Récoltes abondantes, mais baisse des prix

De
Publié par

Le retour à des conditions climatiques normales en 2004, après la sécheresse de l'année précédente, s'est traduit par une forte augmentation des volumes de la production agricole. Les récoltes ont été en effet abondantes, alors que la production animale s'est stabilisée. En revanche, les prix ont fléchi, et même très fortement pour le maïs. Néanmoins, grâce au redressement de la viticulture, la valeur de la production agricole est en forte augmentation.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ACTIVITÉS
Récoltes abondantes,
mais baisse des prix
en forte hausse et qui donne le ton à fortement redressé (+30 %). La ré-Le retour
l’ensemble. Sans les vins, la produc- colte de blé s’est accrue le plus (deà des conditions climatiques
tion agricole serait en recul de 1,5 %, +74 %), en raison d’une forte aug-normales en 2004,
la baisse des prix (-11,5 %) annulant mentation des surfaces (+22 %) et
après la sécheresse
totalement la hausse des volumes d’un rendement exceptionnel, 82
de l’année précédente, (+11,5%). Les coûts de production quintaux par hectare, jamais enre-
s’est traduit sont en augmentation sensible gistré en Alsace. La récolte de maïs
par une forte augmentation (+4 %), du fait surtout de la hausse a également progressé, mais de fa-
des prix des approvisionnements. En çon plus modérée (+23 %). Le maïsdes volumes
particulier, la flambée des cours du a moins profité du relèvement dude la production agricole.
pétrole a alourdi la facture énergé- taux de gel que le blé, et ses surfa-Les récoltes
tique des exploitations. Mais, grâce à ces n’ont augmenté que de 2 %, à
ont été en effet abondantes,
la viticulture, cela n’empêche évi- cause des mesures prises pour l’é-
alors que la production animale demment pas la valeur ajoutée de radication de la chrysomèle dans le
s’est stabilisée. s’améliorer très nettement. sud de la région. Le rendement de
En revanche, 103 quintaux à l’hectare est élevé,
mais inférieur à celui enregistré enles prix ont fléchi, Excellente récolte de blé,
2000 (110 qx/ha). Les surfaces deet même très fortement mais chute des cours du maïs
tournesol et de soja ont beaucouppour le maïs.
Les récoltes céréalières ont été progressé, en raison de l’obligation
Néanmoins,
abondantes en 2004, après que la de rotation des cultures dans les
grâce au redressement campagne précédente a été très zones concernées par la chryso-
de la viticulture, la valeur marquée par les mauvaises condi- mèle du maïs.
de la production agricole tions climatiques. Les superficies
ensemencées ont augmenté, grâce Mais, dans ce contexte d’offreest en forte augmentation.
au relèvement du taux de gel à abondante, les prix se sont repliés, le
recul étant même très important10 %, et les rendements ont été en
pour le maïs (-30 %). La chute desgénéral excellents. Le volume de
’année 2004 se présente l’ensemble des céréales s’est ainsi cours du maïs a d’ailleurs provoquéL comme l’inverse de 2003 : des
Hausse de la valeur de la production agricole, grâce aux vinsévolutions de forte amplitude et de
Quelques évolutions 2003-2004 (en %)sens opposé pour les quantités et les
prix, mais avec, cette fois, des haus-
Alsace
ses pour les premières et des bais-
ses pour les seconds. Scénario Volume Prix Valeur
également inversé en ce qui Maïs 22,6 -30,0 -14,2
concerne le résultat : en 2004, les Bétail -2,4 5,5 3,0
hausses l’emportent aisément sur Lait 1,4 -2,1 -0,7
les baisses, et la production agricole Production (hors vins) 11,5 -11,5 -1,5
croît fortement en valeur (+10 %). En Vins d’appellation d’origine 27,4 -2,2 24,6
fait, c’est la production viticole qui est Production (yc vins) 18,5 -7,0 10,2
Consommations intermédiaires 1,0 3,0 4,0
Valeur ajoutée (hors subventions) /// /// 15,0
20
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : comptes de l’agricultureACTIVITÉS
une diminution (-3 %) de la valeur la troisième année consécutive. marché extérieur, la concurrence
de la production de céréales, alors Cette baisse est toutefois relative- des nouveaux pays producteurs se
même que la valeur de la récolte de ment modérée (-2 %). De plus, une fait de plus en plus vive. Dans ces
blé a progressé vigoureusement nouvelle subvention, l’aide directe conditions, le recul de 5 % des ven-
(+66 %). La tendance à moyen laitière (ADL) a été mise en place tes de vins d’Alsace peut paraître
terme pour les exploitations céréa- pour la première fois en 2004. Elle un moindre mal, surtout au regard
lières reste donc mal orientée, en est destinée à compenser au moins de la situation des autres vignobles
raison de la baisse inexorable des partiellement la baisse programmée nationaux, dont certains sont beau-
prix, que ne parvient pas à compen- des prix d’intervention dans les an- coup plus touchés par la crise. Le
ser l’augmentation des volumes. nées à venir. vin d’Alsace conserve une image
Les évolutions sont moins mar- très positive, grâce à l’effort soute-
quées pour les autres cultures, Bonne récolte viticole, nu des viticulteurs sur le plan de la
l’augmentation des quantités et la qualité. Mais les prix ont été de nou-mais inquiétude
diminution des prix s’étant neutrali- veau à la baisse (-2,2 %) en 2004,pour les débouchés
sées au niveau de la valeur globale. après une première diminution
Après la faible récolte de l’année (-1,1 %) l’année précédente, qui
précédente, la production de vins avait mis un terme à huit années deMise en place
d’Alsace a fortement progressé hausse ininterrompue, pendant les-de l’aide directe laitière
(+26,6 %), grâce à un climat beau- quelles les prix avaient progressé
en moyenne de 3,3 % par an.Les productions animales présen- coup plus favorable en 2004. La ré-
tent des évolutions contrastées. Le colte est même supérieure de 7,6 %
bétail a bénéficié des cours bien Pour l’ensemble des vignobles na-à la moyenne des cinq dernières
orientés de la viande. En particulier, années, et il faut remonter à l’année tionaux, l’augmentation des quanti-
les prix des gros bovins ont conti- 1993 pour trouver un volume supé- tés a évidemment entraîné une
nué leur redressement (+6 %). En rieur. D’un point de vue qualitatif, forte progression de la valeur de la
revanche, les prix des produits ani- les vins sont très bien équilibrés. production. Mais, malgré ce sur-
maux se sont repliés. Le prix des saut, le résultat de la viticulture
œufs a même chuté de 30 %. Dans Ce tableau presque idyllique est d’appellation contrôlée recule en
un contexte difficile de baisse du assombri par un contexte national France de 4,5 % en moyenne an-
nuelle depuis cinq ans. Si la situa-prix d’intervention pour les produits et international difficile. En France,
tion est bien plus favorable enlaitiers et de réduction de la la consommation de vin est en dimi-
consommation de lait par les Alsace, qui a été jusqu’à présent re-nution sensible, et rien ne semble
ménages, le prix du lait recule pour lativement épargnée, le vignoble al-devoir arrêter le processus. Sur le
sacien ne saurait rester à l’écart
d’une crise profonde, qui risque deChute des cours du maïs
s’aggraver dans les années à venir.Prix du maïs (prix nominaux)Euros / tonne
160,00 L’avenir de la viticulture alsacienne
se jouera donc, en grande partie,
sur sa capacité à conquérir de
140,00 nouveaux marchés.
120,00
Jean VAUTRIN
Service régional
100,00 de Statistique agricole
80,00
1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004
21
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : Onic

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.