Les aides européennes à l'agriculture : une approche globale du développement rural

De
Publié par

La programmation des financements publics au niveau de La Réunion pour 2000-2006 a confirmé l'importance attachée au développement agricole, avec un doublement des fonds par rapport à la période précédente. Le Fonds européen d'orientation et de garantie agricole (FEOGA) y contribuera pour 300 millions d'euros. L'accent est mis sur une stratégie globale de développement rural plutôt que sur une approche fondée uniquement sur l'aide directe aux filières.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ici et ailleurs
Les aides européennes à l'agriculture
Une approche globale du
La programmation des financements publics au niveau de La
Réunion pour 2000-2006 a confirmé l'importance attachée au
développement agricole, avec un doublement des fonds par
rapport à la période précédente. Le Fonds européen d'orientation
et de garantie agricole (Feoga) y contribuera pour 300 millions
d'euros. L'accent est mis sur une stratégie globale de
développement rural plutôt que sur une approche fondée
uniquement sur l'aide directe aux filières.
Le Feoga en bref…
La Réunion comme dans les L'enveloppe allouée au Feoga représente
autres Dom, deux grands program-Le Fonds européen d'orientation et de 20 % environ du montant du programme.
garantie agricole (Feoga), intervient dans Ames sont mis en place pour le Les actions financées dans ce cadre tou-
le financement de la Politique agricole développement de l'agriculture : le Posei- chent un nombre important de bénéfi-
commune, et constitue une grande partie dom et le Plan de Développement Régio- ciaires : plus de 12 000 projets d'inves-du budget général de l'Union nal. Le PDR propose une approche glo- tissement dans les exploitations agricoleseuropéenne. Ce fonds est composé de
bale visant le développement harmonieux sont financés sur les programmes 2000,deux sections.
du territoire tandis que le Poseidom pri- 2001 et 2002. Fin 2002, le montant en
La section "Garantie" finance les vilégie l'approche par filière. dépenses publiques des opérations pro-
dépenses de l'organisation commune des
grammées atteignait 107 millions d'euros.Le Plan de Développement Régionalmarchés agricoles, les actions de
développement rural qui accompagnent occupe une place majeure en terme
le soutien des marchés et les mesures financier et bénéficie du concours des Une aide aux filières
rurales en dehors des régions de l'objectif deux branches du Feoga (Orientation et relativement limitée1, les dépenses de certaines mesures
Garantie) pour des domaines d'interven-
vétérinaires ainsi que des actions
tion différents. C'est une spécificité desd'information sur la PAC. Dans le cadre du Poseidom agricole,Dom car dans les départements métropo-
deux grands types de mesures sont misLa section "Orientation" finance les autres litains toutes les interventions sont sou-
dépenses de développement rural (celles en place : le Régime spécifique d'appro-tenues par le Feoga Garantie. A La Réu-
qui ne sont pas financées par le visionnement (RSA) et les mesures ennion, l'intervention du Feoga "orienta-
Feoga-Garantie). C'est un fonds dit faveur des productions agricoles locales.tion" est nettement prépondérante."structurel" visant à compenser les Dans tous les Dom, le Poseidom est mis
disparités socio-économiques entre les Le Docup 2000-2006 prévoit une contri- en œuvre conjointement à d'autres pro-régions.
bution de 300 millions d'euros du Feo- grammes et mesures communautaires tel-
ga-Orientation, ce qui correspond à près les que les OCM sucre, banane, viande
de 500 millions d'euros de dépenses et riz, qui ne sont pas traitées dans cetL'auteur publiques. Les partenaires locaux ont article. L'importance des masses finan-
pris en compte l'importance de l'enjeu cières ainsi mises en jeu relativise l'impor-
Mickaële QUELO est chargée de mission que représente la bonne utilisation du tance du Poseidom qui ne représente
à l'AGILE (agence de gestion des
Feoga avec un doublement global des qu'une partie des aides communautairesinitiatives locales en matière
fonds par rapport à la période de pro- à l'agriculture des Dom. Le montanteuropéenne).
grammation précédente (1994-1999). moyen annuel des dépenses du Posei-
Pour tous compléments d'information sur dom III est d'environ 40 à 45 millions
le programme Docup et les liens avec les
d'euros pour l'ensemble des Dom dont
autres sites européens : Photo Département
20 à 25 millions d'euros pour La Réu-www.reunioneurope.org
nion.
Toutes les filières bénéficient du régime
spécial d'approvisionnement (RSA). Par
ailleurs chacune d'entre elles bénéficie
d'aides directes. Le RSA permet d'impor-
ter certains produits originaires des pays
tiers sans perception de droit. Les pro-
duits originaires de la Communauté
bénéficient d'une aide tenant compte des
Les 2/3 des aides du Poseidom vont surcoûts d'approvisionnement. L'avan-
à l'élevage. tage ainsi perçu doit être répercuté jus-
économie 4e trimestre 200326 DE LAREUNIONici et ailleurs
développement rural
qu'à l'utilisateur final. Les produits qui grammés sur 2000-2002 concernent desCrédits programmés sur le Docup-Feoga
2000-2002bénéficient du RSA ne peuvent être aides à l'investissement dans les exploi-
réexportés. tations agricoles.
Le secteur élevage perçoit les 2/3 des Aujourd'hui, la part des investissements
aides du Poseidom sous quatre modes de structurants est faible. Cet équilibre sera
financement. Le RSA aide à l'approvi- modifié dès que les nouvelles antennes
sionnement de céréales pour les aliments du projet d'irrigation du litorral ouest de
du bétail ainsi qu'à l'importation de l'île seront mises en place avec près de
reproducteurs. Des aides sont versées à 80 millions de dépenses publiques. Ainsi
l'interprofession de l'élevage ainsi que la part des programmes d'action des
source : AGILE, rapport annuel 2002.
des compléments de primes et des aides structures sera moins importante et les
à la production laitière pour les éleveurs. objectifs initiaux du Docup serontPrès de 50 % des crédits sont des
aides directes aux exploitations atteints.
La filière sucre a reçu le quart des fonds agricoles.
du Poseidom sous la forme d'une aide au Dans un contexte national et européen
transport de la canne à sucre, instaurée difficile avec la réforme de la Politique
La stratégie globaledepuis la campagne 2001-2002 et d'une Agricole Commune, la situation de La
aide à la transformation en rhum. Réunion reste encore favorable sur lesdu PDR
trois prochaines années avec des enve-
Moins de 10 % des aides sont versées au loppes financières importantes sur leLe Plan de Développement Régionalsecteur des fruits et légumes. Il s'agit des
Feoga. Mais l'entrée des pays de l'Est,vise à soutenir à la fois la filière canne-aides à la vanille verte et aux huiles
l'avenir de la politique régionale euro-sucre-rhum et les autres productions agri-essentielles de géranium et de vétiver, péenne et les discussions autour de lacoles de diversification dans un contextedes aides à la production de fruits et réforme de l'OCM sucre auront un impactgénéral de maintien de l'activité agri-légumes transformés, des aides à l'écou-
important sur ces montants financiers etcole. Ce développement des productionslement et à la commercialisation de cer-
sur le devenir de l'agriculture réunion-agricoles passe par la consolidation detains produits vers l'Union européenne.
naise.l'encadrement technique et par le renfor-Cette part relativement faible reflète le
cement des pôles de compétences en Mickaële QUELOproblème de l'adéquation des mesures
recherche, notamment dans une perspec-aux besoins. Les exploitations de ce sec-
tive de développement de l'agricultureteur sont en effet rarement organisées
durable.pour solliciter l'aide du Poseidom. A
l'avenir les aides octroyées aux fruits, Dans le cadre du Docup, qui est l'outil
légumes, plantes et fleurs seront diffé- opérationnel du PDR, le développement
renciées selon le bénéficiaire de l'aide rural passe par une stratégie d'aménage-
afin de favoriser l'organisation des pro- ment équilibré du territoire qui prend en
ducteurs. compte trois dimensions importantes :
Enfin, environ 5 % des fonds, ont été l'amélioration des conditions d'exploi-
destinés aux céréales utilisées dans la tation des agriculteurs, notamment par
consommation humaine : approvisionne- une meilleure maîtrise de l'eau et un
ment de la minoterie, des brasseries et aménagement foncier ;
dans une moindre mesure des huileries.
l'approche territoriale intégrée néces-
saire dans des zones d'aménagement
prioritaire comme les Hauts ;Photo : CIRAD - DAGALIER
la gestion durable des espaces fores-
tiers.
Trois grands types d'intervention sont
financés dans le cadre du volet Feoga du
Docup, les aides directes aux agricul-
teurs, les programmes d'actions, d'enca-
drement et d'expérimentation en faveur
des exploitations agricoles et les inves-
tissements structurants dont une partie
importante dans le domaine de l'irriga-Le PDR intègre le rôle pivot de la
tion. Près de la moitié des crédits pro-filière canne.
économie4e trimestre 2003
DE LAREUNION 27

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.