- Augmentation modérée de la population de la région Centre

De
Publié par

La population du Centre a augmenté de 1,9 % depuis 1999 et atteint près de 2,5 millions d'habitants au 1er janvier 2005. Le rythme annuel de croissance est identique à celui des années quatre-vingt-dix mais est près de deux fois inférieur à celui de la population métropolitaine. Depuis quinze ans, le solde naturel est le principal moteur de cette hausse. Tours est le seul chef-lieu de la région dont la population augmente depuis 1999. La part des personnes âgées de 60 ans ou plus est un peu plus élevée dans la région qu'en métropole. Le dynamisme démographique reste mesuré Le solde naturel soutient la croissance Une population plus âgée qu'en métropole Pour comprendre ces résultats
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

Flash Insee Centre n°1 Page 1 sur 5
N° 1 - mars 2006
Sommaire
Enquêtes annuelles de recensement
2004 - 2005
Le dynamisme
démographique reste Augmentation modérée de la population
mesuré
de la région Centre
Le solde naturel
soutient la croissance
La population du Centre a augmenté de 1,9 % depuis 1999 et atteint Des évolutions
contrastées dans les près de 2,5 millions d'habitants au 1er janvier 2005. Le rythme annuel
six chefs-lieux de de croissance est identique à celui des années quatre-vingt-dix mais
département est près de deux fois inférieur à celui de la population métropolitaine.
Une population plus Depuis quinze ans, le solde naturel est le principal moteur de cette
âgée qu'en métropole
hausse. Tours est le seul chef-lieu de la région dont la population
augmente depuis 1999. La part des personnes âgées de 60 ans ou plus
est un peu plus élevée dans la région qu'en métropole. Pour comprendre ces
résultats
Le Centre compte 2 490 000 habitants au 1er janvier 2005, soit 4,1 % de la Pour en savoir plus
population métropolitaine. La population régionale a augmenté de 1,9 % depuis
1999, soit + 0,34 % par an. Cette hausse est comparable à celle de la période 1990-
INSEE Centre 1999 (+ 0,32 %), mais la région a " décroché " par rapport à la moyenne nationale
8, rue Edouard Branly
puisque la croissance annuelle métropolitaine est deux fois supérieure depuis 1999 B.P. 6719
45067 ORLEANS Cedex 2 (+ 0,62 %).
Tel. : 02 38 69 52 52
Fax. : 02 38 69 52 00
www.insee.fr/centre

Directrice de la publication :
Marie-Claude Dutériez
Rédactrice en chef :
Micheline Durousseau

© INSEE 2006

Le dynamisme démographique reste mesuré
En retrait par rapport aux régions du Sud et de l'Ouest dont la population croît
fortement, le Centre fait partie des régions à croissance modérée. Il reste cependant
la région du Bassin parisien dont la population s'accroît le plus, Ile-de-France
exceptée. De même, la population y augmente plus vite que dans les régions du Nord
et de l'Est (Alsace exceptée). Flash Insee Centre n°1 Page 2 sur 5

Le Centre a notamment perdu du terrain par rapport à des régions comme l'Ile-de-
France ou Poitou-Charentes, dont les taux de croissance étaient proches de ceux de
la Région entre 1990 et 1999. La croissance observée depuis 1999 situe désormais
le Centre à un niveau comparable à ceux des régions Franche-Comté et Limousin.
Flash Insee Centre n°1 Page 3 sur 5

Le solde naturel soutient la croissance
Les soldes naturel et migratoire positifs entre 1999 et 2004 contribuent tous deux à la
croissance de la population. Ces deux soldes augmentent à un rythme similaire à
ceux de la période 1990-1999, qui faisaient suite à quinze années de ralentissement
de la croissance démographique. Depuis le début des années 1990, le solde naturel
influe davantage sur la croissance régionale du Centre que le solde migratoire.

Des évolutions contrastées dans les six chefs-lieux de département
Avec une population estimée à 136 000 habitants au 1er juillet 2004, Tours demeure
la commune la plus peuplée de la région, devant Orléans (113 000 habitants). C'est le
seul des chefs-lieux du Centre dont la population a augmenté depuis 1999 (+ 0,5 %
par an). La quasi-stabilité des populations d'Orléans et de Chartres entre 1999 et
2004 fait suite à une période de croissance entre 1990 et 1999, tandis que
Châteauroux, Blois et surtout Bourges continuent de perdre des habitants.
Tours, seul chef-lieu de département
dont la population s'accroit entre 1999 et 2004
Estimations de Taux d'évolution annuels (%)
population au
1999-2004 1990-199901/07/04
Tours 136 469 + 0,5 + 0,3
Chartres 40 280 - 0,1 + 0,2
Orléans 112 505 - 0,1 + 0,8
Châteauroux 49 146 - 0,2 - 0,3
Blois 48 578 - 0,2 - 0,1
Bourges 69 906 - 0,6 - 0,5
Sources : INSEE, recensements de la population 1990 et1999, enquêtes annuelles de recensement 2004-
2005
Une population plus âgée qu'en métropole
Les personnes de 60 ans ou plus sont proportionnellement plus nombreuses dans la
région, où elles représentent 23 % de la population contre 22 % en métropole.
La proportion des moins de 20 ans est sensiblement la même qu'en métropole. Par
contre les personnes âgées de 20 à 39 ans sont un peu moins nombreuses dans le
Centre et représentent 25 % des habitants de la région, contre 27 % en métropole.
Si la proportion des 60 ans ou plus est restée stable dans la région depuis 1999, le
nombre de personnes âgées d'au moins 75 ans a augmenté pour atteindre 9,3 % de
la population régionale en 2005 contre 8,8 % en 1999. Flash Insee Centre n°1 Page 4 sur 5

Auteur : Gilles Valaison


Pour comprendre ces résultats
La nouvelle méthode de recensement
Depuis 2004, le comptage traditionnel effectué auparavant tous les huit à neuf ans
est remplacé par une technique d'enquêtes annuelles. Tous les habitants ne sont
pas recensés la même année, mais l'ensemble du territoire français est pris en
compte au bout d'un cycle de cinq ans. Le premier cycle s'achèvera en 2008. La
méthode est différente selon la taille des communes.
Tous les cinq ans, les communes de moins de 10 000 habitants font l'objet d'un
recensement exhaustif. Elles sont réparties en cinq groupes. Un groupe est recensé
exhaustivement chaque année, ce qui représente plus de 7 000 communes par an
en France et 362 en région Centre. En cinq ans, la totalité des habitants des
communes de moins de 10 000 habitants est recensée.
Les sont toutes concernées chaque communes de 10 000 habitants ou plus
année par une enquête de recensement portant sur 8 % de leurs logements. La
France compte quelque 900 communes de 10 000 habitants ou plus, dont 32 dans
le Centre. En cinq ans, tout le territoire de ces communes est pris en compte et
environ 40 % de la population des communes de 10 000 habitants ou plus est
enquêtée. Les logements nouvellement construits sont recensés de façon
exhaustive dans les 3 ans qui suivent leur achèvement.
Toutes ces données sont issues de l'enquête annuelle de recensement 2004 mises
à jour et complétées par l'enquête annuelle de recensement 2005.
Champ de l'étude
L'étude porte sur le seul champ des ménages ordinaires. Sont donc exclus les
populations des communautés (cités universitaires, maisons de retraite, etc.) et les
habitants mobiles (y compris mariniers et sans abri) dont la collecte est trop partielle
à l'issue d'une seule vague d'enquête.
Migrations internes
Les éléments sur les migrations présentés ici ne portent que sur la population des
personnes de cinq ans ou plus qui résidaient en France métropolitaine en 1999 et
2005. Les échanges avec les Dom-Tom et avec l'étranger ne sont donc pas
intégrés. Le solde migratoire d'une région est estimé par différence entre les
arrivants et les sortants de la région. Flash Insee Centre n°1 Page 5 sur 5
Solde migratoire :
Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées
sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l'année.
Ce concept est indépendant de la nationalité.
Solde naturel :
Le solde naturel (ou accroissement naturel ou excédent naturel de population) est la
différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au
cours d'une période. Les mots " excédent " ou " accroissement " sont justifiés par le
fait qu'en général le nombre de naissances est supérieur à celui des décès. Mais
l'inverse peut se produire, et l'excédent naturel est alors négatif.
Le taux d'excédent naturel pendant une période est le rapport de l'excédent naturel
à la population moyenne de cette période. Il est aussi égal à la différence entre le
taux de natalité et le taux de mortalité.
Autres définitions
Toutes les définitions sont disponibles sur www.insee.fr, dans la rubrique
Nomenclatures, définitions, méthodes.
Pour plus d'informations sur le recensement, www.insee.fr, rubrique Recensement.
Pour en savoir plus
INSEE Première n° 1058 : " Enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005 : la
croissance démographique s'étend toujours plus loin des villes ".
INSEE Première n° 1059 : " Bilan démographique 2005 : en France, la fécondité
des femmes augmente toujours ".
INSEE Centre Info n°128 : " La région Centre n'attire pas les jeunes adultes ".

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.