Bilan économique 2003 - Démographie : recul des naissances et hausse des décès

De
Publié par

En 2003, à peine 16 000 bébés ont vu le jour en Champagne-Ardenne. C'est le chiffre le plus bas observé depuis un demi-siècle. La tendance à la baisse, amorcée en 2001 s'est poursuivie dans la région alors qu'on enregistre une stabilisation à l'échelon national. Le ralentissement des naissances associé a la hausse de la mortalité due à la canicule a contribué à réduire fortement l'excédent naturel qui atteint à peine 3 200 personnes. En appliquant les taux de solde migratoire tendanciel aux populations départementales, la Champagne-Ardenne compte 1 338 000 habitants au 1er janvier 2004.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

DÉMOGRAPHIE
RECUL DES NAISSANCES22
ET HAUSSE DES DÉCÈS
n 2003, à peine 16 000
Indicateurs démographiques
bébés ont vu le jour en
Champagne-Ardenne. Unité : ‰EC’est le chiffre le plus
Ardennes Aube Marne Haute- Région Métropole
bas observé depuis un demi-siècle. La Taux de natalité
Marne
tendance à la baisse, amorcée en
2001 13,0 11,9 13,2 11,4 12,6 13,02001, s’est poursuivie dans la région,
le nombre des naissances continuant 2002-p 12,4 11,5 12,5 11,5 12,1 12,8
de diminuer alors qu’il reste stable au
2003-p 12,3 11,7 12,2 11,1 12,0 12,7
niveau national. La canicule de l’été
Taux de mortalité2003, responsable de l’augmentation
des décès sur une grande partie du 2001 9,8 9,6 8,6 10,5 9,4 9,0
territoire métropolitain, n’a pas épar-
2002-p 10,0 10,0 8,4 10,4 9,4 9,0gné la Champagne-Ardenne. Le ra-
lentissement des naissances associé à 2003-p 9,8 10,2 8,9 10,5 9,6 9,2
la hausse de la mortalité a contribué à
Source : INSEE - Etat civil
réduire fortement l’excédent naturel : p : chiffres provisoires
avec 16 000 naissances et 12 850 dé-
cès il atteint à peine 3 200 personnes.
En appliquant les taux de solde mi-
cateur conjoncturel de fécondité de 1,9 enfant par femmegratoire tendanciel aux populations départementales, la
s’est stabilisé depuis l’année 2000 en Cham-Champagne-Ardenne compterait 1 338 000 habitants au
er pagne-Ardenne comme en France métropolitaine. Le1 janvier 2004.
nombre moyen d’enfants par femme dépasse la moyenne
nationale dans les Ardennes et en Haute-Marne. Avec
De moins en moins de bébés 2,05 enfants par femme, le département des Ardennes se
positionne à la sixième place juste derrière le Pas-de-Ca-
lais situé dans une région où la fécondité est l’une des plus
Si le changement de millénaire a semblé fortement favori-
élevées de France métropolitaine. La Cham-
ser les naissances, la reprise de la natalité semble avoir at-
pagne-Ardenne se démarque toujours par des niveaux éle-
teint son apogée en 2000. Depuis cette date, les
vés chez les femmes de moins de 25 ans en particulier
naissances ont diminué dans tous les départements cham-
dans les Ardennes et en Haute-Marne. La fécondité des
pardennais. Le chiffre élevé de l’année 2000, fut d’autant
trente ans ou plus demeure inférieure au niveau national
plus remarquable que depuis 1994 le nombre de femmes
mais progresse parallèlement à la tendance française. Le
en âge d’avoir des enfants ne cesse de faiblir par rapport à
comportement démographique des habitantes de la
l’ensemble de la population. En effet, au fil des années, les
Marne est plus proche de celui des françaises en général,
femmes âgées de 20 à 40 ans sont de moins en moins
la fécondité moyenne étant entraînée à la baisse par une
nombreuses à remplacer les générations importantes du
forte présence d’étudiantes.
baby-boom. Comme ce sont elles qui mettent au monde
L’âge moyen d’une femme qui accouche recule régulière-
plus de 95% des bébés, le nombre de naissances pourrait
ment d’année en année. Depuis le début des années
encore diminuer dans les années à venir.
quatre-vingt dix, il est passé de 27 ans et demi à 28 ans et
Toutefois, les femmes continuent d’avoir en moyenne plus
demi dans la région. En France métropolitaine, l’âge
d’enfants qu’au cours des années quatre-vingt dix. L’indi-
moyen des mères à la maternité reste plus élevé et atteint
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne n°181995 ce taux s’est stabilisé et s’est rapproché de celui ob-Décés domiciliés (Indice base 100 en 1990)
servé en France métropolitaine mais il reste tout de même
supérieur à la moyenne nationale. 231 400
1 300
Progression continue des Pacs
1 200
1 100 En 2003 un peu plus de 6 200 mariages ont été célébrés en
Champagne-Ardenne, soit autant qu’au cours de l’année
1 000
2002. Il s’agit de mariages enregistrés : certains de ces
couples ayant pu ensuite élire domicile hors de la région.900
La statistique, encore provisoire, totalise à peine 5 100
800 unions domiciliées en Champagne-Ardenne. Cette pre-
Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Déc.
mière estimation sera réévaluée lorsque tous les résultats
Année 2001 Année 2002 Année 2003 seront connus y compris ceux d’évènements célébrés ail-
leurs mais dont les mariés résident maintenant dans la ré-
Source : INSEE - Etat-civil
gion. Après l’envolée du nombre de mariages en 2000, la
baisse amorcée en 2001 se confirme dans chacun des dé-
presque 29 ans et demi. Les accouchées champardennai- partements champardennais, comme en France. Le
ses sont en moyenne les plus jeunes de France après celles nombre de mariages unissant deux célibataires ne cesse
qui résident en Île-de-France. L’âge moyen des mères à la de diminuer tandis que celui des personnes ayant été déjà
maternité n’atteint même pas 28 ans dans les Ardennes. mariées reste stable. Les divorces n’augmentent guère
Les Marnaises par contre mettent leurs bébés au monde un d’une année sur l’autre, le chiffre oscillant entre 2 300 et
peu plus tardivement que celles des autres départements. 2 500 depuis 1989. Cependant avec la baisse continue des
mariages, le taux de rupture des couples progresse.
Créé mi-novembre 1999, le pacte civil de solidarité (Pacs)
La canicule a contribué à la surmortalité
prend de l’ampleur en Champagne-Ardenne comme par-
tout en France mais ce mode de cohabitation connaît un
Alors que le taux de mortalité était stabilisé depuis l’année succès plus vif dans les régions où l’on se marie le moins
2000 à 9,4 décès pour 1000 habitants, il est passé à 9,6 en comme l’Ile-de-France et une grande partie du sud de la
2003. Avec 12 850 décès estimés, la mortalité régionale a métropole.
augmenté d’un peu plus de 2% par rapport à l’année pré- Les enfants nés hors mariages sont de plus en plus nom-
cédente. L’année 2003 avait pourtant bien commencé, les breux. Alors qu’il y a cinq ans, ils représentaient 44% des
décès de janvier ayant été moins nombreux que ceux du naissances champardennaises, ce sont maintenant près de
même mois de l’année précédente qui avait été marqué 48 nouveau-nés sur 100 dont les parents ne sont pas ma-
par une forte épidémie de grippe. Ils ont été ensuite un peu riés. Ce taux reste supérieur à celui observé sur le territoire
plus nombreux jusqu’en avril, mais entre mai et juillet la national (45%).
situation s‘est nettement améliorée. Si la canicule n’avait
pas provoqué une remontée exceptionnelle et soudaine
Evénements enregistrés et domiciliésdes décès au mois d’août, la mortalité serait probablement
Les naissances, mariages et décès sont enregistrés à la mairie de larestée stable au cours de l’année 2003. En effet, le nombre
commune où ils se produisent.
de décès observé en août 2003 a dépassé celui d’un mois
Ils sont ensuite imputés au domicile : de la mère pour les naissances,
de janvier « ordinaire ». L’épidémie de grippe sévère de la déclaré par les conjoints pour les mariages, du défunt pour les décès ;
on parle alors d’évènements domiciliés.fin d’année 2003 a également contribué à la hausse de la
Ces données domiciliées sont seules significatives pour la populationmortalité. Dans les deux cas, les départements de la Marne
d’une zone quelconque (attribuer les naissances aux seules villes où
et de l’Aube ont été les plus touchés. La majorité des per-
sont implantées les maternités fausserait le solde naturel de ces com-
sonnes décédées appartiennent à un groupe d’âge particu- munes). Comme elles ne sont connues qu’après de longues exploita-
tions informatiques, les chiffres de 2002 sont provisoires, estimés àlièrement vulnérable, celui des 75 ans ou plus dont
partir des données enregistrées.l’isolement a pu être un facteur aggravant. Les femmes
âgées, nombreuses, ont davantage souffert au cours de
cette canicule. Aussi l’espérance de vie des Champarden-
naises risque sinon de baisser, tout au moins de stagner en
2003 autour de 82 ans. La longévité des hommes, qui
s’élève à presque 75 ans, sera probablement identique à
celle de l’année précédente. L’écart entre les deux sexes
qui reste important, en Champagne-Ardenne comme en
France, devrait continuer de se réduire.
Le taux de mortalité infantile est de 5 décès d’enfants de
Josiane Hulinmoins d’un an pour mille naissances vivantes. Depuis
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne nº18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.