Démographie et activités du littoral aquitain

De
Publié par

A titre de résidence principale, en 1999, le "littoral" accueille un Aquitain sur cinq : inégale répartition et croissance rapide de la population littorale. Plus âgée que dans l'ensemble des trois départements maritimes, la population littorale doit l'essentiel de sa croissance à l'apport extérieur. En matière d'offre d'emploi, la situation très contrastée entre les diverses zones composant le littoral, justifie des déplacements domicile-travail plus ou moins importants avec l'extérieur ou à l'intérieur des zones elles-mêmes. Tableaux, cartes, méthodologie.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 43
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
DÉMOGRAPHIE ETACTIVITÉS
DU LITTORAL AQUITAIN
A titre de résidence principale, en 1999,
le “littoral” accueille un Aquitain sur cinq.
Le “littoral”, au sens de cette étude, comprend les
Population et activités se concentrent
communes côtières situées entre Le Verdon et
surtout autour de Bayonne Hendaye, ainsi que celles qui se localisent dans une
zone limitrophe, dont la largeur varie de 5 à 30 kilo-et du bassin d’Arcachon.
mètres à l’intérieur des trois départements concernés
Plus âgée que dans l’ensemble
(Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques).
des trois départements maritimes,
Plus de 420 000 Aquitains, soit près de 19 % de la po-
la population littorale a dû l’essentiel pulation totale de ces trois départements maritimes, y
de sa forte croissance des vingt dernières vivent.
années à l’apport extérieur. Cette population résidente se compose de 43 % d’ac-
tifs, soit environ 180 000 personnes, de 24% de retrai-Entre forêts, dunes et foyers urbanisés,
tés (contre 20 % pour l’ensemble des troisl’activité économique demeure en partie
départements maritimes), ainsi que de 15 % de jeunes
liée au milieu naturel : industrie forestière de moins de 15 ans, non actifs par définition. Ces pro-
portions varient peu d’une zone à l’autre.dans les Landes, agriculture dans le Médoc,
et part importante du tourisme dans les Inégale répartition et croissance rapide
de la population littoralecommunes côtières.
En matière d’offre d’emploi, la situation Près de la moitié des habitants de cette zone se
concentrent sur la côte basque et le sud des Landes,très contrastée entre les diverses zones
entre Hendaye et Hossegor, en particulier dans l’en-
composant le littoral, justifie semble constitué par les trois communes de Bayonne,
des déplacements domicile-travail Anglet, Biarritz et à St-Jean-de-Luz. Un quart réside
dans les communes riveraines du bassin d’Arcachon,plus ou moins importants avec l’extérieur
les quatre de l’unité urbaine
ou à l’intérieur des zones elles-mêmes. au sud du “Bassin”, accueillant à elles seules plus de
54 000 habitants. Le dernier quart se répartit sur 70 %
de la zone, dans les communes plus vastes et faible-
Démographie du littoral aquitain
Taux dû au dû auÉvolution Densité
Population Population
Zones d'étude entre 1982 en 1999 d’évolution solde solde
en 1982 en 1999 2et 1999 moyen annuel migratoire naturel(hab/km )
(%)(%)
Médoc 25 701 29 960 17 20 0,91 1,28 -0,37
Arcachon 77 616 106 220 37 81 1,87 1,99 -0,12
Landes 69 470 81 946 18 31 0,98 1,08 -0,10
Côte basque et sud des Landes 175 688 202 708 15 461 0,84 0,92 -0,08
Total 348 475 420 834 21 71 1,12 1,23 -0,11
dont communes côtières 229 492 282 519 23 91 1,23 1,41 -0,18
Gironde 1 128 164 1 287 532 14 129 0,78 0,55 0,24
Landes 297 480 327 443 10 35 0,56 0,69 -0,13
Pyrénées-Atlantiques 553 868 600 197 8 78 0,45 0,48 -0,03
Ensemble des départements maritimes 1 979 512 2 215 172 12 82 0,66 0,55 0,11INSEE
Source : Insee - Recensement de la population de 1999AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 105
AVRIL 2002(Carte lissée)
Variation
Densité
de la populationde la population
communalelittorale en 1999
entre 1982 et 1999
Nombre d’habitants
par kilomètre carré Variation en %
Moins de 10
100
10 à 20
50
20 à 50
20
50 à 200 10
200 à 500 0
500 ou plus -10
Limites
Limiteslittoral aquitain
littoral aquitaindépartements
départements
communes
030 60
km 030 60
km
© INSEE-IGN 2002 © INSEE-IGN 2002
Source : Insee - Recensement de la population de 1999 Source : Insee - Recensements de la population de 1982 et 1999
riode. Les communes du Médoc et desment peuplées des Landes ou du Médoc, tion de 1999 et de celle des nouveaux
ou bien dans quelques petits centres Landes ont enregistré une augmentation arrivants. Dans les communes périurbai-
plus faible d’environ 17 %, essentielle-(Le Verdon, Soulac, Biscarosse, Mimi- nes en expansion des deux grandes ag-
zan, Parentis). ment localisée au sud du département glomérations de Bordeaux et Bayonne,
dans le cas des Landes. La partie la plus la population des nouveaux arrivants
La densité moyenne en 1999 varie ainsi méridionale, déjà relativement peuplée présente une part élevée de jeunes actifs
de 20 habitants par kilomètre carré dans et urbanisée, a vu sa population croître de accompagnés d’enfants de moins de 15
le Médoc à plus de 450 dans la bordure 15 %, ce qui correspond toutefois à près ans. Il en est ainsi au sud-est du bassin
littorale méridionale urbanisée. de 25 000 personnes supplémentaires. d’Arcachon (Le Teich, Biganos, Mios,
Marcheprime), et au nord de Bayonne,La population totale de la zone a aug-
dans la proche périphérie (Ondres, Tar-menté de 21 % entre 1982 et 1999, soit Plus âgée que celle des trois dépar- nos) ainsi que le long de la RN 10 (Bé-presque deux fois plus vite que la popu-
tements maritimes, la population nesse-Maremme, Angresse). Enlation des trois départements maritimes.
doit l’essentiel de sa croissance revanche, la pointe nord du Médoc, leToute cette bande a vu sa population
à l’apport extérieur. nord-est du bassin d’Arcachon et lacroître dans les vingt dernières années, à
partie centrale de la côte landaise comp-l’exception de quelques communes cô- Le littoral aquitain doit la quasi-totalité de
tent de 30 à 50 % de personnes de plustières ou bien de l’arrière-pays landais. sa croissance démographique à l’arrivée
de 60 ans dans leur population. C’est
de nouveaux habitants. Ces arrivées ont
Le phénomène ne s’est pas déroulé de également le cas, sur la côte basque, decompensé, et au-delà, un solde naturel
façon uniforme sur toute la bande litto- communes résidentielles telles que
partout négatif, à l’exception de quelques
rale. Dans l’ensemble, les communes de St-Jean-de-Luz ou Biarritz, dans lesquel-communes relativement plus peuplées
front de mer ont crû plus rapidement que les les nouveaux arrivants des années 90
de jeunes actifs. Il se caractérise égale-
les communes non côtières : 23 % en ont été, dans l’ensemble, plus âgés.ment par une proportion assez élevée de
moyenne pour les premières contre
personnes de plus de 60 ans : 30 % en
16 % pour les secondes. L’augmentation
moyenne dans l’ensemble des commu- Des secteurs agricole et industriel
ne s’est pas faite au même rythme du
nes littorales contre 23 % dans la totalité diversement répartis.
nord au sud. Le pourtour du bassin
des trois départements maritimes.
En 1999, quelque 148 000 actifs travail-d’Arcachon s’est développé plus rapide-
Deux catégories de communes se distin- lent dans la zone littorale, qui a globale-ment, passant de 71 000 à près de
guent de façon assez nette quant à la ment suivi les grandes évolutions des100 000 habitants entre 1982 et 1999,
structure démographique de la popula- secteurs économiques depuis 1982 :soit une augmentation de 46 % sur la pé-
oN 105
AVRIL 2002baisse de la part de l’industrie et de branche bois et papier-carton emploie qu’un fort écart entre taux masculin et fé-
l’agriculture dans l’emploi, hausse de la plus de 40 % des effectifs de l’industrie. minin. Ceci est à rapprocher d’un niveau
part du tertiaire. Les différentes régions Environ 850 emplois dans ce domaine moyen de qualification inférieur à celui
conservent toutefois leurs singularités : sont concentrés à Mimizan, dont plus de constaté dans les autres parties du litto-
500 aux Papeteries de Gascogne. ral, y compris chez les moins de 30 ans.
Le Médoc, en particulier dans son ar-
rière-pays, garde un secteur agricole en- Les communes des deux principales zo- Les Landes, surtout en retrait de la côte,
core bien présent. La part de l’industrie nes urbanisées (le bassin d’Arcachon et connaissent un taux masculin relative-
dans l’emploi y est la plus faible de l’en- surtout la côte basque) ne comptent ment plus faible, y compris chez les jeu-
semble de la zone littorale. De surcroît la qu’une faible part d’emplois agricoles. nes actifs, mais un chômage féminin
moitié des emplois industriels est directe- Le secteur tertiaire, prépondérant, y re- important.
ment liée à l’agriculture et à la sylvicul- présente de 70 à 80 % des emplois.
Enfin, dans les zones d’Arcachon et de la
ture (industries du bois, agricoles ou L’industrie occupe moins d’un actif sur
côte basque, le chômage présente desagroalimentaires). Le secteur tertiaire re- dix autour du bassin d’Arcachon. S’y
caractéristiques rencontrées fréquem-
groupe plus des trois-quarts des emplois, distingue, avec plus de 500 salariés,
ment dans les grandes villes. Les tauxavec une part relativement élevée de l’établissement de Smurfit Cellulose du
masculin et féminin y sont élevés, res-l’hôtellerie et de la restauration sur la côte Pin (fabrication de papier et carton), à
pectivement 12 et 18 %, et l’écart demédoquine (13 % de l’emploi total). Biganos.
taux plus faible qu’ailleurs.
Dans l’arrière-pays landais et son pro- La côte, au sud, est plus industrialisée :
longement vers le nord, sur les commu- 15 % des actifs employés le sont dans ce A l’inverse du sud urbanisé, au
nes à l’est du bassin d’Arcachon, le secteur. L’activité industrielle est plus di- nord, de nombreux actifs quittent
secteur agricole et sylvicole occupe éga- versifiée que sur le reste du littoral. Avec le littoral pour travailler.
lement une proportion non négligeable les deux établissements de Tarnos (Tur-
Avec environ 148 000 emplois sur place
d’actifs. A la différence du Médoc, la boméca) et d’Anglet (Dassault Aviation),
et 154 000 actifs résidents ayant un em-
part d’actifs employés dans l’industrie y l’industrie aéronautique constitue le seul
ploi, le littoral aquitain accuse un déficit
demeure importante, malgré une dimi- secteur comprenant des unités de plus
global des offres d’emploi. Toutefois,
nution depuis 1982. Sur dix emplois in- de 1 000 salariés sur le littoral aquitain.
dans ce domaine, la situation demeure
dustriels, quatre sont offerts par les
très contrastée d’une zone à l’autre.Un taux de chômage plus élevé,industries du bois et du papier. Ce der-
particulièrement chez les femmes.nier secteur, majoritairement composé Les communes à l’est du bassin d’Arca-
de petites entreprises, comporte quel- Le chômage touche en moyenne un actif chon, qui font partie de l’aire urbaine de
ques unités plus importantes, comme Bordeaux, sont les plus déficitaires.sur sept dans l’ensemble de la zone litto-
Smurfit-Rol Pin qui emploie plus de 250 rale. Si le taux de chômage féminin est Seuls trois actifs résidents sur dix y tra-
actifs à Labouheyre. Au sud, les quelque partout élevé, le taux masculin varie sen- vaillent. La moitié de la population ac-
900 salariés de l’entreprise Labeyrie re- siblement selon les endroits. tive résidente travaille hors de la zone
présentent près du tiers des actifs de l’in- littorale, pour une large part dans l’ag-
Le Médoc présente les taux de chômagedustrie de l’arrière-côte landaise. glomération bordelaise, et 16 % dans les
masculin et féminin les plus élevés (res- communes voisines bordant le “Bassin”.
A la différence de son arrière-pays, la pectivement 13 et 22 %), particulière-
côte landaise occupe peu d’actifs dans le ment chez les jeunes actifs (25 % pour Le Médoc connaît, en revanche, des
secteur agricole (4 %). Un actif sur six les hommes de 20 à 30 ans, près de 40 % échanges quasi-nuls avec le reste du lit-
travaille dans l’industrie. Là encore, la pour les femmes du même âge), ainsi toral en termes de déplacements domi-
Activité et chômage dans le littoral aquitain Unité : %
Taux de chômage
Part des secteurs d'activités dans les emplois de la zone (population résidente de la zone)
Agriculture Bâtiment Industrie Services Total Femmes Hommes Total
Médoc 10 7 7 76 100 22 13 17
Bassin d’Arcachon communes côtières 5 7 9 79 100 19 11 15
hors communes côtières 9 8 23 60 100 18 9 13
Landes 4 8 16 71 100 21 10 15 10 10 29 51 100 18 8 12
Côte basque et sud des Landes 1 6 15 78 100 18 12 15
Gironde 7 13 6 74 100 17 12 14
Landes 9 17 7 68 100 16 8 12
Pyrénées-Atlantiques 12 16 6 66 100 16 9 12
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
oN 105
AVRIL 2002oN 105
AVRIL 2002
cile-travail, même pour les communes
Migrations alternantes proches du nord du bassin d’Arcachon.
dans la zone littorale Les deux tiers de sa population active y
ont leur emploi. Le tiers restant quitte la
zone littorale aquitaine, pour travailler
Nombre de migrants
domicile-travail majoritairement dans l’agglomération
de Bordeaux.
10 000
Les communes riveraines du bassin2 500
d’Arcachon voient presque les trois-quarts625
de leurs actifs résidents y exercer leur acti-
vité. Le quart restant est occupé en qua-
sorties de la zone littorale si-totalité hors de la zone littorale,
entrées dans la zone littorale
principalement à Bordeaux et dans sa
flux internes
banlieue. Le “Bassin” attire également un
nombre important d’actifs résidant à l’ex-
térieur, dans les communes voisines à l’est
ou bien dans celles du nord des Landes,
mais aussi hors du littoral.
Limites
Une forte proportion, soit 80 %, d’actifs
littoral aquitain
habitant dans la zone landaise y travail-
sous-ensembles
lent aussi. Moins de 7 % restent sur le lit-
toral pour exercer leur activité dans la
zone d’Arcachon ou bien au sud, dans sa
Source : Insee - Recensement de la population de 1999 partie urbanisée. Seuls 13 % possèdent
© INSEE-IGN 2002
leur emploi hors du littoral, en majorité
dans la région dacquoise.
Méthodologie
La côte basque et le sud des Landes em-
La présente étude reprend les conclusions tirées par l’INSEE dans le cadre de sa collaboration aux tra-
ploient neuf actifs résidents sur dix. Cette
vaux de la “Mission Littoral”, lancée en octobre 2001.
zone est la seule du littoral aquitain à at-
Les problématiques relatives au littoral ne se limitant pas aux seules communes côtières, un zonage
tirer plus d’actifs qu’elle n’en envoie àd’étude plus large a été défini. Outre les communes côtières, il inclut des de l’arrière-pays,
de façon à former une bande littorale dont la profondeur varie entre 10 km (sur la côte basque) et 40 l’extérieur.
km (à la hauteur de Belin-Béliet), soit 107 communes au total. Les deux communes non côtières de
Biscarosse et de Parentis en Born, riveraines d’étangs et qui relèvent de ce fait de la loi “Littoral”, ont
été incluses dans les communes côtières.
Frédéric CHATEL
Dans le cadre de cette étude, la zone littorale définie a été découpée en quatre sous-zones, pour tenir
compte de sa diversité en termes géographique et démographique. Ont été distinguées, du nord au
sud :
- la zone médoquine, du Verdon-sur-Mer au Porge ; POUR EN SAVOIR PLUS...
- les communes riveraines du bassin d’Arcachon, ainsi que quelques communes plus à l’est (Marche-
“Dynamique démographique Cantonsprime, Mios, Belin-Béliet, Salles, Lugos), qui font partie de l’aire urbaine de Bordeaux ;
- la côte landaise, de la limite nord du département des Landes à la limite nord de l’aire urbaine de d’Aquitaine 1962-1999” Insee Aquitaine
Bayonne ; n° 90-Novembre 2000 - (4 pages) -
- une dernière zone composée de la côte des Pyrénées-Atlantiques et du sud des Landes. 2,29 euros.
Directeur de la publication : Michel Schrantz - Rédacteur en chef : Paul Ahmed Michaux -
Assistante de rédaction : Christiane Fournier - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3615 ou 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e© INSEE 2002 - n° ISSN 1246-3809 - Dépôt légal 2 trimestre 2002
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA10508
Prix : 2,2€ - Abonnement : France : 12 numéros 22€ - Étranger : 27€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.