Couples : montée de l'union libre avec le chômage

De
Publié par

Le couple a gardé son importance pour la formation des familles mais la situation juridique a changé. De plus en plus de couples ne sont pas mariés, surtout parmi les jeunes. le mariage intervient maintenant souvent après la naissance des enfants. Il est plus rare dans les couples où l'homme est au chômage. La montée du chômage depuis 1990, particulièrement celui des femmes, a multiplié le nombre de couples où les deux conjoints sont au chômage. Un couple sur dix est dans ce cas en 1999. A l'inverse les deux conjoints travaillent dans un couple sur quatre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

dos sier Familles
Couples : montée de
e couple a gar dé son impor tance breux à La Réu nion. Pour les moins de
pour la for ma tion des famil les trente ans la part des cou ples en unionLmais sa situa tion juri dique et libre a aug men té de près de 20 points en
éco no mique a chan gé. De plus en plus neuf ans.
de cou ples ne sont pas mariés, sur tout
La part des cou ples en union libre décroît par mi les jeu nes. Le mariage inter -
for te ment avec l’âge de l’homme et de la-vient main te nant sou vent après la nais -femme. Cette cons ta ta tion n’est pas nou sance des enfants. Il est plus rare dans
velle, elle est à mettre en paral lèle avec le les cou ples où l’homme est au chô -
recul de l’âge au mariage. En effet, entremage. La montée du chô mage depuis
1990 et 1997, on avait mesu ré que l’âge1990, par ti cu liè re ment celui des fem - moyen au mariage était pas sé de 28,5 ans
mes, a mul ti plié le nombre de cou ples
à 31 ans pour les hom mes et de 25,2 ansoù les deux conjoints sont au chô mage.
à 27,2 ans pour les fem mes. Notons, queUn couple sur dix est dans ce cas en
paral lè le ment, l’âge moyen des mères àLa dif fé rence d’âge dans le 1999. A l’inverse les deux conjoints
la nais sance du pre mier enfant est pas sétra vail lent dans un couple sur quatre. couple de 23,9 ans en 1990 à 25,3 ans en 1998.
-Le couple est tou jours la forme domi Un couple sans enfant a une pro ba bi li téEn moyenne, dans un couple, nante de la famille, avec ou sans
l’homme a 3,4 ans de plus que la supé rieure de 14 points à un couple avecenfant(s) il cons titue trois famil les surfemme. Cet écart moyen est iden tique deux enfants d’être en union libre. Enquatre, la qua trième famille étant mono -pour les cou ples mariés et les autres, fait, il appa raît que très sou vent lepa ren tale. En 1999 le recen se ment ail était déjà le même en 1990. Notons mariage se pro duit après la nais sancedécomp té 134 000 cou ples à La Réu nion, tout de même qu’une femme sur cinq d’enfants au sein du couple. La part des
est plus âgée que son mari. Ce dont un peu plus de 98 000 étaient
nais san ces hors mariage qui était de 31 % phé no mène est donc loin d’être mariés. Au cours de la der nière décennie, en 1974 est de 60 % en 1999. En outre,mar gi nal mais se cons tate sur tout l’union libre a pris de l’impor tance : elle
pour les âges les plus éle vés. 39 % des cou ples mariés en 1998 avaitconcer nait 27 % des cou ples en 1999,
déjà des enfants le jour de leur mariage,contre à peine 20 % en 1990.
Dif fé rence d’âge entre l’homme et la femme alors que ce taux n’était que de 34 % en
L’union libre est plus répandue à La Réu - 1991.
nion qu’en métro pole où elle ne concerne
que 18 % des cou ples. Les struc tures Le chô mage favo rise
d’âge dif fé rentes des popu la tions réu -
l’union librenion naise et métro po li taine expliquent en
partie ces écarts. La crois sance de l’union
L’acti vi té de l’homme joue aus si un rôlelibre est en effet beau coup plus forte pour
impor tant sur le sta tut du couple. Ain si,les jeu nes adul tes, qui sont plus nom -
tou tes cho ses éga les par ail leurs, un
couple dans lequel l’homme est au chô -
mage a 50 % de chance de plus de vivreTaux d’union libre selon l’âge
et le sexe en 1999 en union libre. Ceci ten drait à prou verSource : INSEE, recen se ments de 1990 et 1999
que la pré ca ri té des situa tions des cou -
ples vis à vis de l’emploi a une influenceL’écart d’âge est im por tant entre les
forte sur la déci sion de se marier ou non. jeu nes fem mes et leurs conjoints.
Ain si, les fem mes âgées de 20 à 24 Les cou ples à faible niveau de diplôme
ans ont en moyenne six ans de moins ont une pro ba bi li té légè re ment supé rieure
que leur conjoint. Ce phé no mène
de vivre en union libre. La sta bi li té sur le n’est pas nou veau et se cons ta tait déjà
mar ché du tra vail pro curée par le diplômeen 1990 mais les écarts d’âge au sein
semble ain si être un fac teur favo rable audu couple ont aug men té de puis. On
peut rap pro cher cette dif fé rence d’âge mariage. Cette cons ta ta tion va dans le
de la fré quence de l’union libre avant même sens que ce qui a été dit sur la
trente ans. rela tion forte qui existe entre chô mage et
union libre.
source : INSEE, recen se ment de 1999 Au cours de la der nière décennie, les
situa tions où l’homme et la femme se
Les hommes sont plus sou vent en por tent sur le mar ché de l’emploi sont
union libre que les femmes, sur tout
deve nues beau coup plus nom breu ses. Enavant trente ans.
neuf ans, on a cons ta té une pro gres sion
12dos sier
l’union libre avec le chô mage
de 57 % des cou ples où l’homme et la po sés de retrai tés. Les quel ques 42 000
femme sont actifs alors que pen dant ce cou ples res tant sont dans des situa tions
Les cou ples mix tes temps le nombre de couples n’a cru que inter mé diai res où seule l’une des deux
de 28 %. Ceci est à mettre en paral lèle per son nes du couple se porte sur le mar -
avec la forte crois sance de l’acti vi té ché de l’emploi. La plu part du temps il Le lieu de nais sance des conjoints est
fémi nine pen dant les années quatre- s’agit de l’homme. dif fé rent pour 15 % des cou ples vivant
à La Réu nion si l’on dis tingue troisvingt-dix.
moda li tés (Réu nion, FranceLes deux conjoints travaillentDans 71 000 cou ples, soit un peu plus métro po li taine et autres). Cette
dans un couple sur quatre pro por tion a aug men té depuis 1990,d’un sur deux, l’homme et la femme tra -
puis qu’elle était alors légè re mentvail lent ou sou hai tent occu per un
infé rieure à 11 %. Ain si une cer taineDans 32 400 cou ples, soit 24 % deemploi. A con tra rio, 21 000 cou ples ne
mixi té cul tu relle semble de plus enl’ensemble, l’homme et la femme ont unse posi tion nent pas sur le mar ché de
plus d’actua li té à La Réu nion.l’emploi ; ils sont prin ci pa le ment com - emploi. Ces cou ples “à double revenu”
Les per son nes nées en métro pole sont
les plus encli nes à ces unions mix tes.
En effet plus de la moi tié des hom mes
nés en métro pole, et 40 % des fem mes, Mo dé li sa tion de l’union libre
ont un conjoint né ail leurs qu’en
métro pole.Effet propre de chaque ca rac té ris tique sur la
pro ba bi li té de vivre en union libre Bien évidemment, les couples où
l’homme et la femme sont natifs de La
Réunion restent majoritaires. Mais,15 - 29 ans + 23
Effet prin ci pal
30 - 49 ans Ré fé rence alors qu’en 1990 ces couples
Age du chef de mé nage
50 ans et plus - 15 représentaient 83% de l’ensemble des
couples, aujourd’hui près d’un couple
sur quatre est constitué d’au moins une 0 + 13
personne qui n’est pas née à La2nd fac teur 1 + 7
Réunion.Nombre d'en fants du couple 2 Ré fé rence
3 ou + - 2
3ème fac teur Chô meurs + 11
Acti vi té du chef de mé nage Non-chô meurs Ré fé rence
Est + 4
4ème fac teur Nord + 5
Mi cro ré gion Ouest + 9
Sud Ré fé rence
Su pé rieur - 3
bac + 2 - 4
5ème fac teur
bac - 5
Ni veau d'étu des du chef de mé nage
BEP - CAP - 4
Sans di plôme Ré fé rence
NB : lors du re cen se ment de la po pu la tion, par conven tion, dans un couple le chef de
mé nage est tou jours l’homme
Cinq fac teurs es sen tiels jouent un rôle sur le fi cient as so cié à ce fac teur. Le coef fi cient
sta tut ma tri mo nial du couple. Par ordre d’im né ga tif ob te nu (- 3) si gnifie qu’un couple-
por tance il s’agit de l’âge, du nombre d’en - dans le quel l’homme est di plô mé du su pé -
fants, de l’ac ti vi té de l’homme, du lieu de ré rieur a une pro ba bi li té d’être en union libre-
si dence et du ni veau de di plôme. in fé rieure de 3 % re la ti ve ment à un couple
où l’homme est sans di plôme, et ce tou tes
Pour la mo dé li sa tion du sta tut ma tri mo nial cho ses éga les par ail leurs. Les in ter pré ta -
du couple, l’uti li sa tion d’un mo dèle éco no -
tions n’ont donc de sens que par rap port à
mé trique de na ture lo gis tique per met de sé - la mo da li té de ré fé rence qui est évi dem -
pa rer l’ef fet propre de chaque va riable. Un
ment dif fé rente d’un fac teur à l’autre.
exemple d’in ter pré ta tion : pre nons le ni veau
d’étu des su pé rieu res et in ter pré tons le coef -
13dos sier
Ré par ti tion des cou ples se lon l’ac ti vi té de l’homme et de la femme (1999) Nombre d’enfants par tranche d’âge
quin quen nal en fonc tion de l’acti vi té du couple
Femme ac tive Femme Femme
To tal
oc cupée chô meuse inac tive
homme ac tif oc cu pé 32 372 17 027 24 717 74 116
homme chô meur 7 818 13 968 9 907 31 693
homme inac tif 4 728 2 387 21 007 28 122
To tal 44 918 33 382 55 631 13 3931
source : INSEE, re cen se ment de 1999
Source : INSEE, recen se ment de 1999
Les cou ples où les deux conjoints
tra vail lent ont moins d’en fants que sont beau coup plus rares à La Réu nion cas seu le ment ils ont plus de trois
l’en semble des cou ples.qu’en France métro po li taine où ils for - enfants, contre près de 10 % pour
ment 44 % des cou ples. Plus sou vent l’ensemble des cou ples. En fait, ces cou -
-mariés, ils habitent plus en mai son indi ples ont sou vent entre trente et cin quante conjoints tra vail lent. Chez les fem mes
vi duelle que les autres cou ples. Un sur ans. Or, c’est pour ces âges que le plus âgées, même si l’écart existe encore, quatre réside à Saint Denis. nombre d’enfants à charge est le plus il est rela ti ve ment faible. n
impor tant. Si on ana lyse les résul tats parLa situa tion des cou ples où l’homme a
Ja mel MEKKAOUItranche d’âge quin quen nale, il appa raîtun emploi tan dis que la femme est inac -
-que les cou ples à double reve nu ont tou tive ou au chô mage reste beau coup plus
jours moins d’enfants. C’est par ti cu liè re -fré quente qu’en métro pole : 41 700
ment vrai pour les tran ches d’âge les plus cou ples réu nion nais sont dans ce cas,
soit 31 % des cou ples au lieu de 20 % jeu nes. Ain si, les fem mes de moins de
en métro pole. trente ans qui vivent en couple ont deux
fois moins d’enfants lorsque les deuxAu cours des années quatre-vingt-dix,
mar quées par une forte crois sance du
chô mage, la part des cou ples où les
deux conjoints tra vail lent est restée Peu d’union libre dans le Sudstable alors que les situa tions de double
chô mage se sont for te ment déve lop -
Au ni veau com mu nal, La Réu nion ré vèle nombre de cou ples déjà ma riés à s’ypées. Dans 14 000 cou ples, soit envi ron
de gran des dis pa ri tés concer nant le sta ins tal ler pour ac cé der à la pro prié té.-un sur dix, l’homme et la femme sont
tut ma tri mo nial. Ain si, à l’ex cep tion de N’ou blions pas que le tiers des ha bi -en situa tion d’échec sur le mar ché de
l’emploi. Ils n’étaient que 6 000 en Saint-Phi lippe, dans l’en semble des tants de Sainte-Marie ha bi tait dans
1990. Cette évo lu tion est tou te fois à com mu nes du Sud, on note une pro por une autre com mune en 1990. -
rela ti vi ser du fait de la forte crois sance tion de cou ples non-ma riés re la ti ve ment
des taux d’acti vi té fémi nins. Le fort faible. Pe tite-Ile est la com -
afflux de fem mes sur le mar ché de
mune où la part de cou ples Pour cen tage de cou ples en union librel’emploi a conduit un grand nombre de
non-ma riés est la plus faiblecouples à se retrou ver dans une situa -
avec un peu plus de 19 %. Ation de double-chô mage.
l’in verse, les com mu nes du
Le taux de chô mage des fem mes dont le
Port, de Saint- Paul et Saint
conjoint est au chô mage atteint les
Phi lippe se dis tin guent par des 64 %. Ceci montre qu’au sein des cou -
taux de cou ples vi vant enples, on observe une cer taine homo gé -
union libre su pé rieurs à 30 %.néi té en terme d’acti vi té. Très sou vent,
Le Port est, d’ail leurs, la com -l’emploi appelle l’emploi mais cette
cons ta ta tion semble encore plus vraie mune où la pro por tion de cou -
pour le chô mage. ples vi vant en union libre est
la plus élevée (34 %).
Plus de tra vail, moins
Dans le Nord, Sainte-Marie se
d’enfants
ré vèle être une ex cep tion. Le
fait qu’elle soit une com muneLes cou ples où les deux conjoints tra -
à forte vo ca tion ré si den tielle avail lent ont glo ba le ment un peu moins
cer tai ne ment conduit un grand d’enfants à charge que les autres cou -
Source : INSEE, recen se ment de 1999ples (1,56 contre 1,69). Dans 4 % des
14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.