Espérance de vie : l'Alsace comble son retard

De
Publié par

L'espérance de vie est plus courte en Alsace que pour l'ensemble de la France. Néanmoins, la région rattrape le niveau national. Quel que soit l'échelon géographique, les inégalités sociales ont une incidence sur les inégalités de santé. Moins souvent ouvrières ou employées, les personnes nées en Alsace mais ayant quitté la région vivent plus longtemps.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

POPULATION
En 2002, les Alsaciennes vivent en
moyenne 82,4 ans, les Alsaciens
75,7 ans.
eEspérance de vie : L’Alsace est la 4 région française où
l’espérance de vie des femmes est la
plus faible.
À structure par âge identique, le tauxl'Alsace comble son retard
de mortalité a baissé de 20 % en
10 ans (1989-1999).
Entre 20 et 59 ans, le taux de mortalité
masculin des ouvriers est 4 fois pluslégèrement plus marqué : 7,0 an-L’espérance de vie élevé que celui des cadres.
nées en faveur des femmes.est plus courte en Alsace
que pour l’ensemble Espérance de vie
de la France. plus faible en Alsace
Néanmoins, mes, après le Nord-Pas-de-Calais.
Comparés à l’ensemble des Fran- Néanmoins, à âge égal, la mortali-la région rattrape
çais, les Alsaciens vivent relative- té due à ces troubles diminue for-le niveau national.
ment moins longtemps : 0,1 an de tement.
Quel que soit
moins pour les hommes et 0,4 an Deuxième cause de mortalité en
l’échelon géographique, de moins pour les femmes. Alsace, les cancers sont à l’origine
eles inégalités sociales L’Alsace est ainsi la 4 région de de 34 % des décès masculins, 23 %
France où l’espérance de vie fé- des décès féminins. Proportionnel-ont une incidence
minine est la plus faible, après la lement, le nombre de victimes dusur les inégalités de santé.
Lorraine, la Picardie et le cancer est plus élevé dans la région
Moins souvent ouvrières
Nord-Pas-de-Calais. Pour l’espé- que pour l’ensemble du territoire
ou employées, rance de vie masculine, elle se métropolitain. Le nombre de décès
les personnes nées en Alsace situe parmi les régions moyennes. reste stable, bien que le nombre de
L’examen des causes de décès pathologies augmente.mais ayant quitté la région
permet de mieux cerner la sur- D’autres causes notables de mor-vivent plus longtemps.
mortalité alsacienne. Les mala- talité sont les maladies de l’appa-
dies de l’appareil circulatoire (af- reil respiratoire (8 % des décès, en
En 2002, en Alsace, l’espérance fections cardio-vasculaires) cons- baisse), et les causes externes
de vie atteint 75,7 ans pour les tituent la cause principale de de traumatismes ou empoisonne-
hommes et 82,4 ans pour les fem- mortalité en Alsace, à l’origine de ment : accidents de la vie cou-
mes. Celles-ci vivent en moyenne 36 % des décès féminins et de rante, suicides, accidents de la cir-
6,7 années de plus que les hom- 29 % des décès masculins sur la culation... Les décès par traumatis-
mes, mais cet écart se réduit pro- période 1998-2000. L’Alsace est la mes externes sont moins fréquents
gressivement. Pour l’ensemble de région où ces affections font pro- en Alsace que pour l’ensemble de
1
la France, l’écart selon le sexe est portionnellement le plus de victi- la France.
Définitions
L’espérance de vie à la naissance est l’âge moyen au décès pour une génération fictive, soumise aux conditions de
mortalité par âge de la population de référence. Autrement dit, pour calculer l’espérance de vie masculine en 2002, est
supposée une génération ayant, à 20 ans, la probabilité de décéder des hommes de 20 ans en 2002, à 50 ans, celle des
hommes de 50 ans en 2002, etc.
Le taux de mortalité est la proportion de décès dans une population, en moyenne annuelle. Pour comparer deux popu-
lations, comme l’Alsace et l’ensemble de la France, ou l’Alsace à deux périodes différentes, les taux de mortalité sont
standardisés, c’est à dire calculés comme si les populations avaient une structure par sexe et par âge identique.
1
Indépendamment de la structure par âge de la population, dont l’effet intervient également.
7Chiffres pour l'Alsace · revue n° 31 · février 2006POPULATION
Les nouvelles d’autres, ces risques ne diminuent lité des ouvrières et des em-
générations pas, et ils sont plus prononcés en ployées est 1,7 fois plus élevée en
en meilleure santé Alsace que dans la plupart des au- Alsace que celle des femmes qui
tres régions. sont cadres ou exercent une pro-
L’espérance de vie régionale rat- fession intermédiaire. De ce fait,
alors que les écarts de mortalitétrape le niveau métropolitain. Pen- Inégalités sociales
dant la dernière décennie du entre hommes et femmes sont re-de santé
lativement ténus dans la popula-vingtième siècle, la diminution de
la mortalité a été plus forte en En Alsace comme pour l’en- tion des cadres, ils sont plus im-
semble de la France, la situation portants dans celle des ouvriers etAlsace que dans toutes les autres
régions. À structure par âge iden- sociale et professionnelle in- des employés, au détriment des
fluence l’état de santé. Pour une hommes.tique, la baisse du taux de mortali-
té a été de 20 % dans la région, personne ayant atteint 60 ans, le L’évolution globalement favorable
fait d’avoir été ouvrier plutôt que de l’espérance de vie n’impliquecontre 15 % au niveau national. En
1990, la différence entre l’espé- cadre pendant sa vie active a un pas nécessairement que les iné-
effet négatif sur le nombre galités sociales de santé se com-rance de vie nationale et celle de
la région était encore supérieure à d’années qu’elle peut encore es- blent. Au contraire, au niveau na-
pérer vivre. Mais ces disparités tional, ce sont les cadres qui béné-un an, quel que soit le sexe.
Par ailleurs, les situations sont très selon la catégorie socioprofes- ficient le plus de la baisse de la
sionnelle sont surtout enregis- mortalité, et l’écart avec les autrescontrastées selon les générations.
Après 60 ans, la mortalité des trées pour la mortalité survenant catégories socioprofessionnelles
avant 60 ans. se creuseAlsaciens est supérieure à celle
des Français du même âge. À l’in- Entre 20 et 59 ans, un ouvrier ou
employé alsacien a deux fois plusverse, en dessous de cet âge, elle Les Alsaciens
est moins élevée dans la région. de risques de décéder qu’un quittant la région
homme exerçant une professionCes écarts opposent des généra- vivent plus vieux
tions nées avant guerre, qui étaient intermédiaire, et quatre fois plus
Le solde migratoire alsacien est po-qu’un cadre (période 1988-1992).déjà affectées de surmortalité il y a
sitif et élevé entre 20 et 35 ans, maisdix ou vingt ans, et les générations Les différences sont moins mar-
devient négatif à partir de 55 ans.quées chez les femmes : la morta-suivantes, bénéficiant d’un état de
santé égal, sinon supérieur à celui
des autres Français. Les personnes qui ont quitté l'Alsace vivent plus âgées
Au fur et à mesure que les nouvel-
Écart* (en mois)
les générations remplacent les 12
précédentes, l’espérance de vie
10
Femmesalsacienne devrait donc converger
8
vers le niveau métropolitain, et
6
même éventuellement le dépas-
4ser, à moins que l’Alsace ne soit
davantage touchée par le dévelop- 2
Hommes
pement de risques plus contempo- 0
rains, comme les cancers, le dia-
-2
bète, et, plus récemment, l’obési-
-4
té. En effet, contrairement à
-6
40 50 60 70 80 90 Âge
* Différence entre l'espérance de vie des personnes nées en Alsace habitant une autre région
et celle des Alsaciens, en 1999.
Lecture : une femme âgée de 60 ans, née en Alsace et qui vit ailleurs, a une espérance de vie de
6,5 mois supérieure, à celle d'une femme de 60 ans restée en Alsace.
8 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 31 · février 2006
Source : Insee, état civil et estimations localisées de populationPOPULATION
Un profil modifié pour une population fictive de l'Alsace en 1999
Personnes vivant en Alsace + personnes nées en Alsace
Âge
En 1999, 310 000 personnes nées
Hommes Femmes 90
en Alsace résidaient dans une
80autre région. Cette population,
plus âgée que celle des Alsaciens, 70
compte en proportion davantage
60
de femmes, de cadres et de pro-
50fessions intermédiaires. Ceci peut
laisser penser que les individus 40
qui quittent l’Alsace sont égale- 30
ment ceux qui bénéficient du meil-
20
leur état de santé. Dès lors, la me-
10sure de l’espérance de vie en
En milliers
Alsace, qui ne tient compte que 0
100 75 50 25 0 25 50 75 100des personnes présentes, pourrait
Alsaciens Personnes nées en Alsace résidant ailleurs en Francesous-estimer la longévité de l’en-
semble des personnes qui ont
réellement passé une partie impor- d’âge, à celle des personnes vivant La comparaison entre les deux po-
tante de leur vie dans la région. enAlsace;l’écartestde7à8mois pulations montre au final que l’é-
Cependant, il n’est pas possible chez les femmes. cart n’excède jamais 1,5 mois,
de connaître la trajectoire résiden- chez les hommes comme chez les
tielle précise des personnes décé- femmes. Autrement dit, même siLes migrations ont
dées. Il est en revanche possible les personnes ayant quitté l’Alsacepeu d’impact sur
de comparer la population alsa- ont une espérance de vie plusl'espérance de vie
cienne et les personnes nées en longue, elles ne sont pas suffisam-
Pour tenter d’estimer l’impact deAlsace, mais habitant dans une ment nombreuses pour que leur
autre région, sans davantage de ces migrations sur l’espérance de départ ait un impact véritablement
vie en Alsace, l’hypothèse d’uneprécision sur leurs migrations. Ain- significatif sur les espérances de
si, chez les hommes de 55 ans et "population fermée" a été simulée. vie régionales.
Les Alsaciens vivant hors d’Alsaceplus, les personnes nées en
Alsace mais résidant ailleurs ont ont été "réintroduits" dans la po- Thomas MORIN
pulation régionale, comme si au-une espérance de vie supérieure
de4à8mois, selonlatranche cune migration n’était intervenue.
Méthodologie
Les comparaisons entre les personnes vivant en Alsace et celles nées dans la région mais n’y résidant pas sont issues
d’une étude de Florence Lesage, réalisée dans le cadre d’un stage de maîtrise de démographie à l’Université Marc
Bloch, en avril 2004.
Pour tester l’hypothèse de l’influence des migrations, il était nécessaire d’étudier les personnes ayant vécu en Alsace et
qui ont, par la suite, migré vers une autre région. Cependant, cette information ne figure pas dans les données de l’état
civil et la France n’est pas dotée de fichiers de population. Il a donc été décidé de s’intéresser aux personnes nées en
Alsace et qui vivent dans une autre région. Cette population sera ainsi repérée à partir des informations fournies par le
recensement de 1999.
Sources utilisées
Espérance de vie et taux de mortalité sont calculés à partir des fichiers de l’état civil et d’estimations localisées de popu-
lation de l’Insee. Les données sur les causes des décès proviennent de l’Inserm.
Tous les autres résultats présentés dans cet article proviennent d’exploitations de l’Observatoire Régional de la Santé
d’Alsace (ORSAL), réalisées entre 2002 et 2005. Ces documents peuvent être téléchargés sur le site de l’Orsal :
www.orsal.org.
9Chiffres pour l'Alsace · revue n° 31 · février 2006
Source : Insee, recensement de la population de 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.