Les emplois agricoles dans l'espace à dominante rurale en Rhône-Alpes

Publié par

L A L E T T R E Numéro 18 Analyses février 2004 Démographie Les emplois agricoles dans l’espace à dominante rurale en Rhône-AlpesL'espace à dominante rurale occupe, en 1999, rurale s'est réduite de 6 500 km² soit 1/4 de laLes résultats du recensement général de la50 % de la superficie de la surface occupée en 1990. Deux phénomènes,population de 1999 ont conduit l'Insee à redéfinirrégion, et rassemble 14 % l'espace à dominante urbaine. Cette mise à jour jouant en sens inverse mais avec des intensités de sa population. a fait l'objet de nombreuses publications, différentes, expliquent cette baisse de population : Cet espace est en nationales comme régionales, axées sur l'analyse dans le nouveau découpage, une partie des de la structure urbaine. La mise à dispositiondiminution depuis 1990. communes rurales deviennent urbaines ou récente du travail sur les pôles ruraux effectué périurbaines : la population concernée n'est alorsL'emploi agricole y est par l'INSEE (carte dite des "Territoires vécus") plus considérée comme rurale. En 1990, l'espacecaractérisé par une offre maintenant l'opportunité de détailler l'autre rural représentait 1 650 communes en Rhône- dimension du territoire régional : l'espace àplus grande Alpes, soit plus de la moitié des communes de la dominante rurale. Défini autour de pôles d'emplois région. Parmi elles 452 sont classées commeprofessionnalisation (cf. encadré), l'espace rural de la région occupe communes urbaines en 1999.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 84
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

L A L E T T R E
Numéro 18
Analyses février 2004
Démographie
Les emplois agricoles dans l’espace
à dominante rurale en Rhône-AlpesL'espace à dominante
rurale occupe, en 1999,
rurale s'est réduite de 6 500 km² soit 1/4 de laLes résultats du recensement général de la50 % de la superficie de la
surface occupée en 1990. Deux phénomènes,population de 1999 ont conduit l'Insee à redéfinirrégion, et rassemble 14 %
l'espace à dominante urbaine. Cette mise à jour jouant en sens inverse mais avec des intensités
de sa population. a fait l'objet de nombreuses publications, différentes, expliquent cette baisse de population :
Cet espace est en nationales comme régionales, axées sur l'analyse
dans le nouveau découpage, une partie des
de la structure urbaine. La mise à dispositiondiminution depuis 1990. communes rurales deviennent urbaines ou
récente du travail sur les pôles ruraux effectué
périurbaines : la population concernée n'est alorsL'emploi agricole y est
par l'INSEE (carte dite des "Territoires vécus")
plus considérée comme rurale. En 1990, l'espacecaractérisé par une offre maintenant l'opportunité de détailler l'autre
rural représentait 1 650 communes en Rhône-
dimension du territoire régional : l'espace àplus grande Alpes, soit plus de la moitié des communes de la
dominante rurale. Défini autour de pôles d'emplois région. Parmi elles 452 sont classées commeprofessionnalisation
(cf. encadré), l'espace rural de la région occupe
communes urbaines en 1999. En terme deet une plus large en 1999 une surface de 22 000 km² , soit environ
population, ce passage de rural en urbain par
participation familiale la moitié de la superficie de Rhône-Alpes.
reclassement de la commune concerne 1 habitant
784 000 habitants y vivent, soit 14 % de laaux activités agricoles. sur 3 de l'espace rural de 1990.
population rhônalpine. Entre 1990 et 1999, les
les communes demeurées rurales dans leespaces ruraux ont fortement régressé. La
nouveau découpage gagnent des habitants entrepopulation s'élevait en effet à 1 077 000
1990 et 1999. Cette augmentation, de l'ordre deChristian Diloisy (Insee) personnes en 1990 et représentait alors 20 % des
François Lebrun (DRAF) 7 %, est plus élevée que la moyenne régionalehabitants de la région. En superficie, la partie
Répartition de la population rurale et urbaine entre 1990 et 1999
en milliers d’habitants
6 000
784 (+7 %) (13,9%)
7335 000
aa Espace à
377 (+9,6%)dominante rurale (6,7%)
344
4 000
3 000
4 273 4 484
(+4,9%)
Espace à (79,4%)
2 000 dominante urbaine
1 000
Ce numéro de La Lettre-Analyses est téléchargeable à 0
1999partir du site Internet 1990
www.insee.fr/rhone-alpes,
Rural Rural devenu urbain urbainà la rubrique « Publications ».
Source : Insee-Recensement de la population 1999
a
a
aa
aa
aaamais elle ne compense pas les pertes relevées regroupe les terres au moins bon potentiel
précédemment. Elle traduit clairement la économique (à l'exception du terroir des crus du
tendance des communes rurales à regagner des Beaujolais et des terres viticoles du sud de
habitants après le dépeuplement des années l'Ardèche et de la Drôme). Cette évolution des
1960 marquées par l'exode rural. modes d'occupation du territoire rhônalpin est
surtout marquée dans la zone touristique alpine
La baisse de la population dans l'espace rural et autour des grandes villes, Lyon en particulier.
s'explique donc exclusivement par l'extension de
l'espace urbain au détriment de l'espace rural et Avec la diminution de l'espace rural, le
non par un effet de "désertification" des caractère agricole des activités de cet espace
communes rurales. est moins marqué qu'auparavant.
6 exploitations agricoles En Rhône-Alpes à la date du recensement
L'espace rural ainsi défini reste marqué par des agricole 2000, on compte 56 900 exploitationssur dix exercent
activités agricoles, cependant les terres agricoles agricoles. Quatre sur dix (23 300) exercent leur
leur activité dans
sont de plus en plus intégrées dans l'espace activité dans l'espace à dominante rurale. Si l'on
l’espace à urbain. Cet espace rural présente des conserve la définition de l'espace rural de 1999,
caractéristiques propres en termes d'emplois cette proportion n'a pas évolué par rapport à 1988,dominante urbaine.
agricoles mais se différencie peu de l'espace année du précédent recensement agricole. La
urbain pour ce qui concerne la spécialisation des baisse des activités agricoles est donc
terres. sensiblement la même dans le rural et dans
Evolution de la part de l'espace rural, zonage à découpage évolutif
Population Population ExploitationsPopulation
totale active agricole active totale agricoles
Part dans l’espace rural, découpage de 1990 20,1 56,5 18,0 56,4
Part dans l’espace rural, découpage de 1999 13,9 40,5 12,9 40,9
Sources : Recensements agricoles 1988 et 2000- Insee, Recensements de la population 1990 et 1999
Zonage évolutif : on analyse les données du recensement agricole de 1988 sur le découpage de l'espace rural issu du recensement de population
de 1990 et les données du recensement agricole de 2000 sur le découpage de l'espace rural issu du recensement de population de 1999.
Les terres les plus rentables sont peu à peu l'urbain entre 1988 et 2000. En revanche, si l'on
L A L E T T R E intégrées dans l'espace urbain. considère l'évolution du nombre d'exploitations à
Du point de vue spatial, sur la période 1990-1999, zonage évolutif, la part des exploitations et de la
Analyses le recul des sols agricoles face aux espaces population agricole située dans l'espace rural a
naturels et artificialisés (constructions, routes, chuté nettement plus vite que la part de la
chantiers) représente une perte de 74 000 population active totale : le passage, entre 1990
hectares pour la région (soit 4,1 % de la surface et 1999, de communes rurales en communes
agricole utilisée) : les espaces agricoles urbaines a proportionnellement plus concerné les
abandonnent du terrain et se recomposent devant activités agricoles que les autres activités. Les
la poussée urbaine. Les terres vouées à l'élevage, exploitations en zone rurale comptent désormais
notamment les surfaces en herbes moins 652 800 hectares de surface agricole utilisée
rentables, sont ainsi transformées en terres (SAU), soit environ 30 % de la superficie totale
labourables, bien que l'espace à dominante rurale des zones rurales de la région.
La population agricole en Rhône-Alpes
Zones à dominante rurale Ensemble Rhône-Alpes
Chefs d’exploitation 23 257 56 962
Coexploitants 2 381 6 376
Conjoints non coexploitants 16 974 42 338
Autres membres 28 878 70 790
Population agricole totale 71 490 176 466
Source : Recensement agricole 2000
Typologie des chefs d’exploitation
Zones à dominante rurale Ensemble Rhône-Alpes
Exploitants sans autre activité 12 593 30 274
Exploitants pluriactifs 6 110 15 138ants retraités 4 554 11 550
Total 23 257 56 962
Source : Recensement agricole 2000En termes de spécialisation, l'environnement rural zones à dominante rurale des départements de
ou urbain est peu déterminant dans la répartition la Loire, du Rhône et de l'Ain. En revanche, elle
des exploitations dans les activités les plus est faible dans le massif alpin : à peine 8,4 %.
répandues. Néanmoins, deux spécialisations sont
plus présentes en zone à dominante rurale : la Les exploitants professionnels sont plus
viticulture avec plus d'une exploitation spécialisée nombreux en zone rurale.
sur deux et les élevages bovins dans une Les chefs d'exploitation se répartissent en trois
proportion presque similaire. A contrario, les groupes distincts du point de vue de leur activité
zones définies comme urbaines par l'Insee agricole. Premier groupe en nombre, les
regroupent presque neuf exploitants sur dix exploitants agricoles qui n'ont pas d'autre activité.
spécialisés en maraîchage et horticulture. Ils sont en règle générale à la tête d'exploitations
dite "professionnelles" . On recense 12 600
Près de 10 % de la population de l'espace à exploitants de ce type en 2000, soit une baisse
Dans l’espace à dominante rurale vit dans des exploitations de plus de 30 % depuis 1988. Avec plus de cinq
agricoles. exploitants sur dix de ce groupe, ces agriculteursdominante rurale,
On dénombre en Rhône-Alpes 176 000 professionnels sont plus présents en zone àune personne sur dix vit
personnes travaillant ou habitant sur les dominante rurale qu'en zone urbaine. Second
dans une exploitation exploitations agricoles : c'est la population groupe, les pluri-actifs, ont à la fois une activité
agricole totale. 40 % de cette population vit dans agricole et une autre profession. On en recenseagricole.
l'espace à dominante rurale, soit 71 500 6 100 (contre 8 200 en 1988) et ils sont
personnes, dont 25 600 sont chefs ou particulièrement représentés dans les
coexploitants de l'exploitation. Entre les deux départements savoyards. Enfin, 4 600 retraités
recensements agricoles de 1988 et 2000, la (contre 7 200 en 1988) sont le plus souvent
population familiale des exploitations de l'espace anciens exploitants et conservent une petite
rural s'est réduit de 35 %. Cette baisse est activité agricole. Ces deux derniers groupes,
légèrement moins forte qu'en zone urbaine et suit typiques d'une activité agricole à titre
la même tendance que la réduction du nombre complémentaire, sont légèrement mieux
d'exploitations. représentés en zone à dominante urbaine qu'en
Cette population agricole ne se répartit pas de zone à dominante rurale.
façon homogène à l'intérieur de l'espace rural.
Dans les pôles d'emplois ruraux et leurs La main d'œuvre est d'abord familiale.
couronnes, 3,3 % seulement de la population vit Dans l'espace à dominante rurale de Rhône-
ou travaille sur des exploitations agricoles. Cette Alpes, le recensement de l'agriculture de 2000
L A L E T T R E part est nettement plus élevée dans le reste de dénombre près de 43 000 actifs agricoles, soit
l'espace à dominante rurale, où un peu plus d'une 14,6% des actifs de cet espace. Ils étaient 62
Analyses
personne sur dix vit dans une exploitation 000 en 1988, soit une chute d'un tiers des
agricole. Avec 14,4 %, cette proportion est plus effectifs. Ils ne sont qu'un peu plus de 4 % dans
forte pour les départements méridionaux de la les pôles d'emploi et leurs couronnes. Chaque
région (Drôme et Ardèche), ainsi que dans les exploitation agricole occupe en moyenne
Population familiale agricole dans les zones rurales
Part de la population agricole
moins de 5 %
de 5 % à 10 %
de 10 % à 25 %
plus de 25 %
Pôle d’emploi de l’espace rural
Couronnes des pôles d’emploi
de l’espace rural
Sources : Recensement de la population 1999 (INSEE) et
Recensement agricole 2000 (Ministère de l'Agriculture - SCEES)
@IGN-Insee 20031,2 équivalent temps plein (ETP). Avec 1,3 ETP, travaillent moins d'un quart temps, souvent pour
ce ratio est très légèrement supérieur en zone aider aux travaux de gestion, et seul un conjoint
urbaine. La main d'œuvre employée sur ces sur dix travaille à temps plein dans l'exploitation.
Pour pallier la désaffection de la main d'œuvreexploitations reste avant tout familiale, même si,
entre 1988 et 2000, les conjoints s'éloignent de familiale, le recours à l'emploi salarié s'est
plus en plus des exploitations. Ainsi, en 2000, renforcé. En effet, le nombre de salariés
seulement quatre conjoints d'exploitants sur dix permanents a crû de 13 % entre 1988 et 2000 en
zone rurale. Mais, il reste néanmoins de niveauont une activité sur l'exploitation. Cette part est
plus élevée dans l'espace à dominante rurale (un modeste : en 2000, on recense 2 200 salariés
sur deux) : le concours des conjoints aux travaux permanents travaillant pour le compte de 1 300
de la ferme y est donc plus fréquent. Le temps exploitations agricoles. A peine un tiers de ces
apporté aux travaux de l'exploitation est exploitations emploient plus d'un salarié
cependant assez faible : deux conjoints sur dix permanent.
Méthodologie
Organisation territoriale de l'emploi : Un pôle d'emploi de l'espace rural et sa
couronne forment une aire d'emploi de l'es-
L'espace à dominante urbaine est com- pace rural.
posé de l'ensemble des aires urbaines et
des communes multipolarisées. Les pôles d'emploi de l'espace rural sont
des communes ou agglomérations n'appar-Une aire urbaine est composée d'un pôle
tenant pas à l'espace à dominante urbaine eturbain et de sa couronne périurbaine.
comptant 1 500 emplois ou plus. Ils sont au
Un pôle urbain est une unité urbaine com-
nombre de 51, pour 107 communes, et comp-
portant au moins 5 000 emplois.
tent près de 130 000 emplois qui représen-
La couronne périurbaine est l'ensemble tent 44 % de ceux de l'espace rural et 6 % des
des communes ou agglomérations dont emplois de Rhône-Alpes.
40 % ou plus des actifs vont travailler dans
les autres communes de l'aire urbaine. Les couronnes des pôles d'emploi de l'es-
Les communes multipolarisées sont des pace rural sont les communes ou agglomé-
communes ou agglomération n'appartenant rations n'appartenant pas à l'espace à domi-
pas à une aire urbaine dont au moins 40 % nante urbaine et dont 40 % des actifs ou plus
des actifs travaillent dans plusieurs autres vont travailler dans le reste de l'aire d'emploi.L A L E T T R E
aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec
l'une d'entre elles. Les autres communes de l'espace rural
Analyses
sont les communes qui n'appartiennent ni à
L'espace à dominante rurale comprend l'espace à dominante urbaine, ni à une aire
les aires d'emploi de l'espace rural et les d'emploi de l'espace rural.
autres communes.
Définitions
INSEE Rhône-Alpes - 165 rue Garibaldi
Recensements et emplois agricoles cole ou non, et leur activité secondaire, agri-
69401 Lyon cedex 03
cole ou non. Un retraité qui a conservé uneLe recensement de la population 1999 (RP99)
Tel : 04.78.63.28.15 - Fax : 04.78.63.25.25 petite activité agricole est ainsi considéréet le recensement agricole 2000 (RA2000)
Directeur de la publication : Etienne Traynard comme un actif agricole.présentent des résultats différents concer-
Rédacteur en chef : Brigitte Baccaïni En 1999, le RP99 recense en Rhône-Alpesnant l'emploi agricole. Cette divergence s'ex-
66 400 personnes ayant l'agriculture pourTarifs : plique par deux approches différentes de
activité principale. En 2000, le RA2000 dé-- 2,2 euros le numéro l'activité agricole.
nombre 106 500 actifs agricoles dont 60 200
- Abonnement 15 numéros par an minimum Le RP99 est centré sur l'analyse des loge-
à titre principal, et 14 600 retraités. Les dates
(plus le bilan de l’année économique) : ments et des individus, et s'intéresse à l'ac-
d'observations différentes (mars 1999 pour
tivité professionnelle principale.France : 30 euros
le RP et octobre 2000 pour le RA), peuvent
Etranger : 38 euros Le RA2000 à pour finalité d'appréhender expliquer en partie les différences d'estima-
code SAGE : LET1828 tout ce qui concourt à la production agricole tion de l'activité principale (la baisse
(surfaces cultivées, cheptel,..). L'unité en- tendancielle du nombre d'emplois agricolesDépôt légal n°1004, mai 1993
quêtée est l'exploitation agricole. L'activité est estimée annuellement à 3,7 % entre 1988© INSEE 2003 - ISSN 1165-5534
des personnes vivant sur l'exploitation est et 2000).Imprimerie Auguste Cretin
appréhendée par leur activité principale, agri-
Pour en savoir plus
« Organisation territoriale de l’emploi et des Rhône-Alpes « coup d'oeil n°71 » -sept-oct. Agreste primeur n°117- decembre 2002 :
services » - Insee première n° 870, novem- 2003 : L'agriculture dans les zones urbai- « 44 % des exploitations dans l'urbain et le
bre 2003 nes et périurbaines périurbain » sur le site
Plusieurs études régionales disponibles Agreste primeur n°76 - juillet 2000 : « Les www.agriculture.agreste.gouv.fr
sur les sites régionaux de l’Insee : paysages agricoles en repli devant les
www.Insee.fr landes et les villes »Territoires urbains et ruraux en Rhône-Alpes
Genève (Suisse)
AnnemasseBourg-en-Bresse
Roanne
Annecy
Clermont-Ferrand
Lyon
Chambéry
Saint-Etienne
Grenoble
Valence
Sources : Insee - Recensement de la population 1999
Pôles urbains
Couronnes périurbaines
Communes multipolarisées
Pôles d’emploi de l’espace rural
Couronnes des pôles d’emploi de l’espace rural
Autres communes de l’espace rural
© Insee 2004 La lettre Analyse n° 18 - Février 2004
© IGN-Insee 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.