Chapitre "Conditions de vie - Société" extrait du TELR 2008

De
Publié par

Au 1er juillet 2005, on estime à 1 557 000 le nombre de logements en Languedoc-Roussillon, soit 12 % de plus qu'en 1999. Cette croissance est supérieure à celle observée en métropole

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

PRÉSENTATION
LOGEMENT
erAu 1 juillet 2005, on estime à 1 557 000 le nombre de logements en Languedoc-Roussillon,
soit 12 % de plus qu'en 1999. Cette croissance est supérieure à celle observée en métro-
pole (+ 8 %) en raison notamment du dynamisme démographique plus élevé dans la région.
En 2005, près d'un logement sur quatre dans la région est une résidence secondaire ou
occasionnelle, soit plus du double de la France métropolitaine. Le Languedoc-Roussillon se
ndsitue ainsi, au 2 rang des régions françaises, après la Corse. C'est en Lozère que la pro-
portion de ces logements est la plus forte. Située sur le littoral de l'Hérault, Agde est la
seconde commune de France, après Paris, en nombre de résidences secondaires (31400
en 2005).
Les résidences principales représentent au final 71 % des logements du Languedoc-
Roussillon. Elles ont été construites relativement récemment, près de la moitié d'entre elles
après 1974. La région a en effet dû faire face ces dernières années à l'arrivée massive de
population, notamment en construisant de nouveaux logements, plus de 236000 depuis
1990.
Les languedociens privilégient, comme l'ensemble des français, la maison individuelle au
logement collectif, en particulier ces dernières années, les maisons individuelles représen-
tant 70 % des logements construits depuis 1990. En revanche, la construction d'immeubles
a été très importante entre 1949 et 1974, 53 % des logements de cette époque étant col-
lectifs.
erAu 1 janvier 2006, le parc locatif social du Languedoc-Roussillon compte 113000 loge-
ments. Les départements du Gard et de l'Hérault regroupent les trois-quarts du parc régio-
nal. Par ailleurs, 39 % des logements appartenant à un office HLM ont été construits
entre 1948 et 1974. Même si ce type d'habitat est relativement peu fréquent dans la région,
le Languedoc-Roussillon est la région métropolitaine dont le parc locatif social a le plus aug-
menté en 2005 (*). Il correspond à seulement 2,6 % de l'ensemble des logements HLM de
France en 2005, alors que les résidences principales languedociennes représentent 4,2 %
du parc français. La forte présence d'étudiants à Montpellier pourrait en partie expliquer ce
phénomène, les étudiants logeant rarement dans des logements sociaux.
En 2005, le nombre moyen de personnes par logement était en Languedoc-Roussillon de
2,2 contre 2,5 en 1990. La décohabitation est liée principalement à l'augmentation des
divorces, de la monoparentalité, à la forte présence dans la région des étudiants qui vivent
souvent seuls, et au vieillissement de la population. La réduction de la taille des ménages
est un phénomène national.
*D'après les Cahiers de l'habitat en Languedoc-Roussillon - n° 5 - octobre 2007 - DRE Languedoc-Roussillon.
(1) Une résidence principale est un logement occupé de façon habituelle (au moins 6 mois et un jour durant l'année)
et à titre principal par un ménage. A l'inverse, les résidences secondaires ou les logements occasionnels sont habités
moins de 6 mois et un jour par an, pour les week-ends, les loisirs ou les vacances pour les premières et pour des rai-
sons professionnelles pour les seconds.
© INSEE - TELR 2008 65PRÉSENTATION
JUSTICE
èmeAvec un taux de criminalité de 71 pour 1000 habitants, la région occupe le 3 rang parmi
les régions françaises métropolitaines, après Provence-Alpes-Côte d'Azur et Île-de-France.
Malgré une baisse sensible dans tous les départements, l'Hérault et les Pyrénées-Orientales
affichent encore un taux supérieur à 75 crimes et délits pour 1000 habitants.
Pendant l'année 2007, en Languedoc-Roussillon, les services de police et de gendarmerie
ont enregistré 175700 crimes et délits, soit 13000 de moins qu'en 2005. Cette baisse de
6,9 % s'inscrit dans la tendance nationale (- 5 %).
L'ensemble des vols enregistrés diminue de 9,5 % par rapport à 2005. Seuls les vols d'ac-
cessoires sur véhicules immatriculés augmentent légèrement. Les infractions économiques
et financières augmentent de 13,5 %. Cette hausse est supérieure à la tendance nationale
(+ 8,4%). L'augmentation est de 14 % pour les escroqueries, faux et contrefaçons, dont 30 %
pour les escroqueries et abus de confiance.
Le nombre de crimes et délits contre les personnes progresse dans la région de 11 % par
rapport à 2005. C'est en Lozère que l'augmentation est la plus significative, avec une haus-
se de près de 22 % ; cependant, le taux de criminalité y reste le plus bas de la région.
Le nombre de condamnations prononcées en 2005 relevant de la juridiction de Montpellier a
eraugmenté de 14 %; la progression est trois fois moins forte pour celle de Nîmes. Au 1 jan-
vier 2006, 1461 avocats exercent dans la région, soit 13 % de plus qu'en 2004. Le départe-
ment de l'Hérault compte à lui seul plus de 56 % des effectifs.
La population carcérale compte plus de 2 000 détenus dans les 7 établissements péniten-
ertiaires de la région au 1 janvier 2007. Parmi eux, 39 % sont en détention provisoire.
VACANCES - LOISIRS
En 2005, plus de 4 300 élèves sont inscrits dans les conservatoires ou les écoles de musique
et de danse en Languedoc-Roussillon. Un total de près de 120 bibliothèques municipales de
la région prêtent annuellement plus de 7 millions d'ouvrages.
Le Languedoc-Roussillon possède 32 édifices civils et religieux remarquables et 48 musées
fréquentés chaque année respectivement par 2,7 millions et plus de 3 millions de visiteurs.
En ce qui concerne les infrastructures culturelles et les activités sportives, la région compte
242 salles de cinéma qui ont permis d'accueillir 7,2 millions de spectateurs en 2006. Les
infrastructures se développent surtout dans l'Hérault et les Pyrénées-Orientales. Si le foot-
ball demeure le sport comptant le plus de licenciés en Languedoc-Roussillon, le tennis et la
pétanque restent encore très pratiqués dans la région.
En 2003, plus de 73000 personnes possèdent un permis de chasse et 41000 personnes
pratiquent régulièrement la pêche dans la région en 2006.
© INSEE - TELR 200866DÉFINITIONS
Logement soires et les habitations de fortune.
Résidences secondaires et logements occa-Aides de l'Etat:
sionnels: cette catégorie comprend, outre les
PALULOS : prime à l'amélioration des loge- résidences secondaires proprement dites (dont
ments à usage locatif et occupation sociale, les meublés loués ou à louer pour des séjours
accordée aux organismes d'HLM, collectivités touristiques dans les stations balnéaires, de
locales et sociétés d'économie mixte pour tous sports d'hiver, etc.), les logements occasion-
travaux d'amélioration autres que ceux d'entre- nels, utilisés une partie de l'année (moins de 6
tien ou simples réparations. mois et un jour) pour des raisons profession-
nelles.
PLA-I : PLA d'intégration: prêt locatif aidé très
social accordé au bailleur ayant passé une Taux d'équipement HLM: rapport du nombre
convention avec l'Etat et destiné à financer la de logements HLM à celui des résidences prin-
construction de logements, loués ensuite à titre cipales.
d'occupation principale dans la limite d'un pla-
Taux de mobilité : part des logements loués oufond de ressources.
proposés à la location avec un contrat de loca-
PLUS : Prêt locatif à usage social (ex prêt loca- tion, en service depuis au moins un an, qui ont
tif aidé) fait l'objet d'un emménagement au cours de
l'année de l'enquête.
Prêt à taux zéro : Prêt instauré en 1995, accor-
dé selon certaines conditions concernant la Taux de vacance: part des logements vacants
nature de la résidence principale et le montant sur les logements loués ou proposés à la loca-
des ressources. tion en service depuis un an au moins.
Logement: local séparé et indépendant utilisé
pour l'habitation. Un logement habité plus de six Justice
mois dans l’année est une résidence principale.
Conseil de prud'hommes: juridiction chargéeLogement collectif: constitué de plusieurs
de concilier ou de juger les litiges entre salariéslogements situés dans un bâtiment avec des
et employeurs.accès communs.
Contraventions : les contraventions sont desLogement vacant: logement disponible à la
peines de police (amende et peine privative ouvente ou à la location, logement neuf achevé
restrictive de droit). Elles sont divisées en 5mais non encore occupé à la date du recense-
classes selon la gravité de la peine encourue.ment ou de l'enquête.
èmeLes contraventions de 5 classe encourent les
Nombre de pièces: il s'agit du nombre de peines les plus graves: une amende de
pièces d'habitation (y compris la cuisine si celle- 1525 euro au plus.
2ci a plus de 12 m ). Ce nombre ne comprend
Cour d'appel: les jugements rendus en matiè-pas les pièces à usage professionnel, les
re correctionnelle ou en matière de police (lors-entrées, couloirs, salles de bains, etc.
qu'une peine d'emprisonnement a été pronon-
Résidences principales: logements occupés cée ou lorsque la peine encourue excède 5
de façon permanente (plus de 6 mois et un jour jours d'emprisonnement) peuvent être attaqués
dans l'année) et comprenant essentiellement devant la cour d'appel.
les logements ordinaires mais aussi les pièces Ressort de la cour d'appel de Montpellier:
indépendantes louées, sous-louées ou prêtées Aude, Aveyron, Hérault et Pyrénées-Orientales.
à des particuliers, les chambres meublées dans
Ressort de la cour d'appel de Nîmes:les hôtels et les garnis, les constructions provi-
©
INSEE - TELR 2008 67DÉFINITIONS
Ardèche, Gard, Lozère, Vaucluse. considéré par fraction de 1000 habitants. Le
Les données fournies incluent donc tous ces rang des régions métropolitaines est établi par
départements. ordre décroissant de 1 à 22 en fonction du taux
de criminalité.
Cour d'assises: elle juge les crimes.
Tribunaux de grande instance: ils ont compé-
Magistrats professionnels: appartiennent à tence en matière civile pour juger toutes les
un corps unique (régi par une ordonnance de affaires ne relevant pas expressément d'une
1958), et font l'objet d'un recrutement et d'une autre juridiction. Au plan pénal, ils jugent les
formation spécifiques et n'exercent pas d'autres infractions qualifiées " délits " (tribunaux correc-
activités. tionnels).
Magistrats non professionnels: siègent prin- Tribunaux d'instance: au plan civil, ils sont
cipalement dans les conseils de prud'hommes compétents notamment pour toutes les affaires
et les tribunaux de commerce sont élus par leurs mettant en jeu des sommes inférieures à
pairs et continuent parallèlement à exercer leur 30000 F. Au plan pénal, ils jugent les infractions
activité d'origine. Leur activité juridictionnelle est qualifiées " contraventions " (tribunaux de poli-
donc également temporaire (le temps fixé par le ce). Les données présentées incluent l'activité
mandat électif). des tribunaux paritaires des baux ruraux.
Compte tenu de ces particularités, les statis-
tiques du ministère de la Justice, concernant les Maison d'arrêt : établissement recevant les pré-
personnels, ne portent que sur les magistrats venus et les condamnés dont le reliquat de
professionnels. peine est inférieur ou égal à un an.
Crimes et délits constatés en France: il s'agit Centre pénitentiaire: établissement mixte
des faits bruts portés pour la première fois à la comportant à la fois un quartier " maison d'arrêt
connaissance des services de police et de gen- " et/ou un quartier " maison centrale " et/ou un
darmerie et retenus en raison des crimes et quartier " centre de détention ".
délits qu'ils sont présumés constituer. Leur qua-
lification peut être modifiée par l'autorité judiciai-
re qui prononce les condamnations.
Justice civile: les juridictions civiles ont à juger
les litiges nés entre les personnes dans le but de
sauvegarder les intérêts respectifs de celles-ci.
En fonction de leur compétence, différents tribu-
naux statuent et jugent les affaires: tribunaux
d'instance, de grande instance, de commerce,
conseils de prud'hommes.
Justice pénale: en cette matière, c'est le
Parquet qui qualifie les faits. En fonction des
peines encourues, on distingue les crimes, les
délits, les contraventions passibles d'emprison-
nement. Le type d'infraction détermine la juridic-
tion compétente: les crimes sont du ressort des
cours d'assises, les délits du tribunal correction-
nel et les contraventions du tribunal de police.
Taux de criminalité: c'est le rapport entre le
nombre de crimes et délits à la population,
© INSEE - TELR 200868DÉFINITIONS
Vacances - Loisirs Licences sportives: elles sont délivrées par
les fédérations sportives. Leur nombre est un
Écoles de musique et de danse: les établis- bon indicateur de la pratique sportive, sans pour
sements municipaux d'enseignement musical, autant permettre de distinguer la pratique de
contrôlés par l'Etat, sont répartis en 3 catégo- compétition de celle de loisirs. En effet pour cer-
ries, les conservatoires nationaux de région tains sportifs la licence ne représente qu'une
(CNR), les écoles nationales de musique (ENM) assurance en cas d'accident.
et les écoles agréées. Seules les deux pre-
Permis de chasse: autorisation officielle déli-mières catégories dites " classées " reçoivent
vrée après un examen suite à une formation.des subventions de l'Etat.
Permis de pêche: taxes piscicoles. Le nombreFédérations multisports et affinitaires:
de cartes de pêche délivrées dans l'année, rete-UFOLEP : union française des œuvres laïques
nu dans le tableau, ne comprend qu'une partied'éducation physique.
des pêcheurs: ceux qui ont acquitté la taxe de
UNSS : union nationale du sport scolaire. base, complète, jeunes (moins de 16 ans) et
vacances. Les conjoints d'une personne ayant
FFEPGV : fédération française d'éducation phy- acquitté la taxe, les invalides, les appelés du
sique et de gymnastique volontaire. contingent ne sont pas comptés, soit un dixième
de l'ensemble des pêcheurs du Languedoc-Fédération non olympique: association qui
Roussillon.passe avec l'Etat un contrat permanent autori-
sant l'organisation de championnats et compéti-
tions tout en ne faisant pas partie du program-
me olympique.
Fédération olympique: fédération qui régit un
sport pratiqué lors des jeux olympiques.
© INSEE - TELR 2008 695.1 LOGEMENT
Parc des logements selon le type
Unités : le logement et %
France
Languedoc-Roussillon France de Province
métropolitaine
er er er1 juillet 1 juillet 1 juillet
1999 1999 1999
2005 2005 2005
En milliers En % En % En % En % En % En %
Résidences principales 968 654 69,7 70,8 81,7 82,4 83 83,8
Dont : maisons indivi- 602 165 62,2 61,7 62,6 62,5 55,9 56
(1)Résidences secondaires 314 234 22,6 22,5 11,6 11,4 10,1 10
Ensemble 1 389 952 1 557 446 23 619 357 25 592 598 28 702 012 30 689 161
(1): y compris les logements occasionnels
Source : Insee-enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005,recensement de la population de 1999 (exploitation principale)
erParc locatif social par type de logement au 1 janvier 2006
Unités : le logement et %
France
Pyrénées- Languedoc-Aude Gard Hérault Lozère métro-
Orientales Roussillon politaine
Collectif 10 107 31 983 40 358 2 266 12 401 97 115 2,7%
Individuel 3 324 3 419 5 534 323 3 445 16 045 2,8%
Total 13 431 35 402 45 892 2 589 15 846 113 160 2,7%
Taux de mobilité 11,9 8,0 7,5 15,8 9,5 8,7 "
Taux de vacance 1,5 4,5 2,6 2,1 3,1 3,1 "
Sources : SESP - Directions régionales de l'équipement
Les logements locatifs sociaux selon l'ancienneté de leur construction
erau 1 janvier 2006 Unité : le logement
France
métro-Pyrénées- Languedoc-
Aude Gard Hérault Lozère politaineOrientales Roussillon
et DOM
257 874Avant 1948 101 1 322 2 097 0 794 4 314
de 1948 à 1974 6 315 17 505 13 620 1 189 4 920 43 549 2 020 200
de 1975 à 1981 1 437 4 321 6 567 298 1 393 14 016 601 023
1 427 440A partir de 982 5 588 12 176 23 750 1 102 8 719 51 335
Total 13 441 35 324 46 034 2 589 15 826 113 214 4 306 537
Sources : SESP - Directions régionales de l'équipement
© INSEE - TELR 2008705.1 LOGEMENT
Logements aidés par l'état :
prêts à taux zéro en 2007
Montant des prêtsNombre de logements
en millions d’euros
Aude 1 468 22,2
Gard 2 488 37,9
Hérault 3 808 53,9
Lozère 273 4,4
Pyrénées-Orientales 1 556 22,0
Languedoc-Roussillon 9 593 140,3
Région/France en % 3,9 % 3,7 %
Source : SESP - Directions régionales de l'équipement
Montants de financements de l'État consommés par produit
en 2007
Unité : million d'euros
Languedoc-
Pyrénées- Languedoc- Roussillon /
Aude Gard Hérault Lozère
Orientales Roussillon France métro-
politaine (en %)
PLUS (Prêt locatif à usage social) 545,5 949,4 726,1 61,5 754,2 3 036,7 2,3
PLUS CD (Construction démolition) 0,0 0,0 33,0 0,0 0,0 33,0 0,8
PLAI (Prêt locatif aidé d'intégration) 866,7 2 042,1 1 464,6 53,5 1 509,9 5 936,8 3,6
PALULOS 55,9 73,1 97,5 6,5 0,0 233,0 0,5
Surcharge foncière
0,0 0,0 0,0 0,0 219,2 219,2 0,2
Logement locatif social
Sources : SESP - Directions régionales de l'équipement
© INSEE - TELR 2008 715.1 LOGEMENT
Nombre de logements locatifs sociaux financés en 2004
Unité: nombre
Région/
Pyrénées- Languedoc-
Aude Gard Hérault Lozère France
Orientales Roussillon
%
Acquisition - Amélioration - 35 22 1 16 74 2,6
PLA I* Construction neuve 16 16 240 - 47 319 10,1
Total 16 51 262 1 63 393 6,5
Acquisition - Amélioration - - - - - - -
PLUS CD* Construction neuve - 52 158 - - 210 4,8
Total - 52 158 - - 210 4,6
Acquisition - Amélioration 84 84 82 5 8 263 2,8
Construction neuve 114 195 866 29 197 1 401 4,3PLUS*
Total 198 279 948 34 205 1 664 4,1
PLUS - PLAI* 214 382 1 368 35 268 2 267 4,4
Acquisition - Amélioration - 28 - 19 72 119 3,9
PLS* Construction neuve 105 159 1 432 18 2 1 716 9,8
Total 105 187 1 432 37 74 1 835 8,9
PLS* Surcharge foncière - - 37 - - 37 1,6
LLS - Logements locatifs sociaux 319 569 2 837 72 342 4 139 5,5
Travaux de réhabilitation 115 425 218 38 98 894 1,4
PALULOS*
Petits travaux Logements - - - - - - -
* voir définitions page 67
Sources : SESP - Directions régionales de l'équipement
Parc locatif social par catégorie de gestionnaire
erau 1 janvier 2007 Unité : en %
Pyrénées- Languedoc-
Aude Gard Hérault Lozère
Orientales Roussillon
Offices publics d'HLM 58,7 55 68,3 1 80,4 63,3
Sociétés anonymes d'HLM 39,6 39,5 18,9 82,9 16,6 28,8
Sociétés d'économie mixte 1,5 4,7 5,4 16,1 0 4,2
Autres 0,2 0,8 7,4 0 3 3,7
Sources : SESP - Directions régionales de l'équipement
72 © INSEE - TELR 20085.1 LOGEMENT
Indicateur de taille et de peuplement des résidences principales
eren 1999 et au 1 juillet 2005
Unités : nombre et %
France
Languedoc-Roussillon France de Province
métropolitaine
er er er1 juillet Variation 1 juillet 1 juillet
1999 1999 1999
2005 1999/2005 2005 2005
Nombre moyen de pièces par
4,0 3,9 + 2,6 % 4,1 4,0 4,0 3,9
residence principale
Nombre moyen de personnes
2,2 2,3 - 4,5 % 2,3 2,4 2,3 2,4
par residence principale
0,6 0,6 0 0,6 0,6 0,6 0,6
par pièce
Source : INSEE - Enquête annuelle de recensement 2004-2005. Recensement de la population de 1999 - (exploitation principale)
Logements locatifs sociaux financés
erau 1 janvier 2005 Unités : le logement et %
Région/
Pyrénées- Languedoc-Aude Gard Hérault Lozère France
Orientales Roussillon
%
(1)PLUS - PLAI 214 382 1 368 35 268 2 267 4,4
PLAI 16 51 262 1 63 393 6,5
PLUS (Prêt locatif à usage social) 198 279 948 34 205 1 664 4,1
dont construction-démolition 0 52 158 0 0 210 4,6
PLS (Prêt locatif social) 105 187 1 432 37 74 1 835 8,9
Surcharge foncière 0 0 37 0 0 37 1,6
(2)PALULOS 115 425 218 38 98 894 1,4
(1) : Prêt locatif aidé d'intégration.
(2) : Prime à l'amélioration de logements à usage locatif et à occupation sociale.
Sources : SESP - Directions régionales de l'équipement
© INSEE - TELR 2008 735.2 JUSTICE
Crimes et délits constatés en 2007
Unités: le crime et le délit
FrancePyrénées- Languedoc-
Aude Gard Hérault Lozère métro-
Orientales Roussillon politaine
Vols (y compris recels) 11 087 28 618 45 870 1 028 18 982 105 585 1 939 570
Vols avec violences + vols à main armée 284 1 143 1 955 9 725 4 116 112 885
Cambriolages 1 659 5 130 7 566 168 2 823 17 346 312 384
Vols d’automobiles 968 3 239 4 011 55 1 938 10 211 143 130
Vols à la roulotte 2 615 6 343 10 298 250 4 137 23 643 324 072
Vols d'accessoires sur véhicules immatriculés 760 2 072 2 384 40 1 318 6 574 146 251
Vols de véhicules motorisés à 2 roues 491 829 1 876 26 656 3 878 81 129
Vols à l'étalage 249 462 984 35 332 2 062 60 378
Recels 174 571 632 13 332 1 722 38 446
Infractions économiques et financières 1 641 3 827 6 516 213 2 579 14 776 345 416
Escroqueries faux et contrefaçons 1 410 3 373 5 759 179 2 244 12 965 315 740
dont :
956 1 848 3 672 108 1 378 7 962 177 309
escroqueries et abus de confiance
falsification, usages de chèques volés 306 715 1 208 30 495 2 754 72 883
falsifications, usages de cartes de crédit 111 679 676 34 244 1 744 53 458
faux en écriture publique et authentique 9 30 35 0 32 106 2 037
Délinquance économique et financière 209 350 588 30 296 1 473 22 832
Infractions à la législation sur les chèques 22 104 169 4 39 338 6 844
Crimes et délits contre les personnes 1 773 5 908 6 281 280 2 966 17 208 386 603
Homicides (y compris tentatives) 6 27 43 0 19 95 1 866
Coups et blessures volontaires 753 2 450 2 708 133 1 236 7 280 176 053
Autres atteintes contre les personnes 550 2 011 1 825 75 875 5 336 116 155
dont :
324 1 210 1 205 36 548 3 323 77 522
menaces ou chantages
Atteintes aux moeurs 184 371 613 42 270 1 480 39 135
dont :
43 97 161 8 90 399 10 132
viols
autres agressions sexuelles 52 122 173 26 85 458 13 115
Infractions contre la famille et l’enfant 280 1 049 1 092 30 566 3 017 53 394
dont : violences, mauvais traitements et
28 203 160 9 132 532 14 485
abandons d'enfants
Autres infractions (dont stupéfiants) 4 804 8 814 15 035 427 9 006 38 086 917 704
Infractions à la législation sur les stupéfiants 917 1 204 3 012 118 801 6 052 157 008
Destructions, dégradations de biens privés 732 1 680 2 477 67 935 5 891 148 838
Atteintes à chose publique et ordre public 69 115 163 13 53 413 5 054
Outrages, violences à dépositaire de l'autorité 242 672 797 41 358 2 110 56 848
Ports ou détentions d'armes prohibées 157 238 525 19 217 1 156 27 744
Faux documents d'identité ou administratifs 55 83 127 2 423 690 11 766
Total des crimes et délits constatés 19 305 47 167 73 702 1 948 33 533 175 655 3 589 293
Taux de criminalité (pour mille habitants) 57,28 71,61 75,05 25,30 79,46 70,92 58,33
Rang 24 11 8 94 6 3 0
Source : Ministère de l'Intérieur - Direction centrale de la Police judiciaire
74 © INSEE - TELR 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.