Difficultés face à l'écrit : Midi-Pyrénées dans la moyenne française

De
Publié par

En Midi-Pyrénées, près de 200 000 personnes éprouvent des difficultés importantes face à l´écrit, soit 12 % de la population régionale de 18 à 65 ans, proportion voisine de celle constatée au niveau national. Les trois quarts d´entre elles sont considérées comme étant en situation d'illettrisme car elles ont été scolarisées en France. Deux sur trois ont pour langue maternelle le français. L´âge et le sexe sont déterminants : les difficultés face à l´écrit touchent davantage les personnes âgées de plus de 50 ans et les hommes. Dernier constat, le phénomène touche aussi les personnes ayant un emploi : 10 % d´entre elles rencontrent des difficultés importantes face à l´écrit. Précision : Le champ couvert par l’étude comprend l’ensemble des personnes en difficulté importante face à l ‘écrit. Parmi elles, on distingue : - les personnes qui ont été scolarisées en France (en situation d’illettrisme) ; - les personnes qui ont été scolarisées à l’étranger (français de langue étrangère) ; - les personnes qui n’ont jamais été scolarisées (en situation d’analphabétisme). La lecture, la compréhension d’un texte simple et la production de mots écrits ne vont pas de soi pour tout le monde. Ces trois piliers de l’expression écrite sont fragiles pour une partie de la population. On le savait déjà pour ceux dont le français n’est pas la langue maternelle ou pour les personnes qui n’ont jamais été scolarisées, ni en France ni à l’étranger. On le sait maintenant un peu mieux aussi pour ceux qu’il est convenu de qualifier « en situation d’illettrisme » : ayant été scolarisés en France, ils représentent 9 % de la population des 18 - 65 ans et leur vie quotidienne peut être fortement gênée parce qu’ils éprouvent des difficultés importantes face à l’expression écrite. L’enquête Information et Vie Quotidienne (IVQ) menée en 2004 permet ainsi de mesurer quelques caractéristiques de cette population en situation préoccupante (cf. « Méthode et Définitions »).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins



Décembre 2007

Difficultés face à l’écrit : Midi-Pyrénées dans la moyenne française

En Midi-Pyrénées, près de 200 000 personnes éprouvent des difficultés importantes face à
l’écrit, soit 12 % de la population régionale de 18 à 65 ans, proportion voisine de celle
constatée au niveau national. Les trois quarts d’entre elles sont considérées comme étant en
situation d’illettrisme car elles ont été scolarisées en France. Deux sur trois ont pour langue
maternelle le français. L’âge et le sexe sont déterminants : les difficultés face à l’écrit touchent
davantage les personnes âgées de plus de 50 ans et les hommes. Dernier constat, le
phénomène touche aussi les personnes ayant un emploi : 10 % d’entre elles rencontrent des
difficultés importantes face à l’écrit.

Précision
Le champ couvert par l’étude comprend l’ensemble des personnes en difficulté importante face à l ‘écrit. Parmi
elles, on distingue :

- les personnes qui ont été scolarisées en France (en situation d’illettrisme) ; nneées à l’étranger (« français de langue étrangère ») ; nnes qui n’ont jamais été scolarisées (en situation d’analphabétisme).



La lecture, la compréhension d’un texte simple et la production de mots écrits ne vont pas de soi pour
tout le monde. Ces trois piliers de l’expression écrite sont fragiles pour une partie de la population. On
le savait déjà pour ceux dont le français n’est pas la langue maternelle ou pour les personnes qui
n’ont jamais été scolarisées, ni en France ni à l’étranger. On le sait maintenant un peu mieux aussi
pour ceux qu’il est convenu de qualifier « en situation d’illettrisme » : ayant été scolarisés en France,
ils représentent 9 % de la population des 18 - 65 ans et leur vie quotidienne peut être fortement gênée
parce qu’ils éprouvent des difficultés importantes face à l’expression écrite. L’enquête Information et
Vie Quotidienne (IVQ) menée en 2004 permet ainsi de mesurer quelques caractéristiques de cette
population en situation préoccupante (cf. encadré « Méthode et Définitions»).

12 % de la population régionale en situation préoccupante face à l’écrit
On estime qu’en Midi-Pyrénées, environ 197 000 personnes éprouvent des difficultés importantes
face à l’écrit en 2004, ce qui représente 12 % de la population régionale de 18 à 65 ans. Cette
estimation est proche de la moyenne métropolitaine, 13 % de la population, soit 4 618 000 personnes.
Parmi ces personnes, 76 % sont dites « en situation d’illettrisme », dans la mesure où elles ont été
scolarisées en France : 149 000 Midi-Pyrénéens sont concernés. Le quart restant est constitué d’une
part de personnes ayant été scolarisées à l’étranger mais dont le français n’est pas la langue
maternelle, d’autre part de personnes qui n’ont jamais été scolarisées dans quelque pays que ce soit
et qui, dans ce cas, sont considérées « en situation d’analphabétisme ».
1

La fréquence des situations préoccupantes augmente avec l’âge
Répartition des personnes en situation Part de personnes en situation préoccupante face à l’écrit par
tranche d’âgespréoccupante face à l’écrit selon l’âge
18 à 25
19% 20%ans
7% 18%
16%26 à 39
ans 14% 12% 22%50 à 65
12%
ans
9%10%48%
8%
6%
6%
4%
40 à 49
2%ans
23% 0%
18 à 25 ans 26 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 65 ans
Source : Insee, enquête IVQ 2004 Note de lecture : 6 % des personnes de 18 à 25 ans sont en
Champ : personnes âgées de 18 à 65 ans situation préoccupante face à l’écrit




La part des personnes en difficulté importante face à l’écrit est d’autant plus grande que l’âge est
élevé. Parmi les plus jeunes, pour qui la fin de la scolarité obligatoire est encore proche, la proportion
de personnes en situation préoccupante face à l’écrit n’est que de 6 %, mais l’incidence de ce
phénomène augmente vite avec l’âge pour atteindre 19 % parmi les plus âgés. Et la moitié des
personnes en difficulté importante sont âgées de 50 ans ou plus. Les jeunes de moins de 26 ans ne
représentent qu’une faible part de ces effectifs en grande difficulté (7 %).
Les difficultés face à l’écrit touchent d’abord les hommes
Répartition des personnes en situation Part de personnes en situation préoccupante face à l’écrit
selon le sexepréoccupante face à l’écrit selon le sexe
15%16%
14%
12%
10%
Femmes 10%
41%
8%
6%
Hommes 4%
59%
2%
0%
Hommes Femmes
Note de lecture : 15 % des hommes sont en situation
préoccupante face à l’écrit Source : Insee, enquête IVQ 2004

Champ : personnes âgées de 18 à 65 ans


Parmi les personnes en situation préoccupante face à l’écrit, trois sur cinq sont des hommes. Les
hommes sont plus fréquemment dans cette situation (15 % des cas) que les femmes (10 %). Cette
caractéristique est d’ailleurs corroborée par les résultats obtenus lors des tests passés dans le cadre
des journées d’appel de préparation à la défense (JAPD), pour une population jeune (17 ans).
Elle est aussi vraie dans nombre de pays étrangers. En effet, l’enquête PISA (Programme
international pour le suivi des acquis des élèves) réalisée en 2003 par l’OCDE dans 41 pays montre
que des différences de performance entre garçons et filles sont observées en culture mathématique,
en compréhension de l’écrit et en culture scientifique. Alors que les performances des garçons sont
moins bonnes en compréhension de l’écrit, elles sont meilleures que celles des filles en
mathématiques et en sciences.
2

La grande majorité des personnes en difficulté importante à l’écrit a été
scolarisée en France
Part de personnes en situation préoccupante face à l’écrit selon Répartition des personnes en situation préoccupante face
à l’écrit selon le pays de scolarisation le pays de scolarisation
37%Scolarisé 40%
hors de
France ou 30%
non
scolarisé
20%24%
10%
10%
Scolarisé 0%
Scolarisées hors de France Scolarisées en France
en France
ou non scolarisées
76%
Note de lecture : 37 % des personnes ayant été scolarisées hors
Source : Insee, enquête IVQ 2004 de France ou n’ayant jamais été scolarisées sont en situation
préoccupante face à l’écrit Champ : personnes âgées de 18 à 65 ans



Les trois quarts des personnes en situation préoccupante face à l’écrit ont été scolarisées en France :
cette part constitue la population en situation d’illettrisme. Celui-ci touche évidemment d’abord - mais
pas uniquement - les personnes ayant connu l’échec scolaire, les « sans diplômes ».
Néanmoins, les personnes scolarisées en France ont moins de difficultés importantes face à l’écrit
que celles qui ont été scolarisées à l’étranger ou n’ont pas été scolarisées : 37 % de ces derniers sont
touchés par le phénomène contre 10 % pour les premiers. En Midi-Pyrénées, les résidents de la
région qui ont été scolarisés hors de France sont moins souvent en difficulté importante que la
moyenne nationale (5 points de moins).

Les trois quarts des personnes en difficulté importante à l’écrit sont nées en
France

Répartition des personnes en situation préoccupante Part de personnes en situation préoccupante face à l’écrit selo
face à l’écrit selon le pays de naissance le pays de naissance
33% 35%
Etranger 30%
27%
25%
20%
15%
10%
10%
5%
France 0%
73% France Etranger
Note de lecture : 10 % des personnes nées en France
sont en situation préoccupante face à l’écritSource : Insee, enquête IVQ 2004

Champ : personnes âgées de 18 à 65 ans


3



On retrouve la même situation si on s’intéresse au lieu de naissance des personnes : une sur quatre
des personnes en situation préoccupante face à l’écrit est née à l’étranger et, particularité régionale à
souligner, cette proportion est nettement plus faible qu’au niveau national (neuf points de moins).
Parmi les personnes nées en France, une sur dix est en situation préoccupante face à l’écrit
(proportion voisine du niveau national), contre une sur trois parmi les personnes nées à l’étranger (6
points de moins que la moyenne française).

Le français est la langue maternelle pour les deux tiers des personnes ayant
des difficultés à l’écrit

Répartition des personnes en situation préoccupante face à l’écrit Part de personnes en situation préoccupante face à l’écrit selon la
langue maternelleselon la langue maternelle
40% 34%
Une langue
étrangère 30%
uniquement
35% 20%
11% 9%
10%
Le français
uniquement
0%
58%
Le français Le français et une Une langue
Le français et uniquement langue étrangère étrangère
une langue uniquement
étrangère
7%
Note de lecture : 9 % des personnes ayant uniquement le français
Source : Insee, enquête IVQ 2004 come langue maternelle sont en situation préoccupante face à l’écrit

Champ : personnes âgées de 18 à 65 ans


Près des deux tiers des personnes en difficulté importante face à l’écrit utilisaient le français à la
maison à l’âge de cinq ans et certains (7 %) parlaient également une langue étrangère. Les
personnes qui ne parlaient qu’une langue étrangère représentent 35 % des personnes en situation
préoccupante face à l’écrit.
La fréquence des situations préoccupantes face à l’écrit est naturellement beaucoup plus faible chez
les personnes dont le français est la langue maternelle que chez les autres. Par contre, comme on a
pu l’observer avec le critère de la scolarisation, ces dernières sont moins touchées par les difficultés
importantes en Midi-Pyrénées qu’en moyenne en France : 34 % des personnes vivant dans la région
et dont la langue maternelle était uniquement une langue étrangère sont dans une situation
préoccupante face à l’écrit, contre 40 % pour l’ensemble du pays.
4

10 % des personnes qui travaillent sont en situation préoccupante face à l’écrit
Part des personnes en situation préoccupante face à l’écrit selon la
situation professionnelle
25%
20%
18% 20%
15%
10%
10%
5%
0%
Personne Chômeur Retraité
ayant un emploi
Note de lecture : 10 % des personnes ayant un emploi sont en situation préoccupante
face à l’écrit

Si, comme on peut s’y attendre, c’est parmi les chômeurs et les retraités que la proportion des
personnes en situation préoccupante face à l’écrit est la plus élevée (respectivement 18 % et 20 %), le
phénomène touche aussi les personnes qui ont un emploi. Bien que plus faible dans cette population,
la fréquence des situations est suffisamment importante pour être notée (10 %). Les personnes ayant
un emploi représentent plus de la moitié des personnes en difficulté face à l’écrit. En moyenne
nationale, les professions les moins qualifiées sont plus touchées que les autres (24 % des ouvriers
sont en situation préoccupante face à l’écrit, contre 9 % des employés et 2 % des professions
intermédiaires).


Méthode et définitions
L’enquête Information et Vie Quotidienne (IVQ) menée fin 2004 porte sur l’évaluation des
compétences des adultes de 18 à 65 ans à l’écrit. Trois domaines fondamentaux de l’écrit sont testés
: la lecture de mots, l’écriture de mots et la compréhension d’un texte simple.
Dire d’une personne enquêtée qu’elle est en situation préoccupante (ou qu’elle est en difficulté
importante) face à l’écrit signifie qu’elle a réussi à répondre à moins de 60 % des questions dans au
moins un de ces 3 domaines. Une telle personne peut avoir été scolarisée en France : on parlera
alors d’illettrisme. Elle peut n’avoir jamais été scolarisée, ni en France, ni à l’étranger : ainsi se définit
l’analphabétisme. Enfin, une personne peut être en situation préoccupante face à l’écrit sans être ni
illettrée ni analphabète, mais simplement parce que le français n’est pas sa langue maternelle.
L’enquête a été conçue pour être exploitée sur l’ensemble du territoire métropolitain. Sur les 10 384
répondants, 273 résident en Midi-Pyrénées. La faiblesse de la représentativité régionale dans
l’échantillon national a conduit à mettre en œuvre une méthode d’estimation qui consiste à appliquer
la structure de la population de Midi-Pyrénées à l’ensemble de l’échantillon national. Implicitement
cette méthode fait l’hypothèse d’une identité de comportement entre la région et la moyenne française
à caractéristique de population équivalente.
5

Lutte contre l’illettrisme : une priorité nationale

Agir contre l’illettrisme, c’est permettre à chacun d’acquérir ou de réacquérir ce socle fonctionnel que
sont les fondements de la lecture, de l’écriture et du calcul. Ces compétences de base sont
nécessaires aux actes simples de la vie quotidienne et permettent d’être plus autonome dans sa vie
familiale, professionnelle et citoyenne. La lutte contre l’illettrisme est devenue une priorité nationale
avec la loi d’orientation de lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998.

Le livre IX modifié du code du travail dispose que la lutte contre l’illettrisme fait partie de l’éducation
permanente. L’Etat, les collectivités territoriales, les établissements d’enseignement publics et privés,
les associations, les organisations professionnelles, syndicales et familiales, ainsi que les entreprises
y concourent chacun pour leur part.

La loi portant réforme de la formation professionnelle du 4 mai 2004 reconnaît la maîtrise de la langue
comme une compétence professionnelle et inscrit l’apprentissage du français dans le droit commun
de la formation professionnelle continue.

En référence à ce cadre législatif, l’enquête IVQ conduite par l’Insee permet de mieux connaître le
public en situation d’illettrisme en Midi-Pyrénées. Les partenaires fortement impliqués dans
l’élaboration du Schéma Régional de lutte contre l’Illettrisme et pour l’accès aux compétences de
Base (SCRIBE), sous l’autorité du Préfet de Région, Préfet de Haute-Garonne, s’engagent à mieux
coordonner leurs actions dans la mise en oeuvre opérationnelle du programme triennal, validé le 14
décembre 2007. Et ainsi à mieux agir ensemble contre l’illettrisme.


Pour en savoir plus
« Illettrisme : les chiffres », exploitation par l’agence nationale de lutte contre l’illettrisme de l’enquête
Information et Vie Quotidienne conduite en 2004-2005 par l’Insee
« Les compétences des adultes à l’écrit, en calcul et en compréhension orale », Insee Première
n° 1044, octobre 2005
« Les adultes du Nord-Pas-de-Calais et la maîtrise des fondamentaux (écrire, communiquer,
compter) », Insee Nord-Pas-de-Calais, dossier Profils n° 86, septembre 2007
« Les difficultés face à l’écrit en Nord-Pas-de-Calais », Insee Nord-Pas-de-Calais, Pages de Profils
n° 12, octobre 2005
« L’illettrisme en Lorraine : les populations à risque moins affectées », Insee Lorraine, Économie n°
96, septembre 2007
« Provence-Alpes-Côte d’Azur : un habitant sur huit est en difficulté importante face à l’écrit », Insee ce-Alpes-Côte d’Azur, Sud Insee l’essentiel, n° 100, décembre 2006

6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.