Démographie : les bassins de naissances en Champagne-Ardenne

De
Publié par

Plus de 16 600 bébés sont nés en Champagne-Ardenne en 1997, répartis sur 14 bassins de naissances. Les trois principaux, Charleville-Mézières, Troyes et Reims, enregistrent près de deux naissances sur trois. Le pôle rémois en concentre, à lui seul, près du tiers. L'activité des maternités est plus importante dans les grandes villes. Au delà des échanges interrégionaux liés à la proximité géographique des centres d'accouchement, si 86% des champardennaises accouchent dans leur bassin de rattachement, 14% préfèrent accoucher ailleurs. Réciproquement, les bassins régionaux de naissances bénéficient de naissances extérieures.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 43
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Direction Régionale des Affaires
Sanitaires et Sociales de
Champagne-Ardenne
Nº 22 - avril 2001 - Prix : 15F (2,29€)
Démographie
L es bassins de naissances en Champagne-Ardenne
La Champagne-Ardenne était, après la seconde guerre temps, les futures mamans privilégient une maternité proche
mondiale, l’une des régions du « croissant fertile ». Avec plus de leur domicile, la proximité s’évaluant à la fois en terme de
de 26 000 enfants nés vivants chaque année entre 1946 et distance et de facilité de communications - routières essen-
1950, la région contribuait à la natalité nationale pour une tiellement.
part bien supérieure à celle de sa population. Résultant à la Le souci de planification, en matière de santé, amène donc à
fois de la jeunesse de la population et d’une fécondité élevée, étudier le niveau d’activité et leur aire d’influence des ma-
cette « sur-natalité » n’est plus aujourd’hui qu’un souvenir. ternités. Le rapprochement entre la commune de naissance
Depuis le début des années quatre-vingt-dix, alors que les de l’enfant et la commune de domicile de la mère permet
Champardennais représentent encore 2,3% des Français, ils d’évaluer la fréquentation des maternités et ainsi d’estimer le
donnent au pays un peu moins de 2,3% de ses bébés. Ainsi le volume et la qualité de l’offre, en rapport avec les besoins.
nombre de naissances vivantes, de 25 000 encore en 1965, On peut, en effet, en exploitant simultanément ces informa-
est passé en dessous de 20 000 depuis 1983 pour atteindre tions, déterminer un taux d’attraction qui lie les communes
16 600 sur la période 1993-1997. de résidence des mères et celles des lieux d’accouchement.
Souvent invoquée pour expliquer le recul de la fécondité, L’étude de ces taux permet de dégager des aires géographi-
l’évolution des modes de vie concerne de nombreux domai ques homogènes en terme de comportement des futures ma- -
nes, et particulièrement tout ce qui touche à la santé. Suivies mans. Enfin, chacune de ces zones, appelée « bassin de
tout au long de leur grossesse, les femmes accouchent le plus naissances », est dotée d’un « pôle de naissances » qui ac-
souvent dans des maternités où elles bénéficient d’un envi cueille la majorité des accouchements.-
ronnement de plus en plus sécurisé, de nature à éviter - ou En 1997, la Champagne-Ardenne compte ainsi vingt et un
pallier - les éventuels problèmes. En conséquence, les nais- centres d’accouchement répartis sur quatorze pôles configu-
sances à domicile sont maintenant excep-
tionnelles, hormis dans des communes
Nombre de naissances selon le département de domicile de la mèreéquipées d’établissements hospitaliers dotés
entre 1990 et 1997d’un service de gynécologie-obstétrique qui
constituent une proximité sécurisante.
1990 1994 1995 1996 1997
Mais comment les femmes choisissent-elles
Ardennes 4 018 3 611 3 704 3 728 3 666« leur » maternité ? La notoriété de l’établisse-
Aube 3 733 3 468 3 510 3 646 3 514ment ou du praticien, les antécédents per-
sonnels ou familiaux ou le souhait de se Marne 7 712 7 050 7 281 7 181 7 062
rapprocher des parents sont autant de fac- Haute-Marne 2 743 2 176 2 311 2 298 2 377
teurs qui peuvent intervenir et expliquer,
Champagne-Ardenne 18 206 16 305 16 806 16 853 16 619avec les naissances prématurées, les accou-
chements dans des lieux très éloignés du do- Source : INSEE - Etat Civil 1990-1997
micile de la mère. Toutefois, la plupart du
INSEE Flash Champagne-Ardennerant autant de bassins de naissances. Les trois Quartorze bassins de naissances en 1997 en Champagne-Ardenne
principaux, Charleville-Mézières, Troyes et
Reims enregistrent près de deux naissances
sur trois, le pôle rémois concentrant, à lui
seul, près du tiers des naissances. Ce bassin
est bien sûr marqué par le poids de l’agglo-
mération de Reims, mais il exerce également Bassin de Revin
son influence en dehors des limites adminis-
tratives régionales et plus particulièrement
sur les communes frontalières de l’Aisne.
Bassin de
Plus généralement, 5% des naissances enre-
Charleville-Mézières
gistrées en Champagne-Ardenne sont celles
Bassin de Sedand’enfants dont la mère n’est pas champar-
Bassindennaise.de RethelSi le bassin rémois déborde les limites régio-nales, à l’inverse, des communes
champardennaises sont incluses dans des
Bassin de Reimsbassins dont les pôles sont implantés hors dela région. C’est le cas de certaines communes Bassin de
de la Haute-Marne où la majorité des fem- Châlons-en-ChampagneBassin demes va accoucher à Neufchâteau dans les
Château-Thierry
Vosges ou à Dijon en Côte d’Or. Bassin
Bassin de Bar-Le-Duc
d'Épernay Bassin de Vitry-le-FrançoisL’activité des maternités Bassin de
VProvinsplus importante dans
Bassin de Saint-Dizier
Bassin deles grandes villes
Romilly-sur -Seine
Bassin deBassin de
Au-delà des échanges interrégionaux liés à la NeufchâteauBar-sur-Aube
Bassin deTroyesproximité géographique des centres d’ac- Bar-sur-AubeBassin deroyescouchements, si les Champardennaises sont
Chaumont
très nombreuses à accoucher dans leur bas-
sin de rattachement (86% en moyenne), plus
d’une sur dix (14% en moyenne) préfère ac- Bassin de Langres
coucher ailleurs. Réciproquement, les bas-
sins de naissances régionaux bénéficient de
naissances extérieures. Ainsi, entre 1994 et Bassin de
1997, cela a été le cas pour 15% des naissan- Dijon
ces enregistrées.
L’importance que peuvent prendre ces phé-
nomènes d’échanges entre bassins , sont
mesurés à l’aide de deux indicateurs : le taux
Source : INSEE - Etat Civil 1994-1997de fuite qui mesure la propension des futures
© INSEE-IGNmamans à accoucher en dehors de leur pôle
de rattachement et le taux d’apport qui cor-
Les naissances en Champagne-Ardenne : comment adapter l’offre de soins aux besoins de la population ?
Dans le cadre de l’élaboration du Schéma Régional de l’Organisation Sanitaire (SROS), le volet relatif à la périnatalité a conduit à mettre en place une colla-
boration entre l’Agence Régionale de l’Hospitalisation (ARH), la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS) et l’Institut National de la
Statistique et des Etudes Economiques (INSEE). En effet, la planification sanitaire des équipements et des activités, dans le respect des contraintes techniques
et de sécurité liées au suivi des grossesses, à l’accouchement et au post-partum, nécessite de connaître le « recrutement » des différentes maternitésdelaré-
gion, notamment sur des aspects tels que leur attractivité en terme de rayonnement géographique.
Une telle analyse est réalisable à partir de renseignements issus des déclarations de naissances recueillies dans les bureaux de l’état civil. Les bulletins, trans-
mis à l’INSEE pour la mise à jour du répertoire des personnes physiques, identifient avec précision la commune où a lieu l’accouchement et celle du
domicile de la mère. Dans le premier cas, on parle de naissances enregistrées, pour la plupart comptabilisées dans les villes équipées de maternités ; dans le
second, il s’agit de naissances domiciliées, ces dernières étant en revanche disséminées sur l’ensemble du territoire.
L’exploitation simultanée de ces deux informations met en évidence les relations existant entre les villes « pôles » et des espaces plus ou moins étendus,
constitués de localités dont les habitantes choisissent en majorité d’accoucher dans les établissements hospitaliers du pôle.
La délimitation de ces ensembles de communes, appelés « bassins de naissances », et l’étude de leurs caractéristiques, constituent en quelque sorte un état
des lieux de la natalité en Champagne-Ardenne. La seconde étape, consistant en une évaluation des besoins à venir (réalisée à l’aide d’un modèle de projec-
tions démographiques), apporte un éclairage complémentaire sur l’offre de soins à mettre en place.
INSEE Flash Champagne-Ardennerespond à celle qu’elles ont à venir accou- Typologie des bassins de naissances en Champagne-Ardenne
cher dans un pôle champardennais alors
qu’elles résident dans un autre bassin de
naissances. Ces taux ont été calculés pour
Taux d'apport (%)
chacun des quatorze pôles de la région sur la
30
période allant de 1994 à 1997 et leur croise-
ment, c’est à dire l’analyse conjointe des
Romilly-sur-Seine25deux taux, a permis de les répartir à l’inté-
rieur de trois grands groupes caractéristi-
Bar-sur-AubeReimsques. 20
RethelLe premier, avec 64% des naissances EpernaySaint-Dizier
Sedanenregistrées dans la région est constitué de LangresCharleville-15
Mézièresgrands bassins excédentaires (taux d’apport
Vitry-le-FrançoisChaumont
supérieur au taux de fuite). Ainsi, dans les
Revin
10bassins de Reims, Troyes et Charleville-Mé- Troyes Châlons-en-Champagne
zières moins d’une femme sur dix décide
d’accoucher hors de son pôle de rattache- 5
ment tandis qu’une part non négligeable des
Bassinsnaissances enregistrées sont le fait de futures
0
mamans domiciliées à l’extérieur des limites
0 5 10 15 20 25 30 35 40
géographiques du bassin. C’est également le
Taux de fuite (%)
cas dans celui de Saint-Dizier, moins impor-
tant que les trois précédents, où là encore, le
Source : INSEE - Etat Civil 1994-1997
taux d’apport y est supérieur au taux de fuite
(respectivement 16% et 14%). La situation
socioprofessionnelle des futures mères n’a
que peu d’influence sur le choix du lieu
1982-1990, le nombre de naissances domiciliées ned’accouchement. Optant sans doute pour des pôles plus im-
baisserait que de 6% pour l’ensemble des quatre bassins. Laportants et qu’elles jugent plus attractifs, on constate toute-
fermeture, à l’été 2000 de la maternité de Bar-sur-Aube, defois qu’exception faite du bassin rémois, les femmes des -
vrait venir gonfler ce nombre dans celui de Troyes. En conséclasses les plus aisées fréquentent plus facilement des mater --
quence, la diminution des naissances dans ce pôle devraitnités d’autres pôles. Attractifs entre 1994 et 1997, ces bassins
être moins importante que prévue.devraient le rester à l’horizon de 2005. En faisant des hypo-
Le deuxième groupe se définit non seulement par un tauxthèses de maintien de la fécondité observée en 1990 et de
d’apport inférieur au taux de fuite, mais aussi par un taux depoursuite des tendances migratoires de la période
Naissances entre 1994 et 1997 dans les pôles de Champagne-Ardenne
Nbre de naissances Nbre de naissances Taux de Taux de Taux
enregistrées sur le pôle domiciliées dans le bassin stabilité “fuite” d’apport
Domiciliées Non Total Dont enregis Total En % En % En %-
dans le bassin domiciliées trées hors du
dans le bassin pôle
Charleville-Mézières* 6 779 1 078 7 857 701 7 480 90,6 9,4 13,7
Rethel 1 081 284 1 365 636 1 717 63,0 37,0 20,8
Revin 1 477 183 1 660 419 1 896 77,9 22,1 11,0
Sedan 2 549 438 2 987 555 3 104 82,1 17,9 14,7
Bar-sur-Aube 917 227 1 144 298 1 215 75,5 24,5 19,8
Romilly-sur-Seine 1 404 516 1 920 647 2 051 68,5 31,5 26,9
Troyes 10 196 850 11 046 695 10 891 93,6 6,4 7,7
Châlons-en-Champagne 4 311 522 4 833 942 5 253 82,1 17,9 10,8
Epernay 3 077 587 3 664 1 102 4 179 73,6 26,4 16,0
Reims 16 307 3 843 20 150 992 17 299 94,3 5,7 19,1
Vitry-le-François 1 746 299 2 045 453 2 199 79,4 20,6 14,6
Chaumont 2 801 467 3 268 596 3 397 82,5 17,5 14,3
Langres 1 227 240 1 467 480 1 707 71,9 28,1 16,4
Saint-Dizier 3 190 616 3 806 534 3 724 85,7 14,3 16,2
Source : INSEE - Etat Civil 1994-1997
* y compris Villers-Semeuse
INSEE Flash Champagne-Ardennestabilité plus faible (compris entre 78% et 82%). Châ-
De la théorie à la pratique : données, outils et résultats lons-en-Champagne, Chaumont, Vitry-le-François, Revin et
Sedan réalisent davantage d’échanges avec les autres bassins
Le traitement informatique des bulletins de naissances comportant une
et enregistrent, à eux cinq, 22% des naissances de la Cham-
phase de codification assez longue, les dernières données disponibles
pagne-Ardenne. En moyenne, deux femmes sur dix y habi-
lors de la réalisation de l’étude étaient celles de 1997. En outre, il était
tant choisissent une maternité hors du pôle tandis qu’un
indispensable de travailler sur une période de stabilité de l’équipement
dixième des naissances enregistrées est le fait d’une femme
hospitalier régional, au moins en terme de géographie. Ainsi, la ferme-
venue de l’extérieur du bassin. Dans ce groupe, le lien entre
ture de la maternité de Vouziers, en 1993, a-t-elle restreint le champ de
le lieu d’accouchement et la situation socioprofessionnelle
l’analyse aux naissances survenues au cours de la période allant de
de la mère est plus marqué, les futures mamans des classes
1994 à 1997. Seuls, les évènements enregistrés dans des communes
les plus aisées optant pour une maternité hors pôle deux fois
dotées de maternités ont été pris en compte, une infime part d’entre eux
plus souvent que les autres. D’ici 2005, les échanges avec lesayant d’ailleurs pu survenir à domicile ou sur le trajet. Les résultats ont
autres bassins devraient s’accentuer et les accouchements
abouti à la délimitation de quatorze bassins de naissances, correspon-
loin du domicile se développer, ce qui devrait se traduire pardant à autant de pôles situés en Champagne-Ardenne . Confirmant l’at-
une baisse du nombre de naissances plus marquée que danstractivité des établissements rémois sur une frange du département de
les deux autres groupes (environ - 10%). Néanmoins, commel’Aisne, ils ont aussi fait apparaître celle des maternités implantées dans
dans le premier groupe, la fermeture de la maternité dedes villes d’autres régions, choisies par une partie des futures mamans
Bar-sur-Aube devrait se traduire par un accroissement deschampardennaises en raison de leur proximité.
naissances dans le bassin de Chaumont.Les projections, effectuées à l’aide du modèle démographique
Le troisième groupe (14% des naissances enregistrées) rasOMPHALE, annoncent d’ici 2005 une diminution du nombre des nais --
semble de petits bassins déficitaires ouverts sur les autres.sances, sensible dans chacun des bassins. Le logiciel, basé sur les re-
Romilly-sur-Seine, Bar-sur-Aube, Rethel, Epernay et Langrescensements de population et les statistiques de l’état civil, a été utilisé
avec des hypothèses fondées sur des données anciennes : maintient de enregistrent des taux de fuite et d’apport élevés, supérieurs à
la fécondité observée en 1990 et poursuite des tendances migratoires 25% pour les premiers et variant de 16% à 27% pour les se-
de la période 1982-1990. On peut s’attendre à ce que la nouvelle ver- conds. Dans cet ensemble comme dans le deuxième, les
sion (disponible en 2001), qui intégrera les évolutions constatées entre femmes des catégories les plus aisées choisissent deux fois
1990 et 1999, confirme cette orientation à la baisse en raison de la plus souvent une maternité qui est à l’extérieur de leur pôle
chute de la fécondité et du vieillissement de la population féminine. Le de rattachement. Avec un taux d’apport moyen voisin de
recul de la natalité devrait continuer à peser sur l’activité des maternités in- 20%, le recul des naissances dans les quatre bassins subsis-
fluencée, de plus, par la fermeture de certaines maternités. Par ailleurs, le tant fin 2000, devrait à l’horizon de 2005, atteindre 8% en
contour géographique des bassins de naissances est d’ores et déjà modifié moyenne.
suite à la fermeture en 2000 de l’établissement de Bar-sur-Aube.
Clarisse LEFEVRE
Direction régionale des Affaires
sanitaires et sociales
Définitions Martine AUGIAT
Le taux de stabilité est obtenu en rapportant le nombre de naissances
domiciliées dans le bassin et enregistrées sur le pôle à celui du total des
naissances domiciliées dans le bassin. Il est maximal pour les bassins
les plus importants en nombre de naissances.
Le taux de “fuite”est obtenu en rapportant le nombre de naissances do-
miciliées dans le bassin et enregistrées hors du pôle à celui du total des
naissances domiciliées dans le bassin. Ce taux est complémentaire au
taux de stabilité. Il est élevé pour des “petits” bassins (en nombre de
naissances).
Le taux d’apport est obtenu en rapportant le nombre de naissances en-
registrées sur le pôle et non domiciliées dans le bassin au total des nais-
sances enregistrées dans les pôles de la région.
Dès sa parution, INSEE FLASH Champagne-Ardenne est disponible
sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr/champagne-ardenne
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.61.00
Directeur de la publication : Michel Gaudey, Directeur régional de l’INSEE - Chef du Service Etudes et Diffusion : Guy Bourgey
Rédacteur en chef : Johara Khélif - Secrétaire de rédaction : Marie-Paule Le Coadou - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Guy Bourgey - Abonnements : Sylviane Mulder
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Le numéro : 15F (2,29 euros) Abonnement : 11 numéros 130F (19,82 euros) (France), 162F (24,70 euros) (Europe), 175F (26,68 euros) (reste
du monde) ou 11 numéros + dossier “Bilan économique” : 160F (24,39 euros) (France), 200F (30,50 euros) (Europe), 216F (32,93 euros)
(reste du monde).
© INSEE-2001 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA012260 Dépot légal : avril 2001
INSEE Flash Champagne-Ardenne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.