26 300 nouveaux ménages urbains à l'horizon 2015

De
Publié par

i les tendances démographiques observées sur la décennieS quatre-vingt-dix se poursuivent, en 2015, les six principales aires urbaines auvergnates compteront 26 300 ménages de plus qu'en 1999. Cette évolution s'explique principalement par l'augmentation du nombre de personnes vivant seules conjuguée à celle du nombre de ménages âgés. La plus grande part de cette croissance concernera l'aire urbaine clermontoise. À l'inverse le nombre global de ménages devrait se stabiliser voire diminuer dans les aires urbaines de Moulins et Montluçon. Mais quelle que soit l'aire urbaine, la progression sera toutefois inférieure à celle attendue dans les aires urbaines françaises de taille équivalente. Vincent VALLÈS Avertissement i l'on prolonge la tendance cons- Cette progression prolonge celle La projection du nombre de ménages, Statée au cours de la décennie constatée entre 1990 et 1999, mais à par type, ne suffit pas pour établir une quatre-vingt-dix, notamment au ni- un rythme ralenti de moitié. Le flé- projection des besoins en logements.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

i les tendances démographiques observées sur la décennieS quatre-vingt-dix se poursuivent, en 2015, les six principales aires
urbaines auvergnates compteront 26 300 ménages de plus qu'en 1999. Cette
évolution s'explique principalement par l'augmentation du nombre de
personnes vivant seules conjuguée à celle du nombre de ménages âgés.
La plus grande part de cette croissance concernera l'aire urbaine
clermontoise. À l'inverse le nombre global de ménages devrait se stabiliser
voire diminuer dans les aires urbaines de Moulins et Montluçon. Mais quelle
que soit l'aire urbaine, la progression sera toutefois inférieure à celle
attendue dans les aires urbaines françaises de taille équivalente.
Vincent VALLÈS
Avertissement i l'on prolonge la tendance cons- Cette progression prolonge celle
La projection du nombre de ménages, Statée au cours de la décennie constatée entre 1990 et 1999, mais à
par type, ne suffit pas pour établir une quatre-vingt-dix, notamment au ni- un rythme ralenti de moitié. Le flé-
projection des besoins en logements. En veau des mouvements migratoires, chissement sera net en milieu de pé-
effet, la demande potentielle de les six aires urbaines auvergnates de riode avec des arrivées de moins en
logements, qui mesure le nombre de Clermont-Ferrand, de Vichy, de Mont- moins nombreuses de générations
logements neufs à construire à moyen luçon, du Puy-en-Velay, de Moulins et âgées de 25 à 30 ans, âge auquel les
terme, s'évalue à partir de plusieurs éléments d'Aurillac hébergeront 351 200 mé- jeunes emménagent dans leur pre-
dont l'estimation du nombre de logements nages en 2015, soit 26 300 de plus mier logement. De + 0,7 % par an
nécessaires au renouvellement du parc, qu'en 1999. De 1999 à 2015 le taux entre 1999 et 2007, le taux de crois-
compte tenu des apparitions et disparitions de annuel moyen de croissance des mé- sance s'établira à + 0,3 % entre 2007
logements, et des changements d'affectation nages urbains sera alors de + 0,5 %, et 2015. La période 1999 - 2015 sera
entre bureaux, résidences principales, soit plus de 1 600 résidences principa- aussi marquée par une modification sen-
résidences secondaires et logements vacants. les supplémentaires chaque année. sible des caractéristiques des ménages.Des ménages plus âgés➤
e vieillissement des générations (38 % en 1999).
Lnombreuses d'après guerre et l'al- Inversement les
longement de l'espérance de vie s'a- jeunes qui seront
joutant au maintien à domicile de plus amenés progressi-
en plus fréquent, expliquent l'essen- vement à fonder
tiel de la croissance prévisible du un foyer sont issus
nombre de ménages. Ce phénomène des générations
se traduit par une forte augmentation peu nombreuses
du nombre de couples vivant sans en- nées après 1975.
fant et de personnes, notamment des Le nombre de jeu-
femmes, occupant seules leur loge- nes ménages de-
ment. Ainsi, entre 1999 et 2015, le vrait donc forte-
nombre de ménages dont la personne ment diminuer.
de référence a au moins 55 ans passe- Ainsi, si le com-
ra pour ces six aires urbaines régiona- portement migra-
les de 126 100 à 171 600, soit un taux toire constaté de
de croissance moyen de 2 % par an, 1990 à 1999 se
quatre fois plus élevé que le taux de maintient, ce que
croissance global. En 2015, ces mé- tendent à confirmer les premiers ré- moins de 30 ans habiteront une des six
nages représenteront près de la moi- sultats issus du nouveau recensement aires urbaines auvergnates, soit
tié des ménages urbains auvergnats de la population, 171 600 ménages de 10 000 de moins qu'en 1999. ➤
L'impact de l'évolution des comportements➤
'évolution des comportements compter 22 300
Lcontribue aussi à augmenter le personnes vivant
nombre de ménages mais de manière seules supplémen-
plus modeste. Les couples se forment taires soit 85 % de
plus tardivement et se défont plus fré- l'accroissement to-
quemment. Les personnes séparées tal du nombre de
mettent davantage de temps à réaliser ménages. Au final,
une nouvelle union. le nombre moyen
Entre 1999 et 2015, en Auvergne, de personnes par
ces changements dans le mode de ménage devrait
vie comptent pour près d'un tiers continuer à bais-
(8 000 ménages) dans la croissance ser. Cette diminu-
du nombre de ménages. Ils induisent tion est une ten-
une nette augmentation du nombre dance nationale
de personnes vivant seules et de ce observée depuis
fait tendent à diminuer la taille des plusieurs années.
ménages. En Auvergne, on comptait 2,5 person- En 2015, en moyenne, un logement
En 2015, les six aires urbaines de plus nes par ménage urbain en 1990 et 2,3 d'une aire urbaine auvergnate comp-
de 50 000 habitants étudiées devraient en 1999. tera 2,1 personnes. ➤
Stabilité du nombre de couples, davantage➤
de personnes vivant seules
es comportements de cohabita- rentale. La constitution de familles même de 17 % entre 30 et 49 ans.
Ltion évoluent surtout passé l'âge recomposées ne suffit pas à contre- Dans cette tranche d'âge, le nombre
de 30 ans sous l'effet d'une moindre balancer ce phénomène. de personnes seules s'élèvera de
stabilité familiale. La séparation des Ainsi, à l'horizon 2015, alors que plus de 15 %. Elles représenteront
couples donne naissance à deux l'ensemble des ménages augmentera alors26%desménagesdecette ca-
foyers distincts composés d'un de 8 %, le nombre de couples ne tégorie d'âge, soit six points de plus
adulte seul ou d'une famille monopa- progressera que de 1 %. Il diminuera qu'en 1999.Cette augmentation du nombre de personnes
vivant seules touchera plus particulièrement
les hommes. En effet, les hommes se retrou-
vent plus souvent seuls après une séparation
du couple, dans la mesure où les femmes ob-
tiennent plus fréquemment la garde des
enfants.
Les ménages les plus âgés seront plus nom-
breux sous les effets conjugués de l'allonge-
ment de l'espérance de vie et du vieillissement
de la population.
Ainsi, parmi ces ménages, l'effectif des person-
nes seules âgées de 55 à 74 ans augmentera de
35 % et celui des 75 ans ou plus, de 45 %. ➤
Évolution projetée du nombre de ménages par âge et type dans les aires urbaines
auvergnates (*)
Ménages Évolution 1999-2015
recensés projetés Ensemble Hommes Femmes Familles
Couples
1999 2015 des ménages seuls seules mono-parentales
15-29 ans 46 400 37 900 - 18,2 % - 16,9 % - 11,0 % - 24,6 % - 20,6 %
30-54 ans 152 400 141 600 - 7,0 % + 14,0 % + 17,9 % - 15,4 % + 0,3 %
55-74 ans 87 400 116 100 + 32,7 % + 49,4 % + 29,0 % + 31,6 % + 34,1 %
75-99 ans 38 700 55 600 + 43,5 % + 49,7 % + 41,9 % + 47,7 % + 31,5 %
Ensemble des ménages 324 900 351 200 + 8,1 % + 16,4 % + 2,1 % + 1,3 % + 6,7 %
(*) Clermont-Ferrand, Vichy, Montluçon, le Puy-en-Velay, Moulins et Aurillac
Source : INSEE, Omphale, Scénario central
Un nouveau modèle de famille monoparentale➤
a baisse du nombre des jeunes mé-
Lnages aura aussi pour conséquence
de stopper la progression du nombre
de familles où un seul parent élève ses
enfants. Après avoir augmenté dans
les années quatre-vingt-dix, le nombre
de familles monoparentales va en effet
se stabiliser d'ici 2010 et amorcer une
légère diminution à partir de cette
date. Les familles monoparentales
représenteront 7,5 % des ménages
urbains en 2015, soit le même poids
qu'en 1999. Au cours de cette période,
la baisse impulsée par les effets démo-
graphiques va surtout être effective
chez les plus jeunes. Entre 1999 et
2015, on assistera à une baisse de près
de 20 % du nombre des familles mono-
parentales dont le parent a moins de
30 ans (- 500). Leur part dans la popu-
lation des familles monoparentales va un type particulier de familles mono- devrait progresser d'un tiers à l'hori-
diminuer de 2 points (5 % en 2015). parentales va se développer au cours zon 2015 et représenter près de 30 %
Inversement, compte tenu du change- de la prochaine décennie : celle où le des familles monoparentales contre
ment de comportement déjà évoqué, parent a plus de 55 ans. Leur nombre 24 % en 1999. ➤20 600 nouveaux ménages attendus dans l'aire➤
urbainedeClermont-Ferrand
L'aire urbaine de Montluçone rythme de croissance du nombre
Lde ménages diffère selon les aires orientée à la baisse
urbaines. La progression des ménages Évolution des ménages par aire urbaine
%urbains auvergnats est fortement liée 18,0
au développement de la métropole 16,0
clermontoise. À partir des hypothè- Clermont-Ferrand14,0
Vichyses retenues, les 20 600 nouveaux
12,0
Montluçonménages attendus d'ici 2015 dans
10,0 Le Puy-en-Velayl'aire urbaine de Clermont-Ferrand
8,0 Moulinsseront ainsi trois fois et demi plus
6,0 Aurillac
nombreux que pour l'ensemble des Aire urbaine auvergnate4,0
cinq autres aires urbaines étudiées : De 50 000 à 10 000
2,0
Vichy, Montluçon, Le Puy-en-Velay, De 200 000 à 400 000Années0,0
Moulins et Aurillac. Entre 1999 et 1999 2004 2009 2015- 2,0
2015, dans la zone de Clermont-Fer-
- 4,0
rand, la croissance du nombre de mé-
Source : Insee - Projection modèle Omphale
nages atteindra presque 12 %.
La progression sera continue. L'aug- les étudiants et les actifs, l'aire urbaine dans les autres aires urbaines françaises
mentation annuelle supérieure à 1 300 clermontoise souffre d'un déficit en ef- équivalentes de 200 000 à 400 000 ha-
ménages génèrera un taux de crois- fectif des jeunes générations. Entre bitants. En 2015, les moins de 30 ans re-
sance annuel moyen de + 0,71 %. Ce 1999 et 2015, la baisse de 1,04 % at- présenteront 11 % des ménages de
taux reste toutefois inférieur à la tendue chaque année pour les ménages l'aire urbaine clermontoise, un point de
moyenne constatée dans les aires ur- dont la personne de référence a moins moins que la moyenne des aires urbai-
baines françaises de taille identique : de 30 ans sera trois fois plus impor- nes équivalentes et trois points de
+ 0,91 %. Malgré sa capacité à attirer tante que celle constatée en moyenne moins qu'en 1999. ➤
Davantage de célibataires à Clermont-Ferrand➤
ans l'aire urbaine clermontoise, nes seules parmi les nouveaux ména- la personne de référence est âgée de
Dl'augmentation du nombre des ges apparaît dans toutes les classes 30 et 54 ans va ainsi diminuer deux
personnes seules constituera 69 % de d'âge. Les couples ne participeront fois plus (- 13% entre 1999 et 2015). du nombre des ména- que pour 23 % à l'accroissement du En revanche, l'augmentation du
ges contre 59 % en moyenne dans les nombre de ménages, contre 32 % nombre de couples âgés de 55 à
autres aires urbaines de même taille. dans les aires urbaines équivalentes. 74 ans et surtout de 75 ans ou plus
Cette sur-représentation des person- De même, le nombre de couples dont sera plus forte.➤
Le Puy-en-Velay suit la tendance nationale➤
armi les autres aires urbaines étudiées, celle du Des logements plus peuplésP se distingue par une nette attractivité
au Puy-en-Velaypour les personnes de 25 à 35 ans. Grâce à cette ten-
Nombre moyen de personnes par ménagedance démographique elle devrait accueillir plus de
3 000 nouveaux ménages sur la période 1999-2015. Cet
Ensemble
accroissement du nombre de ménages, proche de 10 %,
Le Puy-en-Velayest similaire à la moyenne des aires urbaines françaises
de 50 000 à 100 000 habitants. Clermont-Ferrand
Dans cette tranche d'âge des 25-35 ans, c'est aussi la
Moulins
seule aire urbaine auvergnate pour laquelle le nombre de
Aurillaccouples augmentera (+ 4 %) à l'horizon 2015. Ces cou-
ples représenteront alors plus de 22 % des nouveaux mé- Montluçon 2015
nages soit une part équivalente à celle constatée dans 1999Vichy
l'aire urbaine clermontoise. Grâce à cette progression le
nombre de personnes par ménage sera toujours le plus 1,95 2,00 2,05 2,10 2,15 2,20 2,25 2,30 2,35 2,40 2,45
élevé des aires urbaines auvergnates (2,19 en 2015).➤ Source : INSEE - Recensements de la populationLes aires urbaines de l'Allier en retrait➤
es autres aires auvergna- petite taille. C'est dans cette aire ur- Les aires urbaines de Moulins et sur-
Ltes ne bénéficieront pas toutes du baine que le nombre moyen de tout Montluçon ne bénéficieront pas
même dynamisme démographique. personnes par logement accusera d'apport migratoire conséquent.
Les jeunes générations sont de moins d'ici 2015 la plus forte baisse. Les ai- À partir de 2008, la diminution du
en moins nombreuses et leurs effec- res urbaines de l'Allier seront plus nombre de jeunes ménages sera plus
tifs sont encore réduits par des dé- fortement pénalisées par le manque importante que la progression du
parts d'étudiants et de jeunes actifs. de jeunes. nombre de ménages âgés. À l'inverse
La baisse du nombre de ména- Dans celle de Vichy, l'installation de de la tendance nationale, ces deux ai-
ges sera ainsi deux à trois fois plus im- nombreux retraités amplifie la pro- res urbaines devraient donc connaître
portante que celle constatée en gression des ménages âgés et contre- à terme une diminution du nombre de
moyenne dans les aires urbaines fran- balance la baisse des plus jeunes. La ménages. De 2008 à 2015 cette dimi-
çaises de même taille. croissance du nombre de ménages est nution annulera à Moulins les gains en-
Dans l'aire urbaine d'Aurillac, la pro- modérée, + 4 % à l'horizon 2015, et registrés au cours des huit années pré-
gression du nombre de ménages s'ex- s'accompagne d'une baisse du nombre cédentes. Stabilisé en début de période,
plique exclusivement par une forte de couples avec enfants. D'ici 2015, le nombre de ménages dans l'aire ur-
progression des effectifs des plus âgés, seulement deux personnes par loge- baine de Montluçon sera en 2015, deux
qui forment surtout des ménages de ment y seront comptabilisées. pour cent moins élevé qu'en 1999. ➤
Projection du nombre de ménages par âge, type et aires urbaines
dontÉvolutionMénages
2015 1999-2015 Personnes seules Couples Familles monoparentales
Clermont-Ferrand 196 417 + 11,9 % 75 133 + 23,8 % 102 663 + 5,0 % 15 022 + 11,8 %
15-29 ans 24 756 - 14,7 % 14 861 - 11,4 % 8 049 - 19,7 % 790 - 13,7 %
30-54 ans 82 380 - 3,3 % 21 913 + 20,6 % 49 198 - 12,3 % 10 129 + 4,9 %
55-74 ans 62 399 + 41,8 % 22 317 + 45,4 % 36 334 + 39,8 % 2 990 + 43,5 %
75-99 ans 26 882 + 55,2 % 16 042 + 54,8 % 9 082 + 60,7 % 1 114 + 42,1 %
Vichy 38 436 + 3,6 % 15 762 + 14,8 % 19 188 - 3,2 % 2 916 - 0,9 %
15-29 ans 3 134 - 23,2 % 1 739 - 15,5 % 1 157 - 32,2 % 158 -2 5,8 %
30-54 ans 13 495 - 12,2 % 3 835 + 9,1 % 7 740 - 20,8 % 1 740 - 6,7 %
55-74 ans 13 756 + 21,2 % 5 209 + 21,1 % 7 705 + 21,8 % 694 + 18,3 %
75-99 ans 8 051 + 27,7 % 4 979 + 28,9 % 2 587 + 28,3 % 325 + 16,4 %
Montluçon 34 938 - 2 % 13 606 + 9,0 % 18 427 - 8,3 % 2 427 - 4,3 %
15-29 ans 3 046 - 26,2 % 1 726 - 20,3 % 1 075 - 33,3 % 174 - 31,4 %
30-54 ans 13 132 - 13,4 % 3 450 + 7,3 % 8 028 - 20,9 % 1 508 - 7,5 %
55-74 ans 11 796 + 9,7 % 4 245 + 11,5 % 6 991 + 8,8 % 430 + 8,8 %
75-99 ans 6 963 + 24,3 % 4 184 + 27,0 % 2 333 + 21,4 % 314 + 23,0 %
Le Puy-en-Velay 30 142 + 10,2 % 10 771 + 23,0 % 16 740 + 3,8 % 2 136 + 7,7 %
15-29 ans 2 627 - 15,8 % 1 363 - 10,7 % 1 090 - 20,5 % 96 - 24,8 %
30-54 ans 12 395 - 7,1 % 3 024 + 14,9 % 7 916 - 14,2 % 1 294 - 0,6 %
55-74 ans 10 346 + 35,0 % 3 646 + 35,0 % 6 084 + 35,4 % 463 + 34,8 %
75-99 ans 4 775 + 48,0 % 2 739 + 44,2 % 1 649 + 61,1 % 284 + 33,5 %
Moulins 25 363 + 0,7 % 9 485 + 12,8 % 13 689 - 5,9 % 1 844 - 1,9 %
15-29 ans 2 060 - 31,1 % 1 117 - 24,2 % 766 - 39,4 % 135 - 29,4 %
30-54 ans 9 930 - 16,0 % 2 606 + 3,7 % 6 152 - 23,0 % 1 060 - 9,8 %
55-74 ans 8 840 + 25,4 % 3 224 + 27,2 % 5 063 + 24,1 % 434 + 30,7 %
75-99 ans 4 533 + 35,7 % 2 538 + 34,4 % 1 708 + 40,9 % 215 + 18,8 %
Aurillac 25 880 + 7,3 % 9 474 + 20,3%14 328 + 0,5 % 1 730 + 3,7 %
15-29 ans 2 299 - 24,6 % 1 353 -19,4 % 821 - 32,1 % 98 - 23,2 %
30-54 ans 10 315 - 10,7 % 2 551 + 12,5 % 6 614 - 18,0 % 1 043 - 5,3 %
55-74 ans 8 928 + 35,0 % 2 991 + 37,5 % 5 404 + 33,8 % 415 + 35,4 %
75-99 ans 4 339 + 49,6 % 2 579 + 47,0 % 1 489 + 59,0 % 174 + 30,9 %
Source : INSEE - Projection modèle OmphaleCette étude est le fruit d'un partenariat entre la Direction
régionale de l'Équipement (DRE) et l'INSEE.
La surface du logement montre que la réduction de la taille des
ménages ne s'accompagne pas d'une de la taille des lo-
(1)gements.À travers la source FILOCOM ,on observe en Auvergne
comme dans d'autres régions une tendance, plus ou moins pro-
noncée selon les aires urbaines, à la diminution du nombre de pe-
tits logements et surtout une tendance lourde et générale à la pro-
gression des grands logements. Ainsi en 2003, en moyenne dans
les aires urbaines de la région,les résidences principales de plus de
295 m sont 10 % plus nombreuses qu'en 1999.
(1) Le fichier FILOCOM (fichier des logements par commune) est un fichier
conçu par la Direction générale des Impôts pour les besoins et avec la
participation du ministère de l'Équipement.
Ménage
Ensemble des personnes qui partagent un même logement Ces projections dépendent alors des facteurs démographi-
occupé, à titre de résidence principale. Elles ne sont pas né- ques et de comportements sociaux propres à l'ensemble de
cessairement unies par un lien de parenté.Un ménage peut se l'aire urbaine et ne sont pas dépendantes de l'ampleur des
réduire à une seule personne lorsqu'il y a un seul occupant mouvements migratoires entre le centre urbain et sa péri-
permanent du logement. Le nombre de ménages correspond phérie. La validité des chiffres issus du processus de projec-
ainsi au nombre de logements occupés à titre de résidences tion reste toutefois dépendante du seuil de population qui ne
principales. peut être inférieur à 50 000 habitants. Dès lors, les aires ur-
baines d'Issoire (27 500 habitants) et Thiers (19 500) n'ont
pas été retenues dans cette étude.Personne de référence du ménage
Si le ménage comporte au moins un couple, la personne de
référence est parmi les hommes des couples, le plus âgé des Projection du nombre de ménages par catégorie
actifs ou à défaut le plus âgé.Si le ménage ne comprend pas de Les projections effectuées par l'Insee à l'aide du modèle
couple, la personne de référence est le plus âgé des actifs ou Omphale ne constituent pas des prévisions. Elles sont forte-
à défaut la la plus âgée. ment dépendantes des hypothèses retenues au départ. Elles
permettent d'intégrer les différentes tendances observées
jusqu'à la date de la projection et d'en mesurer les impacts.Choix de l'aire urbaine comme référentiel
Afin de projeter le nombre de ménages, l'Insee réalise, dansgéographique
un premier temps, des projections de population s'appuyantL'aire urbaine est un espace composé d'une agglomération
sur les résultats du recensement de 1999 et les tendances dé-comptant 5 000 emplois ou plus et des communes périurbai-
mographiques constatées depuis. La population projetée estnes où résident l'essentiel des actifs qui viennent y travailler
ensuite répartie par sexe et âge selon les différents modes dechaque matin. Elle constitue un cadre territorial pertinent
cohabitation. Pour chaque mode de cohabitation, on disposepour asseoir des projections de ménage.
d'un taux de personnes de référence du ménage. En appli-
quant ces taux à la population, on obtient un nombre de mé-
nages ventilé par type et âge de la personne de référence.
Le scénario utilisé dans cette étude correspond à une recon-
duction des comportements. ll est destiné à faire apparaître
les phénomènes de fond et les disparités entre territoires.Directeur
Il s'appuie sur les hypothèses suivantes :de la publication
fécondité égale à celle constatée dans chaque aire> René JEAN *
urbaine en 1999 ;Directeur régional de l'INSEE
3, place Charles de Gaulle mortalité en baisse conformément à la tendance*Rédaction en chef BP 120 centrale calculée pour la France entière ;
> Pierre VALADOU 63403 Chamalières Cedex migrations au même niveau que celui observé dans*
Composition Tél.:0473197800 chaque aire urbaine sur la période 1990-1999 ;
Fax : 04 73 19 78 09et mise en page évolution des modes de cohabitation conformément*
> INSEE à la tendance nationale observée entre 1982 et 1999.
www.insee.fr/auvergne De 1999 à 2003, les taux de croissance du nombre de ménages
observés par l'intermédiaire de la source Filocom sont similaires> Toutes les publications accessibles en ligne
à ceux projetés et confortent ainsi les projections de l'INSEE.Création maquette
Seule l'aire urbaine de Moulins où la progression du nombre> Free Mouse 06 87 18 23 90
de ménages observée est sensiblement supérieure aux projec-
Impression
tions présente une différence. Si cette tendance se confirme les
> Imprimerie IMC
prochaines années, la projection devra donc être considérée
Crédit photo pour cette aire urbaine comme une hypothèse basse.
> INSEE Auvergne
eISSN : 1633-2768 - Dépôt légal : 3 trimestre 2005
© INSEE 2005 - Code SAGE : LET052912
>Vente
Tél.:0473197873
Prix du numéro : 2,2€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.