Drôme : Un chômage plus élevé en ville

De
Publié par

En 1999, le département de la Drôme compte 438 000 habitants. La population a tendance à vieillir : 22 % des drômois sont âgés de 60 ans ou plus. Cependant, le département reste attractif : près d'un habitant sur cinq s'y est installé depuis 1990. Le chômage, qui touche 14 % de drômois, pénalise surtout la main-d'oeuvre féminine. Il est particulièrement élevé dans les zones urbaines : Romans, Valence, Pierrelatte, Montélimar. Les déplacements domicile-travail s'intensifient : plus d'un actif sur deux travaille hors de sa commune de résidence. Depuis 1990, le nombre de logements a augmenté dans le département, avec 20 000 résidences principales supplémentaires.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Insee Rhône-Alpes
Résultats
Numéro 61-62
Août 2000 RECENSEMENT DE LA POPULATION 1999
Un chômage plus élevé en ville
En 1999, le département de la Drôme compte 438 000 habitants.DROME
La population a tendance à vieillir : 22 % des drômois sont âgés de 60 ans
Premiers chiffres ou plus. Cependant, le département reste attractif : près d'un habitant sur
cinq s’y est installé depuis 1990.de l'exploitation
Le chômage, qui touche 14 % de drômois, pénalise surtout la main-d'oeuvre
principale féminine. Il est particulièrement élevé dans les zones urbaines : Romans,
Valence, Pierrelatte, Montélimar.
Les déplacements domicile-travail s'intensifient : plus d'un actif sur deux
travaille hors de sa commune de résidence.
Depuis 1990, le nombre de logements a augmenté dans le département,
avec 20 000 résidences principales supplémentaires.
Robert Reynard
Les personnes âgées de 60 ans et plus
Isère
En % de la population
moins de 18,2
de 18,2 à 22,1
de 22,1 à 25,3
de 25,3 à 30,1
RRRRRRoooooo mmmmmm aaaaaansnsnsnsnsns------ssssssur-ur-ur-ur-ur-ur-IIIIssIIssssèèèèèèrrrrrreeeeeeRRRooo mmm aaansnsns---sssur-ur-ur-IIsIssèèèrrreee 30,1 ou plus
Ardèche
BBBBBBourg-ourg-ourg-ourg-ourg-ourg-llllèèllèèèèssssss------VVVVVVaaaaaallllelleeeeencncncncncnceeeeee
Valelncellence
Hautes-Alpes
MMM ontontontéééllliiimmmaaarrrMMMMMM ontontontontontontéééééélllllliiiiiimmmmmmaaaaaarrrrrr
Piieerrrerellattteteirlltt
Vaucluse Alpes-de-Haute-Provence
Source : INSEE - recensement de 1999
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris1990Population par âge et sexe en 1990 et 1999 Un drômois sur cinq
est âgé de 60 ans ou plus 1990 1999
Age*
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
De 0 à 24 ans 71 908 67 807 139 715 68 837 64 550 133 387
De 25 à 39 ans 44 653 44 985 89 638 44 792 45 560 90 352
De 40 à 59 ans 48 985 49 117 98 102 57 354 58 278 115 632
De 60 à 74 ans 25 895 29 736 55 631 29 415 33 099 62 514
75 ans et plus 11 199 19 906 31 105 13 431 22 501 35 932
Total 202 640 211 551 414 191 213 829 223 988 437 817
* L’âge «0» ne comprend que les enfants nés entre le 1er janvier et la date du recensement
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
ses d'âges. Près d'un habitant surAu recensement de 1999, le départe-
deux a plus de 40 ans. La part desment de la Drôme compte 438 000
personnes âgées de plus de 60 anshabitants. Depuis 1990, la population
passe de 21 % à 22,5 % entre 1990 eta augmenté de près de 6 %, soit
1999.24 000 personnes supplémentaires.
Jusqu'à l'âge de 25 ans, les hommesLes évolutions sont très différentes se-
sont plus nombreux que les femmes.lon les classes d'âges. La progression
Entre 25 et 65 ans, les femmes sontdu nombre de personnes de plus de
légèrement majoritaires. Au-delà de 6540 ans est particulièrement forte
ans, l'écart devient plus important et(+29 000, soit une augmentation de
s'accentue pour les âges très élevés :16 %).
il y a quatorze femmes pour dix hom-
mes après 65 ans et deux fois plus deA l'inverse, le nombre d'habitants de
femmes que d'hommes chez les plusmoins de 40 ans diminue. Cette baisse
de 85 ans.concerne en fait principalement les
jeunes ayant entre 20 et 24 ans. Leur
Les personnes âgées représentent unenombre a diminué de 6 000, soit une
part importante de la population danschute de 22 %. La situation du mar-
les communes rurales situées dans laché du travail dans la Drôme, où le
partie montagneuse, à l'est du dépar-taux de chômage est très élevé, a pu
tement. Ainsi, dans plusieurs commu-conduire de jeunes actifs à quitter le
nes du Diois ou des Baronnies, lesdépartement pour chercher un em-
plus de 60 ans représentent près d'unploi. Mais l'explication principale vient
habitant sur trois. A l'inverse, le longvraisemblablement des étudiants, de
de la Vallée du Rhône et autour de Va-plus en plus nombreux à quitter la
lence et de Romans, la population pré-Drôme pour suivre une formation
sente une structure par âge nettementdans l'enseignement supérieur. Le dé-
plus jeune.veloppement du pôle universitaire de
Valence, au cours des années 90, n'a
pas permis d'enrayer le départ des
jeunes.
La part des jeunes dans la popula-
tion du département a donc tendance
à diminuer, au profit des autres clas-
Structure de la population par âge en 1990 et 1999 en milliers
* ** 1990 1999
Age Age
100100
9595
9090
85
85
8080
7575
7070
6565
6060
5555
5050
Hommes Femmes 4545 Hommes Femmes
40 40
3535
3030
2525
20 20
1515
10 10
55
00
3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0 0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0 0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5
* Au 5 mars 1990 ; âge au 1er janvier 1990 ** Au 8 mars 1999 ; âge au 1er janvier 1999
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
2La Drôme reste un département at-Un drômois sur cinq s'est Nouveaux arrivants* par âge
tractif. Entre 1990 et 1999, le nom-installé depuis 1990 Age Nombre %bre de personnes arrivées dans le dé-
partement de la Drôme est supérieur De 0 à 24 ans 28 534 36,6
de 10 000 au nombre de départs. Ce De 25 à 39 ans 25 422 32,6
De 40 à 59 ans 15 789 20,2solde migratoire positif explique un
De 60 à 74 ans 5 937 7,6peu moins de la moitié de la croissance
75 ans et plus 2 327 3,0
démographique du département, le
Total 78 009 100,0principal facteur étant l'excédent des
naissances sur les décès. * Voir définition page 8
Source : Insee - recensement de 1999
Les nouveaux arrivants, qui ne rési-
daient pas dans le département en solde migratoire de la Drôme affiche
1990, sont au nombre de 78 000, soit même un déficit de l'ordre de 9 000
18 % de la population du départe- habitants, qui reflète le départ des
ment. Plus des deux tiers d'entre eux étudiants et des jeunes actifs à la re-
ont moins de 40 ans. Ceci n'est pas cherche d'un emploi. Mais ce déficit
propre au département de la Drôme est largement compensé par les
et traduit une propension plus forte autres classes d'âges, pour lesquel-
des jeunes à la mobilité. les les arrivées sont plus nombreu-
1ses que les départs .
Il ne faut pas en déduire que les arri-
vées de jeunes sont plus importantes
que les départs : pour les personnes
ayant entre 20 et 29 ans en 1999, le
Comme dans le reste du territoire12 % des drômois Répartition des ménages par
français, la taille des ménages se ré-
taille en 1990 et 1999vivent seuls en milliersduit : 38 % de la population vit dans
un ménage d'une ou deux personnes. 60
1990
Le nombre moyen d'occupants par
1999
50logement poursuit sa diminution : il
passe de 2,6 à 2,4 personnes. Cette
40
réduction de la taille des ménages est
imputable au vieillissement de la po- 30
pulation, à la baisse de la natalité et
à la décohabitation. 20
10Les ménages d'une seule personne re-
présentent 29 % de l'ensemble des
0
ménages contre 26 % en 1990. La part
1 2 3 4 5 et plus
des ménages de deux personnes pro- Nombre de personnes du ménage
gresse également : elle passe de 30 %
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
à 32 %. La proportion de ménages de
trois personnes ou plus diminue en
conséquence.
Les ménages d'une seule personne ont tions, la taille des ménages est géné-
un poids particulièrement important ralement plus faible qu'à la périphé-
dans la commune de Valence : ils dé- rie où s'installent les jeunes ménages
passent désormais 40 %. Dans les avec enfants.
villes-centres des grandes aggloméra-
Entre 1990 et 1999, la population Pour les actifs âgés de 30 à 59 ans, onLa moitié de
active de la Drôme a augmenté de observe une augmentation, particuliè-
la population 12 000 personnes, soit une progres- rement sensible pour la classe d'âge
active a plus sion de près de 7 %. L'évolution des des 45 à 54 ans. Cette classe corres-
différentes classes d'âges traduit un pond aux générations nombreuses dede 40 ans
vieillissement de la population active. l'après-guerre, mais leur augmenta-
Les plus de 40 ans représentent dé- tion traduit également un apport mi-
sormais plus de la moitié de la popu- gratoire positif dans la Drôme pour
lation active. cette tranche d'âges.
Le nombre d'actifs âgés de 15 à 29 ans En revanche, au-delà de 60 ans, le
a nettement diminué : il est passé de nombre d'actifs diminue, du fait de
49 000 à 40 000 personnes. L'allon- l'avancée de l'âge de départ à la re-
gement de la scolarité et le départ des traite.
jeunes expliquent cette évolution.
1 On ne peut connaître avec précision que les départs vers d'autres départements français. Ces chiffres ne seront disponibles qu'après publication
des données de l'ensemble des départements.
3


Taux d'activité par sexe et âge en 1990 et 1999 en %en milliers
Hommes Femmes
100 100
1990
1999
80 80
1990
60 60
1999
40 40
20 20
0 0
15/19 25/29 35/39 45/49 55/59 15/19 25/29 35/39 55/5945/49
20/24 30/34 40/44 50/54 60/64 20/24 30/34 40/44 50/54 60/64
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
Le taux d'activité global de la popula- les titulaires de la fonction publique.
tion de 15 à 64 ans a augmenté, pas-
sant de 67 % à 69 % entre 1990 et Parmi les non salariés, on compte
1999. 13 000 travailleurs indépendants,
masculins à 70 %, et 10 300 em-
Mais les évolutions sont contrastées ployeurs (dont 80 % d'hommes).
selon les classes d'âges. Le taux d'ac-
tivité des jeunes de moins de 25 ans
diminue, de même que celui des per-
sonnes de plus de 60 ans.
En revanche, le taux d'activité aug-
mente entre 25 et 59 ans. Cette évolu-
tion s'explique uniquement par la pro-
gression de l'activité féminine, tandis
que le taux d'activité des hommes reste
à peu près stable dans cette tranche
d'âge. Entre 25 et 50 ans, environ huit
femmes sur dix sont actives.
Globalement, la proportion de femmes
parmi les actifs passe de 43 % à 45 %.
Sur les 12 000 actifs supplémentaires
que compte le département de la
Drôme, il y a environ 10 000 femmes
et 2 000 hommes.
84 % des Drômois ayant un emploi
sont des salariés. Parmi eux, un peu
plus de 17 % sont titulaires de la fonc-
tion publique et 66 % disposent d'un
emploi à durée indéterminée.
Le travail à temps partiel concerne un
peu plus d'un salarié sur cinq, soit 7 %
des salariés masculins et 41 % des
femmes salariées. Ces taux sont res-
pectivement de 4 % et de 33 % parmi
Actifs et inactifs en 1990 et 1999
19991990
Type d'activité
des 15 ans et plus
Nombre % Nombre %
Actifs 181 306 100 193 472 100
dont : ayant un emploi 158 179 87,2 165 859 85,7
chômeurs* 21 358 11,8 27 084 14,0
militaires du contingent 1 769 1,0 529 0,3
Inactifs 152 159 163 320
Total 333 465 356 792
* Au sens du recensement (voir définition page 8) Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
4
Si la population active totale progresse portant dans les grandes villes queUn taux
de 7 %, le nombre d'actifs ayant un dans les petites communes. Le tauxde chômage de 14 %
emploi n'augmente que de 5 %, soit de chômage atteint ainsi 21 % à Ro-
8 000 personnes en plus. En effet, le mans, 18 % à Valence et Pierrelatte,
17 % à Montélimar. Ceci n'exclut pasnombre de chômeurs progresse de
27 %, passant de 21 000 à 27 000. que certaines communes rurales pré-
sentent également des taux de chô-
Le taux de chômage s'élève ainsi à mage élevés, notamment dans le cen-
14 %, contre 11,8 % en 1990. Le taux tre et le sud du département.
de chômage reste beaucoup plus élevé
chez les femmes que chez les hommes
(17,3 % contre 11,2 %). Mais l'accrois-
sement concerne surtout la popula-
tion masculine : le nombre d'hommes
au chômage a augmenté de près de
moitié.
Le taux de chômage décroît avec l'âge.
19 % des actifs de 25-29 ans se dé-
clarent chômeurs. Cette proportion
s'élève à 14,7 % chez les 30-34 ans et
12 % chez les 35-39 ans. Le taux de
chômage est ensuite stable, autour de
10 % jusqu'à 54 ans puis la propor-
tion de chômeurs progresse à nou-
veau.
Alors que chez les plus jeunes, la ma-
jorité des demandeurs d'emploi se dit
à la recherche d'un emploi depuis
moins d'un an, la proportion est in-
verse chez les 50 ans et plus : les trois-
quarts d'entre eux recherchent un
emploi depuis plus d'un an.
Le chômage est en général plus im-
Le chômage
Isère
En % des actifs
moins de 7,6
de 7,6 à 10,0
de 10,0 à 12,1
de 12,1 à 15,8
15,8 ou plus
Ro m ans--sur-IIsèreI
Bourg-lèls-Vallencelllèalence
Ardèche
Vallencellece
Hautes-AlpesM onté lim a rréa rr
PPPPPPiiiieeiieeeerrerrerrerrerrerrellllaallaaaatttttttttttteeeeeePPPiieieerrerrerrellalaatttttteee
Vaucluse
Alpes-de-Haute-Provence
Source : INSEE - recensement de 1999
1 La définition du chômage a changé entre 1990 et 1999 (voir définition page 8).
5
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris1990En 1999, 55 % des actifs occupés de ment plus importants : les actifsPlus d'un actif sur deux
la Drôme ne travaillent pas dans la ardéchois qui travaillent dans latravaille hors de
commune où ils résident. Cette pro- Drôme sont 17 000 et leur nombre
sa commune portion n'était que de 46 % en 1990. progresse également.
On assiste donc à un développementde résidence
sensible des déplacements domicile- La proportion d'actifs travaillant dans
travail. la commune où ils résident est impor-
tante à la fois dans les villes centres
La part des actifs qui changent de (Valence, Montélimar, Romans, Pier-
département pour travailler est éga- relatte), qui sont des pôles d'emploi,
lement en augmentation : elle passe et dans les communes rurales éloi-
de 9 % à 12 %. C'est le département gnées des grandes agglomérations, où
de l'Ardèche qui attire le plus d'actifs l'emploi agricole ou artisanal reste
drômois : ils sont plus de 8 000 à s'y prépondérant. En revanche, dans les
rendre chaque jour pour occuper un communes périurbaines, les déplace-
emploi, soit une augmentation de ments domicile-travail concernent une
46 % depuis 1990. Mais les flux en proportion élevée d'actifs.
sens inverse restent toujours nette-
Actifs travaillant et résidant dans la même commune
Isère
En % des actifs occupés
moins de 21,7
de 21,7 à 28,9
de 28,9 à 37,7
de 37,7 à 55,4
55,4 ou plusRomans-sur-I sèresè
Ardèche Bourg-lès-Valelnceèallence
Vallencellence
M onté lim a rréa rr Hautes-Alpes
Piierrellattteillte
Vaucluse Alpes-de-Haute-Provence
Source : INSEE - recensement de 1999
La Drôme compte, en 1999, 209 000 sionnels est compensée par une aug-20 000 résidences
logements, soit environ 20 000 de plus mentation du nombre de résidencesprincipales qu'en 1990. L'augmentation du nom- secondaires et de logements vacants.
supplémentaires bre de résidences principales est de La part des résidences principales
même ampleur. En effet, la diminu- dans l'ensemble des logements a donc
tion du nombre de logements occa- légèrement augmenté, passant de
Logements par catégorie en 1990 et 1999
19991990
Catégorie de logement
Nombre % Nombre %
Résidences principales 156 007 82,9 176 163 84,4
Logements occasionnels 2 879 1,5 1 745 0,8secondaires 14 950 7,9 15 928 7,6vacants 14 489 7,7 14 956 7,2
Ensemble 188 325 100 208 792 100
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
6
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris199083 % à 84 %. Les résidences secon- communes de montagne, elles repré-
daires représentent un peu moins de sentent même plus d'un logement sur
8 % du parc de logements. deux.
Les résidences secondaires représen-
tent une part importante des loge-
ments dans de nombreuses commu-
nes rurales situées dans la partie
orientale du département : Vercors,
Diois et Baronnies. Dans certaines
Les résidences secondaires
En % de l'ensemble
Isère des logements
moins de 5,7
de 5,7 à 14,4
de 14,4 à 27,6
de 27,6 à 42,9
42,9 ou plus
Romans-sur-Isère
Bourg-lès-V alenceArdèche
Valence
Hautes-Alpes
Montélimar
Pierrelatte
Vaucluse Alpes-de-Haute-Provence
Source : INSEE - recensement de 1999
La répartition des logements par sta- avaient connu un fort développement.L'essor de
tut d'occupation et par type d'habitat La part des ménages propriétaires de la maison individuelle
traduit une inflexion par rapport aux leur résidence principale stagne de-
marque le pas tendances observées au cours des dé- puis 1990, autour de 58 %.
cennies précédentes, durant lesquel- La proportion de locataires en loge-
les l'accession à la propriété et l'at- ment HLM augmente légèrement et re-
trait pour la maison individuelle présente 11 % des ménages.
Résidences principales en 1990 et 1999
1990 1999
Statut d'occupation et type
Nombre % Nombre %
Statut d’occupation
Propriétaire 91 410 58,6 102 742 58,4
Locataire 55 178 35,4 65 236 37,0
- d'un logement loué vide non HLM 38 149 24,5 43 206 24,5
- d'un logement loué vide HLM 15 518 9,9 19 305 11,0
- d'un meublé ou d'une chambre d'hôtel 1 511 1,0 2 725 1,5
Logé gratuitement 9 419 6,0 8 185 4,6
Type
Maison individuelle ou ferme 98 545 63,2 110 953 63,0
Logement dans un immeuble collectif 53 058 34,0 60 487 34,3
Autres* 4 404 2,8 4 723 2,7
Ensemble 156 007 100 176 163 100
* Logement-foyer pour personnes âgées, chambre d’hôtel, construction provisoire, habitation de fortune etc,
Source : Insee - recensements de 1990 et 1999
7
© I.N.S.E.E. Paris 1999 © I.G.N. Paris1990Le nombre de ménages logés gratuite- Définitions
ment est en diminution.
L'essor de la maison individuelle mar- - Population active : La popula-
que le pas. La part de ce type d'habi- tion active est composée de la po-
pulation active ayant un emploi, destat reste stable depuis 1990 : elle re-
chômeurs et des militaires du con-présente environ 63 % des
tingent.
logements. . Les actifs ayant un emploi sont
les personnes qui exerçent une pro-
fession au moment du recensement.
Les personnes qui déclarent aider
un membre de leur famille dans son
travail y sont également comptabi-
lisées si la personne aidée n’est pas
salariée (exploitant agricole, artisan,
commerçant, profession libérale,
etc.).
. En 1999, sont considérées
comme chômeurs au sens du recen-
sement les personnes qui n’ont pas
d’emploi, en recherchent un et qui
se sont explicitement déclarées chô-
meurs.
Cette définition diffère légèrement
de celle utilisée en 1990 : les per-
sonnes sans emploi et à la recher-
che d’un emploi mais qui ne se dé-
claraient pas chômeurs étaient alors
comptabilisées comme chômeurs.
Elles sont désormais comptabilisées
parmi les inactifs.
La comparaison entre 1990 et 1999
des données relatives au chômage,
à la population active et au taux
d’activité est donc légèrement biai-
Méthodologie sée.
. Le taux d’activité est le rapport
Etudiants : les étudiants sont de la population active à la popula-
comptabilisés dans la commune où tion totale.
ils résident pour suivre leurs étu- . Le taux de chômage est le rap-
des, qu’ils vivent dans un logement port du nombre de chômeurs à la
ordinaire ou dans une collectivité population active.
(foyer ou cité universitaire). - Nouveaux arrivants : ce sont les
Cette règle n’a pas changé entre personnes arrivées dans le dépar-
1990 et 1999, mais on peut suppo- tement depuis le 1er janvier 1990.
ser qu’au recensement de 1990, Les enfants nés après le
certains étudiants avaient été 01/01/1990 sont considérés
comptabilisés à tort au domicile fa- comme migrants si la personne de
milial. référence du ménage l’est.
En 1999, des procédures spécifi- - Catégories de logements : elles
ques mises en oeuvre au moment sont au nombre de quatre.
de la collecte ont permis de mieux . les résidences principales, cons-
contrôler la domiciliation des étu- tituées des logements occupés la
diants. Il est vraisemblable que majeure partie de l’année,
l’amélioration de qualité qui en ré- . les résidences secondaires, uti-
sulte a eu pour conséquence une lisées pour les week-ends, les loi-
diminution du nombre d’étudiants sirs et les vacances,
(donc des jeunes de 18 à 24 ans) . les logements occasionnels, uti-
dans les départements n’ayant pas lisés une partie de l’année pour rai-
d’implantation universitaire, mais sons professionnelles,
cet effet n’a pour l’instant pas été . les logements vacants, qui com-
quantifié. prennent à la fois les logements dis-
ponibles pour la vente ou la loca-
tion, et les logements neufs ache-
vés mais non encore occupés.
- Ménages : un ménage est consti-Pour en savoir plus
tué des personnes occupant une ré-
sidence principale.- Se reporter à La Lettre de l’Insee
Rhône-Alpes sur les résultats du dé-
compte provisoire 1999 :
Pour tout renseignement :. «Toujours plus de Rhônalpins à
l’est», n° 63, juillet 1999, INSEE - Rhône-Alpes - Diffusion
. Numéros spéciaux (un par dé- 165 rue Garibaldi - 69401 Lyon
partement de la région), juillet-août Tél 04 78 63 22 02
1999. Fax 04 78 63 25 25
-- Consulter le site Internet :
Directeur de publication : E. Traynardwww.Insee.fr/rhone-alpes
Au chapitre «Recensement de 1999», Rédacteur en chef : P. Reydet
des informations sont disponibles
Prix :sur :
- au numéro, 30 F (4,57 €). le calendrier de diffusion des ré-
- sur abonnement, 140 F (21,34 €).sultats,
. les documents (fascicules, cd-
N°ISSN 1254-7093roms) parus ou à paraître.
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.