Aperçu des principaux résultats du Recensement de la population de mars 1999 département de l'Aisne

De
Publié par

La population de l'Aisne (535300 habitants) diminue un peu au cours de la dernière décennie et vieillit : plus d'un axonnais sur cinq est âgé d'au moins soixante ans. Le parc des résidences principales a augmenté de 6,5 % en neuf ans. Avec un effectif de 232400 personnes, la population active progresse modérément depuis 1990.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

N°83 - 2000
Aperçu des principaux résultats
du département de l'Aisne
La population de l’Aisne, 535 300 habitants, diminue un peu au cours de la dernière décennie
et vieillit : plus d'un Axonnais sur cinq est âgé d'au moins soixante ans. Tendance lourde,
le processus de vieillissement est amplifié par les départs de jeunes adultes.
Le parc des résidences principales augmente de 6,5% en neuf ans. Les trois quarts de
ces 206 000 logements disposent désormais de tous les éléments de confort.
Avec un effectif de 232 400 personnes, la population active progresse modérément depuis
1990. La féminisation du monde du travail se poursuit et pallie les entrées de jeunes dans
la vie active de plus en plus tardives.
Population : des départs de jeunes... pour se former pour travailler ?
u recensement de 1999, le cette perte de quelque 2 000 per- d’une diminution de l’excédent na-
département de l’Aisne sonnes en 9 ans reste limitée et ne turel (naissances moins décès) plu-A compte 535 300 habitants, se démarque pas vraiment de la très tôt que d'une augmentation du dé-
soit 0,4% de moins qu’en 1990. faible croissance de 0,6% enregis- ficit migratoire (arrivées moins dé-
Pour emblématique qu’elle soit, trée entre 1982 et 1990. Elle résulte parts) entre les deux périodes.


















0 . - 0 . -











! ! " # $ %&
! " ’ ( ) ) * "
# $ %&
+ , $, ( ! " ( ) - &
. * ! $ $ &
/ ! , ) ( ) , ! &







































Si depuis un quart de siècle la
population départementale est res-
! ! ! tée presque stable, la pyramide des! "
âges, elle, continue de se modifier.
Avec le maintien d’une faible fécon-
dité depuis le milieu des années 70,
la base de la pyramide des âges se
rétrécit encore. En 1999, l’effectif
moyen d’une génération d’enfants de
moins de 5 ans ne représente que
85% d’une classe d’âge autour de
15-19 ans ou vers cinquante ans. La
population de l’Aisne continue donc
de vieillir : en 1999, la part des jeu-
nes de moins de 20 ans se situe en-



dessous de 27%, soit deux points de
moins qu’au recensement précédent.
Vers le haut de la pyramide, c’est l’in-
verse et les personnes âgées de plus
de 60 ans représentent désormais le
cinquième de la population totale.

Avec la montée dans la pyramide des




générations creuses nées pendant la ! 1
première guerre mondiale, le nom-
bre des personnes très âgées (80 2
ans ou plus) diminue, mais, illustra-
2 tion du puissant recul de la morta-
lité, l’Aisne compte 90 centenaires, 2
des femmes pour la plupart.


2 Le poids des adultes de 20 à 59
ans a peu augmenté : 0,7 point de




1990 à 1999. Au sein de ce groupe

d’âge, le déplacement dans la pyra-3 456 $ 4
Au delà de 75 ans, trois femmes pour un homme
Répartition par âge et par sexe de la population de l'Aisne en 1990 et 1999
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
1990 1999
Âge
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
De 0 à 4 ans 16 615 16 355 32 970 14 594 14 011 28 605
De 5 à 9 ans 20 735 19 924 18 268 17 42440 659 35 692
De 10 à 14 ans 20 140 19 070 19 950 19 52839 210 39 478
De 15 à 19 ans 22 160 20 887 20 444 19 14443 047 39 588
De 20 à 24 ans 19 696 18 239 37 935 15 667 14 032 29 699
De 25 à 29 ans 19 734 19 679 39 413 18 031 17 700 35 731
De 30 à 34 ans 20 393 20 007 40 400 18 452 18 528 36 980
De 35 à 39 ans 20 971 20 219 41 190 19 626 19 631 39 257
De 40 à 44 ans 20 992 19 493 40 485 19 926 19 802 39 728
De 45 à 49 ans 12 337 11 695 24 032 20 288 19 631 39 919
De 50 à 54 ans 12 581 12 634 25 215 18 151 17 316 35 467
De 55 à 59 ans 13 579 14 379 27 958 11 071 11 149 22 220
De 60 à 64 ans 13 608 14 928 11 673 12 69028 536 24 363
De 65 à 69 ans 12 390 14 702 11 830 14 04427 092 25 874
De 70 à 74 ans 6 036 7 941 10 205 13 49813 977 23 703
De 75 à 79 ans 5 795 8 802 14 597 8 289 12 184 20 473
De 80 à 84 ans 3 956 7 727 11 683 2 587 4 531 7 118
De 85 à 89 ans 1 883 4 434 6 317 2 210 5 185 7 395
De 90 à 94 ans 487 1 623 2 110 735 2 394 3 129
95 ans et plus 79 386 465 165 729 894
dont 100 ans et plus nd nd nd 13 77 90
Total 264 167 273 124 537 291 262 162 273 151 535 313
L'âge "0" ne comprend que les enfants nés entre le 1er janvier et la date du recensement
pulation du département, ont déclaré nes âgées de 60 ans ou plus affiche
Près d'un habitant sur dix ne
résider dans un autre département de très loin la population la plus
résidait pas dans l'Aisne en 1990
français ou à l’étranger en janvier vieillie du département. Dans les cou-
Structure par âge des nouveaux
1990. Ces nouveaux arrivants frei- ronnes périurbaines, la part des per-arrivants en 1999 dans l'Aisne
nent le processus de vieillissement sonnes âgées dans la population to-Source : Insee - recensement de 1999
de la population : 70% d’entre eux tale est généralement plus faible queNouveaux arrivants*
Âge
ont moins de 40 ans, contre 53% de celle constatée dans la ville-centre.Effectif %
la population recensée en 1999. Ils C’est largement vérifié autour deDe 0 à 24 ans 23 530 37,3
De 25 à 39 ans 21 463 34,0 se sont plus souvent installés dans Saint-Quentin et de Château-Thierry.
De 40 à 59 ans 11 796 18,7 le sud-ouest du département , la zone C’est moins net pour Laon et
De 60 à 74 ans 4 662 7,4 sous forte influence francilienne. Soissons.
75 ans et plus 1 682 2,7 Parmi les zones d’emploi, la
Total 63 133 100,0 Thiérache avec ses 28% de person- Bénédicte MACRAKIS
* Personnes arrivées dans le département
depuis le 1er janvier 1990 Logement :
le tout confort en bonne progressionmide des premières générations du
baby-boom de l’après deuxième Aisne compte près de celles de Saint-Quentin et de Laon. Il
guerre mondiale entraîne le double- 206 000 résidences princi- est aussi plus fréquent dans le sud de
ment de l’effectif des 45-54 ans. Mais L' pales, 13 000 de plus qu’en l’Aisne, au nord-ouest de Soissons et
le nombre des 20- 29 ans diminue. En 1990, soit une progression de 6,5%. dans la zone d’emploi de Château-
particulier, l’effectif des 20-24 ans L’habitat individuel domine largement Thierry, surtout aux confins du dépar-
perd 8 000 jeunes en 9 ans. Certes, et représente plus des trois quarts tement de l’Oise et de la région Île-de-
à la naissance, les générations âgées du parc. Près de la moitié des rési- France. Là, dans des communes ru-
de 20 à 24 ans en 1999 étaient moins dences principales ont été construi- rales ou de type périurbain, la part des
importantes que celles recensées en tes avant 1949 et une sur cinq date résidences récentes dans la totalité
1990 aux mêmes âges. L’origine de d’avant la première guerre mondiale. du parc dépasse les 5% et atteint
cette baisse n’est qu’en partie liée au Ces résidences construites avant parfois les 10%.
reflux de la natalité amorcé au milieu 1915 sont inégalement réparties sur Le confort des résidences prin-
des années 70. Elle s’explique davan- le territoire départemental. Surtout cipales de l’Aisne s’est bien amélioré
tage par de très nombreux départs de localisées au nord-est (Thiérache) et depuis 1990. Désormais, plus des
jeunes du département aux âges où dans le sud, elles sont pratiquement trois quarts d’entre elles sont équi-
se recouvrent la fin de la formation absentes de toute une zone
initiale et l’entrée dans la vie active. comprise entre Le Catelet, Les résidences principales en hausse,
Ainsi, pour 7 400 Axonnais âgés de Tergnier, Anizy-le-Château les rési secondaires en baisse
14 ans en 1990, on ne retrouve en et Neufchâtel-sur-Aisne, Logements par type
1999 que 5 600 jeunes de 23 ans. En champs de bataille des deux en 1999 dans l'Aisne
neuf ans, cette génération a perdu le Source : Insee - recensement de 1999guerres mondiales.
quart de son effectif initial. Cette émi- Le parc rajeunit un peu 1999
Type de logement
gration de jeunes existait avant 1990, Nombre %avec les 10 700 résidences
mais elle s’est bien amplifiée dans la Résidences principales 205 942 88,2construites depuis le début
dernière décennie. Pour un départe- Logements occasionnels 1 441 0,6des années 90. Cet habitat
ment qui ne dispose pas d’un appa- Résidences secondaires 10 781 4,6récent constitue 5% de la tota-
reil d’enseignement supérieur, cela Logements vacants 15 308 6,6lité et se concentre autour des
Ensemble des logements 233 472 100,0peut être le signe tout à fait satisfai- grandes villes, en particulier
sant qu’un plus grand nombre de jeu-
nes originaires de l’Aisne poursuivent L'Aisne rejoint la moyenne de confort française de 1990
des études après le bac pour acqué- Confort des résidences principales en 1990 et 1999 dans l'Aisne
rir des diplômes supérieurs. Reste à Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
savoir si ces étudiants axonnais, 1990 1999
Confortaprès avoir obtenu un diplôme des Nombre % Nombre %
universités des départements voi-
Ni baignoire, ni douche, sans WC à l'intérieur 14 528 7,5 5 117 2,5
sins, reviendront dans leur départe-
Ni baignoire, ni douche, avec WC à l'intérieur 8 921 4,6 4 826 2,3
ment d’origine pour y travailler.
Baignoire ou douche, sans WC à l'intérieur 6 758 3,5 5 537 2,7
Si le solde migratoire départe-
Baignoire ou douche, WC à l'intérieur,
mental est négatif depuis plus de 40
sans chauffage central 33 442 17,3 35 034 17,0
ans, il ne doit pas masquer le flux
Baignoire ou douche, WC à l'intérieur,
des entrées qui n’est pas négligea-
avec chauffage central 129 686 67,1 155 428 75,5
ble. En 1999, 63 000 personnes re-
Ensemble des résidences principales 193 335 100,0 205 942 100,0censées, soit près de 12% de la po-
pées d’une baignoire ou d’une dou-
che, de toilettes intérieures et du
! " ! ! ! " chauffage central, contre 67% en
1990. Ce fort progrès ne fait que re-
placer l’Aisne dans la moyenne de
confort française observée en 1990,
mais la rapproche de la norme ac-
tuelle. Pour les résidences construi-
tes avant 1949, des efforts d’amélio-
ration ont été tels qu’ils permettent
de combler une partie de leur retard
sur la moyenne départementale. Les
logements inconfortables ont bien
diminué. Seulement 2,5% des rési-

dences principales ne possèdent ni


baignoire, ni douche, ni WC inté-

rieurs, contre 7,5% en 1990. Ces
quelque 5 100 résidences sans
aucun confort ont presque toutes été
construites avant 1949.
Six résidences principales sur dix

sont occupées par leur propriétaire et
! !
un bon tiers d’entre elles sont louées.
! " 1
Les locations se répartissent à égalité
entre les secteurs HLM et privatif qui 2
représentent chacun 17% du parc.
2

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.