Tableaux Économiques Régionaux de Guadeloupe 2007 : Agriculture - Forêt - Pêche

De
Publié par

En 2005, la surface agricole utilisée en Guadeloupe couvre 43 709 hectares, soit 26 % de la surface totale du département. Dans le prolongement d’une baisse amorcée en 1999, elle est en repli de près de 3,5 % par rapport à 2004. Les terres arables représentent la moitié des terres agricoles. Elles ont diminué de 5 %, en raison de la chute des surfaces plantées en bananes (-30 %) et de la sole cannière (-8 %). Au total, ces cultures ont perdu respectivement 1 100 et 1 180 hectares au profit de la surface mise en jachère qui a progressé de 950 hectares. Les cultures fruitières permanentes, essentiellement les agrumes, accusent une baisse de 7 %. En revanche, on note une progression des cultures florales de 14 %, passant de 185 à 211 hectares. La superficie toujours en herbe (47 % de la SAU) recule de 700 hectares sur les deux dernières années. Le reste du département se partage en surfaces boisées (41 %), landes et friches (14 %) et territoires non agricoles (19 %).
Publié le : samedi 29 décembre 2012
Lecture(s) : 62
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

15. Agriculture - Forêt - Pêche
Présentation Définitions
En 2005, la surface agricole utilisée en Terres arables : il s’agit des terres labourables en
culture ou en jachère. Elles comprennent desGuadeloupe couvre 43 709 hectares,
cultures annuelles et des cultures semi-soit 26 % de la surface totale du
permanentes comme la canne à sucre et la banane.
département. Dans le prolongement
d’une baisse amorcée en 1999, elle est Superficie toujours en herbe : cette catégorie de
en repli de près de 3,5 % par rapport à terre regroupe les prairies plantées (terres
ensemencées en fourrage et entretenues), les2004. Les terres arables représentent la
pâturages naturels (prés non ensemencés maismoitié des terres agricoles. Elles ont
entretenus) et les parcours productifs (surfaces non
diminué de 5 %, en raison de la chute entretenues ayant néanmoins servi au pâturage des
des surfaces plantées en bananes animaux).
(-30 %) et de la sole cannière (-8 %).
Surface agricole utilisée (SAU) : superficieAu total, ces cultures ont perdu
occupée par les terres arables, les culturesrespectivement 1 100 et 1 180 hectares
permanentes et les prairies plantées, les pâturages
au profit de la surface mise en jachère naturels ainsi que les parcours et landes productifs.
qui a progressé de 950 hectares. Elle représente la superficie effectivement
employée à la production agricole. Elle exclut les
Les cultures fruitières permanentes, sols des bâtiments et cours, les landes et friches
improductives, les bois et forêts.essentiellement les agrumes, accusent
une baisse de 7 %. En revanche, on
note une progression des cultures
florales de 14 %, passant de 185 à
211 hectares.
La superficie toujours en herbe (47 %
de la SAU) recule de 700 hectares sur
les deux dernières années. Le reste du
département se partage en surfaces
boisées (41 %), landes et friches
(14 %) et territoires non agricoles
Voir aussi(19 %).
- Une mauvaise année pour la filière agricole,
Antiane-Éco, n° 69, Insee, septembre 2007.
- Année sombre pour la banane, stabilité pour le
sucre, Antiane-Éco, n° 66, Insee, septembre
2006.
- Agreste – Chiffres et données – n° 166, ministère
de l’Agriculture et de la Pêche, avril 2005.
- www.agreste.agriculture.gouv.fr.
128 Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe
Utilisation des sols 15.1
Répartition du territoire départemental
Unité : hectare
2003 2004 2005
Céréales 6 4 1
Cultures industrielles 14 313 15 010 13 833
dont : Canne à sucre 14 100 14 800 13 620
Cultures légumières 3 035 2 627 2 776
dont : Racines, tubercules 1 359 760 903
Légumes frais 1 572 1 800 1 806
Cultures fruitières semi-permanentes 4 720 3 918 2 873
dont : Bananes 4 410 3 610 2 510
Jachères 1 350 1 350 2 300
Autres terres arables 598 633 660
Total terres arables 24 022 23 542 22 443
Cultures fruitières permanentes 583 583 541
dont : Agrumes 405 405 359
Autres fruits frais 173 173 177
Cultures florales 175 185 211
Superficie toujours en herbe 21 200 20 980 20 500
Végétaux divers 15 15 14
Surface agricole utilisée du département 45 995 45 305 43 709
Territoire agricole non cultivé 22 951 22 789 23 300
Surfaces boisées et peupleraies 69 800 69 800 70 000
Territoires non agricoles et bassins d'aquaculture 31 754 32 606 33 491
Surface totale 170 500 170 500 170 500
Source : DAF - Statistique agricole annuelle
Utilisation du territoire en 2005
Source : DAF - Statistique agricole annuelle
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 12915. Agriculture - Forêt - Pêche
Présentation Définitions
En 2005, 25 472 personnes vivent de Exploitation agricole : unité économique qui
participe, même pour une faible part, à lal’exploitation agricole en Guadeloupe,
production agricole et qui atteint une certainesoit 11 % de moins qu’en 2003. Le
dimension : 1 hectare de superficie agricole utilisée
nombre de chefs d’exploitations et ou 20 ares de cultures spécialisées ou présence
co-exploitants a régressé de 8 %, soit minimum d’animaux.
792 personnes. Leurs conjoints et
UTA (Unité-travail annuel) : mesure du travail de laautres aides de la famille continuent de
main-d’œuvre. Elle équivaut à un emploi annuel àdéserter les exploitations familiales
plein temps.
(-22 %). La main d’œuvre salariée
permanente est la plus touchée par les ETA : établissement de travaux agricoles
pertes d’emplois dans le secteur
CUMA : coopérative d'utilisation de matérielagricole. Depuis 2000, elle a ainsi
agricoleperdu 60 % de ses effectifs. Il ne reste
plus que 1 928 salariés exerçant dans
les exploitations.
La main d’œuvre salariée saisonnière
est la seule à voir ses effectifs
légèrement augmenter (+1,4 %). Elle
reste la deuxième population la plus
importante derrière la population
familiale totale.
Si la population des exploitants
agricoles a baissé de 20% entre 2000
et 2005, elle a aussi vieilli. Plus de la
moitié d’entre eux ont plus de 55 ans.
Le recul de l’activité agricole se Voir aussi
poursuit comme en témoigne la baisse,
- Enquête sur la structure des exploitationsd’un tiers par rapport à 2000, du
agricoles en 2007, n° 6, novembre 2006.nombre d’unités de travail annuel. Sur
- Statistique agricole annuelle – Résultats 2006,
la période, les salariés permanents juin 2007.
enregistrent la plus forte baisse de leur - Outre-mer, l’agriculture perd des surfaces et
quantité de travail (-50 %). concentre ses productions, Agreste, n° 4,
ministère de l’Agriculture et de la Pêche, mars
2002.
- www.agreste.agriculture.gouv.fr.
130 Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe
Population agricole 15.2
Main d'œuvre des exploitations agricoles
2000 2005
Chefs d'exploitation et coexploitants 12 223 9 551
Conjoints non coexploitants 3 370 2 432
Autres actifs familiaux 2 844 1 526
Population familiale totale 18 437 13 509
Salariés permanents 5 100 1 928
Salariés saisonniers 12 456 10 035
Total population active 35 993 25 472
Sources : Recensement agricole 2000 (échantillon 2005), Enquête structure 2005 - DAF Guadeloupe
Structure par âge des chefs d'exploitation et coexploitants
2000 2005
Nombre %Nombre %
Moins de 40 ans 2 710 22,2 1 653 17,3
40 à 49 ans 3 002 24,6 2 673 28,0
50 à 59 ans 3 308 27,1 2 983 31,2
60 ans et plus 3 202 26,2 2 242 23,5
Total 12 222 100,0 9 551 100,0
Sources : Recensement agricole 2000 (échantillon 2005), Enquête structure 2005 - DAF Guadeloupe
Nombre d'unités de travail annuel
2000 2005
Chefs d'exploitation et coexploitants 6 439 4 687
Conjoints non coexploitants 1 103 732
Autres membres de la famille 792 628
Population familiale totale 8 334 6 047
Salariés permanents 3 650 1 763
Salariés saisonniers 605 585
ETA et CUMA 151 157
Total population active 12 740 8 552
Sources : Recensement agricole 2000 (échantillon 2005), Enquête structure 2005 - DAF Guadeloupe
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 13115. Agriculture - Forêt - Pêche
Présentation Définitions
En Guadeloupe, l’agriculture est Mode de faire-valoir : il s’entend par rapport à la
personne physique ou morale pour le compte decomposée de nombreuses petites
laquelle l’exploitation est mise en valeur. Ce peutexploitations. Ainsi, 80 % d’entre elles
être le faire-valoir direct (propriété simple de la
comptent moins de 5 ha et couvrent personne en question, indivision…), le fermage
41 % des surfaces cultivées. Seules (location avec redevance fixée à l’avance) ou bien
484 exploitations dépassent 10 ha et le colonage (location avec partage de récolte).
couvrent un tiers de la surface agricole
SAU : voir chapitre 15-1totale. Entre 2000 et 2005, la
Guadeloupe a perdu 22 % de ses
exploitations. Les plus touchées sont
celles dont la superficie est supérieure
à 20 ha et celles inférieures à 2 ha.
Les très petites exploitations (moins de
1 ha) n’occupent plus, en nombre, que
la troisième place derrière celles de
2 à 5 ha et de 1 à 2 ha.
Les exploitations en faire valoir ont
chuté de 20 % par rapport à 2000.
Néanmoins, elles restent majoritaires
avec près de 7 900 exploitations en
2005. Le nombre d’e
fermage baisse aussi de 15 % et le
colonage ne concerne plus que 566
unités soit 30 % de moins qu’en 2000.
Voir aussi
- Les zones agricoles dessinent le paysage
guadeloupéen, Antiane-Éco, n° 59, Insee,
avril 2004.
- Outre-mer, l’agriculture perd des surfaces et
concentre ses productions, Agreste, n° 4,
ministère de l’Agriculture et de la Pêche,
mars 2002.
- www.agreste.agriculture.gouv.fr.
132 Tableaux Économiques Régionaux GuadeloupeExploitations agricoles 15.3
Nombre d'exploitations agricoles selon la taille
2000 2005
Moins de 1 ha* 3 119 1 799
De 1 à moins de 2 ha 3 029 2 340
De 2 à moins de 5 ha 3 931 3 527
De 5 à moins de 10 ha 1 428 1 338
De 10 à moins de 20 ha 451 392
20 ha et plus 140 92
Total 12 098 9 488
* y compris celles n'ayant pas de SAU
Sources : recensement agricole 2000 ( échantillon 2005 ) - enquête structure 2005 - DAF Guadeloupe
Nombre d'exploitations agricoles selon le mode de faire valoir
2000 2005
Faire-valoir direct 9 892 7 865
Fermage 2 052 1 775
Colonage 819566
Sources : recensement agricole 2000 ( échantillon 2005 ) - enquête structure 2005 - DAF Guadeloupe
Surface agricole utilisée selon la taille de l’exploitation en 2005
Source : Enquête Structure 2005 , service statistique - DAF Guadeloupe
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 13315. Agriculture - Forêt - Pêche
Présentation Définitions
En 2005, le chiffre d’affaires de Résultat agricole : le résultat agricole est égal à la
valeur totale des productions et subventionsl’agriculture guadeloupéenne atteint
diminuée des consommations intermédiaires,264 millions d’euros, soit une
impôts et amortissements.
progression de 3,5 % par rapport à
l’année précédente. Il est composé à Production agricole totale : celle du département
82 % de production végétale et pour le représente la valeur monétaire, au cours de l’année
civile, de la production agricole à l’état brut. Ellereste, de production animale. Toutes les
est soit commercialisée, soit consommée par lesproductions végétales augmentent en
producteurs ou leurs familles. Les produits
valeur à l’exception de la banane qui agricoles réutilisés dans le processus de production
chute de 22 % : elle ne représente plus constituent des autofournitures qui ne sont pas
que 15 % de la production végétale incluses dans la production finale.
contre 19 % un an auparavant.
La production de légumes, qui pèse le
cinquième de la production agricole
totale, enregistre un bond de 37 %
grâce notamment au doublement de la
production de racines et tubercules.
En valeur, la production animale est en
recul de 3 %. La progression du bétail
de 10 %, surtout celle des porcins et
des gros bovins, ne compense pas le
repli important de la volaille (-30 %) et
des produits animaux (-15 %).
Voir aussi
- Agreste DOM - Enquête sur les structures de
la production légumière en 2005 dans les
départements d’outre-mer, n° 13, février
2006.
- www.agreste.agriculture.gouv.fr.
134 Tableaux Économiques Régionaux GuadeloupeProductions agricoles 15.4
Comptes de la production agricole ( y compris subvention des produits )
Unités : million d'euros, %
2004 2005
Part dans Part dans
Valeur le total Valeur le total
Céréales - Maïs 0,02 0,0 0,01 0,0
Légumes 39,6 15,5 54,2 20,5
Tubercules, racines, bulbes 7,2 2,8 14,2 5,4
Légumes frais 32,4 12,7 40,0 15,2
Fruits 77 30,2 66,8 25,4
dont : Banane 49 19,2 38,2 14,5
Ananas, fruit de la passion 6,8 2,7 8,7 3,3
Melon 8,0 3,1 10,7 4,1
Plantes industrielles 51,5 20,2 51,8 19,6
dont : Canne à sucre 50,4 19,8 50,5 19,1
Fleurs et plantes 33,7 13,2 35,5 13,5
Autres productions végétales 2,8 1,1 6,9 2,6
Total production végétale 204,6 80,3 215,2 81,7
Bétail 28,1 11,0 31,9 12,0
Gros bovins 17,6 6,9 19,4 7,4
Veaux 0,02 0,0 0,06 0,0
Porcins 6,4 2,5 8,7 3,3
Ovins 0,04 0,0 0,1 0,0
Caprins 4,0 1,6 3,6 1,4
Equins 0,0 0,0 0,0 0,0
Autres animaux 12,1 4,8 8,1 3,1
dont : Volaille 11,1 4,4 7,5 2,8
Produits animaux 9,9 3,9 8,4 3,2
Produits animaux divers 1,3 0,5 0,7 0,3
Œufs 8,6 3,4 7,7 2,9
Total production animale 50,1 19,7 48,4 18,3
Total production agricole 254,6 100,0 263,6 100,0
Source : DAF- Statistique agricole annuelle
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 13515. Agriculture - Forêt - Pêche
Présentation Définitions
Entre 2003 et 2005, l’élevage Effectifs d’animaux : les effectifs sont ceux
observés au moment de l’enquête. Seuls ceux desguadeloupéen (volailles exclues) a
exploitations agricoles ont été retenus. diminué de 20 %. En tête des plus
fortes baisses, l’espèce caprine a perdu Production de viande finie : la production retenue
plus du tiers de son cheptel suivie de est pour les gros animaux (bovins, porcins, ovins,
l’espèce porcine avec une baisse de caprins, équidés) la production totale. Elle inclut non
seulement la production des exploitants agricoles21 %. L’espèce bovine limite ses
(que les animaux soient abattus en abattoir, horspertes à 10 % et représente
abattoirs ou exportés), mais aussi, théoriquement,
maintenant plus de la moitié de celles des non exploitants. Pour les volailles et les
l’élevage hors volaille. Avec seulement lapins, en revanche, le champ se limite aux seules
200 têtes, l’élevage de chevaux accuse exploitations agricoles, pour des raisons de
disponibilité de source (les enquêtes du serviceune baisse de 20 %. Mais ce sont les
central des Enquêtes et Etudes statistiques (SCEES)volailles qui ont le plus régressé, avec
sont limitées aux exploitations agricoles ; d’autre
près de 40 % sur la période. part, on peut admettre en pratique que les abattoirs
spécialisés de volailles ne traitent que des animaux
Sur les deux dernières années, la élevés en exploitations agricoles).
baisse de 25 % de la production de
viande est essentiellement imputable à
celle de la volaille, en repli de 55 %.
La production de viande bovine limite
ses pertes à 5 % et arrive ainsi en tête
des productions devant celles de la
volaille et des porcins. Hors volaille, la
baisse de la production de viande est
limitée à 2 %. Dans ce cas, la
production bovine en représente les
deux tiers. Voir aussi
Le recul de la production de volaille - Enquête sur les structures de la production
légumière en 2005 dans les départementsentraîne mécaniquement celui de la
d’Outre-mer - n°13, février 2006production d’œufs qui chute de 25 %.
- Outre-mer, l’agriculture perd des surfaces et
concentre ses productions, Agreste, n° 4,
ministère de l’Agriculture et de la Pêche,
mars 2002.
- Recensement agricole 2000 dans les Dom,
Agreste Primeur, n° 106, ministère de
l’Agriculture et de la Pêche, janvier 2002.
- www.agreste.agriculture.gouv.fr.
136 Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe
Productions animales 15.5
Effectifs d'animaux dans les exploitations
2003 2004 2005
Espèce bovine 81 507 73 062 73 400
dont vaches 30 600 32 470 34 420
Espèce porcine 30 876 27 400 24 400
dont truies 6 330 5 500 5 500
Espèce ovine 2 500 2 500 2 250
dont brebis mères 1 000 1 000 1 000
Espèce caprine 47 860 47 860 31 000
dont chèvres mères 14 500 14 500 12 500
Espèce équine 250 250 200
Volailles 605 250 467 950 371 150
Source : DAF- Statistique agricole annuelle
Production de viande finie
2003 2004 2005
Gros bovins 2 808 2 738 2 670
Veaux 3 2 7
Porcins 1 131 1 174 1 192
Ovins 2 5 17
Caprins 239 239 208
Equins 0 0 0
Volailles 3 395 2 074 1 519
Lapins 140 146 146
Source : DAF- Statistique agricole annuelle
Productions diverses
2003 2004 2005
Œufs de consommation (millier) 60 140 44 725 44 550
Source : DAF- Statistique agricole annuelle
Tableaux Économiques Régionaux Guadeloupe 137

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.