Revue économie de La Réunion N° 4 Hors série - juillet 2008 (format html et pdf)

De
Publié par

Consommations intermédiaires A Agriculture Une année difficile : Production agricole et consommations intermédiaires (en millions d'euros) 160 400 production en baisse, intrants en hausse 155 350 150 145 300 140 135 250 130 125 200 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007* Valeur totale de la production Consommations intermédiaires * chiffres provisoires pour 2007 La commercialisation de la viande de mais la valeur globale des productions légu- volaille avait déjà augmenté en 2005 et mières a légèrement augmenté, compte 2006, ce qui avait permis de résorber les tenu de la progression des prix observés stocks provenant des excédents antérieurs. (jusqu’à 10 %). Les ventes dynamiques et la baisse progres- L’année est caractérisée par le manque de sive des stocks ont contribué à stimuler bananes, d’ananas et de papayes. Au final, encore la production en 2007. De ce fait, les la quantité globale de fruits produits a bais- Marché de gros de Saint-Pierre abattages progressent et dépassent même sé de 18 %, les prix ont progressé de 3,7 % et ceux de l’année 2006 qui étaient déjà élevés la valeur globale des productions fruitières a (+ 3,4 %). De nouvelles surfaces de produc- baissé de près de 15 %. La Réunion a expor- tion semblent aujourd’hui nécessaires pour En 2007, l’agriculture a subi de nombreux La campagne de canne à sucre 2007 est la té moins de fruits frais qu’en 2006. poursuivre cette évolution. aléas naturels : le cyclone Gamède a eu plus mauvaise enregistrée depuis 1958.
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Consommations intermédiaires
A
Agriculture
Une année difficile :
Production agricole et consommations intermédiaires
(en millions d'euros)
160
400
production en baisse, intrants en hausse
155
350
150
145
300
140
135
250
130
125
200
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007*
Valeur totale de la production Consommations intermédiaires
* chiffres provisoires pour 2007
La commercialisation de la viande de
mais la valeur globale des productions légu-
volaille avait déjà augmenté en 2005 et
mières a légèrement augmenté, compte
2006, ce qui avait permis de résorber les
tenu de la progression des prix observés
stocks provenant des excédents antérieurs.
(jusqu’à 10 %).
Les ventes dynamiques et la baisse progres-
L’année est caractérisée par le manque de
sive des stocks ont contribué à stimuler
bananes, d’ananas et de papayes. Au final,
encore la production en 2007. De ce fait, les
la quantité globale de fruits produits a bais-
Marché de gros de Saint-Pierre abattages progressent et dépassent même
sé de 18 %, les prix ont progressé de 3,7 % et
ceux de l’année 2006 qui étaient déjà élevés
la valeur globale des productions fruitières a
(+ 3,4 %). De nouvelles surfaces de produc-
baissé de près de 15 %. La Réunion a expor-
tion semblent aujourd’hui nécessaires pour
En 2007, l’agriculture a subi de nombreux La campagne de canne à sucre 2007 est la
té moins de fruits frais qu’en 2006.
poursuivre cette évolution.
aléas naturels : le cyclone Gamède a eu plus mauvaise enregistrée depuis 1958.
des effets dévastateurs, une forte éruption Au total, les deux usines de Bois Rouge et Les filières animales sont globalement en
- progression malgré les difficultés climati-
volcanique a provoqué des pluies acides, du Gol ont broyé 1 575 500 tonnes de can Revenus agricoles en retrait
ques et la flambée du prix des aliments pour
l’éboulis du Bras de la Plaine a rendu nes, soit 14 % de moins qu’en 2006 et 13 %
animaux. Des mécanismes de régulation Au total la valeur de la production agricole
impossible l’irrigation de certaines zones de moins que la moyenne décennale. La
mis en place au niveau de l’interprofession
du sud… Les filières végétales ont été for- richesse cumulée finale atteint la valeur de accuse un recul de 7 % avec 334 millions
ont permis aux éleveurs de faire face en
tement perturbées, en particulier la canne 13,74, en deçà de la moyenne décennale d'euros (chiffre provisoire), en baisse de 26
2007, cependant la prolongation de cet état
à sucre. Leurs mauvaises performances de 0,19 point. millions d'euros par rapport à 2006. Par ail-
de fait en 2008 aura des conséquences. La
n’ont pas été compensées par la bonne leurs, les consommations intermédiaires
La quantité globale de légumes produits filière la plus dynamique reste celle de la
tenue des filières animales. sont en hausse de 3,8 % et atteignent 155
en 2007 est également en retrait (- 4 %) volaille.
millions d'euros, soit près de la moitié de la
28 29
Source
:
A
gres
t
e
production agricoleA
Foncier agricole
valeur des productions agricoles totales, Au final, le résultat agricole baisse de
cette valeur n’avait encore jamais été 10,8 % pour s’établir à près de 190 millions
atteinte. Les hausses sont particulière- d'euros contre un peu moins de 213 mil-
ment importantes pour les engrais qui ont lions d'euros en 2006. Les indicateurs de
augmenté de plus de 20 % en 2007. De for- revenus agricoles sont également en
tes augmentations ont déjà eu lieu en retrait : le résultat agricole par exploitation Des parcelles plus petites
2008, ce qui laisse entrevoir des consom- atteint 27 507 €, le résultat par hectare
mations intermédiaires à venir encore s’affiche à 4 324€, et le résultat par unité
plus importantes (entre février 2007 et
de travail annuel correspond à 19 357 €
et plus onéreuses
février 2008 : aliments pour animaux
alors qu’il atteignait presque 21 000€ en
+ 40 %, engrais + 30 %).
2006.
En contre partie, les subventions d’exploi-
Richard FEUILLADE
tations ont été élevées pour cette année
La valeur totale du marché foncier notifié à Cela représente un triplement par rapport
Service de statistique agricole de la DAF
2007, compte tenu des montants d’Indem-
la SAFER atteint 194 millions d’euros en au début de la décennie (7 856€ par hectare
nités compensatrices des handicaps natu-
2007, ayant plus que doublé en cinq ans. La en 2000).
rels et surtout d’indemnités de calamités
SAFER a traité 1 391 notifications pour 1 054
agricoles pour sécheresse, éruption volca-
hectares. Si le nombre de transactions ne
nique et le cyclone Gamède : elles attei-
Valeur élevée des terres
varie guère par rapport à l’année précé-
gnent près de 20 millions d'euros, soit un
dente (+ 1,1 %), le total des surfaces échan-
agricoles
montant record.
gées baisse de près de 20 % tandis que la
valeur totale des transactions reste en forte
La valeur des terres agricoles acquises est
augmentation, soit + 22 % par rapport à 2006.
élevée : 9 290€ par hectare pour les terres à
canne, 5 250 € par pour les terres
Le marché est toujours très spéculatif et la
d’élevage et 6 780 € par hectare pour les
pression foncière continue de se traduire
autres terres. Ces valeurs sont respective-
par une augmentation des ventes des par-
ment en hausse de 7 %, 5 % et 17 % par rap-
celles de moins d’un hectare : avant 1990,
port à 2006. Les terres à canne augmentent
elles représentaient 66 % du marché foncier
agricole, aujourd’hui, elles portent sur près plus fortement à l’est (+21 %).
de 87 % du marché. Elles ne totalisent
Un marché foncier très actif à l’Est Tout comme les années précédentes, les
cependant que 217 hectares, soit 20 % de la
terres dont la valeur augmente le plus sont
superficie sur laquelle ont porté les transac-
situées sur les périmètres nouvellement irri-
tions. Ainsi, en 2007, la superficie moyenne
Le nombre de notifications
gués (Hauts de l’Ouest, antenne VIII). Il s’agit
des parcelles a-t-elle été de 0,76 ha (contre
continue d’augmenter dans l’Est
également des terres où la culture de la
0,95 ha en 2006).
(+21%),maisbaissedansleSud.
canne peut être mécanisée, et plus globale-
ment des terrains facilement accessibles.
Les tailles des surfaces notifiées
Le prix moyen de vente par hectare s’établit
Les petites parcelles qui perdent progressi-
sont en baisse partout à l’excep- à 184 209€ (marché foncier total, bâti et non
vement leur caractère agricole (anciens
bâti). Après une année 2006 caractérisée par
tion de la CCSUD. Enfin, les prix
"ronds de cour") voient également leurs prix
une hausse déjà importante (+ 30 %), on
à l’hectare augmentent de façon
fortement augmenter. Les jeunes agricul-
observe, en 2007, une augmentation encore
plus importante dans l’Est teurs, qui sont pourtant de mieux en mieux
plus élevée : + 51 %.
formés, rencontrent ainsi toujours des diffi-
(CIREST), où ils sont cependant
En 2007, les agriculteurs ont acquis à peine cultés pour trouver des terres agricoles afin
toujours en dessous des prix à
la moitié des surfaces totales en transaction de s’installer.
l’hectare observés dans les autres
(46 %), soit 485 hectares représentant 1 % de
Richard FEUILLADE
EPCI (environ deux fois moins
la SAU. La valeur moyenne de ces acquisi-
Service de statistique agricole de la DAF
élevés).
tions a été de 25 405€ par hectare, en forte
augmentation par rapport à 2006 (+ 69 %).
30 31

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.