Déplacements domicile-travail : toujours plus nombreux et toujours plus loin

De
Publié par

Distance moyenne parcourue en 1999 par les actifs limousins. Comparaison avec les autres régions françaises. Proportion de limousins qui quittent leur commune de résidence pour aller travailler. Quelles communes limousines attirent les actifs? Mode de transport utilisé pour les déplacements. Graphiques, tableaux, cartes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 87
Tags :
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

société
Déplacements
domicile-travail :
toujours plus nombreux et
toujours plus loin
8,9 kilomètres : c'est la distance la Corse ont des distances deVéronique Livertout
moyenne que parcourent, en parcours inférieures à celle du
1999, les actifs limousins pour se Limousin. Une très forte
rendre à leur travail. C'est hétérogénéité est observée au
1,7 km de plus qu'en 1990. sein des régions françaises.
Pourtant, ils sont plutôt bien Quand un Picard parcourt en
lotis comparés à leurs moyenne près de 14 km entre
homologues français. En effet, son domicile et son travail, un
ces derniers doivent parcourir Corse n'en fait que 7,6. La
De plus en plus d'actifs en moyenne 9,8 km pour aller moitié des régions françaises ont
limousins travaillent travailler, soit 1,6 km de plus des distances moyennes de
hors de leur commune que neuf ans auparavant. Seules déplacements domicile-travail
la Franche-Comté, l'Auvergne et comprises entre 9 et 10 km. Lesde résidence. Les
migrations alternantes
continuent donc de
s'amplifier. Et les
trajets parcourus sont
de plus en plus longs.
Les actifs résidant en
milieu périurbain sont
les plus touchés par ce
phénomène. Dans la
région, les actifs
creusois sont les plus
mobiles. Néanmoins,
globalement, le
Limousin reste
privilégié comparé à la
situation nationale.
8 r insee limousin8 r plus longues étant relevées dans milieu rural, elles sont localisées
les régions périphériques à l'Île- à 60 % en Corrèze et 25 % en
de-France. Creuse.
Depuis 1990, les distances
Des trajets domicile-
moyennes parcourues par les
travail qui s’allongent
actifs ont diminué dans donc près de
seulement 59 communes En 1999, les actifs creusois sont 2,4 km supplémentaires en
limousines. Situées à 80 % en les Limousins qui ont les moyenne que les actifs creusois
distances doivent parcourir pour leurs
moyennes de navettes quotidiennes.
déplacements Les actifs résidant dans les pôles
domicile-travail urbains de la région sont ceux
les plus longues : qui parcourent le moins de
9,3 km contre 9,1 kilomètres pour rallier leur
pour les Haut- travail : 7 en moyenne en 1999.
Viennois et En effet, les pôles urbains étant
8,3 pour les également les principaux pôles
Corréziens. Cela d'emploi, cela réduit les
marque un distances. À l'opposé, les
changement par habitants des communes
rapport à 1990. périurbaines sont ceux qui en
En effet, à cette parcourent le plus : 11 en
date, les Haut- moyenne. Ces communes, à forte
Viennois avaient proportion de population jeune
les parcours les et dont les deux conjoints sont
plus longs avec en général actifs, n'ont souvent
7,6 km suivis des qu'un statut de banlieue
Creusois résidentielle à faible taux
(6,9 km) et des d'emplois. Quant aux communes
Corréziens appartenant à l'espace rural,
(6,6 km). Ce sont leurs actifs parcourent en
moyenne 10 km pour rejoindre
leur lieu de travail.
Ces notions kilométriques pour
mesurer les déplacements
domicile-travail doivent
cependant être nuancées par les
notions de temps mis pour
parcourir ces distances. 10 km à
effectuer en milieu périurbain
insee limousin r 9 r 9ne prennent pas le même temps de parcours tout en maintenant, élevée puisque 61 % des actifs
que 10 km en milieu rural. Les voire diminuant, le temps de sont dans ce cas ; ils étaient 52 %
infrastructures jouent un rôle trajet. Ceci, cumulé avec le poids en 1990. De plus, un
essentiel et de plus en plus important du rural et une élargissement de la palette des
discriminant pour les densité d'emplois faible, communes fréquentées par les
communes. En effet, lorsqu'une explique la situation moins migrants est observé. Si le
localité est traversée par une favorable de la Creuse. nombre de flux augmente, il se
autoroute, cela permet à ses diversifie également.
De plus en plus de
habitants d'allonger la distance Seules trois régions françaises
migrations alternantes
ont plus d'actifs résidant et
Depuis 1990, le phénomène des travaillant dans la même
migrations alternantes s'est commune que d'actifs sortants
amplifié, tant en Limousin qu'en de leur commune de résidence
France. En effet, en 1999, près pour aller travailler : la Corse
d'un Limousin sur deux ne (37 % de sortants), Provence-
travaille pas dans sa commune Alpes-Côte d'Azur (45 %) et le
de résidence contre un peu plus Limousin. La superficie des
d'un sur trois neuf ans communes du sud de la France
auparavant. En France, cette plus élevée que dans les régions
proportion est beaucoup plus du nord peut expliquer en
partie ce phénomène. En outre,
Les destinations extérieures
des migrants limousins
À peine 4 % des actifs limousins vont
travailler dans une autre région de
métropole. C'est proche de la
moyenne nationale de 4,3 %. Une
trentaine de communes limousines
sont concernées pour plus du quart
de leurs actifs par ces déperditions.
Elles sont situées aux franges des dé-
limitations régionales. Le premier
département à accueillir les actifs
limousins est la Dordogne avec plus
de 1 600 migrants. Viennent ensuite
le Lot et l'Indre (autour de 1 000
migrants chacun), l'Allier et la Cha-
rente (750 chacun), le Puy de Dôme
et Paris (600 chacun).
Les actifs creusois sont les Limou-
sins les plus mobiles. En effet, 9 %
d'entre eux quittent leur départe-
ment pour aller travailler. C'est deux
fois plus que les Hauts-Viennois. Les
communes les plus concernées par
ces départs étant localisées aux li-
mites départementales, les principa-
les destinations des migrants sont les
départements limitrophes.
10 r insee limousin10 r pour le Limousin, les emplois Quelles communes limousines attirent les actifs ?
sont plutôt de type rural, Peu de communes du Limousin sont attractives en terme d'emplois. Seulement 93
polarisés, donc attirant peu de d'entre elles sur 747 que compte la région ont plus d'actifs qui viennent tra-
vailler sur leur territoire que d'actifs qui le quittent pour se rendre sur leur lieupopulation et suscitant peu de
de travail. Pour 90 %, ce sont des communes situées en milieu rural. Toutefois,déplacements d'actifs. À
en terme d'effectifs bruts, elles n'en regroupent que le quart. En effet, les huit
l'opposé, les régions du nord et communes urbaines dont le solde des entrées-sorties d'actifs est positif concen-
du nord-est de la France ont de trent à elles seules les trois quarts des actifs se trouvant dans cette situation.
À l'opposé, les localités où ce solde est fortement négatif sont les communesforts taux de sortants. Le niveau
périphériques aux pôles urbains de la région et celles situées aux abords desd'urbanisation, l'existence de
grands axes routiers : l'espace urbain Limoges-Saint-Junien, celui de Brive-Tulle,
pôles d'emplois exerçant leur autour d'Ussel, Guéret, Aubusson et La Souterraine, et le long de l'autoroute
pouvoir d'attraction sur de larges A20 et de la nationale 89.
couronnes périurbaines, mais
aussi la finesse du maillage résidence pour se rendre à leur de résidence pour rallier leur
communal, sont autant de travail. C'est 2,5 fois plus que travail contre seulement 32 % en
facteurs explicatifs. les actifs demeurant dans un Limousin. Il faut voir ici le poids
pôle urbain et 1,6 fois plus que important des grands bassins
Les actifs résidant en
ceux habitant en milieu rural. d'emploi au niveau national qui
milieu périurbain plus
Au niveau national, une plus s'étendent sur plusieurs
mobiles
grande mobilité des actifs communes. Un léger écart est
Près de 80 % des actifs limousins résidant dans un pôle urbain est également observé au niveau des
des couronnes périurbaines observée. En effet, 58 % de localités situées en milieu rural.
quittent leur commune de ceux-ci quittent leur commune Moins d'un actif limousin sur
insee limousin r 11insee r 11Les trois-quarts desdeux habitant ce type de transports en commun sont
actifs limousinscommunes travaille dans une beaucoup moins présents. Pour
utilisent la voitureautre contre 55 % au niveau preuve : que ce soit en Corrèze
comme mode denational. Le poids du secteur ou en Creuse, seulement un actif
transport
agricole dans la région explique sur cent utilise ce mode de
Quels moyens de transporten partie ce constat. transport pour aller travailler.
utilisent les Limousins pour seNéanmoins, en Limousin comme En outre, la part des
rendre à leur travail ? Pour lesen France, les évolutions les agriculteurs étant élevée dans la
trois-quarts : la voiture. Un peuplus notables depuis 1990 ont région, les actifs n'ayant recours
plus d'un actif sur six préfère laété observées pour les actifs à aucun mode de transport sont
marche à pied ou, compte tenuhabitant les communes rurales. donc proportionnellement plus
de l'activité exercée comme leD'un peu plus d'un actif nombreux, notamment en
travail à domicile par exemple,limousin sur trois quittant sa Creuse, où un actif sur six est
n'a recours à aucun moyen decommune de résidence pour dans ce cas.
transport. Les transports enaller travailler, le taux atteint
commun n'ont la faveur que depratiquement aujourd'hui un sur
2,5 % des Limousins. Quant àdeux. Principale explication : la
DéfinitionsDéfinitionsDéfinitionsDéfinitionsDéfinitions
l'utilisation de plusieurs modespolarisation des emplois dans les
Migrant : actif ayant un emploi quide transport, elle ne concernepôles urbains. Alors que leur
travaille hors de sa commune de ré-
qu'un peu plus de 4 % des actifspart en milieu urbain a sidence.
de la région. Ces pratiques deprogressé de 2,6 % depuis 1990, Migration alternante (ou navette
domicile-travail) : déplacementtransport diffèrent de celleselle a diminué de 14 % en milieu
d'actif ayant un emploi hors de saobservées au niveau national. Enrural. Aujourd'hui, à peine le
commune de résidence.
effet, même si la voiture dominetiers des emplois limousins est Distance : les kilométrages cités
largement, à peine deux françaissitué dans l'espace à dominante correspondent aux distances à vol
d'oiseau entre les mairies des com-sur trois l'utilisent. Par contre,rurale. De plus, la nature et la
munes de résidence et de lieu de tra-plus de 10 % d'entre euxqualification de ces emplois se
vail. Pour les actifs résidant et tra-
empruntent les transports ensont modifiées depuis 1990. vaillant dans la même localité, on
commun. Et leur a affecté par convention une
distance égale à la moitié de la ra-les modes
cine carrée de la superficie de leurcombinés de
commune. De plus, s'agissant de tra-
transport sont jets quotidiens et non hebdomadai-
plus res, n'ont été gardées que des lon-
gueurs de trajets inférieurs à 150développés.
km et les actifs travaillant à l'étran-Ces écarts de
ger ont été exclus.
comportement Taux de sortie d'actifs de la com-
tiennent au mune A : nombre d'actifs de la com-
mune A allant travailler dans unecaractère
autre commune / population activerural et moins
occupée de A.
urbanisé du Taux d'entrée d'actifs dans la com-
Limousin. Les mune A : nombre d'actifs d'autres
communes / nombre d'emplois de lavilles de
commune A.grande taille
Solde des entrées-sorties d'actifs de
étant peu la commune A : actifs entrants dans
nombreuses, la commune A - actifs sortants de la
commune A.les réseaux de
12 r insee limousin

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.