Enquêtes annuelles du recensement 2004 et 2005 - La population picarde progresse faiblement

De
Publié par

Entre 1999 et 2005, la population picarde a progressé 4 fois moins vite qu'au niveau national. Comme les régions du nord et de l'est de la France, cette moindre croissance démographique est due à des départs plus importants que les arrivées. Si la population d'Amiens progresse légèrement et celle de Compiègne plus fortement, c'est grâce à l'accroissement du nombre de logements. A l'inverse, les villes de Beauvais et Saint-Quentin perdent des habitants. Les communes de moins de 10 000 habitants recensées montrent une opposition entre le nord de l'Aisne où la population décline et le sud de l'Aisne et de l'Oise qui bénéficie du desserrement de Reims et de Paris.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

À l’issue des deux premières
enquêtes de recensement menées en 2004 et 2005, la
population picarde est estimée à 1 877 000 habitants
au 01/01/2005. La population de la région a progressé
de 0,17% par an entre 1999 et 2005 environ 4 fois
moins rapidement qu’au plan national. Seule la ré-
gion limitrophe de Champagne-Ardenne a perdu des
habitants depuis 1999. La Picardie comme la Bour-
gogne, le Nord - Pas-de-Calais et la Lorraine affichentEnquêtes annuelles
une faible croissance. À l’exception de l’Alsace, le
de recensement 2004 et 2005 nord et l’est de la France sont démographiquement
peu dynamiques. À l’opposé, les régions du sud et de
l’ouest affichent de fortes progressions de populationLa population picarde
avec des taux de croissance annuels qui atteignent ou
dépassent les 1% par an.progresse faiblement
Une croissance démographique
ralentie par le déficit migratoire
La croissance de la population s’est fortement
Entre 1999 et 2005, la population picarde ralentie en Picardie passant de 0,28% par an, entre
a progressé 4 fois moins vite qu’au niveau national. 1990 et 1999, à 0,17% par an, entre 1999 et 2005,
Comme les régions du nord et de l’est de la France,
cette moindre croissance démographique est due
à des départs plus importants que les arrivées.
Si la population d’Amiens progresse légèrement




et celle de Compiègne plus fortement, c’est grâce


à l’accroissement du nombre de logements. À l’inverse,
les villes de Beauvais et Saint-Quentin perdent
!des habitants. "
Les communes de moins de 10 000 habitants
! recensées montrent une opposition entre le nord de l’Aisne
" #"où la population décline et le sud de l’Aisne et de l’Oise #
qui bénéficie du desserrement de Reims et de Paris.





#
! Robert Viatte, Insee Picardie
"#





Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.