Familles monoparentales : plutôt urbaines et plus précaires

Publié par

En Limousin, plus d’un enfant sur six vit avec un seul de ses parents. La monoparentalité est un phénomène plutôt urbain. Chômage, voire absence du marché du travail : les monoparents sont moins souvent en emploi que les autres parents. Mais les mères isolées qui ont une activité professionnelle l’exercent plus fréquemment que les autres à temps complet. Quatre monoparents allocataires des CAF sur dix perçoivent une prestation spécifiquement liée à leur situation familiale. Pour une famille monoparentale limousine sur six, l’intégralité des ressources est constituée par les prestations versées par les CAF.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 75
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Familles
monoparentales :
plutôt urbaines et
plus précaires
En Limousin, plus Depuis les années soixante, le Cette part a progressé de trois points
d’un enfant sur six vit nombre de familles monopa- depuis 1999. Près de 26 000 jeunes
avec un seul de ses pa- rentales ne cesse de croître, limousins de moins de 25 ans vivent
rents. La monoparentalité en Limousin comme ailleurs. ainsi avec un seul parent, soit un sur
est un phénomène plutôt Au milieu du siècle dernier, la six. Cette proportion est proche de la
urbain. monoparentalité résultait du moyenne française.
veuvage une fois sur deux. Au- Plus l’enfant grandit, plus il a de risques
jourd’hui, le décès du conjoint de vivre avec un seul parent. En dessous Chômage, voire ab-
pèse peu face aux ruptures de 3 ans, un enfant sur dix vit dans une sence du marché du
d’unions : seuls 9 % des mo- famille monoparentale ; au-delà de travail : les monoparents
noparents sont veufs. 12 ans, ils sont deux sur dix dans ce cas. sont moins souvent en em-
ploi que les autres parents. Conciliation plus diffcile entre
vie professionnelle et familiale, Mais les mères isolées qui Dès sa première année, un enfant sur
exposition plus grande à la ont une activité profes- dix vit dans une famille monoparentale
précarité : ces familles affron-sionnelle l’exercent plus
25
tent souvent des conditions de fréquemment que les autres
à temps complet. vie moins favorables, même si 20
les transferts sociaux amélio-
15rent sensiblement leur niveau Quatre monoparents
de vie.allocataires des CAF 10
sur dix perçoivent une
5prestation spécifquement Une famille sur cinq
liée à leur situation fa- est monoparentale 0
miliale. Pour une famille < 1 1 2 3-4 5-9 10-14 15-19 20-24
an an ans ans ans ans ans ans
monoparentale limousine Au recensement de 2006, le Li-
Part des enfants qui vivent dans une famille monoparentale,sur six, l’intégralité des mousin compte 16 800 familles
selon l'âge (en %)
ressources est constituée monoparentales, soit 19 % des Âge en années révolues
par les prestations versées familles comprenant au moins Source : Insee, Recensement de la population 2006,
exploitation complémentairepar les CAF. un enfant de moins de 25 ans. Les parents isolés sont huit fois sur dix dix sont monoparen-
L'activité des mères isolées se réduit
des femmes, en Limousin comme en tales.
avec le nombre d'enfants à charge
France. Néanmoins, les pères
100Les mères isolées élèvent plus souvent isolés ont moins ten-
dance à se concen-de jeunes enfants : la moitié des enfants
80élevés par leur seule mère ont moins trer dans les centres
de 12 ans, contre seulement 36 % des urbains que les mères
60enfants élevés par leur seul père. isolées.
40
Des mères Des familles monoparentales
isolées moins plus petites 20
diplômées
Les familles monoparentales sont sou-
0
vent de taille réduite : 60 % d’entre elles Les mères isolées 1 enfant 2 enfants 3 enfants 4 enfants et +
ne comptent qu’un seul enfant, contre s o n t n e t t e m e n t Mères isolées Mères isolées en emploi
Mères isolées en emploi à temps complet46 % des familles constituées autour moins diplômées
Part des mères dans l'ensemble des parents de famillesd’un couple. que les mères en
monoparentales, selon le nombre d'enfants à charge, en %
Par ailleurs, les mères isolées ont à leur couple : 30 % d’entre
Lecture : dans moins de 20 % des familles monoparentales
charge un nombre d’enfants plus élevé elles ont un niveau comprenant 4 enfants ou plus, c'est une mère travaillant à
temps complet qui est parent. que les pères dans la même situation. inférieur ou égal au
Source : Insee, Recensement de la population 2006,Si les femmes sont à la tête de 80 % des BEPC, contre 23 % exploitation complémentaire
familles monoparentales, cette propor- des mères en couple ;
tion atteint 92 % pour les familles avec et 23 % des premières indéterminée, contre 60 % des
quatre enfants ou plus. possèdent un diplôme de l’en- pères isolés et 62 % des mères
seignement supérieur, contre en couple.
28 % des secondes. Malgré des difficultés d’or-La monoparentalité :
Les disparités ne sont pas ganisation plus importantes,
un phénomène urbain
aussi marquées pour les les mères de famille isolées
La monoparentalité demeure un phé- hommes : ceux qui élèvent exercent plus souvent que les
nomène plutôt urbain : 71 % des fa- seuls leurs enfants ont un autres une activité profession-
milles monoparentales vivent au sein niveau de diplôme proche de nelle à temps complet, sans
de l’espace urbain, contre 65 % des celui des pères qui vivent en doute par nécessité de déga-
couples avec enfants. Les villes-centres, couple. ger un revenu d’activité plus
en particulier, accueillent à elles seules élevé. Les pères, en revanche,
plus de la moitié des familles mono- travaillent plus souvent à Des monoparents
parentales limousines. Ainsi, sur les temps partiel lorsqu’ils sont moins souvent
communes de Limoges, Guéret, Tulle monoparents.
en emploiet Brive, trois familles avec enfants sur Plus les enfants sont nom-
Concilier vie de famille et vie breux et plus l’activité des
professionnelle est difficile femmes monoparents se ré-Centres urbains : forte proportion de
pour les monoparents. Qu’ils duit. Parmi les mères isolées familles monoparentales
qui travaillent, les trois quarts soient hommes ou femmes, ils Limoges (commune) 30
Brive-la-Gaillarde (commune) 27 sont moins souvent en emploi occupent un emploi à temps
Tulle (commune) 30 que leurs homologues des fa- plein lorsqu’elles ont un seul
Guéret (commune) 32
milles « traditionnelles ». Seuls enfant ; elles ne sont plus que Saint-Junien (commune) 21
Ussel (commune) 17 73 % des monoparents occu- la moitié à temps plein, dès
Pôles urbains hors villes-centres 16 lors qu’elles élèvent quatre en-pent un emploi, contre 84 %
Couronnes périurbaines + communes multipolarisées 12
des adultes dans les familles fants ou plus. En outre, lorsque
Pôles d'emploi ruraux 22
traditionnelles avec enfants. le nombre d’enfants à la charge Reste de l'espace rural 15
Les monoparents, et en parti- des mères isolées augmente, Limousin 19
culier les femmes, connaissent ce n’est pas le recours au Corrèze 18
Creuse 18 temps partiel qui s’accroît, aussi des conditions d’emploi
Haute-Vienne 20 plus précaires que les adultes mais bien l’absence d’emploi
Part des familles monoparentales dans l'ensemble des en couple : 55 % des mères qui devient plus fréquente.
familles avec enfants de moins de 25 ans (en %)
isolées ont un emploi à durée Les monoparents sont deux Source : Insee, Recensement de la population 2006,
exploitation complémentaire
INSEE Limousin - mars 2010Moins d'enfants et des conditions de vie moins favorables
Les monoparents qui ne bénéfcient
dans les familles monoparentales limousines
pas d’au moins une prestation des
Familles Couples
monoparentales avec enfants CAF sont minoritaires : ils relèvent du
régime agricole ou bien ont un seul Nombre de familles 16 840 71 542e d'enfants de moins de 25 ans 25 938 123 353 enfant et des ressources qui ne leur
Familles selon le nombre d'enfants (en %)
permettent pas de prétendre à une 1 enfant 60 46
prestation sociale.2 enfants 30 41
3 enfants 8 11
4 enfants ou plus 3 3
ne sufft pas d’être en situation d’isole-Familles selon le lieu de résidence (en %)
Villes-centres 55 38 ment pour percevoir ces prestations.
Reste de l'urbain 16 27
Le droit à l’API est soumis de surcroît à
Espace rural 29 35
Adultes des familles selon le type d'activité (en %) condition de ressources, et il est servi
Parent(s) en emploi * 73 84 pour une période limitée. De son côté,
Homme sans emploi 17 10
le droit à l’ASF est ouvert lorsque le Femme sans emploi 29 23
parent absent du foyer ne fait pas face Familles selon le statut d'occupation du logement (en %)
Propriétaire 36 70 à son obligation d’entretien et lorsque
Locataire HLM 31 10
le parent en charge de l’enfant souhaite e hors HLM 29 16
Autre 4 4 faire valoir ses droits à créances alimen-
taires ou l’obligation d’entretien.Nombre d'allocataires des CAF en 2008 14 833 45 407
dont bénéfciaires de minima sociaux (en %) 26 6
dont étant sous le seuil de bas revenus (en %) 61 24
Part des familles (en %) dont les prestations représentent Des situations de pauvreté
plus de 50 % des revenus 36 9
plus fréquentesplus de 75 % des r 26 5
100 % des revenus 17 3
Les monoparents sont très concernés
* Lecture : parmi l’ensemble des parents de familles de type « couple avec enfants », 84 % travaillent.
par les aides au logement et les minima Au sein de chaque famille, ce peut être soit l’homme, soit la femme, soit les deux.
Source : Insee, Recensement de la population 2006, exploitation complémentaire ; sociaux.
Caisses d’allocations familiales, allocataires au 31 décembre 2008
Si 25 % des couples avec enfants béné-
fois plus confrontés au chô- du Limousin sont des mono- fcient d’une aide au logement, c’est le
mage que les adultes en parents (*). cas de 71 % des familles monoparen-
couple. Les femmes sont les Alors que la monoparentalité tales. Ceci s’explique d’abord par la
plus touchées : au recense- est souvent perçue comme forte proportion de locataires chez les
ment de 2006, 15 % des mères une situation particulière en- monoparents, dont la moitié résident
isolées indiquent être au chô- traînant la perception de pres- dans le parc HLM.
mage. tations spécifiques, seules Alors que seulement 6 % des couples
La qualifcation ou la profes - 42 % des familles monoparen- avec enfants bénéfcient d’un des trois
sion ne distingue guère les tales limousines perçoivent minima sociaux servis par les CAF,
monoparents de leurs homolo- l’Allocation de Parent Isolé 26 % des monoparents sont dans cette
gues. Chez les hommes comme (API) ou l’Allocation de Sou- situation, avec des disparités marquées
chez les femmes, la proportion tien Familial (ASF). En effet, il entre les trois départements (20 % en
d’ouvriers, d’employés ou de
cadres est identique qu’ils Deux prestations spécifques pour les monoparents
soient monoparents ou non.
L’Allocation de Parent Isolé est l’un des trois minima sociaux servis par
les Caisses d’Allocations Familiales. Elle vise à garantir un minimum de Des prestations
ressources aux personnes assumant seules la charge d’enfant suite à nais-
spécifques pour sance ou séparation. Son montant est revu chaque trimestre, tout au long
4 familles sur 10 d’une période de droit déterminée selon la nature du fait générateur créant
la situation d’isolement. Au 31 décembre 2008, son montant mensuel était
Au 31 décembre 2008, près de
de 567 euros pour une personne seule avec enfant à naître, augmenté de
15 000 allocataires des Caisses er189 euros par enfant à charge. Depuis le 1 juin 2009, l’API est remplacée
d’allocations familiales (CAF)
par la majoration « isolement » du Revenu de solidarité active (RSA).
L’Allocation de Soutien Familial est versée dans le but de contribuer aux
(*) Dans la suite de cette étude, les fa- charges d’entretien de l’enfant privé de l’aide d’un ou de ses deux parents.
milles monoparentales dont il est ques- Au 31 décembre 2008, son montant mensuel par enfant était de 87 euros
tion sont celles qui bénéfcient d’au
dans le premier cas et de 116 euros dans le second.moins une prestation des CAF.
INSEE Limousin - mars 2010Corrèze, 25 % en Creuse, jusqu’à 29 %
Le seuil de bas revenus au sens des CAF
en Haute-Vienne).
En Limousin, 61 % des familles monopa-
Le revenu par unité de consommation est égal au revenu dis-
rentales bénéfciaires d’une allocation
ponible (revenus + prestations) du ménage rapporté au nombre
de la CAF vivent sous le seuil de bas
d’unités de consommation. Le nombre d’unité de consommation
revenus (903 euros mensuels par unité
d’une famille est calculé ainsi :
de consommation en 2008). Seuls 24 %
1 pour l’allocataire
des couples allocataires avec enfants
+ 0,5 par adulte et enfant de 14 ans ou plus
sont dans ce cas. Le mode de calcul
+ 0,3 par enfant de moins de 14 ans
particulier des unités de consomma-
+ 0,2 pour les familles monoparentales.
tion dans les familles monoparentales
La majoration spécifque aux familles monoparentales est (cf. encadré) n’explique qu’en partie cet
intégrée pour tenir compte du fait que certaines économies écart. La pauvreté touche davantage les
d’échelle sont irréalisables pour ces familles notamment sur monoparents.
un des postes les plus lourds du budget qu’est le logement. Ce Les situations de pauvreté augmentent
mode de calcul est spécifque aux CAF.avec le nombre d’enfants : 58 % des
Population à bas revenus : le seuil de bas revenus est égal monoparents avec un seul enfant vivent
à 60 % de la médiane du revenu mensuel par unité de consom-sous le seuil de bas revenus, contre 62 %
mation. Il est actualisé chaque année par l’INSEE à partir de de ceux avec deux enfants, et 76 % des
l’Enquête Revenus Fiscaux et Sociaux. Pour l’année 2008, il monoparents qui élèvent trois enfants
était de 903 euros par unité de consommation.ou plus.
elles, plus des trois quarts. pour les couples. Le montant Des familles monoparentales
Enfn, pour 2 400 familles mo- moyen mensuel des presta-très dépendantes
noparentales limousines, soit tions versées aux familles
des prestations
une sur six, elles constituent monoparentales en 2008 est
Pour 36 % des familles monoparentales, l’intégralité des ressources. de 495 euros, contre 377 euros
l’ensemble des prestations versées par Les disparités départemen- pour les couples avec enfant.
tales sont assez marquées les CAF représentent plus de la moitié
de leurs ressources et pour 26 % d’entre puisque cette proportion Être monoparent :
s’élève à 13 % en Corrèze, une situation
15 % en Creuse et atteint 20 %
rarement temporaireen Haute-Vienne.
Ici encore, le nombre d’enfants Au sein de l’ensemble des
29 rue Beyrand à charge accroît la dépen- allocataires qui ont perçu au
87031 Limoges cedex
dance aux prestations : si 15 % moins une prestation de la CAF
des familles monoparentales entre 2004 et 2008, le nombre
avec un ou deux enfants ont de familles monoparentales a
des ressources constituées augmenté de 12 % sur cette Informations statistiques 08 25 88 94 52
uniquement de prestations, période.
cette part atteint 32 % pour La monoparentalité est une
les familles monoparentales situation transitoire, car les
limousines avec au moins trois enfants grandiront, mais elle www.insee.fr
enfants. Ces prestations ont un dure souvent longtemps. Par-
Directeur de la publication Fabienne Le Hellaye effet redistributif plus marqué mi les allocataires élevant Rédacteur en chef Frédéric Châtel
Mise en forme Martine Herny pour les familles monoparen- seuls au moins un enfant de
Impression Sotiplan - Limoges tales : elles permettent à 17 % moins de 15 ans en 2004 et Maquette iti communication
des familles monoparentales toujours allocataires en 2008,
Prix 2,70 euros de passer au-dessus du seuil plus de 8 sur 10 sont encore
Dépôt légal : mars 2010 de bas revenus, contre 10 % monoparents.
Code SAGE : FOC106324
ISSN : 1765-4475
Copyright - INSEE 2010
Nathalie Garrigues (Insee)
Mathilde Pierre (CAF de Corrèze et de Creuse)« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes
issus du fchier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable Frédéric Arnaud (CAF de Haute-Vienne)
de l’IGN et au paiement auprès de cet organisme des redevances corres-
pondantes ».

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.