Economie francilienne : le ralentissement se confirme

De
Publié par

En France et dans la zone euro, les perspectives d’activité se sont dégradées. Les mesures de consolidation budgétaire mises en place suite aux inquiétudes sur les dettes souveraines risquent de peser sur la demande intérieure. L’économie francilienne commence à être affectée par le ralentissement de l’activité. L’emploi salarié a baissé légèrement au troisième trimestre 2011. Le chômage progresse. Certains secteurs tels que l’information et la communication restent toutefois épargnés. Introduction En France, croissance à l'arrêt depuis fin 2011 L'emploi francilien affecté par le ralentissement de l'économie Légère remontée du chômage Progression du nombre d'inscrits à Pôle emploi au second semestre 2011 Baisse des créations d'auto-entreprises Ventes de logements neufs en baisse L'activité hôtelière reste soutenue
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 384 - Février 2012
Economie francilienne :
le ralentissement se confirme
En France et dans la zone euro, les perspectives d’activité se sont dégradées. Les mesures
de consolidation budgétaire mises en place suite aux inquiétudes sur les dettes
souveraines risquent de peser sur la demande intérieure. L’économie francilienne
commence à être affectée par le ralentissement de l’activité. L’emploi salarié a baissé
légèrement au troisième trimestre 2011. Le chômage progresse. Certains secteurs tels que
l’information et la communication restent toutefois épargnés.
Benoît Pentinat, Insee Ile-de-France
François Rageau, Direccte
’activité a rebondi au troisième L’activité serait en panne début 2012, En France, croissance à l’arrêt
trimestre 2011 dans les écono- les moteurs internes de la croissance
depuis fin 2011L mies avancées (+ 0,5 % après restant faibles au premier semestre. Les
+ 0,2 %), sous l’impulsion des écono- pays de la zone euro ne seraient toute- En France, l’activité a rebondi au troisième
mies américaine et japonaise. Dans la fois pas tous affectés avec la même in- trimestre 2011 (+ 0,3 % après - 0,1 %
zone euro, l’activité a progressé au tensité par la contraction de l’activité. au deuxième trimestre 2011). L’activité
même rythme qu’au trimestre précédent L’activité se stabiliserait en Allemagne a été soutenue par les exportations
(+ 0,2 %). Mais elle a stagné en Espagne dès le premier trimestre 2012 alors qu’elle (+ 0,8 %) et par un rebond de la con-
et s’est repliée en Italie en raison du continuerait de reculer en Italie et en sommation des ménages (+ 0,3 % après
recul de la demande intérieure. Espagne sur l’ensemble du premier se- - 1,0 %). Celui-ci reste néanmoins limité.
mestre. De plus, pour la première fois depuis le
Les pays de la zone euro sont confrontés
premier trimestre 2010, l’investissement
depuis l’été 2011 à des tensions impor-
des entreprises non financières a baissé.Aux Etats-Unis, l’activité bénéficieraittantes sur les marchés financiers dues
toujours de la bonne tenue de la
à des inquiétudes sur les dettes souverai-
Autres contributeursconsommation des ménages malgrénes et à la dégradation des perspectives
du diagnostic conjoncturell’arrêt de certaines mesures de soutien.économiques. Ces turbulences de-
Au Japon, l’effort de reconstruction Crocis de la CCIP : Mickaël Le Priolvraient affecter l’économie réelle : les
continuerait de soutenir l’activité. Après CRT : Aurélian Catanaconditions de financement des entrepri-
un net ralentissement fin 2011, les éco- DI Douanes Ile-de-France :ses et des ménages commencent à se
nomies des pays émergents mobilise- Catherine Etcheberry-Levandurcir. De plus, les mesures prises dans
raient leurs marges de manœuvre Pôle emploi : Philipe Ricardla zone euro pour réduire les déficits
budgétaires et monétaires pour stimulerpublics risquent de peser sur le revenu PRIF : Christophe Centonze
leur demande interne. Le commercedes ménages et sur leur consommation. DRFIP : Eliane Dié
mondial s’accélèrerait sensiblement au
Région Ile-de-France : Florence Rey et
La zone euro serait ainsi entrée en ré- premier semestre 2012 et apporterait un Michel Ruffin
cession au quatrième trimestre 2011. léger soutien dans la zone euro.
ConjonctureRecul de l'emploi salarié au troisième trimestre 2011L’élan de la demande intérieure semble
er
Indice base 100 au 1 trimestre 2008s’être grippé.
110
L’activité aurait ainsi légèrement reculé 108
106au quatrième trimestre 2011 (- 0,2 %)
104
et diminuerait également au premier
102
100trimestre 2012 (- 0,1 %). Elle se redres-
98serait légèrement au deuxième tri-
96
mestre (+ 0,1 %). La demande interne
94
92resterait cependant peu dynamique. Le
90profil de l’activité suivrait donc en 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
industrie Ile-de-France Construction Ile-de-France Tertiaire Ile-de-France Total Ile-de-France Total provincegrande partie celui des exportations,
qui se seraient repliées fin 2011 mais Champ : ensemble des secteurs hors agriculture, administration, éducation, santé et action sociale et salariés
devraient croître à nouveau au premier des particuliers employeurs. Données CVS.
Source : Insee, estimations d'emploisemestre 2012.
de 6 500 postes. Cette légère baisse puis mi-2011 son niveau d’avant crise.Avec la faiblesse de l’activité, la situation
constitue un coup d’arrêt après six Cette progression n’est plus seulementsur le marché du travail se détériorerait :
trimestres successifs de hausse ✎❶. tirée par le secteur de l’intérim, où14 000 postes auraient été supprimés
En un an, entre le troisième trimestre l’emploi a augmenté de manière si-au second semestre 2011 puis 61 000
2010 et le troisième trimestre 2011, milaire (+ 1,9 %). Il a progressé nette-devraient l’être au premier semestre
l’emploi salarié francilien a progressé ment dans les secteurs de l’information2012 dans les secteurs marchands non
de 1,2 %, à un rythme comparable à et de la communication (+ 3,5 %), desagricoles. L’emploi baisserait à nou-
celui observé en France métropolitaine activités financières et d’assuranceveau dans l’industrie (- 21 000 postes
(+ 1,2 %). (+ 2,2 %), de l’hébergement et de laau premier semestre 2012) mais à un
restauration (+ 2,1 %) et des activitésrythme moins important que celui enre-
L’évolution de l’emploi est toutefois re- scientifiques, administratives et degistré depuis le début des années 2000.
lativement inégale selon les secteurs soutien hors intérim (+ 2,1 %).L’emploi reculerait également dans le
d’activité. L’emploi a continué de recu-tertiaire (- 39 000 postes), en particulier
ler dans l’industrie (- 0,7 % sur un an),dans l’intérim. Légère remontée
même si les pertes d’emplois ont été
du chômage
moins nombreuses qu’au cours des dixLe taux de chômage, qui s’est établi à
dernières années. Dans le secteur de la9,3 % de la population active en France Le taux de chômage a légèrement aug-
fabrication de matériels de transports,métropolitaine au troisième trimestre menté en Ile-de-France au cours du troi-
l’emploi salarié est reparti en légère2011, augmenterait à 9,6 % d’ici mi- sième trimestre 2011 comme dans le
hausse depuis début 2011. L’emploi a2012 en lien avec la dégradation de
reste du pays✎❷. Il s’établit dans la ré-
diminué très légèrement dans la cons-l’activité économique et de l’emploi.
gion à 8,3 % de la population active. Il
truction (- 0,2 %). Il a progressé dans le
demeure inférieur d’un point à celui de
secteur du commerce (+ 0,7 %), après
la France métropolitaine. Entre le der-L’emploi francilien affecté
avoir enregistré fin 2009 son plus bas
nier trimestre 2009 et le troisième tri-par le ralentissement niveau depuis dix ans.
mestre 2011, le recul du chômage est
de l’économie
resté limité dans la région et en France
Le secteur des services continue d’être
métropolitaine (- 0,2 point). Le taux de
Le marché du travail francilien n’est le moteur de l’emploi francilien. L’em-
chômage reste sensiblement différent
pas épargné par le ralentissement de ploi a augmenté de manière dyna-
selon les départements franciliens : il
l’activité. L’emploi salarié a diminué mique dans le secteur des services
s’établit à 6,8 % dans les Yvelines et à
au troisième trimestre 2011 dans la marchands (+ 1,8 %, soit 46 200 em-
11,8 % en Seine-Saint-Denis. Dans ce
région de 0,2 %, soit une diminution plois créés sur un an), dépassant de-
dernier département, il a augmenté en
un an, alors qu’il est resté stable dans le
Le chômage repart à la hausse Val-de-Marne et les Hauts-de-Seine et a
% baissé dans les autres départements
10,0
9,5 franciliens.
9,0
8,5
Progression du nombre d’inscrits8,0
7,5 à Pôle emploi
7,0
6,5 au second semestre 2011
6,0
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
France métropolitaine Ile-de-France En décembre 2011, 757 070 deman-
deurs inscrits à Pôle emploi étaient im-Données en moyenne trimestrielle et corrigées des variations saisonnières.
Source : Insee, taux de chômage localisés médiatement disponibles pour occuperForte hausse du nombre de demandeurs d'emploi de 50 ans ou plus stabilisé. Il a légèrement baissé pour les
Indice base 100 en avril 2008 ingénieurs et cadres techniques.
160
150 Le nombre de demandeurs d’emploi
augmente au second semestre 2011
140
dans tous les départements franciliens. Il
130
progresse fortement dans le Val-de-
120
Marne, les Hauts-de-Seine, le Val-d’Oise
110 et la Seine-et-Marne (entre + 4,3 % et
100 + 4,5 %), plus modérément à Paris
90 (+ 2,2 %). En Seine-et-Marne et en
2008 2009 2010 2011
Essonne, l’augmentation du nombre de
Moinsde25ans De 25à49ans 50 ans ou plus Total
demandeurs d’emploi a été régulière sur
Champ : demandeurs d'emploi de catégorie ABC (CVS) en fin de mois. toute l’année, alors qu’elle s’est accé-
Sources : Pôle emploi, Dares
lérée à Paris, dans les Hauts-de-Seine et
le Val-d’Oise au second semestre.
un emploi en Ile-de-France. Parmi eux, difficultés des personnes ayant perdu
539 770 n’avaient pas travaillé durant le leur emploi à se réinsérer sur le marché
Baisse des créationsmois précédent. Après un premier se- du travail en cette période de faible
mestre de quasi-stabilité✎❸, le nombre croissance. d’auto-entreprises
de demandeurs d’emploi sans aucune
activité a fortement progressé (+ 4,3 % Le nombre de jeunes inscrits à Pôle em- Avec un peu plus de 130 000 entreprises
depuis juin 2011), ainsi que le nombre ploi a légèrement augmenté entre juin et créées dans la région en 2011 ✎❹,le
total d’inscrits à Pôle emploi immédiate- décembre dans la région (+ 1,0 %). Il a nombre de créations est resté élevé mais
ment disponibles (+ 3,7 %). progressé plus fortement en France mé- largement en retrait du niveau record
tropolitaine (+ 2,3 %). enregistré l’année précédente (- 11,4 %).
Cette hausse a davantage touché les Cette baisse s’explique par un moindre
femmes que les hommes, contrairement En un an, on observe une quasi-stabilité engouement pour le statut d’auto-
à la période 2008-2009. Le nombre de du nombre de cadres demandeurs d’em- entrepreneur. Les créateurs ayant opté
seniors inscrits à Pôle emploi a continué ploi, alors que le nombre d’employés de pour ce statut sont en forte baisse
à progresser rapidement (+ 8,7 %), ali- commerce et de services a augmenté (- 19,8 %). Mais les auto-entreprises conti-
menté par la fin programmée en 2012 de fortement par rapport à celui des ouvriers nuent de représenter une création d’entre-
la dispense de recherche d’emploi. Ain- et des employés administratifs. Plus géné- prise sur deux. Les créations d’entreprises
si, dans la région, 10 900 seniors se sont ralement, ce sont dans les métiers rele- hors auto-entrepreneurs sont restées
inscrits à Pôle emploi de juin à no- vant des services aux personnes (santé, stables (- 0,7 %). Cette stabilité masque
vembre 2011 alors que, dans le même action sociale et sportive, services aux toutefois des différences importantes selon
temps, le nombre de dispensés de re- particuliers, hôtels) et dans les cafés et la forme juridique choisie. Les créations
cherche d’emploi a reculé de 9 200 per- restaurants que le nombre de deman- de sociétés ont été en hausse (+ 2,2 %),
sonnes. Le nombre d’inscrits depuis plus deurs d’emploi a le plus progressé. A tandis que les créations d’entreprises in-
d’un an a augmenté deux fois plus vite l’inverse, le nombre d’inscrits dans les dividuelles hors auto-entrepreneurs ont
que le semestre précédent, traduisant les métiers industriels (hors ingénieurs) s’est nettement reculé (- 10,6 %).
Les auto-entreprises représentent encore une création d'entreprise sur deux en 2011
er nd
1 semestre 2011 2 semestre 2011 Evolution 2011/2010 (%)
Ensemble Ensemble EnsembleDont hors Dont hors Dont hors
des Dont AE* des Dont AE* des Dont AE*AE* AE* AE*
créations créations créations
Ile-de-France 68 943 34 664 34 279 64 241 33 003 31 238 -11,4 -19,8 -0,7
Industrie 1 995 1 019 976 2 144 1 227 917 -12,7 -6,5 -19,2
Construction 8 294 2 898 5 396 7 270 2 719 4 551 -9,1 -25,4 3,8
Commerce, transport, hébergement, restauration 16 688 7 232 9 456 14 746 6 295 8 451 -9,0 -13,8 -5,0
Information et communication 5 671 2 908 2 763 5 927 3 343 2 584 -8,5 -18,0 5,8
Activités financières 1 693 233 1 460 1 683 214 1 469 0,3 -12,7 2,6
Activités immobilières 2 065 345 1 720 1 815 329 1 486 0,4 8,0 -1,0
Activités de services 21 189 12 093 9 096 18 786 10 715 8 071 -14,9 -23,7 0,3
Enseignement, santé, action sociale 5 534 3 413 2 121 6 403 4 032 2 371 -7,7 -14,6 6,7
Autres activités de services 5 814 4 523 1 291 5 467 4 129 1 338 -20,2 -24,1 -4,0
288 710 151 666 137 044 261 095 140 055 121 040 -11,6 -18,6 -2,0France (y compris DOM)
AE : auto-entrepreneurs. Champ : activités marchandes hors agriculture.
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissementsLa fréquentation hôtelière ne faiblit pasVentes de logements neufs
Taux d'occupation des hôtels franciliens (en %)
en baisse
90
85Le recul des ventes de logements neufs
amorcé fin 2010 se poursuit en Ile-de-
80
France. Au troisième trimestre 2011, les
75ventes ont diminué de 12,6 % par rapport
au troisième trimestre 2010, à un rythme
70
semblable à celui observé en France mé-
65tropolitaine. L’abaissement des avantages
fiscaux, un durcissement des conditions de
60
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
financement ainsi qu’une forte hausse des
Maximum 2006-2009* 2010 2011
prix de ventes au m² (+ 11,2 % au troisième
*fréquentation maximale observée au cours de la période 2006-2009.trimestre 2011 par rapport au
Source : Insee, DGCIS, Comité régional du tourisme, enquête de fréquentation hôtelière
trimestre 2010 pour les appartements), en
lien avec le développement de l’offre de soutenue dans la région en fin d’année 2011
Source et définitions
bâtiments basse consommation, expli- ✎➎. Au cours des mois de septembre, oc-
Les estimations trimestrielles d’emploi sontquent ce repli. Dans le même temps, les tobre et novembre, les nuitées ont progres-
fondées sur les évolutions d’emploi issues
prix de vente des logements anciens conti- sé de 2,8 % par rapport à l’an passé, à un
principalement des statistiques établies parrythme légèrement inférieur à celui observénuent d’augmenter. Au troisième trimestre
les Urssaf à partir des déclarations des éta-
2011, ils ont progressé de 12,1 % dans la au niveau national (+ 4,2 %). L’activité a
blissements versant des cotisations sociales.
région par rapport à l’an passé, à un rythme progressé en Ile-de-France grâce à une
Tous les établissements sont pris en compte,
nettement supérieur à celui de la pro- fréquentation plus importante de la clien-
sans distinction de taille. L’Insee interroge
vince (+ 4,3 %). La progression des prix tèle française (+ 2,3 %) mais surtout
également directement certaines grandes
étrangère (+ 3,3 %). Les clientèles en pro-marque toutefois le pas. entreprises nationales sur l’évolution de leurs
venance de Chine et du Proche et Moyen- effectifs. L’indicateur d’emploi intérimaire est
Les perspectives d’activité de construction Orient continuent d’être en très forte élaboré par la Dares (Direction de l’animation
de logements neufs restent toutefois favo- progression. Leurs nuitées progressent res- de la recherche, des études et des statistiques)
rablement orientées. Fin décembre 2011, pectivement de 17,7 % et 12,6 % par rap- à partir des déclarations mensuelles des entre-
le nombre de logements autorisés à être port à l’an passé. En revanche, les touristes prises de travail temporaire adressées à Pôle
construits en Ile-de-France au cours des britanniques, qui constituent la principale emploi. Les séries trimestrielles sont calées sur
douze derniers mois a progressé de 20,5 % clientèle dans la région, sont toujours en les estimations annuelles qui sont produites à
par rapport aux douze mois précédents. Il retrait (- 3,7 %), confirmant le recul parti- partir du dispositif ESTEL (Estimations d’emploi
a augmenté de 17,3 % dans l’hexagone. localisé). Ces estimations sont corrigées de laculièrement prononcé observé depuis 2007.
multi-activité et correspondent à un conceptAinsi, sur les onze premiers mois de l’année
En revanche, dans le bâtiment non résiden- d’emploi répertorié au sens du Bureau interna-2011, leurs nuitées ont diminué de près d’un
tiel, les perspectives se dégradent. La surface tional du travail (BIT). Ainsi, toute personnetiers par rapport à la même période en 2007.
des locaux autorisés à être construits a dimi- ayant effectué un travail déclaré au cours de la
nué dans la région de 15,9 % alors qu’elle a Rédaction achevée le 2 février 2012 dernière semaine de l’année est comptabilisée.
crû de 6,5 % en France métropolitaine. Ce
DEFM : les demandeurs d’emploi en fin de
recul provient principalement des locaux in- Pour en savoir plus
mois sont les personnes inscrites à Pôle em-
dustriels et de bureaux dont la surface auto-
« La zone euro marque le pas », Insee Note ploi et ayant une demande en cours au der-
risée au cours des douze derniers mois a
de Conjoncture, décembre 2011. nier jour du mois.
baissé respectivement de 65,4 % et 24,6 %
Pentinat B. : « Economie francilienne : ralen- Catégorie ABC : personnes sans emploi im-par rapport aux douze mois précédents.
tissement probable au second semestre », médiatement disponibles, tenues d’accom-
Insee Faits et Chiffres, n° 272, octobre 2011. plir des actes positifs de recherche d’emploi.
L’activité hôtelière
Pentinat B., Rageau F. : « La situation de Catégorie A : personnes sans emploi immé-
reste soutenue l’économie francilienne continue de s’amé- diatement disponibles, tenues d’accomplir
liorer », Insee Ile-de-France à la page, n° 362, des actes positifs de recherche d’emploi,
L’activité hôtelière, qui a enregistré des ni-
juillet 2011. n’ayant eu aucune activité au cours du mois.
veaux records entre avril et août, est restée
INSTITUT NATIONAL
Directrice de la publication : Sylvie LagardeDE LA STATISTIQUE
Comité de rédaction : Patrick Hernandez
Publication téléchargeable à partir du site Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Chef de projet : Benoît Pentinat
Rédactrice en chef : Christel Collin
Direction régionale d’Ile-de-France Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Maquette : Nathalie Droux - Nicolas Renaud Commission paritaire n° 2133 AD
er© Insee 2012 Impression : Jouve78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex Dépôt légal : 1 semestre 2012 Code Sage I1238452
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.