Dans les couples de salariés, la répartition du travail domestique reste inégale

De
Publié par

La répartition des tâches domestiques et familiales entre conjoints peut s'analyser en termes de spécialisation, de pouvoir économique, ou de normes sociales. La participation désormais massive des femmes au marché du travail devrait aller de pair avec une moindre spécialisation des conjoints. Or, même dans les couples où les deux conjoints travaillent à temps complet, la répartition des tâches est loin d'être égalitaire. Dans les couples de salariés, la part des tâches domestiques accomplies par les hommes est toutefois sensible à l'écart entre leur salaire et celui de leur conjointe. Lorsque la femme gagne plus, son conjoint en fait un peu plus. Cela ne suffit pas à combler l'écart de temps passé par les conjoints aux tâches domestiques.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 77
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Population, famille 1
Dans les couples de salariés, la répartition
du travail domestique reste inégale
Sophie Ponthieux, Amandine Schreiber*
La répartition des tâches domestiques et familiales entre conjoints
peut s’analyser en termes de spécialisation, de pouvoir économique,
ou de normes sociales. La participation désormais massive des femmes
au marché du travail devrait aller de pair avec une moindre spécialisation
des conjoints. Or, même dans les couples où les deux conjoints travaillent
à temps complet, la répartition des tâches est loin d’être égalitaire.
Dans les couples de salariés, la part des tâches domestiques accomplies
par les hommes est toutefois sensible à l’écart entre leur salaire
et celui de leur conjointe. Lorsque la femme gagne plus, son conjoint
en fait un peu plus. Cela ne suffit pas à combler l’écart de temps passé
par les conjoints aux tâches domestiques.
nFrance,selonl’en- capital humain et de la fa- tivement le plus élevé (Becker,
quête emploi du temps mille. Dans ce cadre, le temps 1985). Si les femmes ont deE de 1998-99 (encadré 1), consacré aux tâches domesti- moindres perspectives de gains
lesfemmesencoupleconsa- ques par chacun des conjoints surlemarchédutravail que
crent en moyenne deux fois résulte d’une division du tra- leshommes, alorsil est plus
plus de temps aux tâches do- vail qui permet de maximiser rentable qu’elles se spécialisent
mestiques et familiales que le bien-être de la famille, dans les tâches domestiques
leurs conjoints (Brousse, considérée comme un tout : tandis que les hommes réser-
1999). Le partage des tâches chacun se spécialise dans les vent leur temps au travail ré-
domestiques est souvent analy- activités pour lesquelles le ren- munéré. Inversement, une
sé sous l’angle des théories du dement de son temps est rela- femme devrait d’autant plus
*Sophie Ponthieux, Amandine Schreiber font partie de la division Conditions de vie des ménages de l’Insee.
Données sociales - La société française 43 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:27Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
1 Population, famille
Figure 1 - Temps domestique au cours d’une journée moyennetravailler à l’extérieur du mé-
selon l’activité des femmesnage, que ses perspectives de
rémunération rattrapent celles
Actives ayant un emploide son conjoint, autrement dit,
Sans emploi Ensemble
que la valeur marchande du
à temps complet à temps partiel
temps des deux conjoints se
Femmes 3h55 4h29 6h45 5h01rapproche. Dans ce cas, d’un
Hommes 2h14 2h14 1h52 2h07point de vue strictement écono-
Rapport F/H 1,8 2,0 3,6 2,4mique, il n’est pas plus rentable
dont soins aux enfants :pour le ménage que ce soit la
Femmes 0h31 1h18 1h09 0h46femme qui prenne en charge
Hommes 0h13 0h15 0h15 0h14lestâchesdomestiques,etle
Rapport F/H 2,4 5,2 4,6 3,3partage devrait tendre vers
plus d’égalité (Becker, 1985). Champ : couples dont l’homme est actif occupé.
Source : Insee, enquête emploi du temps 1998-1999.Or, si les femmes qui travail-
lent consacrent un peu moins
de temps aux tâches domesti-
Figure 2 - Pourcentage d'hommes et de femmes effectuant uneques que les inactives, l’écart
tâche domestique aux différentes heures d'une journéedemeure fort entre conjoints,
même lorsque les deux travaillent
Heures
à temps complet : dans ce cas,
4h00Hommes Femmesles tâches domestiques occupent
5h30
lesfemmes4 heures parjour
7h00
en moyenne, contre 2 heu- 8h3010 h 00
res1/4 pour leshommes(fi- 10 h 30 h 00
11 h 30gure 1). Malgré la présence
13 h 00désormais massive des femmes
14 h 30sur le marché du travail, l’iné-
16 h 00
galité du partage des tâches
17 h 30
domestiques semble donc par-
19 h 00
ticulièrement résistante. 20 h 30
22 h 00
23 h 30
1h00
Le partage des tâches 2h30
60 40 20 0 20 40 60domestiques :
en semaine
allocation du temps, Heures
pouvoir économique 4h00
Hommes Femmes
5h30et normes de genre
7h00
8h3010 h 00
1010hh0030Depuis une quinzaine d’années,
11 h 30la persistance d’un partage iné-
13 h 00gal des tâches domestiques
14 h 30
entre conjoints a fait l’objet de
16 h 00
nombreuses études (Greenstein,
17 h30
2000 ; Bittman et alii, 2003). 19 h 00
Les analyses menées sont d’une 20 h 30
22 h 00part issues des théories sociolo-
23 h 30giques des ressources et de l’é-
1h00change (Sabatelli et Shehan,
2h30
1993) ; le partage inégal des tâ- 60 40 20 0 20 40 60
ches domestiques est alors ana- le week-end
lysé en termes de contribution Champ : couples dont les deux conjoints sont salariés.
Source : Insee, enquête emploi du temps 1998-1999.relative des hommes et des fem-
Données sociales - La société française 44 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:29Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Population, famille 1
mes aux ressources du couple, Brines, 1994). Cette notion de 1988). D’autre part, les études di-
en termes de dépendance écono- pouvoir de négociation est pré- tes « de genre » mettent l’accent
mique des femmes ou encore en sente dans les modèles de déci- sur l’incidence des normes dans
termes de pouvoir de négociation sion développés à partir des la détermination des rôles so-
(Sorensen et McLanahan, 1987 ; travaux de Chiappori (Chiappori, ciaux assignés aux femmes et
Encadré 1
L’enquête emploi du temps
La dernière enquête emploi du vices domestiques mais aussi sur les appel à la mémoire ou au juge-
temps française a été réalisée au- échanges de services entre ménages ; ment des personnes interrogées,
près de 8 000 ménages de février – un questionnaire « Individus » est contrairement aux enquêtes rétros-
1998 à février 1999. Elle a déjà rempli par chacune des personnes pectives. Lorsque les individus
donné lieu à de nombreuses étu- âgées d’au moins 15 ans ; il comporte chiffrent eux-mêmes et rétrospecti-
des, dont les premières avaient fait des questions centrées sur les activités vement le temps passé aux diffé-
l’objet en 2002 d’un numéro de la professionnelles et les conditions de rentes activités, ils peuvent,
revue Économie et Statistique travail d’une part, sur l’usage du consciemment ou non, reporter
(n° 352-353). temps et la pratique de diverses acti- plutôt le temps qu’ils auraient jugé
vités (culturelles, sportives, associati- normal ou souhaité consacrer à
L’enquête recueille de l’informa- ves, mais aussi ménagères) d’autre ces activités. Les normes de genre
tion à différents niveaux : part, ainsi que sur l’état de santé ; peuvent ici influencer les estima-
– un questionnaire « Ménages » –outre ce questionnaire, l’originalité tions du temps que les hommes
fournit des données permettant de de l’enquête consiste dans le recueil, comme les femmes déclarent
caractériser les ménages à l’aide dans un carnet, de toutes les activi- consacrer aux tâches domestiques.
d’indicateurs socio-économiques tés réalisées au cours d’une journée Enfin, l’enquête a le mérite de ne
(composition, caractéristiques du donnée, la même pour tous les privilégier aucun domaine d’acti-
logement et de ses équipements, res- membres du ménage, selon un pas vités en particulier, laissant toute
sources monétaires) ; il comprend de 10 minutes. Le principal atout de liberté à l’enquêté de décrire l’en-
aussi une information plus ciblée, cette méthode de collecte, dite du chaînement des différentes activi-
notamment sur le recours à des ser- « lendemain », est de ne pas faire tés de la journée.
Encadré 2
Champ de l’étude : les couples de deux salariés et le pouvoir économique relatif
La plupart des études sur le partage nage sont difficiles à appréhender Les femmes percevant, la plupart
destâchesdomestiquesdansles au-delà des salaires : l’enquête ne du temps, un salaire inférieur à ce-
couples considèrent soit l’ensemble fournit pas le détail des revenus de lui de leur conjoint, l’indicateur est
des couples, soit les couples dont transferts ou du patrimoine ; quant calculé du point de vue des fem-
l’homme est actif, ou, plus rare- aux revenus d’activité des indépen- mes ; pour cette raison, il est d’ail-
ment, les couples de deux actifs. dants, les données manquent de fia- leurs souvent dénommé « taux de
Dans cette étude, le champ retenu bilité, et sont en outre difficiles à dépendance économique ». Plus
est restreint aux couples dont les individualiser si les deux conjoints l’indicateur augmente, plus le pou-
deux conjoints sont salariés. sont indépendants. voir économique de la femme aug-
mente. Théoriquement, le résultat
L’analyse du partage des tâches Ce champ restreint permet d’obser- peut varier de – 1 (l’homme est le
domestiques menée pour l’en- ver des couples dont les usages du seul à contribuer, la femme est
semble des couples multiplie en ef- temps sont largement scandés par « dépendante ») à + 1 (la femme
fet les effets de structures (couples les horaires de travail pour chacun est la seule à contribuer), en pas-
de retraités, couples bi-actifs, cou- des deux conjoints. Cela constitue sant par 0 (parité des contribu-
ples mono-actifs) et les angles d’a- en théorie le contexte le plus favo- tions).
nalyse. Effets de génération, rable à l’observation d’une réparti-
influence du type d’activité (indé- tion équilibrée des tâches Dans le cas des couples dont les
pendants ou salariés), et influence domestiques et familiales. deux conjoints sont salariés, la va-
des statuts d’occupation débou- riation ne va jamais aux extrêmes.
chent sur des problématiques dif- Le pouvoir économique relatif ex- Sur les données de l’enquête emploi
férentes. En matière de statuts prime l’écart entre la contribution du temps, l’indicateur varie, pour
d’occupation par exemple, la situa- d’un individu et celle de son conjoint ce type de couples, de – 0,84 à
tion d’une femme au chômage aux revenus du couple. De nombreu- + 0,54, s’établissant à – 0,167 en
n’est pas celle d’une femme au ses études en utilisent un indicateur, moyenne. Ce chiffre correspond à
foyer (Letrait, 2002). proposé à l’origine par Soren- la différence, en moyenne, entre
sen & McLanahan (1987). Formelle- les contributions des femmes
Par ailleurs, les contributions des ment : CRf = (salairef – salaireh)/ (0,416) et des hommes (0,583) au
conjoints aux ressources du mé- (salairef + salaireh). salaire total de leur couple.
Données sociales - La société française 45 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:30Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
1 Population, famille
aux hommes (Badgett et Folbre,
Encadré 31999). Dans ce cas, l’inégalité du
partage est déterminée par les Les activités domestiques et familiales
normes de genre auxquelles ad-
Dans cette étude, les tâches domestiques et familiales sont appréhendées
hèrent les individus, c’est-à-dire de la façon la plus large possible, incluant tous les postes de la nomencla-
par leurs idées sur ce qui relève ture suivante. Certaines activités ainsi prises en compte sont à la frontière
du temps contraint et du loisir ; c’est le cas du « shopping », que les don-du rôle social d’une femme ou
nées ne permettent pas de distinguer au sein des courses. C’est aussi le casd’un homme. Les études existan-
de certaines activités familiales : par exemple, s’occuper des enfants com-
tes ne permettent pas de tran-
prend aussi bien la surveillance des devoirs que des activités plus ludiques.
cher entre ces interprétations,
qui d’ailleurs ne sont pas exclusi- Nomenclature des activités domestiques et familiales
Cuisineves. Par exemple, pour les États-
311 - Préparation et cuisson des aliments, épluchageUnis et l’Australie, Bittman et alii
312 - Lavage de la vaisselle, rangement de la vaisselle
(2003) montrent que le partage 313 - Mettre et débarrasser la table, servir le repas
des tâches entre conjoints est 314 - Faire des conserves, gâteaux, confitures
d’autant moins inégalitaire que
Ménageles femmes contribuent plus aux
321 - Ménage et rangement, comprend : faire le nettoyage, lavage, faire ou
ressources du couple ; mais défaire les lits, les préparer, etc.
lorsque les femmes contribuent
Lingeplus que leur conjoint à ces res-
331 - Lavage du linge (y c. le trier, le mettre ou l’enlever de la machine àsources – ce qui peut s’interpré-
laver, l’étendre, le plier, etc.)
ter comme une « déviance de 332 - Repassage
genre » –, la répartition des tâ- 333 - [& 334] Couture, tricot, crochet, entretien des vêtements et des chaussures
335 - Rangement des vêtements, préparer son sacches domestiques redevient alors
plus « traditionnelle ».
Comptes et démarches
342 - Faire ses comptes, écritures, courrier administratif (banque, EDF,
Dans les études consacrées à la Télécoms, etc.)
361 - Recours aux services administratifs, bureaux, banques, etc.participation des femmes au mar-
ché du travail ou à l’inégalité pro-
Courses
fessionnelle entre femmes et 322 - Rangement des courses
hommes, la charge des tâches do- 351 - Achats de biens de consommation, shopping
mestiques et des soins à la fa-
Bricolage et jardinagemille est considérée comme une
373 - Bricolage
dimension explicative. L’optique 374 - Jardinage
est différente ici : il s’agit à l’in-
Entretien et diversverse d’analyser l’influence de l’iné-
341 - Entretien chauffage, eaugalité des salaires et des normes
343 - Autres activités ménagères non classées
sociales sur la répartition des tâ- 344 - Déménagement
ches domestiques. Les données de 352 - Achats de services d’entretien (atelier de réparation, mécanique,
pressing, etc.)l’enquête emploi du temps de
372 - Réparations et travaux d’entretien relatifs aux voitures et deux roues1998-1999 permettent de mener
375 - S’occuper des animaux domestiques (hors travail professionnel)
une analysedeceliendansles
376 - S des de compagnie
couples de salariés (encadrés 1 et 2). 377 - Autres activités ménagères (visite d’une nouvelle maison d’habitation, etc.)
Soins aux enfants et aux adultes
411 - Toutes les occupations non médicales concernant les enfants
Dans les couples 412 - Soins médicaux hors domicile des enfants (visites chez le médecin, etc.)
413 - Soins des enfants à domicilede salariés, le partage
414 - Autres : bisous, câlins, gronderies, etc.
inégal du travail 813 - Trajets liés aux enfants : les emmener à l’école, chez la nourrice, à la
piscine, etc.domestique et familial
421 - Surveillance des devoirs et des leçonsest la norme
422 - Conversations avec les enfants, lectures non scolaires
423 - Jeux d’intérieurs et instructions artistiques, sportives, etc.
424 - Jeux d’extérieurs, promenade, instructions sportivesComme pour l’ensemble des
431 - Soins matériels ou médicaux aux adultes du ménage (les aider à secouples, la participation aux
lever, se laver, etc.)
tâches domestiques dans les
Données sociales - La société française 46 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:31Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Population, famille 1
Figure 3 - Taux de participation aux activités domestiques et couples de salariés est large-
familiales ment inégalitaire (encadré 3).en %
En semaine, entre 7 h et 21 h, au
Toutes journées Du lundi Samedi moins une femme sur cinq
confondues au vendredi et dimanche
Type de tâches effectue une tâche domestique
ou familiale, un peu moins enHommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
milieu de journée. La proportion
Domestiques d’hommes occupés à l’une de ces
50 90 50 89 52 92Cuisine, vaisselle tâches est presque constamment
23 73 20 71 30 77 inférieure à 15 %, exception faiteMénage
du pic de participation en début10 49 9 46 12 57Linge
de soirée – observé aussi du côté59 96 57 96 63 97Cuisine, ménage et linge
des femmes. Les week-end, qui887996Comptes et démarches
libèrent le temps d’une grande
31 44 26 44 42 43Courses
partie des conjoints, sont diffé-
Cuisine, ménage, linge, comp-
rents (figure 2). Les femmes69 97 66 97 78 98tes et démarches, courses
sont encore plus nombreuses à
31 10 27 8 39 15Bricolage et jardinage
s’occuper des tâches domesti-
25 19 23 18 32 21Entretien et divers ques et familiales : plus de la
82 98 79 98 90 98Toutes tâches domestiques moitié s’y consacrent en fin de
Familiales matinée, et plus de 30 % tout
28 43 29 44 28 40Soins aux enfants et aux adultes au long de l’après-midi. La
participation des hommes estChamp : couples dont les deux conjoints sont salariés.
bien plus importante qu’en se-Lecture : 50 % des hommes ont passé au moins dix minutes à faire la cuisine ou la vaisselle au cours de
maine ; elle culmine en fin dela journée enquêtée ; 82 % d’entre eux ont effectué au moins l’une des différentes activités domestiques.
Source : Insee, enquête emploi du temps 1998-1999. matinée, et reste supérieure à
20 % tout au long de l’a-
près-midi.Figure 4 - Durée moyenne des activités au cours d’une journée
en heures et minutes
En semaine comme le week-
Toutes journées Du lundi au Samedi end, ces différences reflètent
confondues vendredi et dimanche en partie la « spécialisation »
des conjoints sur des tâches
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
de nature différente (Zarca,
11 h 23 11 h 36 10 h 49 11 h 01 12 h 49 13 h 00Temps personnel (*) 1990 ; Brousse, 1999). Le « noyau
4h21 3h25 3h21 2h48 6h51 4h51 dur » cuisine-vaisselle-ménage-Temps libre
linge demeure ainsi majoritai-8h16 8h59 9h50 10h11 4h20 6h09Temps contraint
rement du ressort des femmes,dont :
et relève davantage du quo-5h56 4h51 7h53 6h25 1h05 1h11Travail professionnel
tidien queleduo bricolage-
0h19 0h42 0h18 0h43 0h22 0h38Soins aux enfants et aux adultes
jardinage, seuls types de tâches
2h01 3h26 1h39 3h03 2h53 4h20Temps domestique
pour lesquelles le taux de parti-
dont : cipation des hommes excède
0h22 1h12 0h19 1h05 0h29 1h29Cuisine celui des femmes (figure 3).
0h11 0h51 0h07 0h46 0h18 1h03Ménage
0h03 0h31 0h03 0h27 0h04 0h42Linge
0h04 0h04 0h04 0h04 0h05 0h03Comptes et démarches Une heure de temps libre
0h22 0h33 0h17 0h30 0h34 0h40Courses en moins pour
0h45 0h08 0h37 0h05 1h03 0h14Bricolage et jardinage les femmes chaque jour
0h14 0h07 0h12 0h06 0h20 0h09Entretien et divers
Total 24 h 00 24 h 00 24 h 00 24 h 00 24 h 00 24 h 00 Toutes journées confondues, les
(*) Soins personnels, repas et sommeil. femmes consacrent 3 heures et
Champ : couples dont les deux conjoints sont salariés. demie en moyenne au travail
Source : Insee, enquête emploi du temps 1998-1999. domestique, contre 2 heures
Données sociales - La société française 47 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:32Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
1 Population, famille
pour leurs conjoints (figure 4). en particulier lorsqu’il s’agira deUn partage des tâches à
En semaine, les durées sont plus la femme, « négocier » une ré-peine moins déséquilibré
faibles des deux côtés, mais la partition moins inégale des tâ-
lorsque les femmes
différence est du même ordre. Le ches domestiques.
gagnent plussamedi et le dimanche, la parti-
que leur conjointcipation plus importante des Toutefois, les couples au sein
hommes aux tâches domes- desquels la femme gagne plus
tiques ne suffit pas à combler Dans un couple sur quatre, le sa- sont en moyenne plus jeunes,
l’écart qui les sépare de leurs laire de la femme est supérieur moins souvent mariés, et ont
partenaires. ou égal à celui de son conjoint d’enfants que les autres
(figure 5). Dans ces couples, les couples. Ils ont aussi un niveau
Le week-end, ces dernières hommes participent en moyenne de vie un peu plus élevé que la
consacrent en moyenne 4 heu- plus souvent aux tâches domesti- moyenne, autant de caractéristi-
res 20 aux tâches domestiques. ques et familiales. Ils en effec- ques qui peuvent, elles aussi, in-
La prise en compte du temps tuent une proportion plus élevée fluencer le partage des tâches
consacré aux enfants ou à d’au- que dans les autres couples, alors (figure 6). Mais ces couples se
tres membres du ménage creuse même que le temps passé au to- singularisent surtout par les
un peu plus l’écart : 20 minutes tal par les conjoints aux tâches caractéristiques professionnelles
parjourpourles hommes, le domestiques n’est pas plus faible des conjoints : le niveau d’éduca-
double pour les femmes. Au bout qu’en moyenne (figure 5). Ce tion des femmes est en moyenne
du compte, dans les couples de constat est apriori conforme à plus élevé que celui de leur
salariés, et malgré une durée de une analyse en termes de pou- conjoint – mais aussi que celui
travail en moyenne moindre que voir économique relatif (enca- desfemmesenmoyenne.Par
celle des hommes, les femmes dré 2) : plus l’écart est grand rapport à leurs conjoints, ces
ont chaque jour, en semaine une entre les contributions de cha- femmes occupent aussi plus
demi-heure de temps libre en cun, plus celui qui contribue le souvent un emploi relevant des
moins, et 4 heures au total plus détient de pouvoir par rap- catégories « cadre » ou « profes-
chaque week-end (figure 4). port à l’autre, et plus il pourra, sion intermédiaire ». Elles tra-
Figure 5 - Participation aux activités domestiques et familiales en %
Salaire femme/homme Salaire femme/homme
Ensemble
inférieur à 1 supérieur ou égal à 1
Caractéristiques des couples
Proportion des couples 100,0 76,0 24,0
Part des tâches effectuée par l’homme 33,1 31,9 36,9
Recours à une aide rémunérée pour le ménage 7,5 7,2 8,5
Composition du temps domestique du couple
Noyau dur (cuisine, ménage, linge) 55,2 56,0 52,6
Soins aux enfants 14,5 14,2 15,2
Autres 30,3 29,8 32,2
Total 100,0 100,0 100,0
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
Taux de participation aux tâches domestiques
Noyau dur (cuisine, ménage, linge) 59 96 57 97 66 94
Noyau dur + comptes et démarches + courses (A) 69 97 67 98 75 97
Total : (A) + bricolage, jardinage, entretien et divers 82 98 81 98 86 97
Temps domestique et familial total (en heures et minutes) 2 h 20 4 h 06 2 h 15 4 h 10 2 h 34 3 h 56
Champ : couples dont les deux conjoints sont salariés.
Lecture : dans les 24 % de couples où la femme gagne autant ou plus que son conjoint, 36,9 % du temps total consacré par les deux conjoints aux tâches
domestiques et familiales est pris en charge par l'homme. Le « noyau dur » représente 52,6 % de ce temps total, et 66 % des hommes participent à ce type de
tâches.
Source : Insee, enquête emploi du temps 1998-1999.
Données sociales - La société française 48 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:33Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Population, famille 1
vaillent plus souvent que les pects expliquent pourquoi ces d’étudier l’effet propre du
autres femmes dans l’industrie femmes détiennent un plus pouvoir économique relatif des
ou la construction, secteurs for- grand pouvoir économique que femmes sur la part des tâches
tement masculinisés, tandis que leur conjoint, ils révèlent domestiques et familiales ef-
leurs conjoints, moins souvent peut-être aussi l’adhésion du fectuée par leurs conjoints (enca-
cadres que les autres hommes, couple à des normes de genre dré 4). À caractéristiques des
travaillent plus souvent dans un moins traditionnelles qu’en conjoints et du couple données, à
secteur fortement féminisé, moyenne. niveau de vie donné et en tenant
comme l’éducation ou la santé. compte du temps total passé par
Enfin, elles travaillent en Une analyse statistique neutra- le couple aux tâches domestiques
moyenne plus longtemps que lisant l’effet des autres carac- et familiales, plus le pouvoir éco-
leurs conjoints. Si ces divers as- téristiques des couples permet nomique de la femme augmente,
Figure 6 - Caractéristiques socio-économiques des couples de salariés
Salaire femme/homme Salaire femme/homme
Ensemble
inférieur à 1 supérieur ou égal à 1
Caractéristiques des couples (en %)
Proportion des couples 100,0 76,0 24,0
dont : couples non mariés 20,1 17,8 27,3
Salaire femme/conjoint 78,2 62,6 127,9
Temps de travail habituel femme/conjoint 88,4 83,9 102,6
Temps travaillé le jour enquêté 97,5 90,2 122,1
Niveau de vie 100,0 99,2 103,3
Nombre moyen d’enfants 1,2 1,3 1,1 moyen d’enfant de moins de 3 ans 0,1 0,1 0,2
Caractéristiques individuelles des conjoints Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
Âge moyen 40,3 38,3 40,8 38,7 38,6 37,3
Diplôme inférieur au baccalauréat 63,0 54,6 62,8 59,1 63,5 40,5
Baccalauréat 12,6 16,0 12,2 16,9 13,9 13,0
Diplôme supérieur 24,4 29,4 24,9 24,0 22,6 46,5
Total (en %) 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Cadre 20,5 10,8 23,7 9,0 10,6 16,5
Profession intermédiaire 28,7 25, 27,9 21,5 31,2 39,2
Employé 12,5 52,4 10,5 57,0 18,7 38,1
Ouvrier qualifié 30,1 4,5 29,3 5,2 32,5 2,2
Ouvrier non qualifié 8,1 6,5 8,5 7,3 6,9 4,1
Total (en %) 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Secteur très masculinisé (*) 39,3 14,5 39,3 13,4 39,3 17,8
Secteur très féminisé (*) 27,0 57,0 25,9 57,1 30,5 56,3
Autres 33,7 28,6 34,8 29,4 30,2 25,8
Total (en %) 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Note : le niveau de vie est calculé en rapportant le revenu total du couple au nombre d'unités de consommation du ménage que forme ce couple et ses éventuels
enfants. Dans le tableau, les niveaux de vie sont exprimés par référence au niveau de vie moyen de l'ensemble des couples de salariés.
(*) Secteurs très masculinisés (plus de 70 % d’hommes) : industrie, construction ; secteurs très féminisés (plus de 70 % de femmes) : services aux particuliers,
éducation, santé, social, administrations publiques.
Champ : couples dont les deux conjoints sont salariés.
Lecture : dans les couples de salariés au sein desquels le ratio des salaires femme/homme est inférieur à 1, les femmes perçoivent l'équivalent de 62,6 %du
salaire de leur conjoint ; leur temps de travail habituel (déclaré dans le questionnaire) constitue 83,9 % de celui de leur conjoint ; le jour de l'enquête, les femmes de
ces couples ont passé au travail 90,2 % du temps travaillé par leur conjoint ce même jour. Ce calcul ne porte que sur les couples dans lesquels l'homme a
effectivement travaillé ce jour là.
Source : Insee, enquête emploi du temps 1998-1999.
Données sociales - La société française 49 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:34Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
1 Population, famille
plus la part destâchesdomesti- gagne moins que son conjoint, le conjoint, le salaire des femmes
ques priseenchargeparson salaire des femmes représente en représente en moyenne 128 % de
conjoint augmente. moyenne 63 % de celui de leur celui de leur conjoint, et les
conjoint, et les hommes assurent hommes assurent en moyenne
La variabilité de la participation en moyenne 32 % des tâches 37 % des tâches domestiques.
des hommes aux tâches domesti- domestiques (figures 5 et 6). L’influence du « pouvoir écono-
ques est cependant très faible. Dans les couples où la femme mique » des femmes semble
Dans les couples où la femme gagne au moins autant que son donc bien dérisoire.
Encadré 4
L’analyse statistique de l’effet du pouvoir économique des femmes
Pour évaluer l’effet propre du particularités (jardin, atelier), le re- augmente, la contribution des
pouvoir économique des femmes cours à un service de ménage, et le hommes au travail domestique
sur la part des tâches domestiques temps passé au total par les deux augmente elle aussi.
accomplie par leur conjoints aux tâches domestiques et
conjoint, un modèle Tobit a été es- familiales. Cette idée du pouvoir économique
timé ; cela permet de tenir compte est présente aussi dans les modèles
des couples dans lesquels l’homme Seul un petit nombre de variables collectifs de décision développés à
n’a pas effectué de tâches domesti- s’avèrent significatives ; le sens de partir des travaux de Chiappori
ques ou familiales le jour enquêté leur effet est reporté dans la figure 7. (1988). Dans ces modèles en effet,
(cas de 198 couples sur les les décisions résultent d’une
1 506 couples de deux salariés sur L’effet propre du pouvoir écono- négociation fondée sur une
lesquels porte l’analyse). mique relatif des femmes sur la part « règle de partage », dans laquelle
des tâches domestiques assurée par interviennent les revenus poten-
Le modèle analyse l’influence du leur conjoint est significatif au seuil tiels de chacun des conjoints (Mo-
pouvoir économique de la femme de 1 % et positif : lorsque ce pouvoir reau, 2000).
– tel que défini dans l’encadré 2 –
sur la part des tâches accomplie
Figure 7 - Déterminants de la part des tâches domestiques
par l’homme. Un grand nombre
effectuée par l'hommed’autres caractéristiques sont
prises en compte. Chaque conjoint coefficient
est ainsi décrit par sa catégorie
socioprofessionnelle, son secteur Caractéristiques du couple
d’activité, le fait d’avoir ou non des
Indicateur de pouvoir économique de la femme +++
horaires de travail irréguliers, son
Temps de travail habituel homme/femme - -âge, son diplôme, son état de san-
Temps passé au total par les deux conjoints aux tâches domestiques et +++té, le nombre de services qu’il a
familialesrendus à d’autres ménages pour
des tâches domestiques ou familia-
Caractéristiques professionnelles des hommesles au cours des quatre dernières
Cadre nssemaines. Une indicatrice spéci-
fique est introduite – pour les Profession intermédiaire réf.
hommes seulement – sur la fré- Employé ns
quence de leur participation aux
Ouvrier qualifé ns
tâches domestiques au cours des
Ouvrier non qualifié nsquatre dernières semaines. Les
éventuelles particularités du jour Secteur d’activité
enquêté sont également prises en Secteur très masculinisé ns
compte (semaine, week-end, très féminisé ++
journée travaillée ou non, à carac-
Horaires de travail irréguliers ++tère exceptionnel, etc.).
Caractéristiques professionnelles des femmes ns
Chaque couple est, quant à lui,
Note : le signe + (resp. -) indique un effet positif (resp. négatif) de la variable sur la part des tâches
décrit par son niveau de vie, son
effectuée par l'homme.
statut matrimonial, le nombre
Trois signes sont utilisés lorsque cet effet est significatif au seuil de 1 %, deux signes au seuil de 5 %,
d’enfants (total et de moins de
un seul lorsqu'il ne l'est qu'au seuil de 10 %.
3 ans), le type et la taille de la
Champ : couples dont les deux conjoints sont salariés.
commune d’habitation, le statut
Source : Insee, enquête emploi du temps 1998-1999.
d’occupation du logement, ses
Données sociales - La société française 50 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:35Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Population, famille 1
Pour en savoir plus
Badgett M. V., Folbre N., « Res- reste très largement spécialisée et tistique, n° 352-353, p. 101-125,
ponsabilités familiales et sociales : inégale », France Portrait Social 2002.
les normes du comportement mas- éd.1999-2000, p. 135-151, Insee,
culin et féminin et leurs incidences 1999. Moreau N., « Approches plu-
économiques », Revue internatio- ri-décisionnelles de la famille »,
nale du Travail, Vol. 138, n° 3, Chiappori P. A., « Rational house- Revue Française d’Économie,n°4,
1999. hold labor supply », Econometrica, p. 145-185, 2000.
vol. 56, n° 1, p. 63-90, 1988.
Becker G. S., « Human capital, ef- Sabatelli R.M. & Shehan C.L.,
fort, and the sexual division of la- Degenne A., Lebeaux M.-O., « Exchange and resource theo-
bor », Journal of Labor Economics, MarryC.,«Lesusagesdu ries », in Boss et al. Ed, Sourcebook
Vol. 3, n° 1, 1985. temps : cumuls d’activités et of family theories and methods, New
rythmes de vie », Économie et York, Plenum Press, p. 385-411,
Bittman M. et al., « When does Statistique, n° 352-353, p. 81-99, 1993.
gender trump money ? Bargaining 2002.
and time in household work », Sorensen A. & McLanahan S.,
American Journal of Sociology, Vol. Greenstein T. H, « Economic de- « Married women’s economic de-
109, n° 1, 2003. pendence, gender and the division pendency », 1940-1980, American
of labor in the home : a replication Journal of Sociology, Vol. 93, n° 3,
Brines J., « Economic dependency, and extension », Journal of Mar- 1987.
gender and the division of labor at riage and the Family, Vol. 62, n° 2,
home », American Journal of So- 2000. Zarca B., « La division du travail
ciology, Vol. 100, n° 3, 1994. domestique – Poids du passé et
Letrait M., « L’utilisation par les tensions au sein du couple »,
chômeurs du temps libéré par l’ab- Économie et Statistique, n° 228,Brousse C., « La répartition du tra-
sence d’emploi », Économie et Sta- p. 29-40, 1990.vail domestique entre conjoints
Données sociales - La société française 51 édition 2006
041.ps
N:\H256\STE\s8l6hf\DonneesSociales\041\041.vp
lundi 20 mars 2006 12:00:35

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.