Atlas des populations immigrées en Rhônes-Alpes

Publié par

Avec 471 600 immigrés en 1999, soit 8,4 % de sa population, Rhône-Alpes est la 6ème région la plus concernée par l'immigration, après l'Île-de-France, les trois régions du sud-est méditerranéen et l'Alsace. La population immigrée se concentre en effet davantage dans les régions urbaines et/ou frontalières. L'immigration en Rhône-Alpes présente de multiples visages. Ces populations, connaissent de fortes disparités de situation selon les différents territoires de la région où elles sont implantées. Les immigrés d'Italie et ceux arrivés plus récemment de Turquie ou du Maghreb par exemple, et bon nombre de leurs enfants, ne vivent pas aujourd'hui dans les mêmes conditions de logement ou de travail en fonction de leurs origines, de leur histoire et de leurs lieux d'habitat.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 53
Voir plus Voir moins

Directeur de la publication : Etienne Traynard (Directeur régional de l’Insee)
Conception, rédaction, coordination : Valérie Genay
Traitement des données : Brigitte Mezzatesta
Maquette, mise en page : Marie-Claire Meilland
Couverture : Christophe Jacquet
Impression : Insee Rhône-Alpes
Cette publication a été réalisée avec le concours financier du FASILD (Fonds d’Action et de Soutien pour l’Intégration
et la Lutte contre les Discriminations).
Vente : Insee Rhône-Alpes 165 rue Garibaldi BP 3184 69401 Lyon cedex 03
Téléphone : 04 78 63 28 15 - Télécopie : 04 78 63 25 25
Messagerie : insee-contact@insee.fr
Site internet : www.insee.fr/rhone-alpes
Dépôt légal : juin 2005
ISBN : 2-11-09-3874-9
ISSN : 0291-8129
© Insee Rhône-Alpes 2005Préface
a région Rhône-Alpes accueille depuis longtemps une population immigrée fort diversifiée.L Celle-ci contribue, aujourd'hui comme hier, au dynamisme social, économique et culturel de
ce territoire, qui compte au nombre des grandes régions européennes.
L'ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES EN RHÔNE-ALPES se veut un outil de référence
et de synthèse sur les populations immigrées dans la région. Il a pour objectif à la fois la
compréhension de phénomènes complexes et l'aide à la décision des pouvoirs publics. La
collaboration active entre les directions régionales de l'Insee et du FASILD (Fonds d'Action et de
Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Discriminations) a été sur ce sujet précise et
objective.
Ces populations, diverses, connaissent de fortes disparités de situation selon les différents
territoires de la région où elles sont implantées. Les immigrés d'Italie et ceux arrivés plus récemment
de Turquie ou du Maghreb par exemple, et bon nombre de leurs enfants, ne vivent pas aujourd'hui
dans les mêmes conditions de logement ou de travail en fonction de leurs origines, de leur histoire
et de leurs lieux d'habitat.
Avec une volonté publique réaffirmée de cohésion sociale, cette étude favorise une meilleure
connaissance des populations concernées aujourd'hui, et je l'espère éclairera les décisions de
demain.
C'est pourquoi je souhaite que ces travaux soient portés à la connaissance d'un large public, et
que les réalités qu'ils décrivent permettent de mieux prendre en compte les enjeux d'intégration et
de lutte contre les discriminations, au sein des politiques publiques, mais aussi pour chacun
d'entre nous.
Jean-Pierre LACROIX
Préfet de la région Rhône-Alpes
Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150 1Avant propos
ruit d'une coopération entre l'Insee (Institut national de la statistique et des études économi-Fques) et le FASILD (Fonds d'Action et de Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Dis-
criminations), L'ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES EN RHÔNE-ALPES fait le point sur
les réalités démographiques et socio-économiques de l'immigration dans la région.
ème Avec 471 600 immigrés en 1999, soit 8,4 % de sa population, Rhône-Alpes est la 6 région la
plus concernée par l'immigration, après l'Île-de-France, les trois régions du sud-est méditerra-
néen et l'Alsace. La population immigrée se concentre en effet davantage dans les régions urbai-
nes et/ou frontalières.
L'immigration en Rhône-Alpes présente de multiples visages. Les natifs d'Italie et d'Espagne,
installés en France depuis longtemps, sont relativement âgés. En conséquence, cette population
est plutôt féminisée et compte peu de familles nombreuses. Elle est plus souvent propriétaire de
son logement que la moyenne des habitants de la région et elle apparaît bien insérée sur le
marché du travail, avec un taux de chômage inférieur au niveau régional. Les personnes originaires
d'Italie arrivent au deuxième rang dans l'immigration régionale et elles sont, proximité géographi-
que oblige, presque deux fois plus représentées que dans l'ensemble de la France. Au total, 23 %
des immigrés rhônalpins sont natifs d'Italie ou d'Espagne.
Les populations d'origine maghrébine et turque sont caractéristiques d'une immigration de main
d'œuvre plus récente, datant surtout des années 60 aux années 80. Elles comptent beaucoup de
familles nombreuses et sont très fréquemment logées en HLM. Majoritairement ouvrières, elles
sont particulièrement touchées par le chômage. En 1999, 38 % des immigrés de la région sont
originaires d'un pays du Maghreb ou de Turquie, proportion supérieure à la moyenne nationale.
L'Algérie est le pays d'origine le plus fréquent au sein de la population immigrée régionale.
Enfin, l'immigration européenne récente, en provenance notamment de Suisse, d'Allemagne ou
du Royaume-Uni, présente des caractéristiques très différentes. En comparaison de l'ensemble
des habitants de la région, ces populations ont des conditions de logement particulièrement favo-
rables. Elles appartiennent plus souvent aux professions intermédiaires, et surtout aux cadres, et
elles sont nettement moins concernées par le chômage. Les natifs de Suisse sont davantage
représentés qu'au niveau national, en raison du caractère frontalier de Rhône-Alpes. Au total, les
courants migratoires en provenance de Suisse, d'Allemagne et du Royaume-Uni restent toute-
fois très minoritaires (7 % de l'ensemble des immigrés).
Cette publication s'attache à mettre en évidence la diversité de l'immigration en Rhône-Alpes et à
apporter des constats statistiques nuancés, prenant en compte la structure démographique et
socio-économique de la population immigrée. Elle constitue un outil de référence et de connais-
sance qui, nous l'espérons, sera utile à l'ensemble des acteurs publics et privés mobilisés dans
la politique d'accueil, d'intégration et de lutte contre les discriminations. Nous souhaitons égale-
ment qu'elle permette à un large public de mieux comprendre la diversité des peuplements de la
région.
Richard JEANNIN Etienne TRAYNARD
Directeur régional du FASILD Directeur régional de l'Insee Rhône-Alpes
Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150 3Sommaire
Pages
Population 6
Immigrés et étrangers 8
Pays d'origine et nationalité 10
Sexe, âge, niveau d'études 13
Immigration récente 16
Localisation géographique 18
Géographie de l'immigration 20
Ville et campagne 23
Emploi 26
Activité-chômage 28
Professions 32
Conditions d'emploi 35
Conditions de vie 38
Ménages et collectivités 40
Familles 43
Logements 45
Annexes 49
Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150 5
????????????Population
n 1999, 471 600 immigrés résident
en Rhône-Alpes, soit 8,4 % de laEpopulation. Près des deux-tiers d'en-
tre eux sont étrangers, le tiers restant ayant
acquis la nationalité française. En effet, tout
immigré n'est pas étranger et réciproque-
ment. La population immigrée est définie par
un double critère de nationalité et de lieu de
naissance : est immigrée toute personne
née étrangère dans un pays étranger. La
notion d'étranger, quant à elle, se base sur
le seul critère de nationalité. En 1999,
363 800 étrangers habitent en Rhône-Alpes,
soit 6,4 % de la population.
Après avoir été favorisée dans l'entre deux
guerres, puis dans les "trente glorieuses",
l'immigration en France a subi un coup d'ar-
rêt en 1974, suite au ralentissement écono-
mique. Depuis 1975, la proportion d'immi-
grés s'est ainsi stabilisée à 7,4 % en France
métropolitaine. En Rhône-Alpes, elle tend à
se réduire, tout en restant supérieure à la
moyenne nationale.
En 1999, 60 % des immigrés rhônalpins sont
originaires de cinq pays : l'Algérie, l'Italie, le
Portugal, le Maroc et l'Espagne. Les cou-
rants migratoires en provenance d'Italie et
d'Espagne sont anciens, ceux venant du Por-
tugal ou du Maroc sont plus récents. Les
natifs d'Italie, proximité oblige, et d'Algérie
sont davantage représentés dans la région
qu'au niveau national.
En 1999, la population immigrée de la ré-
gion est ainsi très majoritairement issue d'un
pays de l'Union européenne (40 %) ou du
Maghreb (32 %). Ces proportions sont légè-
rement supérieures à la moyenne nationale.
6 Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150Cependant, depuis les années 70 et 80, l'éventail des La population immigrée résidant en Rhône-Alpes
origines géographiques s'est davantage ouvert, avec en 1999 qui est arrivée en France depuis 1990
notamment l'arrivée d'Asiatiques, de Turcs ou d'origi- illustre et nuance ces différentes tendances. Elle
naires d'Afrique subsaharienne. est majoritairement féminine et les jeunes de
moins de 18 ans y sont davantage représentés
Féminisation et vieillissement sont deux tendances que dans la population immigrée d'implantation
caractérisant la population immigrée. La féminisation plus ancienne. Il s'agit là des conséquences des
a débuté au milieu des années 70 avec l'arrêt de l'im- mesures de regroupement familial. Ce rajeunis-
migration de main d'œuvre, essentiellement mascu- sement relatif n'est toutefois pas suffisant pour
line, conjugué au développement des mesures favo- inverser la tendance générale au vieillissement.
risant le regroupement familial. En une vingtaine d'an- Par ailleurs, l'immigration récente concerne tout
nées, le nombre de femmes immigrées a beaucoup particulièrement des pays comme la Suisse, le
augmenté dans la région. En 1999, il a quasiment re- Royaume-Uni, l'Allemagne, la Roumanie, l'Afrique
joint celui des hommes qui, lui, tend à décroître. Par hors Maghreb, les Etats-Unis ou le Brésil : les na-
ailleurs, comme l'ensemble des Rhônalpins, la popu- tifs de ces pays sont, pour 30 à 70 % d'entre eux,
lation immigrée tend à vieillir. Sa structure par âge est arrivés en France depuis 1990.
particulière dans la mesure où, par définition, elle com- Depuis 1999, la tendance à la diversification de
prend peu de jeunes : les enfants d'immigrés ne sont l'origine géographique des immigrés se confirme
pas eux-mêmes immigrés s'ils sont nés en France. au niveau national : les premiers résultats du re-
En conséquence, 19 % des immigrés ont dépassé censement de 2004 montrent une forte crois-
65 ans contre 16 % de l'ensemble des Rhônalpins. sance, au sein de la population immigrée, du nom-
Le fait que la population immigrée soit plus âgée que bre de personnes venues d'Europe orientale, du
la moyenne se traduit par un niveau d'études plus fai- Royaume-Uni, d'Asie et d'Afrique.
ble, les jeunes étant généralement davantage formés
que leurs aînés. L'effet âge n'explique toutefois que
partiellement les écarts : quels que soient la tranche
d'âges et le sexe, les immigrés sont proportionnelle-
ment moins diplômés que la moyenne de la popula-
tion rhônalpine. Le niveau de qualification des emplois
de la population immigrée est sans aucun doute l'un
des facteurs d'explication.
Qu'il s'agisse d'acquisition de la nationalité française,
d'âge ou de féminisation, il existe toutefois des écarts
importants selon les pays d'origine, en fonction de l'an-
cienneté et des motifs de l'immigration. La population
originaire d'Espagne ou d'Italie a par exemple plus
souvent acquis la nationalité française et est davan-
tage féminisée que celle issue du Maghreb.
Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150 7Population
Immigrés et étrangers
n 1999, 471 600 immigrés résident en Rhône-
Population immigrée et étrangère en Rhône-Alpes en 1999EAlpes. Près des deux-tiers d'entre eux sont
étrangers, le tiers restant ayant acquis la nationalité Immigrés
471 585française. Ces proportions sont comparables à la
moyenne nationale. En effet, tout immigré n'est pas
Immigrésforcément un étranger et tout étranger n'est pas né- Etrangers nés français par
cessairement un immigré. L'effectif d'étrangers en en France acquisition
60 171Rhône-Alpes est ainsi de 363 800 en 1999. Parmi 167 907
eux, 83 % sont nés à l'étranger et 17 % en France,
proportions là aussi conformes à la moyenne na-
tionale.
EtrangersLa population étrangère est définie en fonction du Immigrés
363 849 étrangersseul critère de nationalité. La population immigrée,
303 678
quant à elle, est définie par un double critère de na-
Source : Insee, recensement de population 1999 (exploitation complémentaire)tionalité et de lieu de naissance : est immigrée toute
personne née étrangère dans un
pays étranger, qui vit en France. En Part des immigrés dans la population totale des régions françaises en 1999
particulier, les enfants d'immigrés
ne sont pas immigrés s'ils sont nés
0 2 4 6 8 10 12 14 16%
Ile-de-Franceen France. La population immigrée
Corse
Provence-Alpes-Côte d'Azurest plus stable dans le temps que
Languedoc-Roussillon
Alsacela population étrangère, dont la dé- Rhône-Alpes
France
finition renvoie à une situation qui Lorraine
Midi-Pyrénées
Franche-Comtépeut être modifiée par la législation.
Aquitaine
BourgogneUn étranger né à l'étranger n'est en Centre
Champagne-Ardenneeffet plus comptabilisé dans la po- Picardie
Auvergne
Nord-Pas-de-Calaispulation étrangère lorsqu'il acquiert
Limousin
Haute-Normandiela nationalité française alors qu'il Poitou-Charentes
Basse-Normandiereste un immigré. Pays de la Loire
Bretagne
Source : Insee, recensement de population 1999 (exploitation complémentaire)L'immigration en France est un phé-
nomène ancien. Les premières ten-
tatives d'immigration collective or- Part des étrangers dans la population totale des régions françaises en 1999
ganisée remontent à 1908. Dans
les années 20, le gouvernement 0 2 4 6 8 10 12 14%
Ile-de-Francefrançais a conclu des conventions Corse
Alsaceavec plusieurs pays européens. En Rhône-Alpes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Languedoc-Roussillon1945 est créé l'office national de
France
Lorrainel'immigration (ONI), pour assurer le Franche-Comté
Bourgognerecrutement et l'accueil de tra- Centre
Midi-Pyrénées
vailleurs étrangers. Mais en juillet Champagne-Ardenne
Aquitaine
Picardie1974, le ralentissement de la crois- Auvergne
Nord-Pas-de-Calaissance économique conduit le gou- Limousin
Haute-Normandievernement à décider l'arrêt de l'im- Poitou-Charentes
Basse-Normandie
Pays de la Loiremigration, sauf dans le cadre du
Bretagne
regroupement familial et de deman-
Source : Insee, recensement de population 1999 (exploitation complémentaire)
8 Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150s
r
e
g
n
a
r
t
é
t
Population immigrée et étrangère en 1982, 1990 et 1999
Population immigrée Population étrangère
1982 1990 1999 1982 1990 1999
Rhône-Alpes
Ensemble 462 444 471 412 471 585 462 396 430 983 363 849
Hommes 252 368 247 108 237 794 263 072 237 994 193 763
Femmes 210 076 224 304 233 791 199 324 192 989 170 086
Part dans la population totale (en %) 9,2 8,8 8,4 9,2 8,0 6,4
France
Ensemble 4 037 036 4 165 952 4 306 094 3 714 200 3 596 602 3 258 539
Hommes 2 178 816 2 168 271 2 166 318 2 119 568 1 982 352 1 729 807
Femmes 1 858 220 1 997 681 2 139 776 1 594 632 1 614 250 1 528 732
Part dans la population totale (en %) 7,4 7,4 7,4 6,8 6,4 5,6
Source : Insee, recensements de population 1982, 1990 et 1999 (exploitation complémentaire)
des spécifiques d'employeurs. Depuis
Population immigrée et étrangère selon le département
1975, la part des immigrés dans la popu- en 1999
lation française est restée stable.
Population Population Part dans la Population Part dans la
totale immigrée population étrangère population
En 1999, 8,4 % de la population totale (%) totale (%)
rhônalpine est immigrée. Contrairement
Ain 516 063 46 924 9,1 41 291 8,0à la tendance nationale, cette proportion Ardèche 285 781 11 898 4,2 8 954 3,1
se réduit, elle était de 9,2 % en 1982. Elle Drôme 438 265 27 296 6,2 20 406 4,7
Isère 1 094 768 99 458 9,1 67 867 6,2est supérieure à la moyenne nationale,
Loire 729 134 46 226 6,3 39 880 5,5
qui se situe à 7,4 % en 1999. Rhône-Alpes Rhône 1 579 237 155 247 9,8 117 926 7,5
èmese classe en effet au 6 rang national Savoie 373 160 25 646 6,9 20 010 5,4
Haute-Savoie 630 750 58 890 9,3 47 515 7,5de ce point de vue, après l'Île-de-France,
Rhône-Alpes 5 647 158 471 585 8,4 363 849 6,4
qui arrive largement en tête, la Corse, Pro-
Source : Insee, recensement de population 1999 (exploitation complémentaire)
vence-Alpes-Côte d'Azur, le Languedoc-
Roussillon et l'Alsace.
Les étrangers sont proportionnellement moins nom- Au sein de Rhône-Alpes, c'est dans le Rhône, en
breux que les immigrés dans la région (6,4 % en Haute-Savoie et dans l'Ain que la population immi-
1999). Ce chiffre a lui aussi diminué au cours des grée comme la population étrangère sont propor-
vingt dernières années, de manière plus marquée tionnellement les plus présentes. En revanche, en
que le poids de la population immigrée. La tendance Ardèche, immigrés et étrangers représentent une
est également à la baisse au niveau national, avec part de la population deux fois plus faible qu'au
une ampleur moindre qu'en Rhône-Alpes. La région niveau régional.
se situe au-dessus de la moyenne nationale (5,6 %)
pour la part de la population étrangère et se classe
èmeau 4 rang, après l'Île-de-France, la Corse et
l'Alsace.
Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150 9
e
s
é
r
g
i
m
m
IPopulation
Pays d'origine et nationalité
n 1999, 60 % des 471 600 immigrés de Rhône- 1975. Quant aux personnes originaires du Maroc,E Alpes sont natifs d'Algérie, d'Italie, du Portugal, elles se sont surtout installées en France dans les
du Maroc ou d'Espagne. Ces cinq pays sont égale- années 70. Elles sont moins présentes dans la po-
pulation immigrée qu'au niveau national (8 % contrement les plus représentés au niveau national mais
12 % en 1999).ils concentrent une part plus faible de la population
immigrée (55 %). Proximité géographique oblige, les
personnes originaires d'Italie sont proportionnelle- Les années 70 et 80 ont vu l'éventail des origines
ment presque deux fois plus nombreuses en géographiques de l'immigration s'ouvrir davantage
avec l'arrivée d'Asiatiques, notamment Vietnamiens,Rhône-Alpes qu'en France (16 % contre 9 %). El-
Cambodgiens, Laotiens. Ces trois pays concernentles se classent respectivement aux deuxième et
quatrième rangs. Les natifs d'Algérie sont égale- toutefois seulement 3 % de l'ensemble des immi-
ment davantage représentés dans la région (18 % grés rhônalpins en 1999, très légèrement plus qu'au
contre 13 %). Ils forment l'effectif le plus important, niveau national. Les natifs de Turquie habitant dans
la région sont eux aussi majoritairement arrivés enen Rhône-Alpes comme en France.
France au cours de cette période. Ils sont un peuL'immigration en provenance de ces cinq principaux
pays est plus ou moins ancienne. Parmi les immi- plus représentés en Rhône-Alpes (6 %) qu'en
grés rhônalpins d'origine italienne, un peu plus d'un France (4 %).
sur dix est arrivé en France dès les années 20 ou
Au total, 48 % des immigrés résidant en Rhône-Al-30. Et la moitié se sont installés dans l'hexagone
pes en 1999 sont issus d'un pays d'Europe, propor-entre l'après-guerre et le milieu des années 60. Les
natifs d'Espagne sont venus pour certains à la fin tion plus élevée qu'au niveau national (45 %). Outre
des année 30 (réfugiés au moment de la guerre ci- l'importance de l'immigration d'origine italienne, la
vile espagnole) et pour beaucoup dans la première région se caractérise aussi par une sur-représen-
tation de la Suisse (4 % des immigrés contre 1 %moitié des années 60. Les immigrés venant d'Algé-
en France). Les natifs de Suisse sont arrivés pourrie sont surtout arrivés en France depuis 1945, avec
un pic dans les années 60, après la guerre d'Algé- l'essentiel depuis les années 70, avec une forte ac-
rie. Le courant migratoire en provenance du Portu- célération dans les années 90. Près de 60 % d'en-
gal est plus récent et davantage concentré dans le tre eux ont élu domicile en Haute-Savoie et près de
30 % dans l'Ain, départements frontaliers.temps : la moitié des natifs du Portugal résidant en
Rhône-Alpes en 1999 ont immigré entre 1965 et
L'Afrique constitue l'origine géogra-
phique de 36 % de la population
immigrée rhônalpine, soit un peuLes immigrés en Rhône-Alpes par pays de naissance en 1999
moins qu'au niveau national (39 %).
Il s'agit essentiellement du Maghreb0 15 000 30 000 45 000 60 000 75 000 90 000
Algérie 84 228 (Algérie, Maroc et Tunisie), dont le
Italie 74 222 poids atteint à lui seul 32 %, un peu
Portugal 53 919
Maroc 39 604 plus qu'en France (30 %). En re-
Espagne 33 212 vanche, seulement 4 % des immi-
Turquie 29 683
grés de Rhône-Alpes viennent d'unTunisie 27 208
Suisse 16 630 autre territoire d'Afrique alors que
7 734Allemagne
Royaume-Uni 7 238 la moyenne nationale est de 9 %.
Ex-Yougoslavie 6 784 Les pays les plus représentés sont
Vietnam 6 352
Pologne le Sénégal, le Cameroun et5 932
Belgique 5 749 Immigrés ayant acquis la nationalité française Immigrés Madagascar.
Cambodge 4 793
Source : Insee, recensement de population 1999 (exploitation complémentaire)
10 Atlas des populations immigrées en Rhône-Alpes - Dossier n° 150

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.