Fiches thématiques sur les revenus et le patrimoine

Publié par

8 fiches

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins
N2H\:TE\X56\S8\LelqdusrnosepgaeeensrcteIns\s\reaialsuneveRirtaPterduldniomnisec.0509:082mai20oclueluP55:ifordilmp'i:rofPrgnéMCNJtneiramitemposueCoériqed54àppl051
Patrimoine
Ressources et niveau de vie
REVENUS ET PATRIMOINE
ésgr
H256N:\
4.1 NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES ÂGÉS DEPUIS 1975
Entre 1975 et 2001, le niveau de vie des per -sonnes vivant dans un ménage âgé a aug-menté de 40 % hors inflation, soit un peu plusque celui des personnes vivant dans un mé -nage dont la personne de référence a moinsde 65 ans (figure1). Alors qu’au début de lapériode les plus âgés disposaient d’un niveaude vie de 11% inférieur à celui des plus jeu -nes, l’écart s’est réduit à 7 %. Il serait mêmeprobablement moindre si l’on tenait comptede l’ensemble des revenus du patrimoine,plus importants en moyenne chez les ména -ges âgés, lesquels ne sont pas tous pris encompte ici. Par ailleurs, les ménages âgéssont plus souvent propriétaires sans chargede remboursement de leur logement ; celacontribue également à réduire les écarts deniveau de vie dans la réalité.C’est à partir du milieu des années soixante-dix que le niveau de vie des plus âgés a rat -trapé celui des plus jeunes : le minimumvieillesse a été remis à niveau entre 1975 et1984, les pensions et retraites ont été revalo-risées dans les années quatre-vingt, et desgénérations ayant des droits à pensions plusimportants sont arrivées à l’âge de la retraite.Dans le même temps, le niveau de vie des
ménages d’âge actif a souffert dudéveloppement du chômage et des phasesde ralentissement économique. En fin de pé -riode, entre 1997 et 2001, les ménages âgés,dont les revenus sont peu sensibles à laconjoncture, ont moins profité de la repriseéconomique que les ménages plus jeunes.Néanmoins, leur niveau de vie est au-jourd’hui supérieur à celui des ménages demoins de 30 ans, ce qui n’était pas le cas en1975 (figure2). Par ailleurs, l’évolution desniveaux de vie au cours des 25 annéesconsidérées s’est accompagnée d’une ré -duction des inégalités au sein des ménagesâgés (figure3). La dispersion des niveaux devie est bien moindre en 2001 qu’elle nel’était en 1975. Le resserrement s’est opérétant entre le bas de la distribution et son mi -lieu, qu’entre le haut et le milieu. En re-vanche, la réduction des inégalités a étébeaucoup plus limitée parmi les ménagesplus jeunes. En 2001, la dispersion des ni-veaux de vie mesurée par le rapport interdé-ciles est moins importante pour lespersonnes vivant dans un ménage âgé quepour le reste de la population. C’était l’in-verse en 1975.
DÉFINITIONSNiveau de vie: revenu disponible du ménage par unité de consommation. Le niveau de vie est donc le mêmepour tous les individus d’un même ménage.Unités de consommation (uc): elles sont calculées selon l’échelle d’équivalence dite de l’OCDE modifiée quiattribue 1 uc au premier adulte, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus, et 0,3 aux enfants de moins de14 ans.Revenu disponible: somme des revenus déclarés au fisc et des prestations sociales, nette des impôts directs. Lesimpôts directs pris en compte sont : l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la CRDS (contribution auremboursement de la dette sociale) et la CSG (contribution sociale généralisée).Déciles de niveau de vie: valeurs-seuils qui, lorsqu’on ordonne la population selon les valeurs de niveau de vie,la partitionnent en 10 sous-populations de taille égale. Le premier décile (p10) correspond à la valeur limite duniveau de vie au-dessous duquel on trouve les 10 % d’individus ayant le niveau de vie le plus bas, et le dernierdécile (p90), la valeur limite du niveau de vie au-dessus duquel on trouve les 10 % d’individus les plus aisés. Lamédiane de niveau de vie (p50) partage, selon la valeur de leur niveau de vie, la population des individus en deuxparties égales.Rapport interdéciles: ratio = p90 / p10.
POURENSAVOIRPLUSLegendreN.,«Évolutiondesniveauxdeviede1996à2001»,InseePremière,n°947,2004.«Lévolutiondesinégalitésderevenusentre1970et1996»,inRevenusetpatrimoinedesménages,Synthèses,n° 28, Insee, 1999.
45dpps
116
Lespersonnesâgées,édition2005
egrØsotioCpm05le1-eenoNrprlifoprKteinicerMYCru:Gnelicuoel5:09Prof00518:02iam71idrampv1.4.1\4.f\desØesgAPreL\seENSE_DONCPB\\K3W\STE
AgssØees\LerPNOD_SEENW3K\\BPCai2005rdi17m.4.1pvamed\f.4\1\STEH256N:\d54Ørge
117
Ressourcesetniveaudevie
s
Plus de 65 ans
Moins de 65 ans
1 - Évolution du niveau de vie moyen des individus selon l'âge de la personne de référence du ménageen euros 200117 00016 00015 00014 00013 00012 00011 00010 0001975 1979 1984 1990 1997 2001annéesChamp : individus appartenant à des ménages dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n’est ni étudiante, ni mili taire ducontingent.Source : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux 1975-1979-1984-1990-1997-2001.
Niveau de vie des ménages âgés depuis 1975 4.1
itos1el50pp
2 - Évolution des niveaux de vie moyens des individus selon l'âge de la personne de référence du ménageen euros 2001 par an1975 1979 1984 1990 1997 2001Moins de 65 ans 12 290 13 710 14 130 15 370 15 130 16 740- de 30 ans 11 650 12 680 12 310 12 850 12 820 14 30030-49 ans 12 330 13 740 14 330 14 970 15 020 16 28050-64 ans 12 550 14 130 14 460 15 550 16 410 18 63065 ans ou plus 10 900 13 240 13 700 15 210 14 690 15 60065-69 ans 11 500 14 110 14 590 15 710 15 100 16 12070-74 ans 10 620 13 120 13 870 15 810 14 790 15 58075 ans ou plus 10 470 12 460 13 130 14 530 14 290 15 260Champ : individus appartenant à des ménages dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n’est ni étudiante, ni mili taire ducontingent.Source : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux 1975-1979-1984-1990-1997-2001.
3 - Évolutions de quelques indicateurs d’inégalité du niveau de vie des individus selon l’âge de la personne deréférence du ménage1975 1979 1984 1990 1997 2001Moins de 65 ansp90/p10 3,88 3,56 3,60 3,32 3,45 3,32p90/p50 1,98 1,87 1,89 1,83 1,83 1,83p50/p10 1,96 1,90 1,91 1,81 1,88 1,8265 ans ou plusp90/p10 4,06 3,46 2,87 3,07 3,27 2,84p90/p50 2,29 2,01 1,96 1,86 1,84 1,80p50/p10 1,77 1,72 1,46 1,64 1,78 1,58Champ : individus appartenant à des ménages dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n’est ni étudiante, ni mili taire ducontingent.Source : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux 1975-1979-1984-1990-1997-2001.
:rueluocireneG105::018cilofPre-folioCpmoNenKprCMYrprinte
\ETSqjdhH\:N\652edifee-s-sganoenpersEEs\DONNhi\_02iam32idnulp.v.2\40204f\tinilcouleur:Gene501:7203:P7orifroplefiN-eConcirKYMCirpretndØfapar
Lespersonnesâgées,édition2005
POURENSAVOIRPLUSHourriezJ.-M.,«Desménagesmodestesauxménagesaisés:dessourcesderevenusdifférentes»,InseePremière, n° 916, août 2003.
DÉFINITIONSNiveau de vie: voir fiche 4.1.Revenu avant impôts: revenu déclaré du ménage, augmenté des prestations sociales et des CSG déductiblespour obtenir un revenu avant toute imposition. En effet, le montant de ces CSG ne figure pas dans le revenudéclaré car il est déduit de l’assiette de l’impôt sur le revenu. Le revenu déclaré prend en compte les revenusd’activité, les retraites et pensions imposables, et certains revenus du patrimoine (ceux inscrits sur le formulaire dedéclaration fiscale). En particulier, il ne prend pas en compte les revenus du patrimoine exonérés d’impôts ousoumis à prélèvements libératoires.Pression fiscale: rapport entre les impôts directs et le revenu avant impôts.
4.2 NIVEAU DE VIE ET COMPOSITION DU REVENUEn 2001, les personnes de 65 ans ou plus dis -posent d’un niveau de vie moyen annuel de15 600, inférieur de 7 % à celui des person-nes plus jeunes (figure1). Il est très proche decelui des jeunes actifs.Leur niveau de vie est d‘autant plus faiblequ’elles sont âgées. En effet, les plus âgéessont majoritairement des femmes seules quiont peu ou pas travaillé. Elles disposent defaibles ressources, la pension de reversion deleur mari constituant pour certaines leur seulrevenu. À l’opposé, les seniors les plus jeunesont accompli des carrières plus complètes etsouvent mieux rémunérées ; les femmes ontaussi plus souvent travaillé. Plus fréquemmenten couple, avec des revenus individuels plusimportants, les seniors les plus jeunes disposentmécaniquement de ressources plus consé-quentes au niveau du ménage, et donc d’un ni-veau de vie plus élevé que les plus âgés.L’ancienne professionconstitue égalementun facteur important de disparité de niveaude vie. Ainsi, les anciens salariés disposentd’un niveau de vie supérieur à celui desanciens indépendants, minoré, il est vrai,par une prise en compte partielle des reve-nus du patrimoine ; parmi eux, les ancien-nes professions intermédiaires et surtout lesanciens cadres jouissent de la situation laplus favorable. Les anciens agriculteurs ontun niveau de vie particulièrement faible. Les
ut
118
isetmoopmaerT
autres indépendants ont des niveaux de vietrès proches de celui des anciens employés.Le revenu du ménage des seniors est essen -tiellement constitué de retraites (figure2). Lestransferts sociaux sont tout à fait marginaux.Les revenus du patrimoine sont un peu plusimportants mais varient suivant l’anciennecatégorie socioprofessionnelle : ils consti -tuent plus de 10 % des revenus des anciensindépendants, et 20 % des revenus des an -ciens artisans, commerçants et chefs d’entre -prises. Les anciens cadres en perçoiventproportionnellement deux fois plus que lesautres salariés. En fait, la part des revenus dupatrimoine est certainement plus importantecar ils ne sont pas tous pris en compte, cer-tains d’entre eux ne figurant pas sur la décla -ration d’impôts.Lapression fiscaleest en moyenne moinsforte pour les ménages des seniors que pourle reste de la population (11,4 % contre14,7 %) (figure3). Comme leurs revenus sonten moyenne moins élevés, ils sont moins sen-sibles à la progressivité de l’impôt sur le reve-nu. De plus, ils bénéficient de tauxd’imposition à la contribution sociale généra-lisée (CSG) plus faibles (6,2 % ou 3,8 %contre 7,5 % pour les revenus d’activité). Enrevanche, ils paient proportionnellement da-vantage de taxe d’habitation, celui des troisimpôts qui pèse le moins.
N:6\ST\H25\4.2.vplundi23-sedifinit\f4020pes\onrss-neeeagdh\EihqjOD_\EENNpYKCMcrineGe:-eliforpretnir02:317:2005maiuerocluiflP8or
Niveau de vie et composition du revenu 4.21 - Niveau de vie moyen des personnes en 2001 3 - Pression fiscale des ménages selon l'âge de laMontantpersonne de référence en 2001en euros 2001 en %Moins de 65 ans 16 700 16dont < 30 ans 15 37030-49 ans 17 0101450-64 ans 19 18065 ans ou plus 15 62012Ensemble de la population 16 54010PERSONNES DE 65 ANS OU PLUSSelon l'âge865-69 ans 16 20070-74 ans 15 670 675 ans ou plus 15 210Selon le type de ménage4Personne seule 14 520Couple 16 310 2Selon l’ancienne professionAncien indépendant : 12 640 0agriculteur 10 650 65 ans ou + moins de 65 ansretiré des affaires 14 990Ancien salarié : 16 460 Taxe d'habitation sur la résidence principalecadre 26 630 Impôt sur le revenuprofessionintermédiaire19340(Ccosvnegt,nriubcrsudtdisounets2sroi%cidaleiensper)aélpèpvliecmabelnetssauupxplréevmeennutasirdeuspuartlriesmoineemployé 15 170 re pat moouvrier 13 290 Contributions sociales applicables aux revenus d'activité ouChamp : personnes en ménage ordinaire, dont le revenu déclaré au fisc estde remplacementpositif ou nul et dont la personne de référence n'est ni étudiante, ni militaire du Champ : ménages ordinaires, dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nulcontingent. et dont la personne de référence n'est ni étudiante, ni militaire du contingent.Source : Insee-DGI, enquête Revenus fiscaux 2001. Source : Insee-DGI, enquête Revenus fiscaux 2001.2 - Composition du revenu des ménages des seniors en 2001en %100806040200Ancien Ancien artisan, Ancien cadre Ancienne Ancien Anciencomme ant, profession employé ouvrieragriculteurchefdentrrçeprisesintermédiaireTransferts sociauxRevenus du patrimoine (figurant sur la déclaration fiscale)Pensions, retraites et rentes nettes des pensions alimentaires verséesRevenus d'activitéChamp : ménages ordinaires, dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence a 65 ans ou plus .Source : Insee-DGI, enquête Revenus fiscaux 2001.Ressourcesetniveaudevie119
positeNoneComrØdafturTmaeap
Ørs
Lespersonnesâgées,édition2005
120
DÉFINITIONSSeuil de pauvreté: moitié du niveau de vie (voirfiche4.1) médian de la population (7 200annuels en 2001).Les individus se situant en dessous de ce seuil sont considérés comme pauvres.Taux de pauvreté d’une sous-population: proportion de personnes pauvres dans cette sous-population.
POURENSAVOIRPLUSDellF.etLegendreN.,«De1996à2000,lapauvretérelativebaissepuissestabilise»,InseePremière,n°942,décembre 2003.« La pauvreté monétaire entre 1970 et 1996 » inRevenus et patrimoine des ménages, Synthèses, n° 47, Insee,2002.«Mesurerlapauvretéaujourdhui»,Économieetstatistique,n°308-309-310,Insee,1997.
54dge
un taux de pauvreté cinq fois moins élevé. Cerisque de pauvreté est comparable, même s’ilreste supérieur, à celui de la population desménages de 65 à 69 ans et de 70 à 74 ans.Les plus jeunes des ménages âgés vivent plussouvent encouplesavec éventuellementdeux retraites. Ainsi sont-ils moins nombreuxà se trouver en dessous du seuil de pauvreté.À l’inverse, la pauvreté touche davantage lesseniors qui viventseuls. Ils constituent les 3/4des pauvres de 65 ans ou plus (figure1). Lesfemmes y sont surreprésentées avec 80 % decet effectif : leur espérance de vie est pluslongue et elles ont des revenus plus faibles.L’anciennecatégorie socioprofessionnellecontribue également au positionnement desseniors dans la pauvreté. Ainsi, un ancien in -dépendant a 3 fois plus de risque d’êtrepauvre qu’un ancien salarié. Ce risque estparticulièrement important pour les anciensagriculteurs. Mais la pauvreté monétaire re -flète mal la situation réelle des anciens indé-pendants : ils disposent plus souvent d’unpatrimoine que les anciens salariés. Au seindes anciens salariés, on retrouve la hiérarchiehabituelle des catégories socioprofessionnel-les : les anciens cadres et les anciennes pro-fessions intermédiaires sont plutôt épargnéspar la pauvreté, ils ne représentent que 4,3 %de la population des pauvres en 2001. Lesanciens ouvriers et employés sont plus tou-chés (46 % de l’ensemble des pauvres).
4.3 ÉVOLUTION DE LA PAUVRETÉ DEPUIS 1975En 2001, 3,6 millions de personnes viventsous le seuil de pauvreté. Les personnes de65 ans ou plus constituent 10 % des pauvresalors qu’ils représentent 16 % de la popula -tion (figure 1). Le taux de pauvreté de cettepopulation est de 3,5 %, soit deux fois plusfaible que celui des personnes de moins de65 ans. En 1975, la situation était inverse : lerisque d’être pauvre pour une personne de65 ans ou plus était deux fois plus élevé quepour un individu plus jeune (figure 2). En25 ans, le taux de pauvreté des personnes vi -vant dans un ménage dont la personne de ré -férence a 65 ans ou plus a ainsi été divisépar 4. Dans le même temps, celui des person -nes vivant dans des ménages jeunes n’a dimi -nué que de deux points.La pauvreté des personnes vivant dans unménage âgé a évolué comme le niveau de vie(fiche4.1). Elle a donc fortement baissé jus-qu’en 1984, puis elle s’est stabilisée. Les mé -nages les plus âgés, qui étaient les plusfréquemment pauvres il y a 25 ans, sont ceuxqui ont le plus bénéficié de l’amélioration en-registrée. En 1975, les individus qui apparte-naient à un ménage dont la personne deréférence avait 75 ans ou plus connaissaientun risque de pauvreté de 21 %, 8 points deplus que ceux dont la personne de référenceavait de 65 à 69 ans (figure3). En 2001, lespersonnes qui vivent dans des ménages dontla personne de référence a 75 ans ou plus ont
5512::113rPfolicredi11mai2004\fe4\3.v.3.rempsLersPegØAdestiepmsolpp105ileprofneCo-NoKYMCciretnirpurleoucerenG:EES\DONNPB\_K3WCTS\E52\6:NH\
gØAdes\4ef\4.3NNOD\SEEseLsrePmai200515:21:3.v.mprercdei11STE\256\PB\_K3WC:NH\deg45lpp150
Évolution de la pauvreté depuis 1975 4.31 - Taux de pauvreté des personnes en 2001Nombre de pauvres (en milliers) Taux de pauvreté (en %)Moins de 65 ans 3 236 6,665 ans ou plus 321 3,5Ensemble de la population 3 557 6,1PERSONNES DE 65 ANS OU PLUSSelon la classe d’âge65-69 ans 82 3,170-74 ans 67 2,775 ans ou plus 172 4,2Selon la catégorie socioprofessionnelleAncien indépendant : 127 7,7agriculteur 97 10,8retiré des affaires 30 4,0Ancien salarié : 127 2,0cadre 3 0,4profession intermédiaire 8 0,7employé 60 2,5ouvrier 56 2,5Selon le type de ménage et le sexe de la personnePersonne seule : 243 6,5homme 50 5,8femme 193 6,7Couple 78 1,4Champ : personnes en ménage ordinaire dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n'est ni étudiante, ni militaire ducontingent.Note : il y a des personnes dont l'ancienne catégorie socioprofessionnelle n'est pas connue.Source : Insee-DGI, enquête Revenus fiscaux 2001.2 - Taux de pauvreté des individus selon l'âge de la personne de référence du ménageen %201612moins de 65 ans8465 ans ou plus01975 1979 1984 1990 1997 2001annéesChamp : personnes en ménage ordinaire dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n'est ni étudiante, ni militaire ducontingent.Note : en 1984, le taux de pauvreté des individus appartenant aux ménages les plus âgés est extrêment bas car le minimum vieillesse, fortement revalori sé audébut des années 80, se situe au-dessus du seuil de pauvreté.Source : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux 1975-1979-1984-1990-1997-2001.3 - Taux de pauvreté selon l’âge de la personne de référence du ménage en 1975 et 2001en %1975 200165-69 ans 13,0 3,870-74 ans 14,4 3,175 ans ou plus 21,0 4,1Champ : personnes en ménage ordinaire dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence a 65 a ns ou plus.Source : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux 1975-2001.Ressourcesetniveaudevie121
ØrsofpreilinprrtesopmetioN-oCencouleur31ProfilciCYMK:Gnere
h\jdhq\iD_NOENsEN:\H256\STETramepardØfatu
Lespersonnesâgées,édition2005
DÉFINITIONSAvantage principal de droit direct: montant de retraite acquis en contrepartie de l’activité professionnelle.Avantage principal de réversion ou de droit dérivé: prestation de retraite dont bénéficie le veuf ou la veuve etdont le montant représente un pourcentage (différent selon les régimes de retraite) du montant de l’avantageprincipal de droit direct acquis par le défunt.Avantages accessoires: bonification pour avoir élevé trois enfants ou plus, majoration pour conjoint à charge,majoration pour aide constante d’une tierce personne, allocations du minimum vieillesse. Ces avantagess’ajoutent éventuellement à l’avantage principal de droit direct ou de droit dérivé.Carrière complète: validation par le retraité d’au moins 150 trimestres d’assurance (trimestres cotisés + gratuits)ou d’au moins 151 trimestres pour la génération née en 1934 (c’est ici la seule et la première génération concernéepar la réforme de 1993 qui a allongé progressivement le nombre de trimestres requis pour une carrière complète,de 151 à 160).Allocation supplémentaire du minimum vieillesse: elle permet aux personnes âgées d’au moins 65 ans (ou60 ans en cas d’inaptitude au travail) d’atteindre un revenu égal à 578 euros par mois en 2003 pour une personneseule, et 1 036 euros pour un couple.
122
4.4 RETRAITES DES PERSONNES D'AU MOINS 65 ANS
POURENSAVOIRPLUSCoeffic N., « Les montants de retraites perçues en 2001 : en moyenne 1 126 euros bruts par mois pour les60ansetplus»,ÉtudesetRésultats,n°183,Drees,juillet2002.Bonnet C., Buffeteau S. et Godefroy P., « Retraite : vers moins d’inégalités entre hommes et femmes ? »,PopulationetSociétés,n°401,Ined,mai2004.Kohler F., « L’allocation supplémentaire du minimum vieillesse – Bénéficiaires au 31 décembre 2003 »,Documentdetravail,n°73,Drees,janvier2005.
85 ans ou plus, perçoivent des pensions sen -siblement plus basses (figure 2). Par contre,chez les femmes retraitées, le niveau moyende retraite correspondant à l’avantage princi-pal de droit directs’améliore régulièrementavec le rajeunissement des générations. Lesfemmes sont entrées sur le marché du travailsalarié en nombre de plus en plus importantau fil des générations, et ont été plus nom-breuses à s’y maintenir après la naissance deleurs enfants. De plus, leurs carrières se sontaméliorées en termes de niveau de qualifica -tion.En complément des avantages principaux dedroit direct, certains retraités perçoivent despensions de réversionen cas de veuvage :c’est le cas de 4 % seulement des hommes de65 ans ou plus mais de 36 % des femmesâgées (figure3). Ils peuvent également ne dis-poser d’aucun droit direct mais seulement dedroits de réversion, 7 % des femmes âgéessont dans ce cas. Les retraités peuvent enfintoucher d’autres avantages accessoires ac-quis sans contrepartie de cotisations. Un peumoins de 500 000 personnes âgées d’aumoins 65 ans, soit 5 % de cette tranche d’âge,percevaient ainsi fin 2003 l’allocation sup-plémentaire du minimum vieillesse(figure4).
En 2001, les femmes retraitées de 65 ans ouplus percevaient un montant moyen de re -traite de 606 euros par mois à titre d’avantageprincipal de droit direct acquis en contre -partie d’une activité professionnelle (fi-gure1). Cette moyenne est inférieure de 56 %à celle versée aux hommes (1 372 euros).L’écart provient, pour une large part, de ceque les femmes ont en moyenne cotisé moinslongtemps que les hommes, nombre d’entreelles ayant interrompu leur activité profession -nelle pour élever leurs enfants. Ainsi, la duréemoyenne d’assurance des femmes retraitéesétait de 119 trimestres contre 169 trimestrespour les hommes ; 37 % seulement des fem-mes avaient pu faire valider une carrière com -plète contre 85 % des hommes.Si on se restreint aux seules retraitées ayantfait valider une carrière complète, leur re -traite de droit direct, en moyenne de 950 eu -ros, reste nettement inférieure (de 35 %) àcelle des hommes (1 453 euros dans le mêmecas). En effet, les femmes, qui occupaient desemplois en moyenne moins qualifiés, ont co-tisé sur des salaires en général moins élevés.Chez les hommes, les montants moyens deretraite varient peu avec l’âge, du moins entre65 et 85 ans, car les plus âgés, ceux qui ont
luuelocorif0:P3CMYKricGener:eliforpretnirptesipoomeConN-sea-egsep\reosnnif\0404\-definitercr1id.4.4empv105566:ma120i
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.