dans la moyenne décennale. Depuis 2001, la production de maïs grain à tendance à baisser, du fait du recul des surfaces. L'installation de la chrysomèle (insecte ravageur) est la principale cause de cette situation. La production de colza augmente de 10 %. Le rendement reste au très bon niveau de 2004. La reconduction de la mesure rotationnelle (mesure environnementale visant à réduire la monoculture du maïs ou du blé), ainsi que les aides octroyées aux cultures énergétiques expliquent cette performance.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

32 Agriculture
Une bonne campagne agricole 2005
nstallée sur la moitié de la région, pagne 2004. C’est le meilleur résultat manque d’eau et des températures
l’agriculture francilienne produit su- depuis cinq ans. chaudes du mois de juin.I tout des céréales. La Seine-et-Marne La production de betteraves atteint leDéveloppementest le plus gros département agricole de la niveau de la campagne 2004. Le rende-
de la culture du colzarégion, devant les Yvelines et l’Essonne. ment s’élève à 780 quintaux par hectare,
La production de colza est en augmen- ce qui constitue un record. Les conditionsLa campagne agricole 2005 est qualifiée
tation de 10 % par rapport à l’année sèches de l’automne ont rendu difficilede bonne grâce aux excellentes récoltes
dernière. Le rendement reste à son très l’arrachage mais ont eu pour effet d’obte-de colza et de betteraves industrielles,
bon niveau de 2004. Les conditions ca- nir un taux de sucre élevé (19 %) et unecelles de blé et d’orge étant moyennes.
niculaires du mois de juin n’ont pas af- tare terre (terre adhérente à la betteraveL’année 2005 s’est caractérisée par une
fecté le colza et ont permis d’effectuer après récolte) réduite de 7,8 %.faible pluviométrie et une dizaine de jours
les récoltes dans de bonnes conditions.de canicule au mois de juin. Cet épisode ■■■■ Sophie CHOKOMIAN
La hausse de production est surtout dueparticulièrement chaud, ainsi que les SRSA Ile-de-France
à l’augmentation de la sole, qui dé-conditions sèches ont altéré les rende-
Des exploitationspasse les 59 000 hectares. Il n’y a ja-ments des cultures récoltées durant l’été.
légumières toujours moinsmais eu autant de colza enCependant, les espèces récoltées à l’au-
nombreusesIle-de-France. La reconduction de latomne (tournesol, maïs et betterave), ainsi
mesure rotationnelle en Ile-de-France,que le colza ont enregistré des rende- L’enquête sur les structures de la produc-
ainsi que les aides octroyées aux cultu-ments en progression par rapport à la tion légumière 2005 a dénombré 443 ex-
res énergétiques permettent d’expli-campagne précédente. ploitations cultivant des légumes en
quer cet engouement pour le colza. La Ile-de-France sur tout ou une partie de leur
La production de blé tendre atteint plus
tendance devrait encore se prolonger. superficie agricole utilisée. Ce chiffre est en
de 19 millions de quintaux. Elle di-
recul de 29 % par rapport à 2000. Cette di-Le pois protéagineux, dont la cultureminue par rapport à 2004, mais se situe
minution s’explique par les difficultés que
est de plus en plus délaissée, enregistredans la moyenne décennale. Le rende-
rencontre la filière : baisse des cours,
sa plus mauvaise récolte depuis quinzement est moyen : 78 quintaux par hec-
concurrence avec l’étranger, augmentation
ans. La féverole connaît au contraire,tare. Les quelques jours de canicule de
des charges, intempéries...
depuis 1997, une hausse continue dejuin ont hypothéqué tout espoir d’une
Les 4 060 hectares de légumes recensés sesa sole. Celle-ci atteint 16 000 hecta-récolte exceptionnelle, mais ont tout
répartissent en 2 856 hectares de légumesres, soit une augmentation de 37 % parde même permis d’obtenir un bon taux
de plein air pour le marché du frais, 1 124
rapport à 2004. Grâce à cela, la pro-de protéines et donc une qualité satis-
hectares de légumes pour la transformation
duction est en augmentation, malgréfaisante. La production d’orge recule
et de 81 hectares de serres. Les pommes de
des rendements très décevants (39de 16 % du fait d’une forte baisse de la
terre primeurs occupent 110 hectares sup-
quintaux par hectare). Les protéagi-production d’orge de printemps. Le plémentaires. Ainsi, la production en plein air
neux ont particulièrement souffert durendement de cette dernière est en re- représente 98 % de la superficie. En
trait par rapport à celui, exceptionnel, Ile-de-France, la superficie moyenne cul-
de la dernière campagne. tivée en légume par exploitation atteint 9,4Définitions
hectares. Les principaux légumes produits
La production de maïs
Mesure rotationnelle : c’est une mesure sont les salades, les oignons de couleur, les
perturbée par la chrysomèle agro-environnementale destinée à encou- haricots verts et les haricots à écosser.
rager les exploitants agricoles de grandesDepuis 2001, la production de maïs grain
cultures à diversifier leurs assolements. Pour en savoir plusa tendance à baisser du fait du recul des
surfaces. En effet, l’installation de la chry- Superficie agricole utilisée (SAU) : elle com- « Bonne campagne agricole 2005 avec une
prend les terres arables, les cultures perma-somèle (insecte ravageur) sur le territoire récolte record de colza - Bilan agricole 2005 »,
nentes et les superficies toujours en herbe.régional entraîne des mesures d’interdic- Agreste Ile-de-France, n° 83, mars 2006.
-tion de rotations de maïs sur maïs qui pé Superficie développée : elle est obtenue en « Moins d’exploitations légumières, mais
nalisent les surfaces. Dans ce contexte, comptant la superficie de la parcelle autant de toujours riches en emplois - Enquête sur les
certains agriculteurs abandonnent cette fois qu’elle a porté des cultures au cours de la structures de la production légumière 2005 »,
campagne agricole. Ainsi, une parcelle deculture en attendant des jours meilleurs. Agreste Ile-de-France, n° 82, mars 2006.
1 hectare qui aurait eu 6 rotations de saladesEn 2005, le rendement (95 quintaux par
www.draf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/a une superficie développée de 6 hectares.hectare) est supérieur à celui de la cam-
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005Une bonne campagne agricole 2005
33
Les principales grandes cultures en Ile-de-France
Superficie (ha) Rendement (q/ha)
Evolution (%) Evolution (%)2004 2005 2004 2005
2005/2004 2005/2004
360 722 348 694 -3,3 84 77 -8,3Céréales, dont :
Blé tendre 245 192 247 550 1,0 87 78 -10,3
Orge, dont : 69 390 63 358 -8,7 73 66 -9,6
Orge de printemps 43 180 36 947 -14,4 70 61 -12,9
Avoine 3 506 2 154 -38,6 66 59 -10,6
Maïs (grain) 37 848 30 584 -19,2 93 95 2,2
Oléagineux, dont : 57 454 63 135 9,9 39 39 0,0
Colza 53 808 59 050 9,7 40 40 0,8
Protéagineux, dont : 44 178 46 372 5,0 54 42 -22,2
Pois protéagineux 32 303 29 945 -7,3 55 44 -20,0
Féveroles 11 820 16 217 37,2 52 39 -25,0
40 371 39 838 -1,3 764 780 2,1Betteraves industrielles
Source : ministère de l'Agriculture, Agreste, Statistique agricole annuelle
Production végétale en 2005 (en quintaux)
Petite couronne Seine-et-Marne Yvelines Essonne Val-d'Oise Ile-de-France
Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution
Production Production Production Production Production Production(%) (%) (%) (%) (%) (%)
2005 2005 2005 2005 2005 20052005/2004 2005/2004 2005/2004 2005/2004 2005/2004 2005/2004
Blé tendre 61 500 -5,7 11 400 000 -10,6 3 002 000 -5,5 2 832 400 -9,7 2 080 000 -1,7 19 375 900 -8,8
Orge et escourgeon 7 289 -20,4 2 640 500 -15,9 559 500 -10,1 764 400 -22,1 240 800 -14,0 4 212 489 -16,3
Maïs grain 6 603 61,8 1 870 000 -14,2 476 800 -18,4 211 800 -16,4 334 400 -34,6 2 899 603 -17,9
Colza 5 044 3,7 1 144 000 14,4 529 230 9,0 456 600 1,1 213 160 14,7 2 348 034 10,4
Pois secs (y. c. protéagineux) 975 -55,5 792 000 -29,3 148 500 -10,9 232 200 -18,1 144 900 -24,9 1 318 575 -25,3
Betteraves industrielles 158 050 -6,3 22 074 000 2,0 654 500 -8,1 3 276 000 0,2 4 917 240 -2,4 31 079 790 0,7
Source : ministère de l'Agriculture, Agreste, Statistique agricole annuelle
Les principaux légumes produits
en Ile-de-France
% de la superficie
développée
Surfaces agricoles en Ile-de-France en 2005 (en hectares)
Salades 35
Seine- Ile- Oignon de couleur 13Petite
et- Yvelines Essonne Val-d'Oise de-couronne Haricot vert 10Marne France
Haricot à écosser 9
Terres arables 1 856 332 057 83 833 85 570 55 958 559 274 Persil 4
Cultures fruitières 11 225 295 57 588 1 176 Choux hors choux-fleurs 4
Pépinières ligneuses 62 310 230 210 90 902 Epinard 4
Superficie toujours en herbe 73 7 000 5 240 1 300 1 980 15 593 Oignon blanc 3
Autres cultures permanentes 131 000 32 Pomme de terre primeur 3
Total SAU des exploitations* 2 003 339 623 89 598 87 137 58 616 576 977 Radis 3
Autres légumes 12*superficie agricole utilisée par des exploitants dont le siège est situé dans le département.
Source : ministère de l'Agriculture, Agreste, Statistique agricole annuelle Source : Agreste - Enquête légumes 2005
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.