Activité et logement, deux défis pour la communauté d'agglomérations du Grand Besançon

De
Publié par

À l'horizon 2015, la population de la CAGB va croître, mais sensiblement vieillir. Ce vieillissement va entraîner de nombreux départs en retraite, que l'on peut évaluer à plus de 2 000 par an à partir de 2006, et qui concerneront fortement les cadres et les salariés du secteur public. Le besoin de logements croîtra de façon nettement plus importante que la population, la hausse attendue du nombre des ménages étant supérieure à 10 000 dans la période 2000-2015.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
À lhorizon 2015, la population de la CAGB, va croître, mais sensiblement vieillir. Ce vieillissement va entraîner de nombreux départs en retraite, que lon peut évaluer à plus de 2000 par an à partir de 2006, et qui concerneront fortement les cadres et les salariés du secteur public. Le besoin de logements croîtra de façon nettement plus importante que la population, la hausse attendue du nombre des ménages étant supérieure à 10 000 dans la période 2000-2015.
Nº 67 - JANViER 2004
Activité et logement
a Communauté d'Agglod’aujourd’hui. En 2015, la part mération du Grand Bedes personnes âgées de plus de 60 sançon (CAGB) va pourans s’élèvera à 21% (contre 17% suivre sa croissance déen 1999), celle des plus de 75 ans mographique à l'horizonà 7,7% (contre 6% en 1999). En 2015. Elle devrait connaître à cette2030, un habitant sur 4 de la CAGB date une croissance significativesera âgé de plus de 60 ans (contre de sa population, de l’ordre de 5%1 sur 6 en 1999) et 1 sur 7 aura plus et compter près de 180 000 habide 75 ans (contre 1 sur 17 au tants en 2015 (171 000 en 1999).recensement de 1999). Cette croissance démographiqueCette proportion de plus de 60 ans est tirée par la partiereste moins élevée que dans Une population la plus périurbaine dele reste de la région du fait la CAGB. La croiscroissantede la présence des étudiants sance de la populaqui contribue à maintenir et plus âgée tion de l’unité urla forte représentation des baine à cet horizon est plus faible.20 à 30 ans. Au total, la CAGB Celleci atteindra son maximumcomptera en 2015 un peu plus de vers 2010et sera sur une tendance38 000 personnes âgées de plus de décroissante en 2015.60 ans contre seulement 29 000 au L’augmentation de population serecensement de 1999. rait plus importante sans les miLa population va donc être en grations qui ont un impact négamoyenne plus âgée, avec des ef tif. Certaines de ces migrations sefectifs nombreux aux tranches font vers des zones extérieures aud’âge élevées. Cette situation n’est périmètre de la CAGB.pas en ellemême différente de Cette population, légèrementcelle qu’on enregistre au niveau croissante, sera plus âgée que cellenational, et dans l’ensemble des
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL67 Nº
COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION, UNITÉ URBAINE, AIRE URBAINE
L a Communauté d’Agglomération du Grand Besançon est un ensemble de 59 communes. C’est à cet ensemble de communes que fait principalement référence le pré sent document. L’INSEE utilise aussi les concepts d’unité urbaine et d’aire urbaine. Le premier fait référence à l’agglomération au sens physique (continuité du bâti) et rassemble autour de la villecentre 10 communes. Le second renvoie à un espace beaucoup plus vaste, cons truit à partir des migrations du domicile au lieu de travail. Outre Besançon et les 10 communes de l’unité urbaine, on compte 223 communes situées dans le Doubs, mais aussi le Jura et la HauteSaône.
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL67 Nº
agglomérations. Audelà des réd’autant plus forte que les em flexions nécessaires quant auxplois concernés sont plus porteurs politiques sociales et d’accompapour le développement économi gnement, le vieillissement doitque. conduire à repenser la situation deDans la période intercensitaire l’emploi et celle du logement.19901999, il y a eu de fortes migrations d’actifs vers l’extérieur La situation de l’emploi est direcde la communauté d’aggloméra tement liée à la situation démotion. Ces actifs ont continué à graphique. Le nombre d’actifs esttravailler et à consommer dans la déterminé par l’évolution de laCAGB, mais choisi de vivre dans démographie et par celle des tauxune maison individuelle hors de d’activité. Les projections de poportée sur Besançon ou dans sa pulation active réaliséespremière couronne du au niveau national parUn fort potentielfait de l’augmentation l’INSEE et la DARESdes prix dans l’immo de départs font apparaître un pointbilier. C’est pourquoi, en retraite haut pour le nombrel’aire urbaine, notable d’actifs peu avant 2010 (qui pourment plus large que l’aggloméra rait reculer sensiblement si l’âgetion de Besançon a continué à de cessation d’activité augmente).attirer des actifs. Sur certains segments du marchéLes départs d’actifs étaient sur du travail, qui risquent de connaîtout le fait des 2535 ans. La capa tre des pénuries à la suite descité à offrir de l’emploi sur place départs en retraite, les grandesaux actifs de ces tranches d’âge agglomérations risquentdonc deest un enjeu important, puisqu’ils se retrouver en situation de conseront amenés à remplacer les ac currence. La concurrence seratifs issus du baby boom, dans un contexte où la ressource en main d’œuvre risque d’être plus dispu tée. La communauté d’agglomé ration avait connu sur la période 9099 une situation ou l’évolution des emplois n’avait pas suivi l’évo lution de la population active. D’autres difficultés pourraient se produire si la population active ne suffisait pas à pourvoir les em plois libérés par les départs à la retraite. Or le potentiel de départs à la retraite est important dans l’ag glomération. Dans l’hypothèse d’un départ à 60 ans, 31 000 actifs partiraient à la retraite d’ici 2015.
À partir de 2006 il y aurait plus deLa part de l’encadrement parmi 2 000départs en retraite annuelsles actifs est importante dans dans la CAGB. Un recul de l’âgel’agglomération bisontine, beau retarderait le mouvement, mais necoup plus que dans la région. modifierait pas le niveau. ActuelLes cadres forment 20% des ac lement, le potentiel de départs esttifs, et ont un âge moyen de 43 inférieur à 1000. ansen 1999. D’ici 2015, 50% Ces départs concernent les secdes effectifs de cette catégorie teurs d’activité les plus représenprofessionnelle seront partis en tés dans la CAGB que sont l’éduretraite. Là encore, la situation cation, la santé, l’acbisontine n’est pas Beaucoup de départs tion sociale et l’ade x c e p t i o n n e l l e . ministration. Un déchez les cadres et lesMais de ce fait la part sur deux se feraconcurrence risque salariés du public dans ces secteurs. Lede jouer également potentiel de départ en retraite estassez fortement sur cette caté particulièrement fort dans l’édugorie sociale. cation, l’action sociale, mais aussiDans la dernière décennie, la dans les activités financières. IlCAGB n’a d’ailleurs pas été très est difficile de déduire de ce poattractive pour ce qui concerne les tentiel de départ d’actifs un ordreemplois d’encadrement supérieurs de grandeur des embauches à ve(appelés autrefois emplois straté nir puisque les entreprises ne progiques, et désormais fonctions mé céderont pas nécessairement à unetropolitaines supérieures). La embauche pour un départ.CAGB ne compte que 6,8% d’em
PROJECTIONS DE POPULATION, D’ACTIFS, DE LOGEMENT
L ’INSEE peut réaliser à l’aide du logiciel OMPHALE des projections de population. Ces projections, effectuées à partir des résultats des derniers recensements de la population, d’hypothèses sur la morta lité, la fécondité et les migrations servent de base aux calculs de projections d’actifs et de ménage. La Direction régionale de Fran cheComté a affiné l’utilisation des projections de ménage pour une approche prospective en matière de logements. La méthode est exposée dans l’Essentiel N°66 réalisé en partenariat avec la Direction Régionale de l’Équipement (DRE) et l’Association régionale des Hlm, et de façon plus détaillée dans un document plus important disponible auprès de la DRE, intitulé « Les conséquences du vieillis sement de la population et des changements de mode de cohabita tion des ménages sur le logement en FrancheComté. S’agissant des projections d’actifs, l’INSEE a produit plusieurs études, en travaillant sur des hypothèses relatives à l’âge de cessa tion de l’activité, à la fécondité, aux migrations. Toutes ces méthodes sont des méthodes de projection, ets’ap puient pour l’essentiel sur la reconduction de tendances constatées sur le passé proche.
plois de ce type, ce qui traduit une quasi stabilité par rapport à 1990 où l’on en dénombrait 6,7%. Le niveau de l’emploi est nettement plus élevé à Belfort, (où il est passé de 6,5 à 8,1%), ainsi qu’à Dijon (7,9%). Parmi les cinquante aires urbaines les plus peuplées, Besançon est la seule avec Perpi gnan et Dunkerque dans laquelle le taux n’augmente pas sensible ment. La capacité à remplacer et attirer des emplois de ce type est un enjeu important pour l’agglo mération, à la fois pour le poten tiel de consommation de ces caté gories et leur rôle moteur dans le développement économique. Les pyramides des âges des autres catégories sociales sont moins
défavorables. Il pourrait cepen dant y avoir à l'horizon 2015, 8 600départs chez les employés et 8000 du côté des professions intermédiaires. Les ouvriers sont en moyenne plus jeunes et les départs ne devraient pas excéder les 5000. La part très importante de l’em ploi public dans la CAGB ren force le phénomène. En 1999, presque 60% des effectifs ont en tre 40 et 60 ans. La proportion est plus faible dans le secteur privé ou cette tranche rassemble quand même la moitié des effectifs.
L’évolution démographique et plus spécifiquement celle des ménages va avoir aussi des consé
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL67 Nº
quences fortes sur l’évolution deces ménages seraient des ména la demande de logements et enges composés d’une ou deux per déterminer le volume. Or cettesonnes. La hausse la plus forte évolution est commandée en preconcerne les couples sans en mier lieu par le vieillissement defant (+27%). Les personnes seu la population. Une populationles augmentent à un rythme plus vieillissante, cela veut dire plusfaible (+15%), du fait du nom de personnes dans les tranchesbre initialement très important, d’âge élevées, et plus de personlié à la forte population étu nes seules, du fait du veuvage. Ladiante. Le nombre de personnes part des femmes chef de ménageavec enfants devrait croître augmente très vite avec l’âge àmoins rapidement : les ménages partir de55 ans. Plus de ménagesavec un enfant devraient aug âgés, cela veut dire aussi plus dementer de plus de 10%, celui de ménages de petitedeux enfants et plus Une hausse attendue taille puisque prédode 5%. Les familles minent alorsles perm o n o p a r e n t a l e s de 15% du nombre sonnes seules ou lesc o n t i n u e r a i e n t de logements couples sans enfant.d’augmenter à un Le vieillissement n’est cependantrythme soutenu, mais moins ra pas le seul facteur de hausse dup i d e m e n tq u ep a rl ep a s s é nombre des ménages. Le dévelop(+8,8% contre +19,7% entre pement de l’union libre, le di1990 et 1999). vorce, le recul de l’âge de mise enLa croissance du nombre de mé couple sont aussi des facteurs quinages a donc à la fois des impli conduisent à uneaugmentation cationsquantitatives et qualita du nombre des ménages et à latives pour la demande de loge réduction de leur taille.ments : la mobilité des ménages On peut essayer de quantifierdiminue avec l’âge et les ména ces évolutions. Sur la périodeges vieillissent souvent seul ou allant de 2000 à 2015, le nombreen couple sans enfant dans des de ménages à loger augmentelogements de grande taille. Cer rait de 10 à 12000 selon lestains ménages âgés reviennent hypothèses retenues, sachantdans la villecentre, mais le phé que le nombre de logementsnomène n’est pas général. La s’élevait à 73700 au recensetendance la plus forte est au ment de 1999. Cela correspondvieillissement dans son loge à une hausse de près de 15%,ment. Ainsi, le nombre de loge très supérieure à celle de la poments « libérés » ne sera pas for pulation (+5%). Prés de 80% decément suffisant et la maîtrise
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº67
de l’étalement urbain sera tou jours d’actualité. Si rien ne vient infléchir les com portements actuels, c’est le parc de logements individuels qui de vrait croître le plus rapidement, e tc e ,d a n sl e sc o m m u n e s périurbaines de l’agglomération, ou la construction de maisons individuelles est facilitée. Le vieillissement de la population a aussi de fortes implications pour le parc social dont une des vocations est de loger des ména ges avec enfants aux faibles re venu, mais dont les logements de grande taille peuvent être occupés par des personnes âgées, seules ou en couple sans enfant. Ainsi, la baisse de la taille des ménages n’aura pas forcément pour conséquence un excès d’of fre de logements de grande taille dans le parc HLM.
Isabelle Maquin(AUDAB) JeanMichel Floch (INSEE)
Pour en savoir plus :
La demande potentielle de logements à l’horizon 2015 en FrancheComtéMaire) (Florent Essentiel n°66 (INSEEDRE ARHlm) Novembre 2003
Les projections de population active 20032050(Emmanuelle NauzeFichet, Frédéric Lerais, Stéphane Lhermitte) INSEERésultats Série Société N°13
Afin d’anticiper sur les mesures a mettre en œuvre et répondre ainsi aux besoins des populations et des entreprises, la collectivité a besoin de connaître les évolutions envisageables en terme de population, d’actifs et de ménages. Fort de cet objectif, la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon a confié à l’Agence d’Urbanisme De l’Agglomération deBesançon et à la direction régionale de l’INSEE de FrancheComté une étude visant à approfondir ses connaissances, notamment dans le domaine de la prospective démographique. C’est le résultat d’une partie de ces réflexions qui fait l’objet de cette publication.
Agence dUrbanisme De lAgglomération de Besançon (AUDAB) « La City » 4, rue Gabriel Plançon 25043 BESANÇON Cedex Tel : 03 81 21 33 00 www.audab.org ------------INSEEFranche-Comté « le Major » 83, rue de Dole BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61Fax : 03 81 41 61 99 www.insee.fr/fc
Directeur de la publication :Didier Blaizeau Rédacteur en chef :Jean-Michel Floch Mise en page :Maurice Boguet Imprimerie :Éblé Besançon
Nº de CPPAP : 3 021 AD ISSN : 1248-2544 © INSEE 2004 dépôt légal : Janvier 2004
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.