Etre né quelque part : habitants normands et d'ailleurs

De
Publié par

N°44 - mai 2011 Être né quelque part : habitants normands et d’ailleurs Moins de sept personnes sur dix mesure de l’avancée en âge : il passe à 80 % pour les 15-19 ans, et à 68 % pour lesnées en Basse-Normandie résident 20-24 ans. Pour les jeunes qui poursuiventdans leur région de naissance, taux des études post-bac, il se réduit à 58 %, ceinférieur à la moyenne nationale. qui place la Basse-Normandie bien loinEn effet, trois Français de métro- derrière les régions Nord-Pas-de-Calais oupole sur quatre habitent la région Rhône-Alpes qui, au vu de leur dimension,où ils ont vu le jour. peuvent présenter une offre de formationLa région compte avant tout des plus large et diversifiée .Bas-Normands de naissance. Seuls 25 % des habitants sont nés hors du En Basse-Normandie, hormis les en- territoire régional. fants et les jeunes adultes, ce sont les re- traités qui résident le plus dans leurChoix ou contrainte de rester ou de par- région de naissance (66 %). Parmi lestir, opportunités de se former, de trouver actifs,lapartest àpeine moindreun emploi, aléas de la vie ... de nombreux (63 %), mais elle varie selon la catégorieéléments interviennent dans le fait de rési- socio-professionnelle. Ainsi 70 % desder ou non dans sa région de naissance. ouvriers et employés natifs de la région En 2007, la France compte 1 590 000 y habitent alors que pour les cadres, le personnes nées en Basse-Normandie. taux est divisé par deux.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

N°44 - mai 2011
Être né quelque part :
habitants normands et d’ailleurs
Moins de sept personnes sur dix mesure de l’avancée en âge : il passe à
80 % pour les 15-19 ans, et à 68 % pour lesnées en Basse-Normandie résident
20-24 ans. Pour les jeunes qui poursuiventdans leur région de naissance, taux
des études post-bac, il se réduit à 58 %, ceinférieur à la moyenne nationale.
qui place la Basse-Normandie bien loinEn effet, trois Français de métro-
derrière les régions Nord-Pas-de-Calais oupole sur quatre habitent la région
Rhône-Alpes qui, au vu de leur dimension,où ils ont vu le jour.
peuvent présenter une offre de formationLa région compte avant tout des
plus large et diversifiée .Bas-Normands de naissance. Seuls
25 % des habitants sont nés hors du En Basse-Normandie, hormis les en-
territoire régional. fants et les jeunes adultes, ce sont les re-
traités qui résident le plus dans leurChoix ou contrainte de rester ou de par-
région de naissance (66 %). Parmi lestir, opportunités de se former, de trouver
actifs,lapartest àpeine moindreun emploi, aléas de la vie ... de nombreux
(63 %), mais elle varie selon la catégorieéléments interviennent dans le fait de rési-
socio-professionnelle. Ainsi 70 % desder ou non dans sa région de naissance.
ouvriers et employés natifs de la région
En 2007, la France compte 1 590 000 y habitent alors que pour les cadres, le
personnes nées en Basse-Normandie. taux est divisé par deux.
Comme le Nord-Pas-de-Calais, la Lor- La population bas-normande compteraine ou encore Champagne-Ardennes, la
avant tout des personnes nées dans la ré-région comprend moins d’habitants que
gion. Seul un habitant sur quatre n’a pasde personnes y ayant vu le jour. 68 % des
vu le jour dans un des trois départements,natifs de Basse-Normandie vivent dans
mais en Ile-de-France (7 % des résidents),leur région de naissance, alors qu’en
à l’étranger (3,5 %), ou encore dans lesmoyenne trois Français sur quatre résident
Pays de la Loire ou en Haute-Normandiedans la région où ils sont venus au monde.
(3 %). Inférieur à la moyenne nationaleSeules six régions enregistrent des taux infé-
(35 %), cet indicateur témoigne entrerieurs, notamment Champagne-Ardennes
autre d’une modeste attractivité de la ré-(65 %) ou encore Bourgogne et Limousin
gion sur les habitants extérieurs, à l’instar(66 %). A l’opposé, les Alsaciens de nais-
de la Bretagne ou de la Lorraine qui pré-sance, presque aussi nombreux que les
sentent des taux voisins. Le Nord-Pas-de-Bas-Normands , vivent pour 84 % d’entre
Calais enregistre lui la plus faible propor-eux dans leur région d’origine.
tion de résidents nés hors région (13 %).
Les natifs de la région qui n’y habitent A l’inverse, dans les régions méditerra-
pas résident surtout en Ile-de-France, néennes de Languedoc-Roussillon et
dans les Pays de la Loire, en Haute-Nor- Paca, où joue un héliotropisme certain,
mandie ou en Bretagne. un habitant sur deux est né ailleurs.
Une légère nuance départementale Trois retraités sur dix résidant en
pointe cependant : ce sont les Ornais de Basse-Normandie ont vu le jour dans
naissance qui ont le plus souvent quitté la une autre région, en Ile-de-France ou
région (58 %). L’Ile-de-France et les Pays dans une des régions limitrophes essen-
de la Loire sont leur principales régions tiellement, ou alors à l’étranger. La pro-
d’accueil. A l’inverse 72 % des Manchois portion est identique pour l’ensemble
de naissance vivent en Basse-Normandie. des actifs, variant cependant de 13 %
pour les exploitants agricoles à 51 %Les enfants nés en Basse-Normandie
pour les cadres.
sont bien sûr ceux qui y vivent le plus. Le
Édith NAVELLOUtaux atteint 85 % parmi les moins de 15
ans. Cette proportion diminue au fur et à INSEE
DIRECTION REGIONALE DE L'INSEE DE BASSE-NORMANDIE
5 rue Claude Bloch - BP 95137 14024 CAEN CEDEX Tél. : 02.31.45.73.39
Directrice de la publication : Maryse CHODORGE
Rédacteur en chef : Didier BERTHELOT
Attaché de presse : Philippe LEMARCHAND 02.31.15.11.14 © Insee 2011
www.insee.fr/basse-normandie

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.