Actives mais pas sur les mêmes emplois que les hommes

De
Publié par

Les caractéristiques ligériennes de la population féminine sont contrastées. D'un côté, une espérance de vie supérieure à la moyenne nationale, des taux d'activité plus élevés. D'un autre côté, un accès plus rare aux postes de responsabilité, des emplois précaires ou à temps partiel plus souvent observés, un écart de chômage avec les hommes plus important, surtout chez les jeunes. Par rapport à leurs consoeurs nationales, les femmes ligériennes apparaissent mieux formées qu'insérées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 49
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 8. Septembre 2002
Actives mais pas
sur les mêmes
emplois que
les hommes
ELON LE DERNIER recensement Des itinéraires différentsLes caractéristiques ligériennes
de population, 1 651 000 fem-de la population féminine sont Jusqu’à l’âge de 30 ans, les hommes
mes et 1 571 000 hommescontrastées. D’un côté, sont ainsi plus nombreux que les fem-S résident dans les Pays de la Loire.une espérance de vie mes. Ensuite, jusqu’à 55 ans, les pro-
La part des femmes dans la population
supérieure à la moyenne portions s’équilibrent. Au-delà, les femmes
(51,2 %) est constante depuis 40 ans.
sont majoritaires dans la population.nationale, des taux d’activité Meilleure hygiène de vie ou plus forte
Elles représentent 54 % de la trancheplus élevés. D’un autre côté, résistance, les femmes vivent plus long-
60-74 ans et les deux tiers des plus deun accès plus rare aux postes temps : en France en 2001, leur espé-
75 ans. Leur proportion dans la régionde responsabilité, des emplois rance de vie à la naissance est de 83,0
est légèrement inférieure à la moyenne
ans contre 75,5 ans pour les hommes.précaires ou à temps partiel
française (51,2 % contre 51,4 %) du fait
À 75 ans, leur espérance de vie est deplus souvent observés, de départs de jeunes femmes dans les
13 ans, trois ans de plus que celle desun écart de chômage avec années 1980. Ainsi, on trouve plus d’hom-
hommes au même âge.les hommes plus important, mes que de femmes dans la tranche
surtout chez les jeunes. Pays de la Loire et Poitou-Charentes se 30-39 ans, contrairement au niveau
situent en tête des 22 régions de France national. Concernés par ces départs,Par rapport à leurs consœ urs
en termes d’espérance de vie des femmes les départements de Vendée et denationales, les femmes
à la naissance avec un « avantage » de Mayenne se distinguent avec une partligériennes apparaissent
8 mois sur la moyenne nationale. Au niveau de la population féminine nettement infé-mieux formées qu’insérées.
départemental, c’est en Mayenne que rieure à la moyenne française.
l’espérance de vie à la naissance de la po-
Les filles quittent plus tôt le domicile
pulation féminine est la plus élevée : un an
parental : à 22 ans la moitié n’habitent
et demi de plus que la moyenne nationale. déjà plus chez leurs parents, il faut
Serge FRABOUL La nature rétablit en quelque sorte le attendre 25 ans pour les garçons. À cet
déséquilibre puisqu’il naît un peu plus deMarie-Jo MOULIN âge de 25 ans, plus d’une femme sur
garçons que de filles. Conséquence logi- deux vit en couple contre un homme sur
que de ces constats, les femmes sont trois. Deux femmes sur dix sont mères
en moyenne plus âgées que les hommes. à 25 ans et deux sur trois à 30 ans.Population féminine
emplois que les hommes
Actives mais pas sur les mêmes
À partir de 30 ans, et pour une période sance de la population active féminineLa réussite scolaire
s’explique à la fois par des raisonsd’une quarantaine d’années, la vie en
Les filles réussissent mieux à l’école etcouple concerne autant les hommes démographiques (les générations qui arri-
font des études plus longues. En consé- vent sur le marché du travail sont plusque les femmes. Toutefois, entre 40 et
quence, elles sont plus diplômées. Les nombreuses que les sortantes) et par49 ans, une femme sur dix élève seule
taux de scolarisation, au-delà de l’âgeses enfants, situation très rare pour un une augmentation des taux d’activité
de l’enseignement obligatoire, sont plus féminins. La proportion d’actives danshomme. La monoparentalité, en pro-
élevés pour les filles que pour les garçons. la population âgée de 15 ans ou plusgression constante, représente désor-
Cet écart est dû, pour l’essentiel, aux choix est ainsi passée de 47 % en 1990 àmais une famille sur huit. Elle concerne
différents en matière d’orientation à l’issue 49 % en 1999. Le taux d’activité masculintoujours quasi exclusivement les femmes.
du collège. Les garçons choisissent davan-Elle s’explique d’abord par le divorce et a baissé de 63 % à 62 %.
tage la filière d’apprentissage. Les filles se
la garde des enfants le plus souvent
Parmi les femmes âgées de 25 à 49décident plutôt pour des études secon-
confiée dans ce cas à la mère ; aussi ans, 85 % sont actives en 1999, contredaires longues et des études supérieures.par la surmortalité masculine qui accroît
96 % des hommes du même âge. CetteAu dernier recensement, à 18 ans, 90 %
les risques de veuvage.
proportion est la plus forte des régionsdes jeunes ligériennes sont scolarisées
de France. Elle était de 79 % en 1990Après 75 ans, près des deux tiers des contre 78 % des garçons. Plus de 17 %
et de 68 % en 1982. Pour les hommes,hommes vivent en couple contre seule- des garçons de 18 ans sont apprentis,
ment un quart des femmes. Une sur cette proportion a légèrement reculé.proportion bien supérieure à la moyenne
La tendance aux resserrements desdeux vit seule, contre deux hommes sur nationale. Au même âge, seules 5 % des
dix. Les femmes sont également deux taux d’activité masculin et féminin estfilles sont en apprentissage, comme
manifeste, l’écart passant de 20 pointsfois plus nombreuses à cohabiter avec dans le reste de la France. À l’âge de 20
en 1982 à 11 points en 1999. L’aug-une ou plusieurs générations et à vivre ans, 44 % d’entre elles poursuivent des
en collectivité : en 1999, 18 % d’entre mentation des taux d’activité féminins estétudes supérieures contre seulement un
particulièrement sensible entre 35 et 49elles se trouvent dans une institution tiers des garçons.
contre 8 % des hommes. ans avec un gain de 10 points durant la
Au sein de la classe âge 25-34 ans, un période récente. Les femmes n’inter-
La solitude a progressé à tous les tiers des femmes contre un quart seule- rompent plus leur activité professionnelle
âges : à 30 ans, 12 % des femmes vivent ment des hommes possèdent un diplôme pour s’occuper des enfants.
seules contre 8 % en 1990. À 50 ans, de l’enseignement supérieur. Concernant
cette proportion est passée de 6 % à Entre 50 et 59 ans, deux femmes surla proportion des bacheliers dans cette
trois sont actives contre quatre hommes9 %. Dans les Pays de la Loire, trois classe d’âge, l’écart est de neuf points
sur cinq. En dix ans, le taux d’activitéménages sur dix ne comptent qu’une en faveur des femmes, contre six au
personne, six fois sur dix il s’agit d’une féminin de cette tranche d’âge a progres-plan national. Cet « avantage » féminin
sé de 10 points. Il s’agit des générationsfemme. est donc là amplifié en Pays de la Loire.
de femmes entrées dans la vie active
Pour les générations âgées de 35 à 44Situation des filles dans les années 1960 et qui ont pu inter-
ans, l’écart reste favorable jusqu’au niveauen Pays de la Loire (en % des rompre momentanément leur vie profes-
bac + 2 (19 % des femmes contreeffectifs féminins de chaque âge) sionnelle pour élever leurs enfants.
17 % des hommes). En revanche, pour
100 Avant 25 ans, un quart des femmes
90 Apprenties les générations plus anciennes, on trouve et un tiers des hommes sont actifs.
80 Études supérieures plus de bacheliers que de bachelières.Lycée Le taux d’activité plus faible des jeunes70
Collège, CAP, BEP Les filles continuent de privilégier les
60 filles s’explique pour partie par la durée
%
50 séries littéraires, technologiques, tertiaires plus longue de leurs études.
40 ou médico-sociales. Elles s’orientent moins
30
souvent vers les filières scientifiques que
20
Des taux d’activité féminins élevés
10 ce soit au lycée ou dans l’enseignement
0 supérieur. Ainsi, elles ne représentent
15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29
Âge
qu’à peine un quart des effectifs des
Source : INSEE-recensement de la population de 1999
(exploitation complémentaire) écoles d’ingénieurs.
Situation des garçons Un record d’activité
en Pays de la Loire (en % des
Au dernier recensement de la population,effectifs masculins de chaque âge)
près de 668 000 ligériennes étaient
100
90 actives, leur nombre s’est accru deApprentis
80 Études supérieures 76 000 personnes (+ 13 %) entre lesLycée
70
Collège, CAP, BEP recensements de 1990 et de 1999. Par60
%
50 active, on entend la population dispo-
40
sant d’un emploi et celle qui en recherche30
51% ou plus20 un de façon effective. Deux nouveaux de 49 % à moins de 51 %Part des actives
10
dans la population féminine (en %) de 46 % à moins de 49 %actifs sur trois sont des femmes. Pour0 de 44 % à moins de 46 %
15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 moins de 44 %Âge 100 hommes actifs, on compte désormais
Source : INSEE-recensement de la population de 1999 © IGN-INSEE
85 femmes contre 80 en 1990. La crois- (exploitation complémentaire) Source : INSEE-recensement de la population de 1999
2 INSEE PAYS DE LA LOIRE - ACTIVES MAIS PAS SUR LES MÊMES EMPLOIS QUE LES HOMMES - SEPTEMBRE 2002Le lien entre activité féminine et maternité Les vingt professions les plus féminisées en Pays de la Loire
apparaît distendu. Le taux d’activité des
Sages-femmes
femmes ne diminue qu’avec le troisième Assistantes maternelles, gardiennes d'enfants, travailleuses familiales
Puéricultricesenfant et surtout le quatrième (une
Secrétaires
Employés de maison et femmes de ménage chez des particuliers mère sur deux est alors inactive). Les
Manucures, esthéticiennes, salariées
femmes sont plus actives dans les Pays de Personnels de secrétariat de niveau supérieur, secrétaires de direction (non cadres)
Mécaniciens en confection qualifiésla Loire que dans le reste de la métropole.
Aides familiaux non salariés ou associés d'artisans effectuant un travail
Jusqu’à 55 ans les taux d’activité ligériens Caissiers de magasin
Tailleurs et couturières qualifiéssont toujours supérieurs. Le département
Ouvriers non qualifiés de la confection
Aide-soignants (du public ou du privé)de la Mayenne affiche toujours la pro-
Agents et hôtesses d'accueil et d'information
portion d’actives la plus élevée, néanmoins Standardistes, téléphonistes
Opératrices de saisie en informatiqueelle est restée stable entre 1990 et
Infirmiers en soins généraux salariés
1999. La Vendée est le seul département Part des femmes Assistantes sociales
Coiffeurs salariésdans la professiondont le taux d’activité féminin (47,2 %) en Pays de la Loire (en %) Infirmiers libéraux
soit inférieur à la moyenne nationale 80 85 90 95 100
(48,7 %). Toutefois, c’est dans ce dépar-
Source : INSEE-recensement de la population de 1999 (exploitation complémentaire)
tement et celui de Loire-Atlantique que
progressant et l’emploi non salarié pour- travaillent à temps partiel quand ellesl’activité féminine a le plus progressé.
suivant sa baisse. Le nombre d’aides élèvent un seul enfant, cette proportion
Depuis une vingtaine d’années, c’est familiales, notamment agricoles, a été frôle la moitié dès le deuxième enfant.
essentiellement le domaine des services divisé par trois en neuf ans. Les formes Globalement, les deux parents travaillent
qui procure des emplois aux femmes. particulières d’emplois -contrats à durée dans deux familles sur trois. Quand celle-
En retour, l’emploi féminin enclenche déterminée, intérim, stages et contrats ci compte quatre enfants ou plus, cela
une dynamique : en exerçant une activité aidés- prennent une importance crois- ne se rencontre plus qu’une fois sur
professionnelle, les femmes ont aban- sante. Les entreprises ont de plus en quatre. Le travail féminin à temps partiel
donné plusieurs tâches domestiques plus recours à ces formes d’emplois est plus fréquent dans les Pays de la Loire
permettant en cela l’émergence de nou- temporaires en raison de leur facilité de (37,1 %) qu’en France métropolitaine
veaux services. Leur travail sert la crois- gestion, notamment pour s’adapter aux (31,0 %) bien que le salariat y soit moins
sance dont on connaît l’importance en fluctuations de l’activité. Les emplois répandu.
termes de créations d’emploi. temporaires touchent davantage les
femmes : une salariée sur six occupe un Un accès moins fréquent
Des emplois souvent tel emploi contre un salarié sur huit. Au aux postes de direction
en dehors de la norme sein de ces formes particulières d’em-
De façon générale, les femmes occupentdu temps plein ploi, les femmes sont bien plus souvent
moins souvent que les hommesconcernées par les stages et contrats
La population féminine disposant d’un un statut d’employeur (2 % contre 7 %).aidés liés à la politique de l’emploi. Les
emploi s’est accrue entre 1990 et 1999 Elles sont moins souvent salariées duhommes sont, quant eux, deux fois plus
de 71 000 personnes dans la région, secteur privé (63 % contre 67 %) et leursouvent en intérim, situation dans laquelle
passant de 503 000 à 574 000. Dans emploi relève plus souvent du secteurles perspectives de déboucher sur un em-
le même temps, la population masculine public (28 % contre 17 %). Les étudesploi stable apparaissent plus favorables.
en emploi n’augmentait que de 40 000. poursuivies par les filles les prédisposentLa précarité de l’emploi féminin est
La hausse de l’emploi féminin durant la à occuper des emplois à large dominancemoins fréquente au plan national où un
dernière décennie s’est accompagnée tertiaire et les éloignent des emplois dansemploi sur sept (contre un sur six ici)
de profondes mutations sur le monde l’industrie.est concerné. Le recours aux CDD est,
du travail. La part du salariat a continué
en particulier, plus répandu qu’ailleurs Les femmes sont ainsi majoritairesde croître (87 % des emplois contre
dans les Pays de la Loire. dans le tertiaire, les secteurs les plus85 % en 1990), les emplois salariés
féminisés étant ceux de l’éducation, laQu’elles l’aient choisi en particulier pour
santé et l’action sociale (74 % des em-élever leurs enfants ou bien qu’elles le
plois sont occupés par des femmes) etsubissent, 212 000 femmes travaillent
Hausse des taux d’activité féminin des services aux particuliers (64 %).à temps partiel dans les Pays de la Loire,
Ces deux secteurs regroupent quatresoit 37 % des actives occupées contre
100 ligériennes sur dix qui occupent un6 % des hommes. En 1990, 28 % seule-199990 emploi. Entre 1990 et 1999, deux créa-ment des femmes exerçaient leur activité80
tions nettes d’emploi féminin sur trois1990 à temps partiel. La forte progression de70
ont été le fait de l’éducation, la santé et
198260 l’emploi féminin s’est donc traduite par
% l’action sociale.
50 un développement massif de ce type
1975
40 d’emploi impulsé notamment par des Les femmes sont également majoritaires
30 mesures d’allégement de cotisations dans l’administration, les activités finan-
20 sociales. Le temps partiel est lié à la cières ainsi que dans l’industrie des biens
10 Taux d'activité féminin en Pays de la Loire (en %)
situation familiale (plus fréquent pour de consommation, notamment dans le
0
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 les femmes vivant en couple) et au nombre textile-habillement où elles occupent troisÂge
d’enfants : si un tiers des femmes postes sur quatre. Ce secteur a perdu
Source : INSEE-recensements de la population
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - ACTIVES MAIS PAS SUR LES MÊMES EMPLOIS QUE LES HOMMES - SEPTEMBRE 2002emplois que les hommes
Actives mais pas sur les mêmes
un cinquième de ces emplois entre 1990 Mode de vie des femmes (F) et des hommes (H) selon l’âge (en%)
et 1999. Toutefois, à cette exception près,
Vit en couple Vit en couple Parent d'une famille
Chez les parents Seul Autres (1)les femmes sont nettement minoritaires sans enfant avec enfants monoparentale
F H F H F H F H F H F Hdans le reste de l’industrie manufacturière,
M7oins de 25 ans895, 869, 40, 43, 40, 23, 15, 04, 00, 07, 36, 3,les transports et la construction.
255-29 ans 111, 285, 124, 148, 249,9, 337, 272, 32, 03, 38, 4,
320-44 ans 25, 69, 63, 102, 71, 98, 783, 657, 82, 16, 11, 3,Les spécificités régionales -moins d’em-
495-59 ans 00, 29, 99, 99, 355, 299, 483, 533, 79, 11, 29, 2,plois dans le tertiaire et plus dans l’indus-
630-74 ans 04, 05, 265, 151, 538, 730, 77, 152, 39, 09, 41, 4,
trie et l’agriculture- valent pour les
705 ans ou plus 00, 03, 446, 108, 285, 634, 14, 47, 30, 17, 243, 11,
femmes ligériennes. Le département de Ensemble 27,7 33,9 13,8 9,8 22,1 23,2 27,0 28,4 4,3 0,8 5,1 3,9
la Mayenne se distingue avec deux emplois (1) Vit dans un ménage de plusieurs personnes ou en communauté
Source : INSEE-recensement de la population de 1999 (exploitation complémentaire)féminins sur dix dans l’industrie et un sur
dix dans l’agriculture. Le poids de l’indus-
clature regroupent la moitié des emplois mées. Huit cadres féminins sur dix sonttrie dans l’emploi féminin est également
occupés par des ligériennes alors que les diplômés du supérieur contre sept sursupérieur à la moyenne nationale en
20 professions les plus pratiquées par les dix parmi leurs homologues masculins.Vendée, Sarthe et Maine-et-Loire.
hommes ne regroupent qu’un quart des Les femmes sont également plus fré-
Pour les femmes comme pour les hom- emplois masculins. Toutefois la situation quemment au chômage. Au recensement
mes, les Pays de la Loire se distinguent évolue, en 1990 16 professions regrou- de 1999, le taux de chômage féminin est
de la moyenne nationale par un poids plus paient la moitié des emplois féminins et supérieur de 65 % à celui des hommes, six
42 les trois-quarts contre 61 en 1999.important des agriculteurs et des ouvriers chômeurs sur dix étant des femmes.
et par un déficit relatif de cadres supé- Exerçant des métiers moins diversifiés Toutefois, les taux de chômage se sont
rieurs et moyens. Ce déficit relatif est que ceux des hommes, les ligériennes rapprochés en neuf ans.
sont aussi proportionnellement plus nom-plus prononcé pour les femmes : pour les
Les jeunes femmes sont plus souventbreuses à occuper des emplois non quali-cadres supérieurs il est d’un tiers, contre
sans emploi : pour les moins de 25 ans,fiés. Un tiers des emplois féminins sontun quart pour les hommes. Pour les ca-
le taux de chômage des femmes est, aunon qualifiés contre 20 % des emploisdres moyens, le décalage par rapport à
dernier recensement, de 28,2 % contremasculins, en 1999 comme en 1990.la France pour les femmes est de 12 %
16,4 % pour les hommes. Le chômage
contre 5 % pour les hommes. Les fem-
des jeunes dans les Pays de la Loire est
mes ligériennes accèdent certes plus Un avantage relatif vis à vis
certes moins important que dans le reste
souvent que par le passé aux postes de du chômage plus marqué
de la métropole mais alors que pour les
direction mais toujours ici moins que les chez les garçons
jeunes ligériens, le taux de chômage est
hommes : dans la fonction publique ré-
inférieur de 40 % à la moyenne nationale,Les difficultés d’insertion sur le marché
gionale, ce type de poste est occupé par
celui des jeunes ligériennes ne l’est quedu travail peuvent également être ap-
une femme une fois sur dix contre plus de
de 20 %. Conséquence, l’écart du taux depréhendées à travers la valorisation desdeux sur dix au plan national. Dans les en-
chômage entre jeunes femmes et jeunesdiplômes. Ainsi, parmi les femmes âgées
treprises privées, l’écart est un peu plus
hommes est particulièrement élevé ende 25 à 49 ans diplômées du supérieur,
faible : un emploi de direction sur vingt Pays de la Loire.seules deux sur dix sont cadres contre
est occupé par une ligérienne contre un
quatre hommes sur dix. Parmi les déten-
sur quatorze en métropole.
trices du baccalauréat, quatre sur dix
Les activités exercées par les femmes de- occupent un emploi de cadre moyen ou
meurent peu diversifiées. On le constate à supérieur contre plus de six hommes
sur dix. Pour être cadre, les femmestravers la concentration des professions : DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Bruno TREGOUËT20 postes parmi les 455 de la nomen- doivent statistiquement être plus diplô-
RÉDACTEUR EN CHEF
Alain MALMARTEL
SECRÉTAIRE DE RÉDACTIONRépartition des femmes ayant un emploi par catégorie socioprofessionnelle
Gabrielle PILET
Nombre de Taux de Nombre de Taux de Évolution SECRÉTAIRE DE FABRICATION
femmes féminisation femmes féminisation en %Catégories socioprofessionnelles Hélène VERRON
1999 1990 1990/1999
MISE EN PAGE
Agriculteurs exploitants 149 196 303,307 14 339, - 48,
Marie-Annick BRICARD
Artisans 89663 201,192 00 285, - 27,
IMPRIMEUR
Commerçants et assimilés 122 832 329,146 29 425, - 21,
La Contemporaine - Nantes
Chefs d'entreprise de 10 salariés oup3lus 1634 124, 1138 188, - 2,
Prix : 2,20 €Professions libérales 48748 341, 3794 30, + 20,4
Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques 212 956 485,107 68 44, + 29,8
Photos : INSEE
Cadres d'entreprise 91914 282, 6135 17, + 55,9 erDépôt légal 1 trimestre 2002 - ISSN 1633-6283
Professions intermédiaires de l'enseignement, de la santé,
CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU00844
de la fonction publique et assimilés 759 124 698,631 37 66, + 28,9
© INSEE Pays de la Loire - Septembre 2002
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises326 353 416,270 82 38, + 74,6
Abonnement annuel complet :
Techniciens 51805 122, 3361 10, + 60,7
Études (mensuel) + Dossiers : 60 €
Contremaîtres, agents de maîtrise 23273 88, 1182 7, + 24,3
Abonnement annuel Études : 20 €
Employés de la fonction publique 987 230 778,803 93 81, + 15,8
Employés administratifs d'entreprise 776 3834,713 07 83, + 4,5
Employés de commerce 315 825 728,228 87 810, + 24,
INSEE Pays de la Loire
Personnels des services directs aux particuliers2 933 960,437 65 89, + 53,0
105, rue des Français LibresOuvriers qualifiés 248 116 144,240 90 12, + 34,5
Ouvriers non qualifiés 542 108 345,680 80 339, - 14,
BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2
Ouvriers agricoles 84068 303, 5664 26, + 43,0
Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39Ensemble 573 870 44,5 503 335 42,7 + 14,0
Source : INSEE-recensements de la population de 1990 (exploitation au quart) et de 1999 (exploitation complémentaire)
NB : les taux sont en %
4
INSEE PAYS DE LA LOIRE - ACTIVES MAIS PAS SUR LES MÊMES EMPLOIS QUE LES HOMMES - SEPTEMBRE 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.