Evolution de la population active : Quelles ressources pour la Haute-Normandie à l'horizon 2015

De
Publié par

Une prolongation des dernières tendances connues en matière de mortalité, de migrations et de comportements d'activité, montre que la Haute-Normandie va devoir faire face à une diminution de sa population active dans les années à venir. Suivant les différents scénarios que nous évoquerons dans cet article, la date de ce retournement peut être très proche ou un peu décalée, mais interviendra dans tous les cas avant 2015. Dans le meilleur des cas, on assisterait à une stabilisation des actifs haut-normands. Deux facteurs essentiels joueront dans le renouvellement de la population active : les effets démographiques purs et les migrations.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 30 - Décembre 2003
Lettre
statistique
et
économique
de Haute-Normandie
DES ACTIFS MOINS NOMBREUX,
ÉVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE
MAIS AUSSI DIFFÉRENTS
Quelles ressourcesL’article ci-contre montre que l’on peut s’at-
tendre à retrouver en 2015 un nombre pour la Haute-Normandied’actifs assez proche de celui de 1999. Il ne
faut pas en déduire que rien n’aura changé à l’horizon 2015 ?
d’ici là.
En effet, si le nombre d’actifs aura peu dimi-
Damien Barthélémynué, celui des inactifs aura fortement aug-
menté, ce qui pose un premier problème
d’équilibre.
zon 2015, retour au niveau de 1999.Une prolongation des dernièresEn outre, des changements importants inter-
Quatre régions devraient connaîtreviendront dans les caractéristiques de ces tendances connues en matière
une progression continue de leur popula-actifs : nombreux départs des générations de mortalité, de migrations et
tion active d’ici 2015 ; il s’agit deimportantes du baby-boom, prolongation
de comportements d’activité,d’activité pour les autres. Au total, accroisse- Rhône-Alpes, de l’Alsace et surtout des
ment de la part des travailleurs de plus de 50 montre que la Haute-Normandie régions méditerranéennes, Langue-
ans et accroissement de la part des femmes. doc-Roussillon et Provence-Alpes-Côteva devoir faire face à uneLa question qui se pose est évidemment de
d’Azur. Ces régions bénéficient d’undiminution de sa populationsavoir si la nouvelle structure des actifs (par
solde migratoire positif, voire très positifâge, par sexe, par qualification) sera adaptée active dans les années à venir. et d’une population plutôt jeune.à la structure des emplois offerts, en nombre
Suivant les différents scénarioset en qualité.
Il y a fort à parier en effet que le grand mou- que nous évoquerons dans cet
vement qui affectera les actifs sera à l’origine DEUX FACTEURS DÉTERMINANTS :article, la date de ce
de certaines évolutions en matière d’emplois LES MIGRATIONS ET LA PYRAMIDE
retournement peut être trèsofferts : comment les emplois libérés par les DES ÂGES
départs à la retraite seront-ils redéfinis ? proche ou un peu décalée, mais
Embauchera t-on dans les mêmes métiers,
interviendra dans tous les cas La reconduction des quotients migra-au même niveau de qualification et... en
toires calculés entre les recensementsavant 2015. Dans le meilleur desnombre égal ? Voilà une question à laquelle
de 1990 et 1999, le maintien de la fécon-ni les statisticiens ni, me semble-t-il, les chefs cas, on assisterait à une
d’entreprises ne sont en mesure d’apporter dité au taux de 1999 ainsi qu’un prolon-
stabilisation des actifsune réponse satisfaisante. gement de la baisse de la mortalité et de
Plus que le nombre des actifs, c’est peut-être haut-normands. Deux facteurs l’évolution des taux d’activité annoncent
la caractéristique de ces actifs qui changera donc, au mieux, une stabilisation desessentiels joueront dans le
dans les années à venir.
actifs haut-normands à l’horizon 2015.renouvellement de la population
Parmi les composantes de l’évolution de
active : les effets
la population active, les effets démogra-Jean LEMATTRE
démographiques purs et les phiques seront essentiels, notammentChef du Service des Etudes et de la Diffusion
migrations.
ÉVOLUTION ANNUELLE DE LA POPULATION ACTIVE
1999-2015 PAR RÉGION
(projection tendancielle)a baisse de la po-
Lpulation active
n’est pas propre à la
Haute-Normandie. Cer-S O MM A IRE
taines régions, comme
POPULATION
l’Auvergne et le Limousin,
ÉVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE
Quelles ressources pour la Haute-Normandie font déjà face à cette si-
à l’horizon 2015 ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 tuation. Les régions voisi-
nes, Picardie, Centre et
ANALYSES CONJONCTURELLES
Basse-Nor mandie
L’EMPLOI SALARIÉ AU 2e TRIMESTRE 2003
Légère reprise de l’emploi salarié connaissent des évolu-
en Haute-Normandie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 tions quasi identiques à la
LA CONJONCTURE EN HAUTE-NORMANDIE Haute-Normandie,
AU 3e TRIMESTRE 2003
c’est-à-dire progressionUne activité sans ressort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
de la population active
jusqu’en 2006 et, à l’hori-
POPULATIONcelui du remplacement des générations.
MÉTHODOLOGIE
La structure par âge de la population va
Le modèle de projection des actifs utilisé par ces quotients par sexe et âge sur toute ladonc évoluer selon ces effets et vieillir.
l’INSEE, Omphale, travaille en deux temps. période de projection.Les générations qui vont entrer sur le
Dans un premier temps, on projette la popula- Les taux d’activité par âge et par sexe ob-
marché du travail jusqu’en 2015 sont tion totale d’une zone en partant de l’année de servés en 1999 évoluent selon des tendan-
composées d’individus nés dans les référence et en faisant naître, vieillir, migrer, ces d’évolution observées au niveau
mourir la population, par application de quo- national. Les taux d’activité féminins pro-années 80 et 90. Or, durant ces deux dé-
tients de fécondité, de décès et de migration. gressent tandis que les taux d’activitécennies, la natalité a sensiblement
Dans un second temps, la population étant masculins restent stables.
décru ; le taux de natalité (nombre de projetée, on applique à cette des
naissances pour 1 000 habitants) qui taux d’activité par sexe et âge pour chaque Variante A : remontée progressive des taux d’acti-
année et on obtient la projection de la popula- vité des 55-59 ans à l’horizon 2025 (décalage de 5était de 16,4 en 1980 n’atteignait plus
tion active (1). Les populations données sont ans des taux d’activité des 50-54 ans sur lesque 13,1 en 1999. De plus, le solde mi-
celles au 1er janvier de l’année considérée. Le 55-59 ans).
gratoire des 18-29 ans s’est creusé entre calcul des quotients et des taux est basé sur
des hypothèses.1990 et 1999, le nombre de jeunes quit- Variante B : montée des taux d’activité féminins
au niveau de ceux de l’Ile-de-France à l’horizontant la région est nettement plus impor-
Hypothèses du scénario tendanciel : 2015 pour les femmes âgées de 25 à 49 ans.
tant que celui des arrivants du même
Les quotients de fécondité de 1999 sont
âge (1). Le prolongement des pratiques maintenus pour toute la durée de la Variante D : remontée progressive des taux d’acti-
migratoires par âge pourrait entraîner un projection. vité des 60-64 ans à l’horizon 2025 (décalage de 5
ans des taux d’activité des 55-59 ans sur les Les quotients de décès évoluent parallèle-déficit d’environ 45 000 actifs entre 1999
60-64 ans).ment à la tendance nationale.et 2015. Autrement dit, tous les ans, la
Les quotients migratoires de référence
région perdrait de 2 500 à 3 000 actifs (1) La population active comprend les personnes ayant un emploi, lessont les quotients annuels moyens calcu-
chômeurs au sens du recensement et les militaires du contingent.par le jeu des migrations. lés sur la période 1990-1999 ; on maintient
La plupart des actifs quittant la région
EN 2015, UN ACTIFayant moins de 35 ans, cela aura des équivalent de moins de 30 ans et de plus
SUR QUATRE AURA PLUS DE 50 ANSconséquences sur le renouvellement de de 50 ans parmi les actifs en 2015.
la population active.
Comparés à l’ensemble de la France,Au cours de l’année 2000, 20 000
les actifs haut-normands étaient plusjeunes de 15 à 24 ans entraient dans la UN FACTEUR ATTÉNUANT :
jeunes en 1999. En 2015, l’écart sera faiblevie active ; ils ne seront plus que 17 000 LES TAUX D’ACTIVITÉ PAR SEXE ET ÂGE
pour la part des plus de 50 ans. Les plus deen 2015. Dans le même temps, le
50 ans, qui représentent 17% de la popula-nombre d’actifs quittant le monde du tra- L’évolution de la population active
tion active en 1999 (18,1% en France), ver-vail va croître : d’environ 11 500 au début dépend ensuite de la participation au
ÉVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE
Hypothèse tendancielle Taux 1999 constants Variante A (1) Variante B (1)
1999 2006 2015 2006 2015 2006 2015 2006 2015
Haute-Normandie
Total 807 000 831 900 804 700 818 700 784 800 842 800 829 400 837 600 816 400
Hommes 441 000 447 400 428 000 447 300 429 500 452 800 439 700 447 400 428 000
Femmes 366 000 384 400 376 700 371 300 355 300 390 100 389 700 390 200 388 400
Évolution 1999-2006 3,1 1,4 4,4 3,8
Évolution 2006-2015 -3,3 -4,1 -1,6 -2,5
25,8 24,1 24,1 24,4 24,5 23,8 23,4 24,0 24,0Part des moins de 30 ans
17,0 21,7 23,0 21,1 22,1 22,7 25,3 21,5 22,7Part des 50 ans ou plus
45,4 46,2 46,8 45,4 45,3 46,3 47,0 46,6 47,6Part des femmes
France métropolitaine
Total 26 551 500 27 500 100 27 152 900 27 100 300 26 558 300 27 839 000 27 914 000 27 642 300 27 446 700
Hommes 14 376 900 14 669 900 14 321 300 14 682 800 14 412 700 14 831 200 14 675 400 14 669 900 14 321 300
Femmes 12 174 600 12 830 200 12 831 700 12 417 500 12 145 700 13 007 800 13 238 600 12 972 500 13 125 500
Évolution 1999-2006 3,6 2,1 4,8 4,1
Évolution 2006-2015 -1,3 -2,0 0,3 -0,7
Part des moins de 30 ans 25,1 23,1 23,2 23,3 23,6 22,8 22,5 23,1 23,1
Part des 50 ans ou plus 18,1 22,0 23,4 21,5 22,6 23,0 25,5 21,9 23,2
Part des femmes 45,9 46,7 47,3 45,8 45,7 46,7 47,4 46,9 47,8
Source : INSEE - Omphale, recensements Unités : actif, %
(1) voir méthodologie ci-dessus
des années 2000, ils pourraient atteindre ront leur part remonter en 2015 à 23%, marché du travail des hommes et des
20 000 en 2015. De telle sorte que le voire 25% suivant les hypothèses, taux femmes à chaque âge. Cette participa-
solde entre entrées et sorties, largement comparables à la France. A l’inverse, la part tion est appréhendée par les taux d’acti-
positif en début de période, va devenir des moins de 30 ans déclinera de 26% en vité, c’est-à-dire la proportion de person-
négatif à l’horizon 2015. 1999 à environ 23% en 2015. L’écart entre nes actives parmi la population totale.
la région et la France restera d’à peine un De 1999 à 2015, la Haute-Normandie
point. En conclusion, en France comme en devrait perdre quelque 2 300 actifs en hy-
(1) voir Aval n° 12 - Février 2002 Haute-Normandie, il y aura un nombre pothèse tendancielle. Cette perte serait
2 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 30 - Décembre 2003POURSUITE de 1999 montre nettement une chute deTAUX D’ACTIVITÉ FÉMININ PAR ÂGE EN HAUTE-NORMANDIE
DE LA HAUSSE ces taux passé l’âge de 55 ans. Si le taux100
DE L’ACTIVITÉ d’activité des 50-54 ans (hommes et
90
FÉMININE femmes) est de 81,8%, celui des 55-59
80 ans n’est plus que de 50,5% (52,6% pour
70 Depuis plusieurs la France). Pour la classe d’âge suivante,
décennies, les femmes 60 à 64 ans, les taux passent au-des-60
sont de plus en plus sous de 10% : 9,4% pour la France et
50
présentes dans la po- 7,3% pour la Haute-Normandie.
199940 pulation active. Leur L’âge de cessation d’activité ou de finVariante A (1)
Variante B (1) part était de 35% en de carrière a peu à peu avancé au cours30
Variante D (1)
1968 ; aujourd’hui, elle des dernières décennies. Plusieurs rai-Scénario tendanciel 201520
dépasse 45%. Comme sons expliquent ce phénomène, en
10 les hommes, elles sont grande partie lié au développement du
0 de moins en moins ac- chômage depuis les années 70 et aux
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70
tives avant 25 ans et différentes politiques d’emploi gouverne-
Source : INSEE - Omphale Unité : %
après 60 ans. Leur mentales. L’âge de la retraite a été abais-(1) voir méthodologie page 2
niveau moyen de di- sé à 60 ans en 1983 ; les sorties antici-
TAUX D’ACTIVITÉ MASCULINS PAR ÂGE EN HAUTE-NORMANDIE plôme a considérable- pées de la vie active ont donc suivi. Les
100
ment augmenté depuis mesures de lutte contre le chômage ont
90 25 ans ; elles ont au- favorisé les sorties précoces du marché
jourd’hui plus souvent du travail des travailleurs les plus âgés.80
le bac ou un diplôme Le financement public et l’usage par les
70
supérieur. Les plus entreprises des mesures de préretraite
60 jeunes générations ont entraîné un rajeunissement des
199950 sont plus diplômées salariés.
Variante A (1)
que leurs homologuesVariante D (1)40
Scénario tendanciel 2015 masculins. Leur com-
30
portement a évolué ; L’ÉVOLUTION DES COMPORTEMENTS
20 elles sont moins nom- D’ACTIVITÉ : DES VARIANTES
breuses à interrompre AUX EFFETS DIFFÉRENTS10
leur carrière profes-
0
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 sionnelle pour élever Une hypothèse de cette étude est de
leurs enfants. Entre faire remonter les taux d’activité de laSource : INSEE - Omphale Unité : %
(1) voir méthodologie page 2 1990 et 1999, les taux classe d’âge 55-59 ans au niveau de la
d’activité féminins d’âge des 50-54 ans à l’horizon
de 22 000 actifs si les effets démographi- haut-normands de 25 à 49 ans sont 2025 et de faire ainsi reculer l’âge de
ques (effet génération et effet migratoire) passés de 75,2% à 80,4% (ceux de cessation d’activité. Cette hypothèse ten-
jouaient seuls. Les effets liés aux varia- l’Ile-de-France de 81,5% en 1990 à drait à encourager les entreprises à
tions des taux d’activité permettent à 84,8% en 1999). Si l’on prend comme ré- maintenir en activité leurs salariés les
l’opposé d’en gagner 20 000 sur la pé- férence à l’horizon 2015 les taux d’activi- plus âgés, permettant des gains d’actifs
riode. Ce gain est égal à la différence té féminins franciliens de 1999, le gain plus appréciables, en particulier en
entre des taux d’activité reconduits à escompté, entre 1999 et 2015, serait Haute-Normandie où les taux d’activité
l’identique de 1999 à 2015 et des taux d’environ 11 500 par rapport à l’hypo- des 55-59 ans sont plus faibles qu’au
qui évolueraient suivant une hypothèse thèse tendancielle. Ainsi, la population niveau national. D’ici 2015, la population
tendancielle ; ces taux d’activité vont ce- active progresserait d’un peu plus de 1% active augmenterait de 22 500 person-
pendant vers une stabilisation. Pour la en 16 ans. La part des femmes atteindrait nes, soit un gain de presque 3% en seize
population haut-normande de 20 à 59 47,6% dans la population active. Malgré ans. Malgré tout, selon cette hypothèse,
ans, ils devraient rester de l’ordre de tout, selon cette hypothèse, le maximum un maximum (à 843 500) serait atteint fin
82%, la montée de l’activité féminine serait toujours atteint fin 2006, avec 2007. Puis les huit années suivantes, la
compensant une légère baisse de l’acti- 837 500 actifs. Puis, les neuf années sui- baisse serait de 14 000 actifs, soit à un
vité masculine. Le taux d’activité des vantes, la baisse serait au total de rythme deux fois plus faible que selon
moins de 20 ans devrait aussi tendre à 21 000 actifs, soit à un rythme plus faible l’hypothèse tendancielle.
décroître. A taux constants, la population que selon l’hypothèse tendancielle. Cette hypothèse peut être prolongée
active haut-normande en 2015 serait pour les 60-64 ans. Il s’agirait ici de faire
d’environ 785 000 individus ; avec l’évo- remonter les taux d’activité de cette
lution tendancielle, ce chiffre passe à DE MOINS EN MOINS D’ACTIFS classe d’âge au niveau de celle des
805 000. Le bénéfice ainsi obtenu est ex- AU-DELÀ DE 55 ANS 55-59 ans à l’horizon 2025. Cette hypo-
clusivement dû aux femmes, leur part thèse est forte et somme toute assez
passant de 45,4% à 46,8% dans la popu- La courbe d’évolution des taux d’acti- théorique. En effet, le droit à la retraite
lation active. vité issue des résultats du recensement est fixé à 60 ans pour la majorité des sa-
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 30 - Décembre 2003 3lariés et,mêmesilenombredetrimestres
LA POPULATION ACTIVE PAR DÉPARTEMENT À L’HORIZON 2015
de cotisations est appelé à augmenter pour
toucher une pension complète, les généra-
Comme pour la région, les départements haut-nor- pour les 55-59 ans (49,3% contre 53,2%). Pour les
tions nées entre 1945 et 1954 ont connu mands atteindraient un maximum de population ac- femmes, l’écart est également plus important : 73%
tive en 2006. Les projections de active contre 77,4%. Cela signifie que la Seine-Maritimeune entrée précoce dans la vie active, sou-
par département montrent que la Seine-Maritime peut compter sur un plus fort potentiel «mobili-
vent avant 18 ans. Les femmes de cette gé- connaîtrait une plus forte diminution de sa popula- sable». Une remontée des taux d’activité des 55-59
tion active entre 2006 et 2015 que l’Eure. Sur l’en- ans au niveau de ceux des 50-54 ans à l’horizonnération, qui ont plus souvent eu des carriè-
semble de la période 1999-2015, l’Eure bénéficierait 2025 permettrait un gain de 17 000 actifs par rap-res interrompues pour élever leurs enfants,
d’un gain d’environ 3 500 actifs tandis que la port à l’hypothèse tendancielle en 2015. De même,
pourraient être plus nombreuses à prolon- Seine-Maritime en perdrait près de 6 000. une remontée des taux d’activité féminins au ni-
Mais la Seine-Maritime se différencie de l’Eure par veau de l’Ile-de-France à l’horizon 2015 permettraitger leur activité après 60 ans. D’ici 2015,
des taux d’activité plus faibles quels que soient d’accroître la population active de presque 9 500
selon cette hypothèse, la population active l’âge et le sexe. Parmi les résidents âgés de 20 à 59 personnes. Cette dernière hypothèse aurait assez
augmenterait de 46 000 personnes, soit un ans, 80,8% sont actifs en Seine-Maritime contre peu d’effet dans l’Eure, le taux d’activité des fem-
84,3% dans l’Eure, différence encore plus marquée mes y étant déjà élevé.gain de 5,7% en seize ans. Le maximun
serait atteint en 2011, à 856 500, puis la
ÉVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE
baisse s’amorcerait à un rythme faible, d’à
Hypothèse tendancielle
peine 1 000 actifs de moins par an d’ici 1999 2006 2015
2015. Par contre, si l’on prolonge ce scéna- Eure
rio d’une dizaine d’années, il entraînerait un Total 253 200 263 700 256 700
Hommes 138 500 141 700 135 700fort recul de la population active à partir de
Femmes 114 700 122 000 121 000
2025. A partir de cette date, les effets du Évolution 1999-2006 4,2
Évolution 2006-2015 -2,7recul de la natalité et de la dégradation du
Part des moins de 30 ans 24,8 22,2 22,5solde migratoire que connaît la région
Part des 50 ans ou plus 17,4 22,9 24,8
depuis 1975 ne pourraient plus être com- Part des femmes 45,3 46,3 47,1
pensés par la hausse d’activité des 55-64 Seine-Maritime
553 800 568 100 548 000Totalans. D’ailleurs, à cette date, la population
302 500 304 400 289 000Hommes
totale de la Haute-Normandie serait en di- 251 300 263 700 259 000Femmes
minution si les comportements constatés Évolution 1999-2006 2,6
Évolution 2006-2015 -3,5dans les années 90 en matière de natalité
Part des moins de 30 ans 26,3 24,7 24,5et de migrations se prolongeaient. A long
Part des 50 ans ou plus 16,8 21,3 22,6
terme, ce sont bien les éléments de démo- Part des femmes 45,4 46,4 47,3
Source : INSEE - Omphale, recensements Unités : actif, %graphie «pure» qui conditionneront l’évolu-
tion de la population active
LA POPULATION ACTIVE PAR ZONE D’EMPLOI À L’HORIZON 2015
Si les tendances de la décennie 1990 se poursuivent,
ÉVOLUTION ANNUELLE 1999-2015 DE LA POPULATION ACTIVE
les zones d’emploi haut-normandes vont connaître
PAR ZONE D’EMPLOI
des évolutions différentes de leur population active. (projection tendancielle)
Déjà en phase de repli depuis 2002, la ac-
tive de la Vallée de la Bresle reculera globalement de
8% sur la période 1999-2015. Dieppe et Bernay de-
vront aussi connaître un recul important à compter
de 2004. Le Havre, qui amorcera la baisse de sa po-
pulation active à la même date, subira un recul
moins important, voire quasi-nul si les taux d’activité
des femmes et des plus de 55 ans, qui sont relative-
ment bas, venaient à remonter plus nettement. Lille-
bonne et Verneuil-sur-Avre perdront de la population
active à compter de 2005, et ce dans des proportions
limitées. Vernon, Fécamp et le Pays de Bray gagne-
ront de la population active jusqu’en 2006, voire
2007. Elles subiront ensuite une baisse ramenant
leur population active en 2015 à un niveau proche de
celui de 1999. Enfin quatre zones (Rouen, Evreux,
Pont-Audemer et Gisors) auront une population ac-
tive plus nombreuse en 2015 qu’en 1999.
4 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 30 - Décembre 2003

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.