Bilan démographique 2005 (Flash d'Octant n° 118)

De
Publié par

Avec 36 400 naissances et 30 000 décès, le bilan de la démographie bretonne en 2005 est conforme aux précédents. La fécondité est désormais proche de 2 enfants par femme. Le solde naturel s'établit à 6 400 personnes. Cette progression est plus importante dans les zones urbaines et périurbaines, tandis qu'une large partie du territoire enregistre plus de décès que de naissances : 36 % des communes bretonnes sont en déficit naturel en 2005.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
E FLASH ctant
D émographie
Numéro 118  Avril 2006
Bilan démographique 2005
Avec 36 400 naissances et 30 000 décès, le bilan de la démographie bretonne en 2005 est conforme aux précédents. La fécondité est désormais proche de 2 enfants par femme. Le solde naturel s’établit à 6400 personnes. Cette progression est plus importante dans les zones urbaines et périurbaines, tandis qu’une large partie du territoire enregistre plus de décès que de naissances : 36% des communes bretonnes sont en déficit naturel en 2005.
u cours de l’année naisA400 enfants.sance à 36 2005, la population bretonne a donné Et, pour la sixième année consécutive, la région main tient le rythme de sa descen dance à près de 100 naissan ces par jour, soit 51 garçons et 49 filles.
Une fécondité proche de 2 enfants par femme E n2 0 0 5 ,e nB r e t a g n e , l’indicateur conjoncturel de fécondité atteint 1,98 enfant par femme, contre 1,94 au
niveau national. La Bretagne demeure parmi les régions les plus fécondes, mais les diffé rences régionales sont assez faibles : de 1,7 en Corse à 2,1 dans les Pays de la Loire. Dans la région, l’indicateur de fécondité poursuit sa remon tée depuis son minimum observé en 1994 (1,6 enfant par femme). Cette progression résulte des reports de materni tés liés d’une part, aux difficultés d’entrée dans la vie active, et d’autre part, à la stabilisation des couples. Ainsi, dans un premier temps, la fécondité a baissé avant 27
ans. Puis, elle a augmenté après 28 ans. Au fil des ans, la moyenne d’âge des mères (29,9 ans en 2005) s’élève. L’âge moyen des pères atteint 32 ans et demi. La descendance finale des femmes ayant achevé leur vie féconde donne une mesure exacte de la fécondité. Cet indicateur dépasse 2,2 enfants par femme pour toutes les générations bretonnes nées avant 1957. Pour les autres, encore en âge de procréer, le nombre d’enfants diminue peu à peu. Néanmoins, pour
Fécondité en 2005En 2005, le taux de mortalitéles femmes nées avant 1970, la moyenne de 2 enfants seras’établit à 9,8 décès pour préservée si elles maintien1 000habitants en Bretagne nent, à l’avenir, la féconditécontre 8,6 au niveau national. observée en 2005.Les taux de mortalité par âge diminuent peu à peu. Cela se traduit par un allongement de Le nombre l’espérance de vie. Toutefois, des naissances les écarts entre les deux sexes se maintient grâce persistent : 52 % des Bretons à la fécondité décédés en 2005 sont des hommes. En outre, la propor Dans la région, la stabilité des tion atteint 71% parmi les naissances découle de l’aug moins de 65 ans. Globa mentation de la fécondité Nombre d'enfants lement, à tout âge, on observe puisque le nombre global de par femme une surmortalité masculine. femmes âgées de 20 à 50 ans 2,0 Le taux de surmortalité varie peu. Cela dit, la tranche 1,9 1,8masculine est proche de 40 % d’âge 2531 ans âge de forte entre 17 et 84 ans. IGN  Insee 2006fécondité diminue nette La mortalité infantile enre ment, notamment sous l’effet Source : Insee  État civil gistre un nouveau recule en du remplacement des géné 2005. Le taux de mortalité rations. infantile s’établit à 27 décès Évolution de l'indicateur conjoncturel de féconditéL’apparente stabilité de la pour 10000 naissances en natalité régionale cache des Enfants par femme 1 disparités géographiques. EnBretagne ,contre 38 au 2,2 IlleetVilaine, la hausse obniveau national. Bretagne servée en 2005 (+3 %)pro France longe une augmentation Un solde naturel positif 2,0 presque ininterrompue depuis Le bilan des naissances et des 1994 (+23 %).En revanche, décès procure à la population les naissances stagnent dans bretonne un excédent de les trois autres départements. 1,8 6 400 personnes en 2005, soit On observe une progression 2,1 pour 1 000 habitants. Ce de la part des naissances taux d’accroissement naturel bretonnes hors mariage (un 1,6 est deux fois plus faible qu’au enfant sur deux contre 48% niveau national (4,3 pour 1975 1980 1985 1990 1995 20002005 au niveau national). Lorsqu’il 1 000 habitants) à cause de la s’agit du premier enfant, la Source : Insee  État civil forte part de personnes âgées proportion s’élève à 67% en Bretagne. (contre 59% au niveau Les bilans départementaux national), pour le deuxième Descendance finale* des femmes en Bretagnesont toujours contrastés. L’Ille enfant, elle tombe à 40%, etVilaine bénéficie, par le puis à 23% pour le troisième. Enfants par femme seul effet des naissances et des 2,6 décès, d’un apport de 5300 La mortalitépersonnes, soit 5,8 pour 1 000 2,5 habitants. La natalité a aug demeure stable 2,4menté plus rapidement que la En 2005, le nombre de décèsmortalité. Les trois autres 2,3 domiciliés en Bretagne est dedépartements ont subi une 30 000personnes, ce qui légèrebaisse de leur natalité et 2,2 équivaut à la moyenne des sixde leur solde naturel. Le 2,1Morbihan gagne près de 800dernières années. Les décès sont en hausse de 2,5% parpersonnes, le Finistère près de 2,0 rapport à 2004. L’année 20055 0 0 ,l e sC ô t e s  d ’ A r m o r a été marquée par un pic deperdent près de 200 person 1,9 1945 19501955 1960 19651970La reprise de la natalitédécès au mois de mars nes. génération (épidémie de grippe) dansbretonne, depuis une dizaine Source : Insee  État civild’années, ne profite guère àtoute la France, le chiffre * La descendance finale est observée jusqu'à la génération 1956. Puis, pour les femmes mensuel a dépassé 3000 ences départements. nées après, la courbe représente la descendance complétée par les taux de fécondité observés en 2005.Bretagne. 1  Chiffre provisoire
2
Insee Bretagne  Flash d’OCTANT  N° 118  avril 2006
L’accroissement naturel est permettentpas de déterminerPart des décès masculins selon l'âge en 2005(en %) surtout localisé dans les lapart des mariages bretons 100 communes urbaines et périen 2005. Cependant, une en Bretagne urbaines, où les populationse s t i m a t i o nt e n d a n c i e l l e en France sont nettement plus jeunes.conduit au chiffre de 11200 80 Un large territoire situé enm a r i a g e sd o m i c i l i é se n Bretagne centrale ainsi que laBretagne. Sur longue période, plupart des communes côla nuptialité diminue mais à60 tières sont en déficit naturel.un rythme très lent. En 2005, leur nombre atteintLes mariages de célibataires 40 454, soit 36 % des communes(77 %des mariages bretons) bretonnes. ontdiminué entre 2003 et 2004, tandis que les remaria20 ges ont légèrement augmenté.Taux de surmortalité masculine en France 3 043 500 habitants La progression des mariages 0 en 2005comportant au moins un 0 1020 30 40 5060 7080 90100 époux de nationalité étran âge er Au 1janvier 2005, la popugère, entamée en 1997, s'estSource : Insee  État civil lation de la Bretagne est interrompue en 2004. Ils Lecture : A l’âge de 25 ans, 77% des décès en France concernent estimée à 3043 500habi re p r é s e n t e n t8 , 5% de s des hommes, ce qui représente une surmortalité masculine de 55%. tants. Les premiers résultats demariages bretons et 19% au l’enquête annuelle de recenniveau national. sement de 2005 confirmentLe nombre de divorces l’embellie de la croissancecontinue d’augmenter. En Évolution du solde naturel par département en Bretagne 3 démographique. La Bretagne2004 , la hausse est de 2 % en 6 000 a ainsi gagné près de 140 000Bretagne contre 4% France habitants entre 1999 et 2005,entière. Le taux de divortialité IlleetVilaine 5 000 soit 23000 habitants en poursuitune longue tendance moyenne annuelle. Pour ces ascendante : il passe de 3%4 000 six années, le taux de croisen 1960 à 30% en 2000 et 3 000 sance de la population atteint43 divorces pour 100 s’établit à 0,78% par an.mariages en 2004. En outre, 2 000 L er e n f o r c e m e n td el al’écart entre la Bretagne et la Morbihan croissance entre 1999 et 2004France,12 points en 1995, se 1 000 (inclus) est surtout dû à l’amé réduit à 5 points en 2004.Finistère 0 lioration du solde apparent des entréessorties. L’excé  1 000 dent des arrivées sur lesLes pacsCôtesd'Armor départs s’établit, en moyenne, 2 000 sont plus nombreux à 17000 personnes par an1975 19801985 19901995 20002005 contre 8000 entre 1990 etEn 2004, 1 900 PActes CivilsSource : Insee  État civil 1998. deSolidarité (PACS) ont été conclus en Bretagne. Au cours des neuf premiers mois de Évolution du taux de divortialité Stabilité du nombre 2005, 2100 pacs ont été 50 des mariagesu n ec o m p t a b i l i s é s ,s o i t France(série lissée) augmentation de 70% par45 2France(série brute) En 2005, 278000 mariagesrapport à l’année précédente. 40 ont été célébrés France Cette accélération apparaît 35 entière, soit presque autantégalement au niveau national. qu’en 2004. Les données Surla même période, 300 30 actuellement disponibles nepacs ont été dissous en 25 Bretagne (6200 en France). Depuis 1999, 200000 pacs20 ont été conclus en France, 2  Chiffre provisoire 15 3  Dernière année disponible dont 10000 en Bretagne. 10 Bretagne(série lissée) 5 Bretagne(série brute) 0 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2004 Source : ministère de la Justice, Insee  État civil
Insee Bretagne  Flash d’OCTANT  N° 118  avril 2006
3
1 Bilan démographique (2004 et 2005 )
er Population au 1janvier 2004 2005 Naissances 2004 2005 Décès 2004 2005 Solde naturel 2004 2004 Mariages domiciliés 2003 Divorces prononcés2004 2003 3 Taux de natalité2005 3 Taux de mortalité2005 3 Taux de solde naturel2005 3 Taux de nuptialité2005 Espérance de vie des femmes2003 Espérance de vie des hommes2003 1 Tous les chiffres de 2005 sont provisoires 2 France métropolitaine et DOM 3 pour 1 000 habitants Source : Insee  État civil  Statistiques au lieu de domicile.
4
Les statistiques du mouvement naturel sont établies au lieu de domicile après exploita tion des bulletins d’état civil. L'état civil permet de disposer de statistiques a priori exhaustives puisque chaque naissance, mariage, enfant sans vie et décès en France fait l'objet d'un acte civil. Mais depuis 1998, une nouvelle procédure de transmis sion des statistiques rend la vérification de l'exhaustivité plus difficile. Des enquêtes spécifiques permettent néanmoins de compléter les données manquantes. L'indicateur conjoncturel de fécondité mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie si les taux de fécondité par âge observés l'année
Côtes d’Armor 560 863 6 293 6 317 6 468 6 395  175  78 1 978 2 063 854 830 11,1 11,4  0,3 3,5 82,7 74,8
Finistère 874 083 9 854 9 963 9 399 9 144 455 819 3 223 3 203 1 493 1 522 11,2 10,6 0,5 3,7 82,4 73,8
Illeet Vilaine 908 449 12 471 12 072 7 133 7 019 5 338 5 053 3 723 3 814 1 493 1 466 13,6 7,8 5,8 4,1 82,7 75,8
Pour comprendre ces résultats considérée demeuraient inchangés. La descendance finaleest le nombre moyen d'enfants que mettrait au monde une génération de femmes tout au long de leur vie féconde si on ne tenait pas compte de leur mortalité. C'est la somme des taux de fécondité par âge d'une génération. La génération désigne l'ensemble des personnes nées la même année. Le taux de surmortalité masculineévalue de combien la part des décès masculins dépasse la proportion d’hommes dans la population. Le taux de divortialitérapporte le nombre de divorces au nombre de mariages d’une même année.
Morbihan 677 490 7 826 8 036 7 060 6 783 766 1 253 2 437 2 615 1 059 964 11,4 10,3 1,1 3,6 82,7 74,4
Bretagne 3 020 885 36 444 36 388 30 060 29 341 6 384 7 047 11 361 11 695 4 899 4 782 11,9 9,8 2,1 3,7 82,8 74,7
2 France 62 130 200 807 400 800 240 537 300 520 700 270 100 279 540 278 600 282 900 135 150 129 400 12,9 8,6 4,3 4,2 82,9 75,9
La nouvelle méthode de recensement (instaurée par la loi du 27 février 2002) substitue au comptage traditionnel organisé tous les huit ou neuf ans une technique d’enquêtes annuelles. Les estimations régionales de population sont issues de l’exploitation des deux premières enquêtes de recensement (2004 et 2005) du nouveau dispositif. Les ers populations des départements aux 1 janvier des années 20002004 ont été révisées, par calage sur les nouvelles populations estimées pour le niveau régional suite aux enquêtes annuelles 2004 et 2005.
Pour en savoir plus Recensement de la population : la croissance de la populationEnquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005 : la croissance bretonne / Michel Rouxel ; Insee Bretagne.  Dans : Le Flashdémographique s'étend toujours plus loin des villes / Bernard d'Octant ; n° 115 (2006, janv.).  4 p.Morel, Patrick Redor.  Dans : Insee première ; n° 1058 (2006, janv.).  4 p.La Bretagne en 2004 / Michel Rouxel ; Insee Bretagne.  Dans : Octant.  N° 102 (2005, juil.).  P. 1015.Rapport sur la situation démographique de la France / Ined.  ministère de l’Emploi et de la solidarité. (Annuel).Paris :La croissance de la population bretonne s'accélère / Michel Rouxel ; Insee Bretagne.  Dans : Octant ; N°101 (2005, avril).  P.L'évolution démographique récente en France / France Prioux.  3942. Dans: Population [Ined].  Vol. 60 : n° 4 (2005, juil.août).  P. 443 488.Bilan démographique 2005 : en France, la fécondité des femmes augmente toujours / Lucile RichetMastain.  Dans : Insee première ;www.recensement.insee.fr n° 1059 (2006, janv.).  4 p.www.ined.fr
INSEE Bretagne 36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Tél. : 02 99 29 33 33Fax : 02 99 29 33 90 Pour tout renseignement statistique : 0 825 889 452 (0,15la minute)
e © Insee 2006 Dépôt légal : 2trimestre 2006 Imprimerie : Média Graphic  Rennes
Directeur de la publication :Bernard LE CALVEZ
Rédactrice en chef :Ludivine NEVEUCHÉRAMY
Composition :JeanPaul MER, Éric MONTEIL
Auteur :Michel ROUXEL
Insee Bretagne  Flash d’OCTANT  N° 118  avril 2006
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.