2009 : une année encore terne et difficile pour la construction neuve

De
Publié par

En 2009, la situation continue de se dégrader, la production de logements très en deçà de son niveau habituel manque de dynamisme. Depuis le début du second semestre, les volumes des autorisations et des mises en chantier ne parviennent pas à convaincre d'un mouvement de reprise durable et solide. L'année 2009 se termine sur une note optimiste en termes de ventes, le niveau de l'offre nouvelle alliée au repli des stocks plaide en faveur d'une reprise rapide et dynamique. Les délais d'écoulement des logements neufs se réduisent. La construction de locaux, à usage autre qu'habitation, n'échappe pas à la morosité ambiante. Avec 2,4 millions de mètres carrés, la surface totale autorisée reste identique à celle de 2008. Chute des autorisations pour le collectif et l'individuel Mises en chantier : retrait de l'habitat individuel Forte diminution des stocks de logements neufs Des délais d'écoulement en forte baisse Un quatrième trimestre 2009 dynamique Encadrés Commercialisation des logements neufs La base de gestion des permis de construire : Sit@del2
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

CONSTRUCTION
2009 : une année encore terne et difficile pour la construction neuve
En 2009, la situation continue de se dégrader, la production de logements très en deçà de son niveau habituel
manque de dynamisme. Depuis le début du second semestre, les volumes des autorisations et des mises en chantier
ne parviennent pas à convaincre d’un mouvement de reprise durable et solide.
L’année 2009 se termine sur une note optimiste en termes de ventes, le niveau de l’offre nouvelle alliée au repli des
stocks plaide en faveur d’une reprise rapide et dynamique. Les délais d’écoulement des logements neufs se réduisent.
La construction de locaux, à usage autre qu’habitation, n’échappe pas à la morosité ambiante. Avec 2,4 millions de
mètres carrés, la surface totale autorisée reste identique à celle de 2008.
En 2009, en Aquitaine, les autorisations de construire (25 450, chissent de 26 % dans le Lot-et-Garonne et de 18 % en Gironde
soit 7 % des autorisations France entière) sont en recul de 20 % et dans les Pyrénées-Atlantiques. Le repli est moindre en Dor-
par rapport à l’année précédente, année de fort repli. France en- dogne (- 8 %) où exception régionale, le collectif est en hausse.
tière, la baisse se situe au même niveau. En Aquitaine, cela re-
présente en moyenne par mois un déficit de 550 permis de Mises en chantier : retrait de l’habitat individuel■
construire.
En 2009, 23 000 logements sont mis en chantier, ils représen-
tent 7,3 % des mises en chantier France entière. Les mises en
Pas de reprise en 2009 pour la construction en Aquitaine
chantier dans la région diminuent de 21 %. Au niveau national,
Nombre
45 000 la baisse est de 17 %. Le seuil des 30 000 ouvertures de chan-
40 000 tier annuelles en Aquitaine, régulièrement dépassé depuis la re-Autorisés
35 000
prise de 2004, s’éloigne.
30 000
Commencés
25 000
Tassement des mises en chantier en 2009
20 000
Nombre
15 000 40 000
10 000
2006 2007 2008 2009
1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2009
30 000
Logements autorisés et logements commencés
Source : Dreal Aquitaine, Sit@del2 20 000
Les investissements défiscalisés, de type "de Robien" ou "Scel-
10 000
lier", n’ont pas influé sur la structure des permis autorisés qui se
0concentrent sur l’habitat individuel, notamment pur pour 42 %
Individuel pur Individuel groupé Collectif Total
du total. L’habitat collectif représente 38 % des autorisations. Logements ordinaires déclarés commencés
Source : Dreal Aquitaine, Sit@del2
Chute des autorisations■ La répartition des mises en chantier selon le type de logement
pour le collectif et l’individuel
reste stable : 60 % relèvent du secteur individuel et 40 % du
collectif.Tous les types d’habitat sont impactés par la baisse des autorisa-
tions. Le collectif chute de 20 % en un an contre 27 % au ni- Avec un recul de 19 %, l’érosion du secteur collectif est à peine
veau national. Le secteur individuel recule de 18 % (- 22 % plus contenue que celle de l’habitat individuel dont le repli se
pour le segment individuel pur ; - 7 % pour l’individuel grou- situe autour de 22 % tant pour sa forme groupée que pour l’in-
pé), soit un repli identique à celui constaté France entière. dividuel pur.
En 2009, la situation se dégrade de manière différente selon les Le repli des mises en chantier affecte tous les départements. Le
départements. Les logements autorisés chutent de 36 % dans les Lot-et-Garonne et la Gironde enregistrent les plus forts replis,
Landes où le secteur collectif diminue de plus de la moitié. Ils flé- respectivement - 29 % et - 24 %. L’effondrement de l’habitat
collectif dans le Lot-et-Garonne et le fort recul de l’habitat indi-
Net recul des autorisations de construire en 2009 viduel en Gironde expliquent ces dégradations. La Dordogne et
Nombre
40 000 Commercialisation des logements neufs
2006 2007 2008 2009
Les résultats portant sur la commercialisation des logements neufs sont is-
30 000
sus de l’enquête sur la commercialisation des logements neufs (ECLN)
réalisée chaque trimestre par les cellules statistiques des directions régio-
20 000
nales de l’environnement, de l’aménagement et du logement auprès des
promoteurs sur les programmes de logements neufs destinés à la vente aux
10 000
particuliers d’au moins cinq logements.
Cette enquête a reçu le label d’intérêt général et de qualité statistique et un
0
Individuel pur Individuel groupé Collectif Total visa la rendant obligatoire. Ils sont délivrés par le Conseil national de l’in-
formation statistique (CNIS). Cette enquête fait également l’objet d’uneLogements ordinaires ayant fait l'objet d'une autorisation de construire
déclaration à la Commission nationale Informatique et Libertés (CNIL).Source : Dreal Aquitaine, Sit@del2
INSEE AQUITAINE 32 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINECONSTRUCTION
les Landes sont en recul de 18 % : le premier à cause du secteur Les investissements publics des secteurs de la santé et de l’ac-
individuel, le second du collectif. Avec un repli de 12 %, le dé- tion sociale baissent respectivement de 43 % et 46 %. Les sur-
partement des Pyrénées-Atlantiques reste le moins touché. faces des bâtiments agricoles, des équipements de transport, de
stockage et des équipements de culture et loisirs et des locaux
d’enseignement (+ 17 %) progressent.Forte diminution des stocks de logements neufs■
Les mises en chantier se replient de 21 %, avec 1,65 million de
En 2009, avec un volume de 5 800 logements, dont 85 % dans
m² en 2009 (23 % de baisse en France métropolitaine). Les plus
du collectif, les ventes de logements neufs augmentent de 41 %
fortes diminutions concernent les bureaux (- 35 %), les locaux
(34 % en France métropolitaine). Cette progression est, pour
industriels (- 45 %) et les commerces (- 29 %). Les mises en
l’essentiel, due aux ventes enregistrées au quatrième trimestre :
chantier des locaux du secteur public, à l’exception de ceux de
1 703 logements vendus, soit + 18 % par rapport au
la santé, chutent de 29 %. Les surfaces de l’hébergement hôte-
précédent. La hausse des ventes sur l’année est de 46 % pour
lier, des locaux agricoles et de l’artisanat augmentent, ce qui
l’habitat collectif contre 16 % dans l’individuel.
tend à limiter le repli.
Les mises en vente sont encore malmenées et se replient de 6 %
Pour les autorisations comme pour les mises en chantier, le
pour atteindre 4 450 logements sur l’année (- 18 % en France
quatrième trimestre 2009 permet de limiter ce mouvement
métropolitaine). L’offre nouvelle progresse de 1,5 % pour le
baissier. Ainsi au quatrième trimestre, les autorisations progres-
collectif, mais chute de 33 % dans l’individuel.
sent de 82 % avec une reprise notable des locaux commerciaux
La progression de la vente des logements neufs et le recul des (+ 91 %), de bureaux (+ 66 %). Sur le quatrième trimestre, les
mises en vente induisent un repli des stocks dont l’écoulement mises en chantier se redressent de 16 %. Les progressions des
était devenu difficile. Ils fondent de 35 % avec un encours de surfaces pour les équipements d’enseignement (+ 21 %) et les
3 800 logements au 31 décembre 2009 : 32 % dans l’indivi- entrepôts (+ 16 %) concourent à ce redressement. ❒
duel et 45 % dans le collectif.
Philippe NEUILLY
Dreal Aquitaine
2009 : le stock de logements se réduit
Nombre
6 000 POUR EN SAVOIR PLUS...
5 000
Site : www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
4 000
--> rubrique Logement-Construction
3 000 --> Construction de logements et de locaux
2 000
1 000 La base de gestion des permis de construire : Sit@del2
0
Les données sont issues de la base de gestion des permis de construire,2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Sit@del2 (Système d’information et de traitement automatisé des donnéesLogements neufs proposés à la vente - Stocks au 31 décembre
Source : Dreal Aquitaine, ECLN élémentaires sur les logements et les locaux). Elles sont exprimées en date
de prise en compte, c’est-à-dire la date à laquelle l’événement, autorisa-
tion ou ouverture de chantier, est enregistré dans la base de données.Des délais d’écoulement en forte baisse■
Les statistiques présentées dans ce document portent sur les logements or-
En 2009, le prix moyen de l’habitat collectif au mètre carré pro- dinaires d’une part et les locaux non résidentiels d’autre part.
gresse de 3 % en moyenne et préférentiellement pour les appar- Un logement ordinaire désigne un type d’habitation qui ne sert qu’à
l’habitation et qui n’est ni une résidence pour personnes âgées, ni une ré-tements de trois pièces ou plus. Au contraire, dans le secteur
sidence universitaire, ni une de tourisme, ni une autre rési-individuel, les prix pour ces surfaces diminuent et entraînent
dence telle que logement pour jeune travailleur, pour travailleur social,
ainsi un repli de 4 % des tarifs de ce secteur. En France métro-
pour travailleur immigrant, pour enfant ou adolescent, pour handicapé,
politaine, les prix augmentent de 4,2 % pour les logements en etc. Les hôtels, motels, foyers pour personnes âgées, foyers pour étu-
immeubles collectifs et de 7 % pour les logements individuels. diants ou jeunes travailleurs, etc. sont considérés comme des locaux à
usage autre qu’habitation (locaux d’hébergement).
Les délais d’écoulement diminuent. Ils sont tombés en un an de
Un permis de logements ou de locaux autorisés est un permis ayant reçu20,7 mois à 7,4 mois pour le collectif et de 22,2 à 6 mois pour
un avis favorable de la part du service instructeur (mairie ou DDE). Une
l’individuel. Le délai observé au niveau France métropolitaine
construction est commencée lorsque la déclaration d’ouverture de
est identique pour l’habitat collectif et supérieur de trois mois chantier a été envoyée par le pétitionnaire au service instructeur.
pour le secteur individuel. On distingue trois types de construction d’un logement ordinaire :
- Les logements collectifs sont des logements faisant partie d’un bâti-
Un quatrième trimestre 2009 dynamique ment de deux logements ou plus qui ont une entrée commune et dont■
certains ne disposent pas d’un accès privatif.
En 2009, la surface des autorisations de locaux non résidentiels
Une maison individuelle désigne un logement individuel, c’est-à-dire un
totalise, comme en 2008, 2,4 millions de m². France entière, les logement ayant sa propre entrée.
surfaces autorisées, 36 millions de m², sont en repli de 10,7 %. - Une maison individuelle pure désigne une maison individuelle, faisant
partie ou non d’un lotissement, dont la construction fait l’objet d’un per-Toutefois, en 2009, la structure des autorisations est assez diffé-
mis de construire relatif à cette seule maison.rente de celle de 2008. Les bâtiments industriels se replient de
- Des maisons individuelles groupées désignent des maisons individuel-46 %. Le recul est important pour les commerces (- 46 %), les
les regroupées dans un même permis de construire.
bureaux (- 45 %) et le secteur hôtelier (- 27 %).
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINE 33 INSEE AQUITAINE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.